L'HUMUS, LA VIE

Publié le par boisvert

L'humus c'est un des plus grands problèmes posé à l'humain. Il est la condition fondamentale d'un épanouissement harmonieux dans un environnement qui l'est de moins en moins. Et il est malheureusement baffoué, oublié, détruit et pourtant le destin de l'humanité est directement lié à son entretien.
Mais d'abord, qu'est-ce que c'est que cet humus qui a une si grande importance ? En fait la vie est un perpétuel renouvellement et l'humus est cette matière organique provenant des vies antérieures en voie de réduction et ceci pour assurer la continuité des existences et des vies à venir. C'est la matière première de base qui permet la continuité de la vie sur toute notre terre. La vie qui meurt a donné la matière première pour assurer la vie qui commence et la boucle est bouclée. Et ce maillon de transmission ne doit pas s'interrompre sous peine de voir l'humanité disparaître. Et on peut en conclure que partout où il y a la vie, il y a l'humus et partout il y a l'humus, il y a la vie. C'est une loi fondamentale, le végétal s'installe partout même dans les contrées les plus inhospitalières.
Et curieusement, dans les contrées où il n'y a pas d'arrêt hivernal marqué, prés de l'équateur ou sous les tropiques, là donc où la nature n'a pas à se renouveler à chaque printemps, c'est là que la couche d'humus est la plus faible. Et par contre, elle est de plus en plus épaisse à mesure que l'on se rapproche des pôles. Nos plus belles forêts se sont constituées une belle couche d'humus sous nos latitudes plus froides. Et c'est ainsi qu'elles peuvent vivre et prospérer.
Et le terme déjà devrait nous interpeler, Humus...Humanité,...Humain,.. nos aïeux ont donné la même racine à cette matière qui entretient la vie. Et c'est toute l'humanité qui se nourrit des produits qu'elle engendre. La vie sans humus n'est pas possible. La terre ne produit plus. L'homme meurt, son destin est lié à l'humus ou plutôt ils ont un destin commun.
Comment se forme cet humus : La forêt par exemple : Des débris végétaux tombent sur le sol et s'accumulent. Des rongeurs, des insectes, des acariens, entrent alors en action et grignotent pour assurer la division et la transformation de cet élément de base. Il est malaxé, les vers de terre aussi assurent une autre transformation et puis en dernier lieu les attaques microbiennes, les bactéries, les algues, les champignons, etc... pour en arriver aux constituants de base que sont le carbone, l'azote, l'oxygène, le calcium, le phosphore, le soufre, la manganèse, le zinc, le cuivre, le fer,  le magnésium, etc... ils sont ainsi transformés en composés nutritifs solubles et assimilables et ce sol reconstitué  met tous ces éléments à la disposition des plantes vivantes.
Et c'est ainsi que nous devons toujours avoir à l'esprit que cet humus est fondamental. Si on brûle la terre aujourd'hui, si on détruit cet humus, les générations à venir seront misérables. Les pères peuvent ruiner leurs fils par une mauvaise exploitation du sol qu'ils cultivent. Et ceci à leur insu, bien sûr. Ces dégradations ne sont pas visibles trés rapidement mais elles sont lentes et sournoises.
L'humus régularise la température du sol, il réduit l'effort des travaux de labour, la terre est plus souple et donc la levée des graines est plus facile et les plantes poussent harmonieusement. La destruction de l'humus par les microbes du sol libère notamment du carbone que les plantes reprennent.
Par la vie microbienne qu'il nourrit l'humus contribue à la formation de corps complexes qui paraissent jouer le rôle de facteurs de croissance et de facteurs de protection contre les maladies et même contre les insectes. La constitution de la plante est donc bien meilleure et ce sont les animaux et les hommes qui s'en nourrissent, qui sont en bien meilleure santé. C'est ici que l'on voit l'intérêt d'entretenir cet humus pour avoir une bonne santé.
La vie du sol est intense, ce n'est pas un élément mort mais au contraire, la vie grouille en son seing. On a même dit que le poids des vers de terre contenue dans un sol correct était égal au poids de 2 boeufs trés forts à l'hectare. Et personnellement, je m'en suis rendu compte. Si vous suivez ce blog vous savez que depuis peu j'ai commencé une culture à base de Bois Raméal Fractionné (BRF). J'avais acheté une maison dont la terre était particulièrement stérile et pauvre. Je n'arrivais jamais à trouver un ver de terre . Et de
puis que j'ai entrepris de régénérer mon sol avec le BRF la terre est à nouveau grouillante de vie. Les vers travaillent la terre pour moi, gratuitement, sympa, non ? Ils font même plus de travail que si j'avais les 2 boeufs à ma disposition. Et ils ne sont pas les seuls, il y a aussi une vie microbienne qui s'est installée. On dit qu'il y en aurait un milliard au gramme et souvent même beaucoup plus dans une bonne terre. Et vous pouvez être sûr que malgré leur petitesse, eux aussi ils travaillent pour m'apporter de la prospérité et de la santé. J'ai bien sûr mis en place mon compost (déchets de cuisine) et je puis vous dire que c'est encore beaucoup mieux pour enrichir la terre que du fumier véritable. Les nouvelles plantes, poussent plus vite, plus fort et sans maladies. Finalement il n'y a que moi qui en fout pas une rame, c'est de l'esclavagisme de faire travailler toute cette faune et gratis en plus.

Encore une fois, c'est une belle leçon d'humilité que nous donne la nature. Nous sommes à la merci de ces humbles serviteurs pour la plupart invisibles et dont notre vie dépend à chaque heure de chaque jour.

Publié dans santenature

Commenter cet article

Jean-Yves CAILLET 22/09/2009

Merci pour ce superbe article !!Une formidable leçon de choses comme on disait il  y a 40 ans à l' école, trop simple, trop positif....