Autres SIGNES MORPHOLOGIQUES

Publié le par boisvert


Les CRANES et les GLANDES :
Lorsqu'on examine un crâne humain de profil, on note quatre courbures différentes.
La prédominance frontale indique que le sujet est sous l'influence de la glande hypophysaire. C'est l'intellectuel, capable d'habiles déductions et maître de lui, appartenant au type respiratoire, ou cérébral, plus rarement au type "sanguin". La santé est trés moyenne.
Une prédominance en voûte (ou crête) au sommet du crâne marque l'influence de la Thyroïde. Ce signe caractérise l'artiste. Il s'apparente trés souvent au sanguin, quelquefois au cérébral, ou au digestif. Il jouit en général d'une bonne santé.
Lorsque le crâne se développe vers l'arrière, tête ovale, le sujet est soumis aux effets de la glande pinéale. C'est la tête du sage ou du Saint, qui se retrouve surtout dans le type cérébral, lorsqu'il est de qualité. La santé est trés fragile.
Enfin un développement crânien postérieur et inférieur avec une nuque épaisse signale le surrénalien, type d'homme d'action, du manuel, etc... Forte santé. IL peut marquer tous les dilatés et quelquefois le respiratoire.
Enfin le type complet existe ; Il est dit intersticiel.
Ce sont des précisions complémentaires . Exemple : Un respiratoire à prédominance surrénalienne, gagne en rusticité et en résistance. Il est moins fragile, et ne fera jamais de tuberculose par exemple.

Les SURCHARGES de LOUIS KHUNE.
Ce naturopathe allemand de Leipzig a donné le moyen pratique de lire sur le visage les zones de surcharge corporelle. Cette clef est une preuve supplémentaire de la v aleur des correspondances entre le visage et le corps. Pour Khune, les dépôts adipeux, visibles sur les joues, sous le menton et sur la nuque, indiquent que des surcharges se sont localisées aux différents endroits du corps que sont les flancs, avec leurs organes profonds (foie et pancréas), le ventre (avec son estomac et son intestin et les organes sexuels), et le bas du dos (avec ses reins et l'ossature pelvienne). Ce moyen de détection est simple et peut rendre de grands services, à condition de la compléter et de préciser par d'autres observations générales ou locales. Il est valable, principalement pour les peuples nordiques qui sont en majorité des dilatés.

 

LA DENSITE (ou rapport poids-volume)
Tout corps plongé dans un liquide reçoit une poussée proportionnelle au volume d'eau déplacé (c'est le volume du corps). Dans une baignoire, le niveau d'eau va donc s'élever en raison directe de l'importance du sujet immergé. Il est facile de savoir ainsi le volume exact du corps.. On a pu constater que, de l'état d'euphorie à celui de maladie, le volume croissait rapidement pour un même poids. Rappelez-vous le principe Yin-Yang ; Yang, vous êtes concentré, donc trés résistant et Yin, vous êtes dilaté et donc peu résistant. C'est le même principe.
Les maladies à allure aiguë sont trés significatives à ce sujet. Le malade "enfle" littéralement. Il gonfle pour un poids corporel relativement fixe et qui tend même à descendre. La santé et à fortiori l'euphorie, sont des mesures à forte densité (Poids élevé, volume faible).
Et donc, un sujet qui se dégonfle rapidement, plus vite qu'il ne perd du poids, est en bonne voie d'amélioration.

L'EXPLORATION CUTANEE :
Elle consiste à mesurer sur tout le corps, l'épaisseur de la peau entre le pouce, l'index et le majeur. En fait, elle procède du "palper-rouler". Elle présente 2 avantages : celui de déceler les surcharges (granulations, nodosités, etc...) et la vitalité du tissu cutané (étoffe organique d'une importance capitale).
La peau du corps entier doit pouvoir se décoller facilement des plans sous-jacents, sans provoquer de douleur et doit pouvoir instantanément reprendre sa place dès qu'on cesse d'exercer sur elle toute pression, tension ou distorsion. Elle doit donc présenter à la fois tonicité, élasticité et souplesse.
Vous pouvez en vérifier l'exactitude. Si vous avez une douleur lombaire, ou dorsale au niveau d'une vertèbre, essayez de tirer la peau vers vous. Vous constaterez que vous pouvez le faire à tous les niveaux sauf au niveau de vos douleurs. Il y a accumulation à ce niveau et l'élasticité n'y est plus. Une vertèbre déplacée se remettra plus difficilement en place à ce niveau et aura tendance à congestionner et à se bloquer plus souvent.
La peau doit être fine. Cette mesure se prend au niveau du tiers inférieur de l'avant-bras, là où même la cellulite n'accroche pas. La peau a tendance à pendre lamentablement avec l'âge.

LES MENSURATIONS CLASSIQUES :
Les points importantsà observer sont les suivants chez l'homme : Equilibre, relief et volume de la musculature. Rectitude des membres, axe et courbures de la colonne vertébrale, les abdominaux, le port de la tête, la cambrure des pieds, l'amplitude thoracique.
Chez la femme, l'examen des seins et des fesses doit retenir l'attention. (Mais qu'est-ce que je dis, ils retiennent déjà toujours l'attention). Les seins hauts et fermes, d'un volume réduit, sont les marques d'un système endocrinien parfait. Ce signe est encore plus révélateur lorsque la cambrure et la taille fine laissent, par contraste, se dessiner des hanches égales en largeur aux épaules et des fesses au galbe bien dessiné. C'est le fameux "sex-appeal", mais ce sont aussi les signes de la vitalité féminine. A cela, il faut adjoindre la rectitude osseuse et une certaine harmonie musculaire qui vient adoucir un léger enveloppement adipeux (qui ne doit pas être un empâtement cellulitique).
Le ventre en oeuf ou rond comme un bouclier, signale aussi le degré de surcharges. Les courbures dorsales et cervicales exagérées, les épaules inégales, la maigreur excessive, le thorax rentré, le dos rond, les omoplates saillantes, le décharnement musculaire, l'aspect tendineux, les grosses articulations noueuses, les surcharges adipeuses localisées ou généralisées, etc... tous ces signes sont des marques de la maladie qui se fait ou qui est faite.

L'IRIDOLOGIE :
Là, peu de choses à dire sinon que c'est un moyen d'investigation sensationnel, puisque c'est tout le corps et tous nos organes que nous avons sous les yeux. Tout nous parle dans un iris, la clarté, la finesse de la trame, les tâches, les vacuoles, le blanc (la sclérotique), qui l'entoure, les capillaires qui entourent sa périphérie. 

CE QUE REVELE LE NEZ :
Le nez est le signe du poumon. Dévié, il signale une atrophie de la cage thoracique, avec courbure anormale de la colonne. Bien fait et droit, il sauve le tuberculeux. Carré, il indique l'hérédo-syphilis. Epaté, il marque le sanguin actif, qui se refuse à déchoir vers les types digestifs, ou obèse. Un petit nez est en général un signe de petite personnalité.

CE QUE REVELENT LE MENTON ET LES OREILLES :
Le menton est le signe de l'ossature. Le menton en galoche indique une forte ossature et la rusticité qui l'accompagne. Un sujet au menton fuyant est un individu sans grande valeur psychologique.
Les oreilles reflètent le squelette. Le rachitisme se signale par des oreilles décollées. Un gros lobe indique toujours une bonne santé originelle. Vous remarquerez que les personnes qui n'ont pas de lobe sont souvent constipées. L'oreille étant une projection hors du corps c'est notre pouvoir d'expulsion qui se manifeste, une sorte de force vitale, le pouvoir d'élimination. De grandes oreilles, c'est peut-être pas beau mais c'est pourtant préférable, et surtout les lobes.

CE QUE REVELE LA BOUCHE :
La bouche appartient au tube digestif. La musculature des lèvres traduit celle de tout l'appareil. Une lèvre supérieure, bien faite, indique un estomac haut placé et fonctionnant correctement ; Une lèvre inférieure, bien dessinée, que l'intestin et le colon sont également actifs. ET puis vous le savez déjà puisque j'ai eu l'occasion de vous le dire, dans le ménage, celui qui a les lèvres les plus minces c'est celui qui porte le pantalon, qui domine, en fait.

CE QUE REVELE LA LANGUE :
Crevassée, elle indique le dessèchement des glandes (neuro-arthritisme). Ce signe est celui des rétractés à tous les niveaux. Rouge vernissée, elle témoigne d'un surmenage digestif constant. C'est le signe des dilatés. Blanche, c'est la saturation limite. Lors d'un jeûne la langue se charge d'un enduit épais, signe que le corps avait besoin de se nettoyer et qu'il  est entrain de le faire.

CE QUE REVELENT LES ONGLES :
Là aussi nous avons vu que les ongles pouvaient apporter quelques éléments précieux mais nous les avons étudiés (sur le blog) donc nous n'en dirons pas plus.

CE QUE REVELE LA SENSIBILITE CUTANEE :
En parcourant le corps on se rend compte que certains points sont plus sensibles que d'autres. Parcourez le visage, les doigts, les pieds avec la pointe de vos doigts et vous constaterez que la sensation n'est pas uniforme. Elle indique que les tissus sous-jacents sont en délicatesse. Ce sont ces points que Knap ou que les acupuncteurs piquent pour favoriser l'élimination des déchets qui encombre la zone ou l'organe. En général ces points sont placés sur un méridien d'acupuncture. Peu importe si vous ne savez pas lequel est-ce, vous pouvez toujours masser ce point. Les auriculothérapeutes (traitement par l'oreille et les poinrs réflexes à ce niveau) se servent de cette sensibilité au niveau du pavillon pour piquer les points douloureux. Ils appellent cela le "signe de la grimace". Un point douloureux signale toujours une zone à traiter.

CE QUE REVELENT LES PIEDS :
On commence à mourir par les pieds, dit un vieux proverbe. Cela n'est pas faux. Les surcharges humorales stagnent de préférence aux endroits les plus bas, dans les étranglements articulaires et dans les extrémités.. Les varices se font généralement au niveau des mollets et de la face interne des cuisses. Par exemple la goutte s'installe surtout aux pieds. Et lorsqu'il y a gangrène ce sont toujours les jambes qu'il faut amputer. Quant aux gonflements de fatigue ou mauvaise circulation c'est toujours aux chevilles qu'ils commencent à se manifester, signes d'une mauvaise circulation veineuse de retour.

Les veines dilatées, les varices, les rougeurs ou eczéma entre les doigts de pied, les ongles incarnés, épais et déformés, les indurations nombreuses qui se forment sur les doigts, les odeurs et les sueurs, les affaissements de la voûte plantaire, sont des signes trés nets. Certains thérapeutes arrivent même à faire un diagnostic de la santé du patient en n'observant que leurs chaussures qui ont été portées suffisamment longtemps.

Toute cette étude a toujours été faite par le biologiste Marchesseau, mon professeur, dans "Comment lire la santé dans les formes du corps"

 

Publié dans santenature

Commenter cet article