Les esters cétoniques

Publié le par boisvert

Les scientifiques sont en train de produire l'ester cétonique (une forme concentrée de cétones). En cas de maladie d'Alzheimer, par exemple, l'insulinorésistance empêche les cellules cérébrales d'accepter le glucose, leur carburant principal. Mais dans de nombreuses maladies, nos cellules ont des difficultés à accepter le glucose, donc cette nouvelle ne peut qu'être bénéfique, on va leur apporter de toute urgence un carburant de remplacement, les cétones. L'organisme produit des corps cétoniques lorsqu'on jeûne, que l'on utilise la restriction alimentaire, en faisant du sport, en consommant de l'huile de noix de coco ou en mangeant cétogène.

Alors pourquoi vouloir créer encore plus de cétones ?

En fait, plus le taux de cétones est élevé dans le sang, plus il y en aura de disponible pour le cerveau. Le grand avantage des esters cétoniques c'est qu'une seule dose peut faire augmenter le taux de cétones jusqu'à 5mmol/l, ou même plus, pouvant ainsi apporter autant que deux tiers des besoins énergétiques du cerveau, ce qui pourrait potentiellement arrêter, voire inverser, le processus de la maladie d'Alzheimer. Enorme !

Pour produire ces esters on associe 3 molécules du corps cétonique B-Hydroxybutyrate à du glycérol pour former une structure très similaire à un triglycéride. Cela consiste à attacher la cétone B-Hydroxybutyrate à un alcool, comme du 1,3-butanediol, afin de produire ce que l'on connaît comme étant l'ester cétonique. La FDA a déjà reconnu le butanediol comme étant sans risque. L'association de la cétone et du butanediol peut contribuer à prolonger l'augmentation du taux de cétones.

Cette étude confirme d'autant plus les effets neuroprotecteurs des cétones et l'utilité potentielle de l'ester cétonique pour traiter la maladie d'Alzheimer, de Parkinson, et potentiellement une multitude de pathologies où se manifeste un problème d'assimilation du glucose dans les cellules.

C'est le dr Cahill et ses associés qui furent les premiers, en 1967, à annoncer que les cétones sont utilisées comme carburant alternatif par le cerveau en cas de famine, lorsque les réserves de glucose sont épuisées. Les cétones sont un type de super-carburant encore plus efficace que le glucose pour produire de l'énergie à l'intérieur des mitochondries des cellules et elles pourraient remplacer le glucose comme l'insuline en période de privation de nourriture. Une situation que, vous l'imaginez peut-être, était assez fréquente chez nos ancêtres, où le repas n'était jamais assuré.

Les études sur les effets de l'ester cétonique sur des souris se poursuivent également, et, en 2012, les résultats d'une étude révolutionnaire furent publiés, effectués par le dr VEECH et son équipe, sur une souris modèle de la maladie d'Alzheimer, montrèrent une réduction des plaques comme des enchevêtrements dans le cerveau, ainsi qu'une atténuation de l'anxiété et des améliorations subtiles au niveau de l'apprentissage et de la mémoire chez les souris qu'on nourrissait de l'ester cétonique. Le fait de nourrir les souris de cette manière faisait augmenter le nombre de mitochondries dans les cellules de graisse brune, ce qui ne se produit pas en suivant par exemple un régime cétogène riche en gras, pourtant réputé pour produire des cétones.

Utiliser l'ester cétonique présente le grand avantage de produire facilement des taux considérablement plus élevés de cétones sans aucune modification du régime alimentaire, comparés aux taux beaucoup plus bas obtenus en utilisant l'huile TCM ou de coco, ou en adoptant un régime pauvre en glucides.

L'ester cétonique pourrait être le traitement le plus prometteur, mais les études coûtent très cher et  n'avancent pas vite. A l'Université de Floride du Sud, à Tampa, la recherche sur des animaux se poursuit sous la direction de Dominic d'Agostino, PH.D., pour observer les effets de ces stratégies sur le cancer, la maladie d'Alzheimer, la SLA, la cicatrisation des blessures, la toxicité de l'oxygène, l'épilepsie ainsi que sur les traumatismes crâniens. Nous savons en effet que la déficience mitochondriale empêche les cellules cancéreuses d'utiliser efficacement les cétones comme carburant alternatif. Donc, là aussi, les esters cétoniques seraient encore plus efficaces que le régime cétogène qui peut malgré tout, à lui seul, stopper l'évolution du cancer.

A suivre ...

Fernand Joubert

Tags : Huile de noix de coco, huile TCM, mitochondries, cancer, SLA, ester cétonique, insulino résistance, cétones.

Sites : du dr D'Agostino : www. ketonutrition.org - sur son blog : www.ketonutrition.blog.spot.com

Livre d'Ellen Davis : Combattre le cancer grâce à un régime cétogène

Dr Mary NEWPORT : Le pouvoir thérapeutique du régime cétogène et de l'huile de noix de coco.

Commenter cet article

doris chasserez 05/12/2016 20:01

Merci à vous Fernand pour le rappel (par mail) de vos derniers articles si intéressants.
Je suis très émue de voir combien les personnes souffrent, dont ceux qui vous écrivent. Et notamment ceux concernés de près ou de loin par la maladie de Lyme. J'espère que les soins soient plus accessibles et que vous alliez le mieux possible également.
MERCI pour tous ceux que vous aidez

Boisvert 06/12/2016 07:01

Bonjour Doris,
En tous cas ceux qui souffrent de la maladie de Lyme peuvent me contacter, parce que je pense que je suis en mesure de les aider déjà. Je ne m'en sort pas trop mal pour l'instant. Je ne vais pas encore écrire à ce sujet. Vous le savez, j'aime tester avant de témoigner sur l'efficacité des traitements naturels. Et là j'y suis obligé car j'ai été touché par la maladie. Donc lorsque j'aurais la certitude que mon protocole marche bien, tout le monde le connaîtra. Pour l'instant je peux témoigner que je vis à peu près comme tout le monde, sans douleurs. La maladie est là comme en témoignent de petits symptômes pas très handicapants mais elle est tenue en respect. Donc s'il y en a qui se débattent avec cette maladie vous pouvez me contacter par le biais du bouton contact en bas du blog. Merci pour le post, A+

Agathe 03/12/2016 10:56

Bonjour Sieur Boisvert

La lyme vous a récemment abattu, moi c'est la mort de mon fils, 19 ans....

Pour garder la tête "froide" et ne pas couler sous la douleur, j'ai de suite consommé de l'huile de coco. J'ai fait des écart à mon alimentation sans gluten, amidon, peu sucrée... mon corps l'a remarqué.
J'ai senti mon cerveau se fêler, et j'ai observé les résultats des lésions: perte de mémoire, manque d'à propos, difficultés diverses dues à ce traumatisme.
Je témoigne de la validité des corps cétoniques pour dépasser les symptômes psychologiques en plus de ceux physiques. Je savais que j'aurai une période très difficile à vivre et je connaissais une astuce pour mieux faire face aux difficultés : cétose. Mais je savais aussi que je n'arriverai pas à rester en mode cétogène, et pour cause. C'est trop fracassant ce genre de situation. Il me fallait donc continuer à fournir à mon cerveau son carburant préféré, pour qu'il ne s'effondre pas complètement, pour qu'il restaure ou fabrique de nouvelles connexions vitales. Et j'y suis arrivée.
Avec le recul, je suis fière de moi, j'ai su m'aider.
Grâce à vous, entre autre, à votre blog, à ces trésors d'information
J'ajoute : l'apport de sucre est nuisible à la réflexion, à une pensée saine. Quand j'avale "trop" de sucre, même en dessous des normes officielles, je sens un gros coup de massue, une fatigue, un abrutissement de mon cerveau. Symptôme non négligeable, n'est ce pas ?

bon retour à un mode de vie agréable en santé et pensée

Agathe

boisvert 03/12/2016 12:25

Bonjour Agathe et tout d'abord sincères condoléances pour votre fils, quelle horreur !
Bravo à vous qui avez su tenir le cap, su résister à la tentation du sucre entre autres, qui sert souvent de compensation dans ces cas-là. La vie est parsemée d'épreuves et vous en traversez une grosse,
Bon courage, tenez bon !.