UN PEU DE LOGIQUE

Publié le par boisvert

La terre lorsqu'elle est en bonne santé est fertile. Les plantes y poussent harmonieusement, les arbres et les fleurs prospèrent et le tout est agréable à regarder tout simplement parce que cette terre est belle, généreuse, elle résiste facilement aux agressions de la météo, elle est en bonne santé.
Il suffit quelquefois d'un grain de sable pour enrayer cette belle mécanique. Vous avez voulu la rendre encore plus fertile, vous avez voulu que vos légumes soient encore plus gros. Alors vous y avez ajouté un engrais chimique et les légumes sont devenus plus gros, plus beaux. Seulement voilà, des parasites sont arrivés, des maladies sont apparues et pour avoir une belle récolte il a fallu traiter, ajouter des insecticides, d'autres traitements, qui venaient essayer de réparer ce déséquilibre créé artificiellement. Et pour avoir voulu encore plus de tout, vous avez perturbé un équilibre naturel et plus vous agirez et plus ce déséquilibre s'accentuera.
Est-il logique lorsqu'un déséquilibre apparait de remplacer un élément perturbateur par un autre qui sera tout aussi perturbant. Ne serait-il pas plus logique d'enlever le premier et de laisser la terre se rééquilibrer toute seule. Comme nous, elle est malade de trop de consommation.
Si j'ai pris la terre comme exemple j'aurais pu prendre notre corps car le principe est le même. Lorsque nous sommes malade c'est parce que nous avons ajouté un élément que notre corps n'a pas assimilé ou qu'il n'a pas pu éliminer et je suis gentil de dire UN élément. Cela peut être trop de gras animal, trop de sucre, trop de sel, trop d'aliments en général, la suralimentation quotidienne, etc.... Et qu'est-ce qu'on nous propose pour améliorer cette situation ? Des médicaments qui vont s'ajouter à la pollution ambiante et noircir un peu plus le tableau. Nous sommes toujours malade de trop de quelque chose, nous nageons dans l'abondance et notre médecine en rajoute. Et nos savants recherchent LE médicament qui fait disparaitre ces symptômes dérangeants. D'énormes quantités d'argent sont investies dans la recherche, mais curieusement elle est toujours orientée dans la même direction. On recherche l'élément qui va stopper le symptôme, et en plus, lorsqu'on parle de l'autruche on trouve que la plaisanterie est bonne.
Mais je comprends le médecin qui va dire à son patient, "arrêtez-vous de manger", au lieu de lui donner de "bons" médicaments. Les clients vont le fuir, il n'est pas un bon médecin il ne connait pas les médicaments qui guérissent. La plupart du temps c'est le malade qui est demandeur. Aussi pour le médecin il ne reste plus qu'une seule solution s'il veut continuer à avoir des clients, entrer dans le jeu. Il ne peut pas essayer d'ouvrir les yeux de son patient il serait tout de suite catalogué d'incompétent, il n'a pas su trouver les bons médicaments. Alors il continue à offrir des services inutiles, dangereux, et même aggravants. Il existe entre le médecin et son patient une montagne d'incompréhension, de mensonges, corroborés par des statistiques trompeuses. Si on considère le malade dans l'instant qui suit la prise de son médicament, il est guéri, "et une guérison !". En effet il avait mal à la tête il a pris son aspirine et il n'a plus mal, on a gagné !
Lorsque le médecin veut stopper une douleur dans une partie quelconque de l'organisme, céphalée, douleurs rhumatismales, du rachis, des articulations, etc.. il sait trés bien qu'il ne va pas guérir mais il sait par contre qu'il existe des médicaments qui vont stopper cette douleur, ou plus exactement la masquer et le patient en a pour son argent, il est content. C'est rapide, spectaculaire, le patient est impressionné et tout le monde il est beau tout le monde il est content. C'est ainsi que se fabriquent les maladies chroniques. Au début il y a toujours une maladie aigue, douloureuse, mais si on ne traite pas le mal à sa racine, il demeure bien au chaud. Nous n'avons rien éliminé de la cause. Par contre nous n'avons provisoirement plus de douleurs. C'est une vision à court terme. L'addition n'a pas été payée, vous avez seulement demandé à payer plus tard et n'ayez crainte le créancier saura vous le rappeler.Vous pouvez être sûr que le mal réapparaitra, plus grand, plus fort, plus douloureux, plus difficile à faire disparaitre, nécessitant toujours plus de médicaments palliatifs, c'est un engrenage démoniaque.
Quand vous voulez faire disparaitre un symptôme, gênant, douloureux, sans éradiquer la cause, la source, vous en paierez le prix, tôt ou tard. Les médicaments ne guérissent pas, mais personne n'en parle. Et il ne faut surtout pas en parler, pas une tête qui dépasse, c'est politiquement incorrect. C'est un monde d'aveugles dirigé par des aveugles. Vous ne voyez que ce qu'on vous fait voir. Et ceux qui crient "au loup", ce sont des fous ou des farfelus comme moi qui crient dans le désert.
Lorsque la maladie parait, soyez sûr, que c'est la surabondance d'aliments qui est en cause, surtout dans notre pays, on n'y meurt pas de faim. Laissons la terre se régénérer toute seule elle en a le pouvoir. Si vous ne l'avez jamais essayé, tentez l'expérience, et vous constaterez que notre corps possède la faculté de se régénérer sans l'aide de personne et surtout sans l'aide d'aucun médicament.
 Comme disait l'un de mes professeurs : "Comment un médicament qui rendrait malade un homme sain peut-il guérir un homme malade". Il faut arreter d'être fasciné par tous ces médicaments faiseurs de miracles, c'est le diable en habit de lumière.

Publié dans santenature

Commenter cet article

marc 19/10/2008 08:10

très bien, merci