CONTUSIONS - ECCHYMOSES

Publié le par boisvert

On ne va pas traiter de grands maux comme le cancer tous les jours, heureusement, il y a les petits bobos de tous les jours. Alors aujourd'hui ce sera la "bosse". Mais avant de traiter une contusion et en présence d'une ecchymose assez conséquente il faut essayer de savoir s'il n'y a pas quelque chose de plus grave comme une petite fracture. S'il y a fracture, la mobilité du membre concerné se fait mal ou même pas du tout. Donc en présence d'une mobilité trés réduite, il vaut mieux soupçonner une fracture que mobiliser le membre et risquer un déplacement des os.
Autre précaution à prendre devant une écchymose conséquente et même une petite, il ne faut jamais pratiquer des massages car même de petits massages peuvent accentuer le saignement intérieur et donc l'ecchymose s'agrandira.
 Bien sûr l'emplacement de l'hématome a une importance capitale. Si c'est sur un pied ou un membre quelconque, les risques sont limités mais un coup violent reçu dans l'abdomen ou encore sur la tête, peuvent être trés dangereux, en ce sens qu'on ne voit pas tout de suite les dégats intérieurs. Une hémorragie interne peut bloquer la circulation locale et causer des troubles beaucoup plus graves.
 
SOINS NATURELS :
-  Première conduite à tenir pour éviter que l'hématome ne prenne trop d'ampleur, de la glace. Refroidir par tous les moyens sans appuyer. Le froid contracte les petits vaisseaux et arrête la petite ou la grande hémorragie. C'est valable dans toutes les situations donc, c'est la première des choses à faire, arrêter l'hémorragie interne par le froid.
- Ensuite un autre moyen pour éviter la poursuite de l'hémorragie, la compression. Bandages serrés ou compression par n'importe quelle autre méthode. Toujours sans pratiquer des massages.
- Le premier jour compresses d'eau salée froides. Par la suite lorsque l'hémorragie ne sera plus à craindre pratiquer des compresses d'eau salée chaude.
- Les vieux plaçaient une escalope de veau dessus l'ecchymose, ça empéchait l'enflure. C'est un peu dommage mais c'est quand même une astuce.
- Cataplasmes de feuilles et racines de vulnéraire cuites dans 1 litre d'eau.
- Compresses effectuées avec une décoction de racines de Primevères.
- Compresses à l'eau vinaigrée froide qu'on peut pratiquer en alternance avec des cataplasmes d'argile, plusieurs fois par jour.
- Compresses avec de la teinture mère Calendula qui a une action dispersante, rafraîchissante et solubilisante. En plus le calendula a une action anti-inflammatoire. En compresses ou en interne 2 fois par jour 15 gouttes.
- La teinture mère de la pâquerette (Bellis pérennis) a une action antitraumatique élective sur les muscles, les seins, les parois abdominales et l'utérus. Elle résorbe les ecchymoses du fait de son action décongestive. On peut la prendre en compresses directement sur le traumatisme, mais aussi en interne à raison de 20 gouttes 3 fois par jour.
- L'HOMEOPATHIE peut aider à résoudre ces problèmes :
   - RUTA : Pour toutes les douleurs périostées ou osseuses aprés un traumatisme. On l'utilise aussi pour les foulures, entorses, étirement ou arrachement d'un ligament articulaire.
   - LEDUM : Les ecchymoses d'abord rouge bleuâtre puis verdatre, longue à disparaitre. C'est le médicament de l'oeil au beurre noir.
   - ARNICA : Bien connu des sportifs. Indispensable dans la plupart des traumatismes, les contusions avec hémorragies internes (hématomes), les entorses.
   - BELLIS PERENNIS : Nous retrouvons la paquerette qui est utilisée dans les suites de contusions musculaires, pelviennes ou des seins. Les ecchymoses sont trés sensibles au toucher.
   - HYPERICUM : On l'utilise pour les douleurs par traumatismes des nerfs ou dans les régions trés innervées. Les traumatismes se situent alors sur un trajet nerveux et deviennent trés douloureux pour cela, on pensera  donc à Hypericum. Dans les douleurs névritiques également.
   - HAMAMELIS : Lorsque l'hémorragie se poursuit il faut penser à Hamamelis ou CHINA.
   - TAMUS COMMUNIS : Si aprés le choc il y a un état fiévreux.

Tous ces médicaments sont en prendre en basse dilution puisque nous traitons ici de troubles aigus et récents, donc 4 ou 5 CH, par exemple.

AROMATHERAPIE :
 HYSOPE - En usage externe contre touts les plaies, eccvhymoses, hématomes, les contusions et même les engorgements des seins.
MENTHE POIVREE - Vulnéraire, antiseptique, antiputride, améliore la vascularisation. En interne 3 gouttes 4 fois par jour ou en externe directement sur le traumatisme qui peut être également une piqûre d'insecte, en friction.
PERSIL - En usage interne elle résout tous les engorgements, oedèmes, foulures, entorses, contusions, subluxations. 3 gouttes 4 fois par jour. Et en usage externe, directement sur la partie, contre toutes les piqûres d'insectes, les entorses, les foulures, les contusions et les engorgements de toutes natures.
SAUGE - Astringente, antiseptique, antitoxique et antivenimeuse. Cette essence a des propriétés hormonales féminines. Dans le cas qui nous intéresse aujourd'hui on la prendra plutôt en externe, directement sur le coup, contre les plaies, les piqûres de moustiques, de guêpes, d'araignées, les contusions de toutes sortes.

Publié dans santenature

Commenter cet article