L'alimentation, un remède

Publié le par boisvert

Le père de tous nos médecins l'a bien dit : Hippocrate disait à tous ses disciples :

                 TA NOURRITURE SERA TON REMEDE

Nos médecins auraient-ils mal compris ? L'un d'entre eux m'a avoué qu'en 7 ans d'étude ils n'avaient pas étudié une seule heure l'alimentation. Et pourtant, avant d'obtenir leur diplôme, les médecins doivent prêter le serment d'Hippocrate. Il y a quelque chose de pas clair là dedans.
Au contraire de cela, nos scientifiques, bactériologistes, chimistes, chercheurs en tous genres s'efforcent de découvrir des panacées magiques, synthétiques, bien sûr, pour guérir toutes les maladies connues. De sorte que ce n'est plus "l'aliment sera ton remède" mais "ton remède sera ma toute dernière invention"
Résultat, il n'y a jamais eu autant de maladies incurables, les asiles d'aliénés sont pleins à ras bord, le cancer fait rage, les maladies cardiaques frappent à tour de bras.
Et nous sommes tellement conditionnés par cette façon de penser qu'il ne nous viendrait pas à l'idée de demander au médecin : "je suis malade, qu'est-ce que je dois manger ?", mais tout naturellement on lui demande un médicament, un comprimé, une piqûre, un suppositoire, la pillule miracle, quoi ! Il faut un traitement rapide, avec une drogue miracle qui, dès que vous l'avez avalé, supprime tous les symptômes. Sinon, bien sûr , ça n'est pas un bon médecin. Mais ils avaient la pénicilline, alors la pillule miracle était toute trouvée, les inconvénients on ne les voit pas tout de suite, par contre la maladie s'estompe rapidement, Victoire !

Le but de toute vraie médecine est en fait de prévenir toute maladie, de la guérir éventuellement et de prolonger la vie dans de bonnes conditions. Et même l'idéal de toute médecine serait de supprimer la nécessité du médecin. Un peuple en bonne santé doit pouvoir se passer de médecine. Chez nous il manque de plus en plus de médecins, ils n'y tiennent pas les pauvres. Je reconnais que leur vie n'est pas facile avec tous ces patients qui viennent chercher leurs médicaments. Le problème du médecin serait dix fois plus difficile s'il devait expliquer à chaque patient que dorénavant c'est lui qui devait faire les efforts pour se guérir et qu'à partir de ce jour il devait changer totalement sa façon de s'alimenter. Et ainsi à chaque patient, car l'alimentation des uns ne convient pas aux autres, et chaque malade est un cas particulier. Il faudrait qu'il puisse consacrer une bonne heure à chaque malade au lieu des 10 minutes aujourd'hui. Et en plus il faudrait qu'il explique que des symptômes douloureux allaient venir, naturellement, la nature fait un retour en arrière et ceux qui ont effectué un jeûne le savent bien. Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de malades pour accepter de faire un gros effort alimentaire et d'attendre plusieurs semaines ou plusieurs mois pour enfin se dire guéri. Le serpent se mord la queue. Le monde d'aujourd'hui n'est pas prêt à accepter une vraie médecine, celle d'Hippocrate. Lorsqu'on s'y résout c'est à la dernière extrémité, lorsque les médecins impuissants vous ont dit, vous êtes foutu et je ne peux rien pour vous. Et c'est hélas souvent trop tard !

Et pourtant le corps humain fonctionne grâce à la nourriture et à l'oxygène, comme une voiture avec l'essence. Nous sommes en quelque sorte une transformation des aliments. Si vous mettez une essence de mauvaise qualité la voiture ne marchera pas bien, comme nous. Les pâtisseries, les viandes grasses, le sucre, les aliments raffinés, ne sont pas une bonne essence pour notre moteur.
Nous sommes en France dans un  pays riche, nous pourrions nous offrir de bons aliments, c'est une misère de voir que nous ne savons pas. Nous avons appris à aimer ces aliments morts, dévitalisés, lourds, que notre organisme tente difficilement d'assimiler.
 Mais il a de la difficulté à faire face à 2 types de troubles : Il y a d'abord les microbes et virus qui veulent à tous prix l'aider à se débarrasser de cette gangue qui l'étouffe et puis il y a aussi les atteintes irréversibles dans notre chair, les maladies de dégénérescence, il meurt petit à petit malgré tous ses efforts pour nous maintenir en état de santé.
William Harvey a écrit : "Ce n'est que par la compréhension de la sagesse du corps que nous pourrons obtenir la maîtrise de la maladie et de la douleur et nous délivrer du fardeau de notre condition humaine".

Nous sommes essentiellement composés, comme tout être vivant, de protéïnes. Un régime sain  doit être riche en protéïnes parce que cette précieuse substance est utilisée pour construire et réparer, pour entretenir la combustion afin de fournir de l'énergie. Et nous avons vu que le système immunitaire a besoin, pour nous protéger, de calories et de protéïnes, que les pays pauvres n'ont pas. Et voilà la misère, dans les pays riches nous en avons trop, et les pays pauvres n'en ont pas assez. La protéïne est réellement essentielle mais sous certaines conditions elle peut agir comme un véritable ennemi, un destructeur.
La protéïne est tellement essentielle que le corps n'en rejette pas l'excés, elle la stocke avec les conséquences que l'on connait sur le poids de nos concitoyens. La nature nous donne pourtant des indications. Le veau se développe trés vite avec le lait de sa mère la vache, riche en protéïnes de calcium et d'albumine. Le chevreau grandit moins vite parce que le lait de chèvre est moins riche en protéïnes. Alors lequel allons-nous prendre ? Le lait de vache, bien sûr. Plus un aliment est riche, plus il est prisé. Nous avons tellement peur de manquer de quelque chose. Est-ce qu'il nous convient ? c'est une question que nos scientifiques se poseront plus tard.
Au contraire les protéïnes nous, on les a mis à toutes les sauces et on les stocke dans des congélateurs pour ne pas en manquer. Mais on en fait de bonnes choses, des crèmes glacées par exemple. Tiens parlons-en. La congélation apporte sa pierre à l'édifice de la corruption physiologique. Des substances qui fermentent rapidement comme le lait, les crèmes, les fruits, se désagrègent dès qu'elles sont saisies par le froid. Mais dès que l'aliment décongèle le travail destructeur des bactéries reprend de plus belle et la crème glacée fond dans l'estomac, produisant ainsi un festin de cellules putréfiées à l'innombrable horde des minuscules charognards de notre système digestif. Mais tout cela a bon goût car c'est sucré, ça fait tout passer, d'autant plus qu'on a ajouté des parfums, comme pour embaumer ces aliments morts. Et le mélange avec d'autres sources de protéïnes dans l'estomac, c'est fabuleux pour le foie. Lorsque l'on sait que la putréfaction intestinale conditionne notre état de santé en général, nous avons ainsi tout faux. Alors les glaces et  crèmes glacées au repas, mieux vaut s'abstenir.
Quant au lait nous en avons souvent parlé. Seul le bébé devrait en prendre et celui de la mère seulement. Ce qui avait fait dire à Oliver Wendell qu'"une  paire de glandes mammaires substancielle avait l'avantage sur les deux hémisphères du cerveau du Professeur le plus érudit dans l'art de composer un liquide nutritif pour le nourrisson."

Donc les protéïnes oui, mais en  quantité raisonnable, jamais deux sources au même repas, (soit de la viande ou du poisson, ou des oeufs), et ensuite des végétaux, fruits et légumes, en priorité crus.
Et si on mange peu, mais de tout, nous pourrons dire comme Hippocrate que notre aliment est notre meilleur et notre seul remède. Ceux d'entre vous qui mangent sainement savent bien que l'alimentation conditionne la santé. Et puis, il est plus important d'apporter de la vie aux ans, que des ans à la vie. Vivons pleinement le laps de temps que la vie nous accorde.

Publié dans santenature

Commenter cet article

L'étudiante 28/03/2013 15:36


Bonjour, 


Je souhaiterais avant tout  vous remercier pour vos articles de qualité.Ayant moi même subie l'an passé une grande anémie ( avec fatigue intense, perte de cheveux) sur les conseils de ma
mère et une amie j'ai modifié mon alimentation en intégrant plus de fibres (figues, abricots).., je mange également plus d'oignons, d'ails. Et en un an le résultat a été au rendez vous mes
cheveux ont recomencés à pousser, je men sens beaucoup mieux. Et c'est vrai que dans ces situations les médecins via les prises de sang savent nous dire ce qui n'est "pas normal" mais en terme de
soins c'est autre chose. Pour ma chute de cheveux mon médecin à voulu me préscrire un traitement à base de piqures de je ne sais quel produit que j'ai refusé. Alors qu'en modifiant mon
alimentation j'ai pu voir un joli résultat. 


Ainsi, je souhaiterais vous demander 2 choses si cela est possible:


- Vous serait-il possible de nous expliciter les processus de digestion, qu'est ce que le phénomène de fermentation.... les aliments à éviter après les repas en raison de cet effet...car
 j'ai malgré tout beaucoup de mal à comprendre tout cela. Ce qui fait que je ne sais toujours pas adapter correctement mon alimentation ou du moins comme je le souhaiterais selon les
situations. (Sinon quelques réfernces bibliographiques seraient les bienvenues) 


- Quel type d'alimentation pourrait permettre à une femme de retrouver un bon équilibre hormonal ( après une période de stress, surmenage, mauvaise alimentation...)


Je découvre à peine les vertues d'une bonne alimenation et je souhaiterais vraiment améliorer mes connaissances. Je vous remercie par avance pour l'attention que vous accroderez à ma
demande. 


Bien cordialement, 

boisvert 01/04/2013 17:53


Bonjour, Je ne peux pas faire mieux que de vous renvoyer aux nombreux articles concernant l'intestin grêle, surtout car c'est la clé de voûte de la digestin de l'assimilation et si vous voulez
pêter la forme soignez votre intestin et le reste viendra tout seul. - Table des matières - maladies sur le blog : http://santenature.over-blog.com/ Pour les fermentations, sortez surtout les
fruits du repas, les combinaisons alimentaires avec eux ne sont pas facile et ils provoquent fréquemment des fermentations. Plutôt avant le repas, 1/4 d'h avant.


boisvert 27/12/2008 08:41

Eh Eh ! Les légumes crus qui sont à la merci des excréments des rats, on ne me l'avait jamais dite celle-là mais elle est bien bonne. Et si vous pensez que les légumes cuits sont meilleurs que les légumes crus c'est une opinion toute personnelle car je pense que toutes les diététiques sont à peu prés d'accord sur le principe vitalisant du cru. Et même la cuisson à la vapeur que je préconise également, n'est qu'un moindre mal. Et si les intestins n'aiment pas le cru c'est précisément qu'on les a désabitués du travail; Et la solution n'est pas d'accentuer cette paresse, bien au contraire, il faut les réhabituer au travail, doucement. Mais Lyne de Montmartre je te remercie quand même de ton post. Aprés tout c'est ton opinion.

Lyne de Montmartre 27/12/2008 08:17

tout ça est fort intéressant je mettrais cependant un bamol sur les légumes crus, qui ne sont pas forcément meilleurs pour la santé que les légumes cuits à la vapeur, au contraire, surtout que même en achetant bio, les légumes traînent avant d'être achetés et sont à la merci des rats et de leurs excréments et aux joyeusetés, donc les légumes crus oui, pour ceux qui ont un jardin, mais en quantité relative, nos intestins n'aiment pas trop :)

boisvert 17/12/2008 12:16

Tu as raison revolte ça n'est pas évident tous les jours, mais quand on connait son mal on connait aussi son remède. Il ne faut pas non plus se désolidariser de son entourage.

révolte 17/12/2008 12:09

Tu as absolument raison. Depuis que j'ai changé mon régime alimentaire, finis mes malaises vagaux et mes lourdeurs d'après repas se font plus rare. Ceci dit, je suis encore loin de l'alimentation parfaite. Pour l'instant, j'ai surtout changé la qualité des aliments avec des produits bio et je mange une quantité plus approprié à mes besoins. Les bienfaits sont déjà si grands que je n'imagine pas un changement total d'alimentation en respectant vraiment les règles. Si je vivais seul, je pense que j'aurais déjà passé le cap mais c'est vrai qu'actuellement je passe mon temps à me convaincre et à convaincre les autres membres de ma famille de cette démarche. J'obtiens quelques victoires mais je suis bien obligé de revoir mes objectifs à la baisse certaines fois. Je pourrais aussi me faire mon régime particulier et laisser le choix aux autres de manger ce qu'ils veulent mais, pour moi, le repas est un moment de partage cruciale et je ne veux pas me passer de ça.