La cétose nutritionnelle

Publié le par boisvert

Du site : http://newsoftomorrow.org/vie/nutrition/stephen-phinney-lart-et-la-science-de-la-cetose-nutritionnelle

Stephen Phinney – L’art et la science de la cétose nutritionnelle

(Source : YoutubeRésumé de la vidéo)

Stephen Phinney

- Phinney a définit le terme de « cétose nutritionnelle » il y a une trentaine d’années, car il y avait une grande confusion entre la cétose due à la restriction de glucides dans l’alimentation, et la cétose due à l’absence d’insuline dans un diabète de type 1 (acidocétose).

- On apprend en général que les cétones sont des « résidus toxiques du métabolisme des graisses ». Ils peuvent avoir cet effet dans des taux très élevés, mais ils sont également un substrat utile. Phinney souhaite donc détruire certains mythes à ce sujet.

- Phinney cite une étude menée dans les années 60, sur l’adaptation à la famine : l’insuline chute, permettant la libération d’acides gras par les adipocytes. Le foie augmente la production de cétones et équilibre la gluconéogénèse pour maintenir un taux de glucose dans le sang normal. La gluconéogénèse utilise les acides aminés de la décomposition des protéines, ainsi que le glycérol de la décomposition des triglycérides (lipolyse).

- Schwatka, un chirurgien de l’US Army, est allé voir les Inuits avec quatre autres personnes pour retrouver la trace d’une expédition dont on avait plus de nouvelles. Il voulait aussi savoir comment les Inuits vivaient dans leur environnement. Il a pris des notes qui n'ont été publiées qu’en 1965, de manière confidentielle. Ses observations étaient très intéressantes. L’expédition a duré 13 mois et ils n’avaient qu’un mois de provisions. Ils devaient donc s’alimenter à partir des produits de la chasse. Schwatka note qu’en adoptant ce régime à base de viande de renne, il y a d’abord une faiblesse et incapacité à fournir de gros efforts, mais que cette période passe rapidement en 2 à 3 semaines. Schwatka avait découvert la céto-adaptation.

- Le professeur V. Stefansson, un anthropologue formé à Harvard, a vécu et voyagé pendant longtemps chez les Inuit dans les années 1905-17. Quand il est revenu, il a dit qu’il n’a mangé là-bas aucun fruit ou légume pendant plus d’un an. Ses écrits ont tellement scandalisé les premières autorités de la nutrition qu’il a dû être « incarcéré » pendant 12 mois en 1928 à ne manger que de la viande et du gras afin de démontrer ses affirmations. On pensait qu’il aurait le scorbut !

- L’expérience de Stefansson en 1928 à Bellevue : Stefansson, pendant 12 mois, a mangé : 115 g/ jour de protéines (15-20%), plus de 200 g/jour de graisse (plus de 80%), et moins de 10 g/jour de glucides (moins de 2%). Ses principaux aliments étaient : viande, poisson, volaille (avec bouillon), cervelles, moelle, foie et rognons. Les quelques glucides venaient du glycogène de la viande.

- Les Inuits n’avaient donc pas un régime « riche en protéines », mais riche en graisses.

- Stefansson consommait le bouillon car le potassium est nécessaire. Si vous faites cuire une pintade pendant 1/2h, la moitié du potassium finit dans le bouillon.

- Donc d’un côté, vous avez les nutritionnistes qui vous disent que vous devez prendre des glucides (sucres lents, etc) pour avoir de l’énergie, et de l’autre, vous avez Schwatka qui dit qu’après 2 ou 3 semaines d’adaptation vos performances reviennent et sont importantes.

- De ce fait, Phinney a recruté en 1983 un groupe de 5 athlètes de haut niveau, et leur a fait suivre le régime de Stefansson (15% de protéines, 80+% de graisse, moins de 2% de glucides). La céto-adaptation a duré quatre semaines avant les tests d’endurance finaux. Après 4 semaines de cétose, les résultats furent les suivants :

- Les résultats indiquent que la céto-adaptation est associée à un changement spectaculaire du carburant du corps entier. Bien qu’ils avaient moitié moins de glycogène avant l’exercice, ces athlètes n’en ont utilisé que le quart une fois céto-adapté. On voit aussi qu’ils n’ont pas eu de perte de performance après ces 4 semaines. Ce qui change est le quotient respiratoire (RQ), le rapport entre la quantité de gaz carbonique produit par l’oxydation totale d’un substrat (VCO2) sur la quantité d’oxygène nécessaire à cette oxydation complète (VO2). La diminution de 0,83 à 0,72 indique qu’après les 4 semaines, plus de 90 % de leur énergie venait des graisses. « Pre Musc Gly » et « Post Musc Gly » indique que les athlètes ont fourni le même effort avec beaucoup moins de glycogène consommé.

Expérience en laboratoire avec des cyclistes

- Une étude menée par un groupe néerlandais (le groupe de Venable), sur 300 personnes non-entraînées et entraînées, suivant toutes un « régime équilibre », montre des résultats d’oxydation maximale des graisses très inférieurs au groupe de cyclistes céto-adaptés de Phinney. Le groupe de Phinney montre donc une capacité bien plus grande à utiliser les graisses comme source d’énergie lors d’un exercice.

- Le fait d’utiliser les graisses comme source d’énergie principale signifie que vous n’avez plus besoin de glucose et de décomposer les muscles pour alimenter le cerveau.

Effets de la céto-adaptation sur l’oxydation maximale des graisses.

- Phinney cite le marathonien Tim Olson, qui a opté pour un régime pauvre en glucides et qui a réalisé une performance exceptionnelle (voir cet article). Il cite aussi Zach Bitter, qui a presque battu un autre record.

Perte de poids chez des humains ayant un syndrome métabolique et suivant ou bien un régime pauvre en graisses et riche en glucides, ou bien un régime cétogène (=VLCKD).

Effets des deux régimes sur les risques de maladies cardiovasculaires, à 12 semaines.

*plus de LDL dans le groupe cétogène, un peu moins dans le groupe suivant un régime pauvre en graisses, mais une différence (+3%/-2%) statistiquement peu importante.
*Le syndrome métabolique est caractérisé par un taux bas de LDL, et un taux élevé de triglycérides.
*La taille des particules de LDL a augmenté dans le groupe cétogène (ce qui est une bonne chose, on ne veut pas de particules petites et denses).
*Les triglycérides ont baissé dans les deux groupes, mais la diminution est spectaculaire dans le groupe cétogène.
*L’étude mesure pas seulement le taux de triglycérides, mais aussi la quantité de graisses saturées dans les triglycérides. Ce taux de graisses saturées dans la circulation sanguine n’est pas en relation à la quantité de graisses saturées que l’on consomme. Ce taux est un prédicateur de crises cardiaques, de diabètes, etc. On voit qu’il baisse énormément avec le régime cétogène.

Conclusion : quand on suit un régime cétogène et que l’on brûle des graisses, le taux de graisses saturées dans le sang diminue.
*Enfin, les marqueurs d’inflammation ont davantage baissé avec un régime cétogène (14 sur 14 au lieu de 6 sur 14).
Ce régime a donc des effets anti-inflammatoires puissants :

- Si vous prenez beaucoup de graisses saturées, vous devez être céto-adapté. Parce que dès que vous sortez de la cétose nutritionnelle, les bénéfices cités plus haut disparaissent. Malgré la quantité élevée de graisses saturées dans un régime cétogène, il y a moins de graisses saturées dans la circulation sanguine :

- L’intolérance aux glucides est un point clé que développe ensuite Phinney. Un régime cétogène est plus adapté pour les personnes intolérantes aux glucides, qui sont par ailleurs plus susceptibles d’avoir un diabète de type 2, le syndrome métabolique, l’obésité, ou une prise de poids au niveau de la taille.

Certaines personnes sont plus intolérantes aux glucides que d’autres. Certaines personnes devront limiter leurs glucides à 50 g, ou à moins de 30 g.

- Essayez ce qui fonctionne pour vous, qui est satisfaisant, et que vous pouvez suivre sur le long terme. L’idée est de consommer des protéines en modération (1,5-2g/kg), des bonnes graisses à volonté (mono-insaturées et saturées, mais pas d’huiles végétales hautement polyinsaturées), et de compenser l’élimination des minéraux (ex: du sel et du magnésium).

On voit donc qu'après la céto-adaptation qui peut durer un mois, le corps utilise sa propre graisse pour l'énergie. Quelques troubles sont donc à prévoir pendant le temps nécessaire à l'adaptation à ce nouveau régime alimentaire.

On parle également beaucoup des dangers de la cétose. Mais on confond cétose (diététique) et acidocétose maladive par manque d'insuline que l'on trouve chez les diabétiques. Cette acidocétose est 10 fois plus élevée que la cétose provoquée par la diététique. D'autre part la différence fondamentale, c'est l'insuline. Dans le cas de la cétose, le pancréas fonctionne normalement, alors que le diabétique de type 1 est insulinodépendant, son pancréas n'assume plus. La cétose ne dégénère jamais en acidocétose. Il y a un phénomène de régulation qui empêche l'accumulation des corps cétoniques dans le corps.

C'est le corps qui s'adapte aux restrictions prolongées de glucides comme il a dû le faire pour nos ancêtres qui n'avaient pas à disposition autant de glucides dont nous pouvons disposer aujourd'hui. Il adapte son métabolisme, et le cerveau devient capable d'utiliser les corps cétoniques grâce à une adaptation enzymatique. Les reins jouent également un rôle de régulateur. C'est l'accumulation des corps cétoniques qui déclenche la néoglucogénèse rénale. Elle s'effectue à partir de la glutamine provenant de catabolisme musculaire et des protéines ingérées. Le processus entraîne une élimination d'ions ammonium NH4+ et participe ainsi à la lutte contre l'acidose.

On voit donc qu'en l'absence de diabète de type 1 (insulinodépendant) et d'insuffisance rénale ou hépatique sévère, la cétose n'est pas dangereuse. L'utilisation des corps cétoniques est une méthode de survie que notre corps a prévu depuis longtemps et qui a permis a l'homme de vivre pendant des millions d'années et de se développer malgré un environnement hostile.

Commenter cet article

Sul 25/10/2016 18:58

Bonjour,
Je suis le régime cétogène depuis 2 mois presque maintenant entre autre pour voir les effets sur les attaques des anticorps antithyroïdiens. Ceux ci sont encore très hauts pour le moment. Par contre ma TSH est repassée au dessus de 6 et l'homéopathe que je vois parfois m'a redonné un traitement de thyroïdum et deux autres tubes pour calmer l'attaque.
Ma question est: le sucre contenu dans les granules peut il jouer sur la cétose? Le goût me dérange beaucoup en plus maintenant :)

Boisvert 26/10/2016 05:44

Bonjour, C'est toujours difficile de répondre à pareille question, car il y a toujours d'autres paramètres propres à chacun, hérédité, âge, force vitale, céto-adaptation, qui interviennent. Mais vous pourriez aussi procéder différemment, par exemple, jeûne intermittent plus régime paléo, moins contraignant, plus équilibré.

Sul 25/10/2016 22:01

Merci pour votre réponse!
Je me demande combien de temps il faut pour calmer une inflammation, en l occurence ici auto immune. Pensez vous qu un minimum de 6 mois soit raisonnable pour attendre des résultats évidents?

Boisvert 25/10/2016 19:30

Bonjour,
En régime cétogène, le lactose des granules, c'est beaucoup. Le cétogène ne permet pas beaucoup d'écart pour le sucre en général. Donc il faut surveiller avec les bandelettes, mais ça peut jouer.

Tortu 22/06/2015 19:46

Bonjour,
J'ai suivi le régime cétogène depuis deux semaines et là je viens de commencer le jeune intermittent.
Je suis toujours en forte cétose selon les bandelettes.
A la base j'ai commencé ce "régime" car je déprimais sévère avec une grande fatigue et lassitude que personne ne pouvait résoudre... Je pense que cela vient de mon pancréas et des crises d'hypoglycémie.
Au bout de dix jours j'ai retrouvé un peu d'énergie et l'envie de vivre, merci ! Par contre depuis le jeune intermittent je suis de nouveau dans une phase de fatigue extrême comme au début du régime cétogène. Est-ce normal ?
Je mange très très gras car il est clair que c'est ce qui fait tenir.
J'allaite encore ma dernière assez souvent (10 mois).
Enfin, le problème chez moi est que je mesure 1m70 et que je ne pèse que 45kg.... c'est pas joli joli à voir.
Est-ce que je peux continuer le régime cétogène, j'ai peur que la paléo avec même un tout petit peu de fruit (donc sucres) soit mauvais encore pour l'instant car je ne pense pas que tout soit réparé...?
J'ai lu qu'il fallait un mois au moins pour que tout se stabilise. J'avoue ne pas avoir envie de faire des essais car devoir se battre pour ne serait-ce que se lever est franchement très dur.

En tout cas, merci pour vos articles, je dois dire que retrouver l'envie de vivre n'a pas son pareil même si je suis toute maigre et encore fatiguée.

Boisvert 22/06/2015 20:09

Bonjour,
Pas de problèmes, les régimes cétogène et paléo font aussi grossir les maigres j'en suis témoin moi qui ne suis pas lourd non plus. Mais ne vous tracassez pas avec le régime paléo vous allez continuer à être mieux et ce régime vous permettra peut-être encore mieux de regrossir en bonne santé. En tous cas vous pouvez monter à 100 grammes de glucides par jour et vous serez toujours en cétose. Vous tenez le bon bout ne le lâchez pas. Vous aurez quelques réactions difficiles à passer mais tenez bon.

boisvert 15/04/2015 19:45

Bonjour,
J'ai donné mon adresse mail à Mona. Vous pouvez me joindre à : fjboisvert@hotmail.fr

Jeanne Beaufils 15/04/2015 17:58

Bonjour Monsieur Joubert,

C'est mon amie Mona en Inde qui m'adresse à vous. Je souffre de sérieux problèmes de santé et elle m'a suggéré de prendre contact avec vous pour voir s'il y aurait quelqu'un dans la région Aix-Marseille qui pourrait m'aider ou si vous auriez des suggestions à me faire. Mon numéro est le 06.17.50.61.19

Cordialement,
Jeanne

Tartangirl 31/03/2015 20:48

Merci pour votre réponse qui m'a rassurée. Nous comptons poursuivre la kéto qui nous convient très bien et dont nous ressentons les bénéfices (moins de ballonnements , plus d'energie tout au long de la journée et puis perdre du poids sans avoir faim, le rêve !). Je vous donnerai de mes nouvelles dans quelques semaines.