VEGETALIEN, VEGETARIEN ou OMNIVORE ?

Publié le par boisvert

On va faire danser les écureuils, bonnes vacances à tous et rendez-vous en Septembre

On va faire danser les écureuils, bonnes vacances à tous et rendez-vous en Septembre

Aujourd'hui c'est difficile de répondre à une telle question car toutes ces alimentations ont des avantages... et des inconvénients. Et à mon humble avis on peut les utiliser toutes et chacune a son importance, à certains moments.

Par exemple, lorsque vous êtes malade vous le savez maintenant, le mieux c'est de ne rien manger du tout. Mais tout le monde n'est pas prêt à jeûner, c'est frustrant, désocialisant et difficile, tout simplement. Donc, si vous adoptez une alimentation en période de maladie, vous comprendrez qu'il y en a une qui me parait avoir l'avantage sur toutes les autres en ce sens qu'elle est très restrictive, c'est le végétalisme entièrement cru.

Si vous mangez de cette façon vous allez faire fuir la plupart des maladies.... à condition de ne pas trop rester sur cette diététique. Je vous avoue que c'est de cette façon que je procède moi-même lorsque je veux soigner une petite misère. Et ça marche !

En fait, cela correspond à dire que plus c'est restrictif, plus cela ressemble au jeûne, plus c'est efficace. Un autre exemple, beaucoup de résultats avec les cures de jus de BREUSS et c'est normal, rien de solide, qui dit mieux en terme de restriction ?

Alors pourquoi ne pas continuer ? Le végétalisme est un régime carencé en éléments essentiels comme la vitamine B12 ou le zinc, abondant dans les produits animaux, et en oméga 3 à longue chaîne qu'on ne trouve que dans les graisses animales (poissons gras surtout). Les végétaliens disent qu'on peut les fabriquer à partir des oméga 3 à chaîne plus courte (ALA), c'est dans le meilleur des cas et en plus c'est en quantité infime (5%). Personnellement, à mon âge, la transformation de l'ALA en DHA ou EPA ne se fait pratiquement plus, et je n'ai pas envie de devenir un petit vieux tout rabougri. D'autant plus qu'il ne manque pas que cela, la taurine est déficitaire (acide aminé semi-essentiel), cette taurine qui est nécessaire pour l'activité physique, pour protéger le système cardio-vasculaire et pour freiner le vieillissement.

Les végétaliens n'ont pas assez de créatine, que l'organisme ne synthétise pas en suffisamment grande quantité. Difficile également d'atteindre un taux de protéines raisonnable sans aucun produit animal. Même les végétariens n'en ont pas assez, plusieurs études le démontrent, donc à plus forte raison les végétaliens. Ce sont donc les muscles qui en souffrent.

En résumé, le végétalisme cru est excellent pour chassez une maladie, pendant une période déterminée (restrictions), mais ne peut servir de base à une alimentation de tous les jours.

Le végétarisme est une amélioration de l'alimentation en période de santé. Les végétariens sont des gens qui se préoccupent de leur santé et ne veulent pas se polluer avec de la chair animale et celà peut se comprendre surtout de nos jours où tous les animaux sont maltraités, drogués, soignés avant d'être malades. En ce sens, c'est une bonne chose, car on trouve dans cette alimentation une abondance de vitamines, minéraux, enzymes, oligo-éléments avec la grande quantité de végétaux ingérés. Mais le défaut de cette diététique est la consommation de céréales avec gluten ou sans gluten qui entraîne détérioration de la muqueuse de l'intestin grêle, à leur insu, plusieurs études en témoignent. Cet organe est la clé de notre santé, et c'est la porte ouverte aux diverses maladies auto-immunes.

Par ailleurs, il y a également consommation de beaucoup trop de laitages (il faut bien trouver les protides quelque part). Et depuis que vous suivez ce blog, je suppose que vous connaissez tous les désagréments qu'il y a, à manger l'aliment qui aurait dû n'intéresser que le veau. Ah oui ! le calcium, mais là aussi le veau va l'assimiler et nous, nous allons fabriquer des becs de perroquet le long de notre colonne vertébrale et du rhumatisme un peu partout. Cela ne tue pas, c'est vrai aussi, mais ça fait mal. Les orientaux qui ne mangent pas ce genre de calcium ne souffrent pas de décalcifications, bien au contraire, les taux d'ostéoporose dont nous sommes les champions, sont très bas chez eux, preuve que le calcium se trouve facilement par ailleurs.

Alors il nous reste à être omnivore. Et pourquoi pas ! Nous avons des canines ce n'est pas pour rien. Les ruminants comme les vaches n'en ont pas, il n'y a que les animaux carnassiers qui en ont. Même les singes (nos ancêtres ?), ont des canines très proéminentes, le chimpanzé, le plus proche de l'homme, mange des petits animaux comme les fourmis et les termites. Donc, nous aussi nous pouvons manger de la viande ou du poisson. Le problème actuellement se pose surtout dans la qualité des produits animaux. Tous ceux issus d'élevage, que ce soient des poissons ou des volailles reçoivent des quantités de médicaments. Et la viande ne ressemble plus à celle de nos ancêtres. Il est devenu impératif de privilégier les viandes issues de l'agriculture biologique et pour les poissons, les sauvages, malgré les métaux lourds qu'ils peuvent contenir. Parmi tous les maux, il faut choisir le moindre. De toutes façons, la consommation de produits animaux doit être réduite et si on s'en tient à de petites quantités on peut dire qu'ils sont des aliments de sécurité. Il faut privilégier la qualité dans ce domaine, c'est impératif.

On parle beaucoup en ce moment de l'alimentation paléolithique, celle des chasseurs-cueilleurs, parait-il ce serait la meilleure pour nous, ce n'est pas d'aujourd'hui que l'homme mange un peu de viande. C'est vrai qu'il mangeait tout cru donc c'est difficile de comparer. On dit beaucoup de mal de la cuisson, mais la cuisson aurait permis de mieux extraire les calories de nos aliments ce qui aurait entraîné le développement accéléré de notre cerveau, une hypothèse, mais pourquoi pas ? A condition de ne pas trop cuire car nous connaissons les fameuses molécules de Maillard (le caramélisé des aliments trop cuits, croûte du pain, barbecue, etc...) qui encrassent l'organisme à vitesse grand V.

Depuis TOUMAI , le premier hominidé ?, il y a eu 350.000 générations. Pendant tout ce temps les hommes n'ont pas eu d'autres solutions que de manger des produits animaux. Et depuis 333 générations seulement, c'est à dire depuis l'avènement de l'ère agricole, où les humains se sont sédentarisés, qu'ils ont cultivé, fait pousser des céréales, et ont adopté une autre forme d'alimentation, ils ne cessent de voir fleurir de nombreuses maladies inconnues de nos ancêtres. Certains prétendent que nos ancêtres étaient végétariens, difficile à croire, car on a retrouvé jusqu'à 100 têtes de cerfs dans des grottes occupées par 'l'homme de Tautavel". Pourtant, les outils, les armes ne seront inventées que plus tard et ces hommes chassaient déjà. Ils avaient des pieux, des lances en bois, des fossés en guise de pièges, etc...

J'ai eu l'occasion de le dire, c'est comme si pendant 249 jours vous mangiez des produits animaux, l'organisme s'y habitue, mais le 250ème jour vous mangiez des céréales, du sucre, des laitages. L'organisme est perdu et ne reconnait pas cette nourriture. Notre corps n'évolue pas si rapidement et notre pouvoir d'adaptation a ses limites.

Il est évident que nos ancêtres n'avaient pas une alimentation assurée et régulière comme nous. Au gré des saisons et des opportunités, ils pouvaient être végétariens ou même végétaliens par moments. Le manque de gibier pouvait dicter leur façon de manger, mais en période d'abondance, ils pouvaient tout aussi bien être carnivores stricts.

Cette alimentation était aléatoire, on ne peut passer sous silence qu'à certaines périodes, il n'y avait rien à manger, et donc cela aussi nous donne des indications, un repos alimentaire de temps en temps est très bénéfique. Le jeûne ou le jeûne intermittent, ils n'avaient pas besoin de l'étudier pour le connaitre, ils le vivaient au quotidien.Ce sont des centaines d'études qui confirment tout le bien que cela leur apportait. Installer dans nos vies le jeûne intermittent c'est excellent et très facile. Et je n'ose pas ajouter que devant ces périodes de vacances et d'abondance qui se profilent, c'est un très bon moyen pour ne pas saturer notre corps et ne pas annuler tous les efforts que nous avons effectués pour nous construire une bonne santé.

En conclusion, nous pouvons comprendre le point de vue, qui a été le notre pendant très longtemps, à savoir que les régimes végétaliens et végétariens sont purificateurs. Mais si nous recherchons une alimentation logique, une alimentation équilibrée, qui a des millions d'années de justifications, de références, que nos organismes vont facilement accepter car ils ont été façonnés pour cela pendant tout ce temps, il n'y a pas photo, nous ne devons pas rejeter les produits animaux.

Les régimes végétaliens, végétariens et végans ne trouvent aucune justification dans l'histoire de l'homme. Ce sont des régimes qui répondent à des arguments comme dégradation de la viande, maltraitance des animaux d'élevage, dégradation de l'environnement, abondance de nourriture, saturation , purification, nettoyage de l'organisme, etc.. Et, en ce sens, ils ont une justification... pendant un temps seulement.

Donc, en résumé, le végétalisme tout cru pour les périodes de maladies (c'est ce qui ressemble le plus au jeûne) et l'alimentation omnivore pour les périodes de santé. Avec quelques restrictions, manger bio, manger sain, manger peu, et un maximum cru. Et toujours de l'activité physique.

Nous avons devant nous les vacances, donc pas de souci, vivez l'instant présent intensément, profitez de chaque jour et rendez-vous en Septembre,

BONNES VACANCES A TOUS !

Tags : Végétalisme, végétarisme, omnivore, cure de Breuss, vieillissement, jeûne, jeûne intermittent, activité physique, gluten, maladies auto-immunes, alimentation paléolithique, chasseurs-cueilleurs, molécules de Maillard, Toumaï.

Commenter cet article

Anneau 02/09/2015 17:20

Je vous félicite pour toutes ces informations , excellent Blog

Boisvert 05/09/2015 17:23

Merci Anneau !

Chirurgien 21/07/2015 16:42

Je viens de découvrir votre blog et je le trouve sincèrement très intéressant!
À mon avis, il faut suivre un régime qui s'adapte avec votre état de santé. Il faut visiter un nutritionniste et faire quelques analyses avant de suivre n'importe quel régime alimentaire.

Boisvert 21/07/2015 17:27

Bonjour,
C'est un point de vue médical, mais ne sommes-nous pas tous fait des mêmes organes, soumis aux mêmes poisons, et n'avons-nous pas les mêmes systèmes pour notre métabolisme ? Si celui-ci fonctionne mal nous tombons malade. C'est le degré de dégradation du moment qui conditionne la difficulté à revenir à un état de santé satisfaisant. Si l'on rétabli un métabolisme correct c'est toute la filière qui va s'améliorer, et donc tous les organes. On peut très bien guérir sans connaitre exactement le nom de la maladie qui nous étouffe. L'intestin grêle, c'est la clé et c'est à partir de cet organe que l'on va fabriquer de la maladie ou de la santé et ce n'est pas une vue de l'esprit, j'ai pu le constater des milliers de fois. C'est l'alimentation qui va ouvrir toutes les portes.

emma 06/07/2015 11:56

Merci pour l'article, fallait faire la mise au point sur ce sujet et à mon avis, il vaudrait adapter les 3 régimes alimentaires et les alterner selon les conditions et circonstances (comme le végétalisme en cas de maladie), parce que se limiter à un seul ne peut point être bon pour la santé.

Boisvert 06/07/2015 12:11

Bonjour Emma,
Bien sûr, le régime cru est excellent en cas de maladie, comme le régime cétogène, le régime paléo est excellent pour l'alimentation de tous les jours, pour garder sa santé, chacun a sa zone d'action et excelle dans un domaine.

bébert 30/06/2015 17:29

Un bon article à lire ou relire.

http://fr.sott.net/article/8684-Le-regime-paleolithique-revisite

Boisvert 03/07/2015 14:54

Merci Bébert pour tous; c'est très long je vais le lire.

Luc S 30/06/2015 10:56

Bonjour je suis nouveau sur ce blog, je trouve vos explications claire et précises, merci beaucoup.

Pour ma part j'ai diminué mes apports journaliers en gluten et laitage (surtout de vache) et ait autmenté ceux en fruits et en légumes, et je profite de l'été pour me faire beaucoup de salades affin de manger les légumes cru.

Boisvert 03/07/2015 14:47

Bienvenue sur le blog Luc, mais attention ce sont toutes les céréales et les glucides en général qu'il faut tendre à éliminer. Voir les régimes cétogène et paléo.