Vous voulez, vous pouvez

Publié le par Fernand Joubert

J'ai déjà eu l'occasion de dire que rares sont les maladies que l'on ne puisse guérir par des méthodes naturelles mais, par contre, nombreux sont les malades qu'on ne peut guérir.
A force d'habitude, je savais en écoutant le malade, lequel avait la volonté, le vouloir.   Ceux qui arrivaient en disant, je suis prêt à tout, j'ai confiance et ça fait longtemps que j'en bave, allaient sûrement se guérir. Car en naturopathie, vous le savez aussi, c'est le malade qui se guérit, c'est lui qui va faire le boulot, le thérapeute lui indique le chemin, mais c'est lui qui aura besoin de beaucoup de volonté, de beaucoup de conviction.
Et le mental étant prêt, la moitié du chemin est fait.
Nos ancêtres n'avaient pas à se préoccuper de leur psychisme, c'est tout le temps leur physique qui était épuisé. Ils se dépensaient davantage physiquement. Ils marchaient, travaillaient dans les champs péniblement, allaient tirer l'eau du puits, coupaient le bois pour se chauffer. C'étaient des efforts musculaires à longueur de journée. Et le repos était logiquement une détente, une vraie, la fatigue était physique. Le sommeil venait doucement. Leur psychisme ? Ils ne savaient pas ce que c'était.
Depuis l'ère moderne, beaucoup d'entre nous n'avons pratiquement plus d'activités physiques. Les muscles ne travaillent plus, surtout dans les villes, et parallèlement la fatigue nerveuse s'intensifie. Et cette fatigue nerveuse, ce manque de volonté, cette apathie psychique sont liés au manque d'exercice dont souffrent la plupart des citadins d'aujourd'hui. Heureusement, on voit de plus en plus de cyclistes sur les routes, de gens qui font du jogging, beaucoup ont pris conscience que pour être bien dans son corps et dans sa tête, il faut bouger. Le manque de mouvements conduit naturellement vers une atrophie musculaire. Si vous n'êtes pas tonique dans vos muscles, vous ne l'êtes nulle part ailleurs. Votre système nerveux est à plat. Et c'est inutile de vous demander si vous voulez, vous ne pouvez pas.
Lorsque vous rencontrez une personne ayant une piètre attitude, c'est qu'elle a une pauvre opinion d'elle-même ; cet individu ne s'aime  pas beaucoup en tant qu'être humain et il n'a donc pas la volonté de se sublimer pour un retour à une vie heureuse et riche. Une personne heureuse est une personne qui a une attitude mentale positive. Et la personne qui a une attitude négative est souvent malheureuse, aigrie et par voie de conséquence, malade.
L'un est esclave des évènements, il subit. L'autre les domine, s'en accommode, il agit en fonction de l'adversité.
L'homme, par nature, a toujours tendance à penser qu'il ne pourra atteindre les buts qu'il s'est fixé. Mais nous pouvons être sûrs qu'en chaque être humain il existe un immense réservoir de dons, de talents, de capacités inexploitées, un énorme potentiel, en somme.
Et je suis sûr que malgré l'énormité et le poids de l'adversité, l'être humain a les capacités de faire front, s'il veut, il peut.
La personne qui a des pensées négatives dresse une véritable barrière, que dis-je une barrière, un mur, que les autres auront beaucoup de mal à franchir. Alors que celui qui a des pensées positives attire tout, la bienveillance, la chance, l'amour et aussi la santé. N'en doutez pas, ce que vous pensez se  lit sur votre visage et sur tout votre être. Notre attitude peut avoir un effet extraordinairement puissant. Essayez de sourire sincèrement, et en même temps d'avoir de mauvaises pensées.
Je me souviens avoir utilisé cette méthode de pensées positives dans ma pratique professionnelle. Nous avions un Directeur qui avait une trés forte personnalité de sorte que lorsque nous nous trouvions en face de lui, tout le monde perdait plus ou moins ses moyens et on n'arrivait pas à lui dire ce que nous voulions. Il était impressionnant. Alors au lieu de ruminer cette trouille, j'avais des pensées positives comme : "Cet homme oeuvre pour nous, c'est grâce à lui que l'entreprise est prospère, et moi je lui souhaite tout le bonheur du monde." Il faut bien sûr le penser sinc-rement. Et je peux vous dire que je voyais le changement dans ses propres attitudes, je ne voyais plus cette barrière dure entre nous et je suis sûr que lui le ressentait de cette façon. La communication était de nouveau possible. J'avais tombé une barrière de crainte, de peur, de pensées négatives. Donc vous aussi, entourez-vous d'ondes positives, tombez ces murs que vous avez dressé et tournez-vous vers votre prochain et vous serez porté par un formidable courant d'amour. 
Vous avez remarqué les gens qui réussissent, on les voit bomber le torse, parler fort, agir vite, foncer, ils ne doutent pas, ils sont sûrs de réussir, et ils réussissent. Et l'aspect physique n'y change rien, beaux ou laids, grands ou petits, l'attitude mentale est positive, ils inspirent la confiance, ils respirent l'assurance, on peut s'appuyer sur eux, on les sent solides.  L'important n'est pas d'être la personne la plus intelligente, ou la plus forte, ou la plus belle mais, que dans sa tête elle le soit, elle se sente bien, et qu'elle s'aime comme elle est.
En matière de santé nul n'est besoin de ressasser ses problèmes, il faut que toute l'attention, tout le potentiel disponible, soit tourné vers le but à atteindre. Vous allez guérir et vous ferez tout, et vous utiliserez toutes vos forces et toute votre volonté pour y arriver. Il n'y a aucune barrière que vous ne puissiez abolir.
Si vous voulez, vous Pouvez.

Publié dans santenature

Commenter cet article

FRISON 29/08/2009 16:34

Merci beaucoup d'avoir pris la peine de répondre à mes questions quant à l'anémie de ma mère... Elle comprend ENFIN que de manger toutes les 2 heures fatigue son organisme, et essai de ne faire que 2 repas par jour ... Elle marche, et s'oxygène le plus possible, et surtout elle est très positive, et je commence à le redevenir aussi, enfin. Mon réflexe et aussi celui de mes proches était de lui dire de manger, manger, manger.... de la viande, des betteraves... des vitamines... alors qu'elle n'arrivait à plus rien assimiler, et s'affaiblissait davantage... Malgré tout, elle a toujours eu de bonnes intuitions, dont malheureusement, nous, les proches, attristés de son état et totalement paniqués, nous nous attelions à contre-carrer... MERCI ENCORE,Odile F.

boisvert 30/08/2009 07:54



Bonjour Odile,
Lorsque l'on sait pourquoi on en est arrivé là, on connait aussi le remède. Beaucoup aujourd'hui pensent comme on nous l'a toujours appris à l'école et partout, on est faible, il faut donc se
suralimenter. C'est une erreur qui conduit beaucoup de patients au cimetierre. Si votre mère mangeait toutes les 2 heures elle avait saturé tous ses organes d'assimilation, son foie, et c'est
l'ensemble qui fonctionnait au ralenti, sa circulation, ses glandes endocrines. Mais si votre mère l'a compris, elle est déjà à moitié guérie. Veillez surtout à avoir des repas trés équilibrés.


Bon courage !



FRISON 25/08/2009 03:17

j'ai besoin de retrouver une pensée positive pour la santé de ma mère, allergique à toute intervention médicale, et pourtant si anémiée, si épuisée... elle a une force mentale à toute épreuve mais malgré qu'elle mange, qu'elle boive, fasse des respirations, elle n'arrive pas à se retaper... et se sent de plus en plus faible et je ne sais plus que faire, qui peut m'aider pour elle ? J'ai un ami magnétiseur qui fait ce qu'il peut mais elle ne retient pourtant rien des vitamines B12 QU'elle avale sous forme liquide.... la seule chose qu'elle voudrait dans sa situation d'urgence ce sont des perfusions ? Moi je n'en dors plus ne sachant vers qui et quoi me tourner .... POUVEZ-VOUS M'aider ??????MerciOdile

boisvert 28/08/2009 16:03


Bonjour Frison,
Il est difficile de donner des conseils dans ce cas-là car on ne connait pas l'état de la malade. Mais il y a une indication majeure c'est qu'elle n'assimile  rien. Elle est anémiée, épuisée,
alors il est impératif de faire reposer son organisme. Le jeûne trés court et périodique me semble un bon moyen pour que l'organisme assimile un max. Aussi curieux que cela puisse paraître les
globules rouges augmentent en nombre dans un organisme qui jeûne mais comme la malade est déjà épuisée, il faut privilégier les jeûnes trés courts comme par exemple sauter un repas du soir pendant
une semaine.
Supprimer les laitages afin de ne pas saturer le foie qui est le maître d'oeuvre.
Privilégier les sorties nature, il faut bouger dans la mesure où elle le peut encore, c'est impératif.
Au cas où il y ait un problème infectieux il serait bon qu'elle fasse une cure d'extrait de pépins de pamplemousse pendant au moins 1 mois.
Des bains de siège froids si possible et si possible aussi bains de mer, le plus souvent possible.
Bon courage !


joubert 24/12/2007 19:01

C'est vrai que c'est un peu en pensant à vous que j'ai écrit cet article. Je sais aussi que lorsque l'on veut employer les grands moyens c'est difficile et il faut beaucoup de volonté. Je vous en souhaite beaucoup et une trés bonne santé pour 2008.

elisabeth 24/12/2007 15:24

oui je sais que je vais arriver à guérir , j'ai confiance, mais la route est parfois bien longue avant de trouver la solution, joyeuses fetes