TOUS MALADES

Publié le par boisvert

Nous sommes tous des malades qui marchent. En tous cas, c'est ce que l'on veut nous faire croire. Tout est mis en place pour que les tests de plus en plus performants découvrent qu'il faut vous traiter.

Nos instances semblent oublier que le temps qui passe fait des ravages chez tout le monde. Et ne croyez pas que chez les naturopathes, ce n'est pas pareil. Nous vieillissons tous et nos organes, autrefois si performants, semblent fatigués. C'est notre système digestif, notre foie, notre cerveau, nos muscles, notre peau, nos articulations, etc... Nous sommes également moins résistants, notre système immunitaire montre lui aussi des signes de fatigue.

Mais nous devons accepter de vieillir. Si nous refusons cela nous allons tout droit pleurer misère chez le toubib du coin, qui lui, est bien briefé par les grands labos, vous devenez illico une proie pour tout ce joli monde. Avec leurs instruments très performants, vous allez sortir de ces recherches encore plus malade que lorsque vous êtes entré parce qu'on va vous faire comprendre que vous êtes MALADE. Et en plus, certains d'entre vous vont dire voilà ! je le savais ! En quelque sorte vous êtes soulagé, on a trouvé quelque chose.

Vous vous sentiez vieux et c'est bien normal puisque vous l'êtes, aujourd'hui ça y est, vous êtes malade. Vous êtes passé au stade au-dessus, on va même mettre un nom sur toutes vos déficiences, ainsi pour chaque "maladie", on va pouvoir vous donner des médicaments. Puisque l'un ne va pas sans l'autre.

Prenons par exemple la prostate. (Excusez-moi, je parle de ce qui handicape tous les "petits vieux" comme moi). On peut dire que pratiquement 100% des hommes ont un problème de prostate après 50, 60 ou 70 ans. Il faut savoir qu'à 20 ans, la prostate ne pèse que 30grs alors qu'à 70 ans, elle en pèse dix fois plus, c'est à dire 300grs. Etant donné que cet adénome se développe par l'intérieur (alors que le cancer se développe sur l'extérieur de la prostate) et qu'elle a eu la mauvaise idée de s'accrocher autour de notre urètre, le résultat, l'urine ne s'écoule plus aussi facilement.

Et là, c'est le sale truc. En effet, la prostatite ou le cancer de la prostate sont des maladies, donc nous avons des moyens d'action, nous pouvons soigner naturellement. Mais pour ce qui est de l'hypertrophie de la prostate, ce n'est pas une maladie, c'est tout simplement la vieillesse, et ça complique, parce qu'une thérapeutique qui vous fait revenir en arrière en matière d'âge, ce n'est pas facile, vous en conviendrez. Difficile d'enlever les marques du temps, les rides ou les cheveux blancs. Si vous allez voir le corps médical, là non plus, ils ne savent pas faire, alors la solution, on vous enlève un morceau de prostate, ou toute la prostate, ou encore on joue à perturber vos hormones, avec les inconvénients qui vont avec, l'impuissance, les fuites urinaires, et j'en passe, ce n'est pas réjouissant. On sait comment on entre, on ne sait jamais comment on va en sortir. Personnellement, je n'ai trouvé que le jeûne complet pour tenir en respect cette prostate si envahissante. Et il suffit de 4 ou 5 gros repas de fin d'année pour que cette prostate se manifeste, c'est elle qui profite en premier de cette abondance de nourriture. Pour ceux qui sont concernés, au jeûne, j'ajoute la bromélaïne (adénome) et la quercétine, (prostatite) qui aident bien dans ce cas, et qui me paraissent les éléments les plus efficaces (laboratoire Nutrixeal).

Voilà donc un élément marqueur du temps qui passe chez les hommes, mais qui n'a pas quelques douleurs, qui n'a pas quelques défaillances de sa mémoire, peut-être un peu de surpoids, un transit pas toujours au top, une fatigue anormale, etc... Allez faire des examens, scanners, IRM, analyses sanguines, et vous allez découvrir que vous êtes malades, en tous cas on va vous le dire. Et vous voilà dans le système médical et dans les griffes de cette médecine qui semble vouloir créer des malades là où il n'y a que des vieux. Vous devez accepter de ne plus vivre "comme un jeune", de ne plus avoir les même sensations, les mêmes possibilités. Votre corps ne peut plus vivre comme avant, manger comme avant. Et votre médecin sera logé à la même enseigne, inutile d'aller le voir.

Une étude pratiquée à Cleveland Clinic a pu déterminer que si on pratique une biopsie de la prostate aux hommes entre 50 et 60 ans on va trouver 45% d'hommes qui sont porteurs de cellules cancéreuses, presque 1 homme sur 2.

La solution c'est de vivre plus lentement, manger moins, s'accepter tout simplement. C'est un nouvel état mais ce n'est pas une maladie, ne vous lancez pas dans la chimiothérapie à tout va. Cela n'arrangera rien. Cancer de la prostate ? Sachez qu'on en a découvert chez des jeunes de 20 ans alors qu'il ne se détecte qu'après 50 ans et plus. Après 70 ans, on peut dire que tous les hommes ont des cancers de la prostate, le cancer tortue. Vous vous rendez compte du bon filon pour les grands labo ? Une véritable manne. Nous sommes tous des cancéreux en puissance. Attention, je dis bien des cancéreux, mais pas des malades du cancer. Notre système immunitaire élimine chaque jour la plupart de ces cellules qui migrent.

Donc à quoi bon un diagnostic ? On peut même dire que c'est le diagnostic qui fait la maladie, puisque nous savons déjà que nous sommes porteurs de cellules cancéreuses. Ne faisons pas la guerre à la maladie, ce sont les médecins qui s'en occupent, nous, c'est le malade qui nous intéresse et rendons-le fort, aidons-le à se défendre, il sait comment se débarrasser des gêneurs et des scories.

Si on sait aider son système immunitaire, si on ne veut pas vivre au-delà de ses moyens, on peut le contenir, le cancer est une maladie, donc on peut lutter naturellement, on ne va plus nourrir ces cellules qui aiment tant le glucose, qui ne se nourrissent même que de cela. On va bichonner nos cellules NK (Natural killers), nos macrophages, et on va les aider à se débarrasser de ces cellules malades, après tout c'est leur travail. Pourquoi aller se traiter avec des produits qui rendraient malade une personne saine ? On peut vivre très vieux, même avec son cancer, c'est tous les jours que des cellules dégénèrent et meurent et nous en avons toujours en circulation, surtout chez nous, les vieux. Mais on peut leur rendre la vie intenable et c'est ce que nous allons faire.

Malades ? NON ! vieux, tout simplement !

Fernand Joubert

Tags : Système immunitaire, cancer de la prostate, cellules cancéreuses, prostate, vieillir, adénome, prostatite, hypertrophie de la prostate.

Commenter cet article

Sibille 22/02/2016 19:58

Ah Cardamome, comme je vous comprends et vous envie avec votre jardin de campagne au fin fond de l Aude, quel bonheur ! Se laisser aller en espérant une douce nuit d été ..... moi aussi je suis pour ! Il reste quand même quelques années devant nous . C est vrai que le moral et la soif de vivre aident à avancer mais à ce jour j en suis encore à me demander si le riz est bon pour moi ou comment je vais faire pour laisser ce croissant tout chaud qui me fait de l oeil.... Ah, atteindre la sagesse de Fernand !

Boisvert 22/02/2016 20:23

Oh ce n'est pas de la sagesse, c'est simplement du bon sens. Lorsqu'on a compris ce qui est bon et ce qui est mauvais, cela devient plus facile d'éliminer les toxiques. Il faut prendre de nouvelles "bonnes" habitudes et ça vient assez facilement, à mon grand étonnement.
Courage Sibille !

CARDAMOME 22/02/2016 19:10

je pense qu'effectivement la meilleure alimentation est, non pas le végétarisme mais le paleo (qui fait la part belle aux végétaux et aux baies avant la viande). Le soucis c'est que je ne suis pas encore arrivé à me décider tellement j'aime mon pain,le riz de temps en temps et mes pâtes fraiches de temps en temps.Alors tant pis!
l'immunité, c'est le MOI me disaient mes enseignants en naturopathie et je pense qu'avant tout, il faut conserver un excellent moral, une soif de vivre et la faculté de savoir prendre du recul et les choses avec philosophie. Tous les gens qui vivent vieux ont ce type de caractère et d'attitude face aux choses de la vie.
Après, quand je vois ce que le monde devient...je n'ai pas très envie de le supporter au delà de ce qui est supportable et si, quand je serai dans mon jardin de camapgne (petit village du fin fond de l'Aude), à la retraite, si ce pseudo monde évolué vient à franchir ma clôture, sans que je l'y ai invité je pense que je me laisserai doucement aller en espérant une douce nuit d'été

Boisvert 22/02/2016 20:19

Bonjour,
Philosophe mais gourmand. Le moral va avec la santé, Cardamome. Avec Paléo je pense que je n'ai jamais été aussi heureux car en pleine forme. Et puis un naturopathe ça doit donner l'exemple, alors courage ça viendra petit à petit. Moi aussi j'aimais le bon pain, les bonnes pâtes fraîches, mais finalement ce n'est pas cela le plus pénible, c'est toujours ce satané sucre qui est le plus difficile à éradiquer.

Sibille 22/02/2016 13:09

J aime beaucoup cet article, il parle à tout le monde. Mais, Fernand, pas de céréales du tout dans l alimentation ?? Pas de riz ? Enlever le gluten , j ai compris pourquoi mais si on enlève toutes les céréales il reste quoi ? Merci de m éclairer ! Bisous à tous..

Boisvert 22/02/2016 14:56

Bonjour Sibille,
Enlever le gluten ne suffit pas. Nos ancêtres n'on pas connu les céréales pendant des millions d'années, c'est une référence. Et nous qui les connaissons somme devenus des proies faciles pour toutes sortes de maladies toutes plus incurables les unes que les autres. Et ce depuis seulement 10.000 ans. Et je pense que tu seras d'accord vec moi pour constater que la situation s'aggrave chaque jour un peu plus. Il n'y a qu'à voir les véritables épidémies de gens en surpoids, de maladies cardiaques, de cancers, de diabète de type 1 et 2, de scléroses de toutes sortes.
Je ne peux rien faire de mieux que te faire parvenir l'article que j'ai écrit sur l'alimentation Paléo. Tu verras qu'il y a encore beaucoup à manger et moi qui ai essayé toutes sortes de régimes, je peux te dire que c'est un des meilleurs, que l'on peux tenir très longtemps en tous cas, moi je le garde pour toujours, et on ne meurt pas de faim ni d'envies intempestives, c'est varié. Le seul manque c'est le goût du sucré pas facile à chasser. Nous sommes tous accros au goût sucré. Bisous, à+
http://santenature.over-blog.com/2015/01/regime-paleo-pratique.html

Pierre 21/02/2016 19:18

Bonsoir Fernand !

Merci pour cet article qui re cale les pendules à l'heure ! Je suis à la moitié d'un des nombreux livres écrits par le Dr de Lorgeril, et j'ai abandonné ( momentanément voir je l'espère définitivement les médicaments )

- j'ai troqué l'hypotenseur contre une gousse d'aïl lacto fermentée, mon arythmie a disparu
- l'aspirine a été rempacée par la spiruline
- l'anti plaquétaire par l'urokinase

Je suis vieux, en bonne forme et je vais enfin pouvoir jeûner sans prise de médicaments

Je marche à l'économie en matière de gluten, mais comme toi, je ne les pèse pas ( à l'exception du pain fait maison et des céréales, 620 gr/semaine ) .. je m'habitue tout doucement à réduire le gluten , tout en augmentant les graisses !

Ajoute à cela 20 heures de jeune hebdomadaire !

Pour la prostate , quelques graines de courge ( trempées ) et des baîes de craneberge ...

Merci pour tout Fernand !

La difficulté sera maintenant de trouver un naturopathe !

@+

Pierre

Boisvert 21/02/2016 20:23

Salut Pierre,
Petite rectification, je ne pèse pas mais les céréales, gluten ou pas gluten je n'en mange plus du tout. C'est le reste que je ne pèse pas, il ne faut pas non plus se pourrir la vie.
Bravo à toi, tu es sur le bon chemin, mais il faut que tu passes les céréales à la poubelle, nos ancêtres n'en mangeaient pas du tout pendant Plus de 2 millions d'années, elles sont toutes récentes et notre génome n'y est pas accommodé. Ce n'est pas un aliment pour nous. C'est pour les poules. Essaie de faire manger de la salade à ton chien tu verras comment il se comporte. Il en est de même pour nous avec les céréales.

Guillaume 21/02/2016 14:33

Et oui vieux et malade ce n'est pas.pareil!