L'APPENDICITE

Publié le par boisvert

C 'est l'inflammation soudaine de l'appendice. Et l'appendice c'est le petit tube gros comme un crayon et long d'environ 7cm et qui ne sert qu'à nous embêter soi-disant. Longtemps on a cru qu'il ne servait à rien. Aujourd'hui on sait qu'il aide à la fabrication des immunoglobulines qui font parti du système immunitaire. Mais les immunoglobulines sont fabriquées dans de nombreuses parties du corps ce qui explique que lorsque l'on procède à l'ablation de l'appendice, le système immunitaire ne semble pas touché.
CAUSES :
Cette inflammation peut survenir lorsque l'intestin est en état de putréfaction surtout. Lorsque le transit est ralenti, que de grosses fèces bloque le canal de l'appendice qui débouche sur le gros intestin, des déchets stagnent à ce niveau et provoque une inflammation qui est toujours brutale et trés douloureuse. Mais le terrain est ici, comme dans toute infection, de la plus haute importance.
LES SYMPTÖMES :
- D'abord une vive douleur dans la région inférieure droite de l'abdomen. Cette douleur arrive brutalement en l'espace d'une heure ou deux.
- il y a perte de l'appétit, un peu de fièvre comme dans toutes les infections.
- le transit est bien sûr perturbé, soit en diarrhée soit en constipation, il y a généralement beaucoup de gaz.
- Nausées et vomissements dans la plupart des cas.
- Et un signe qui ne trompe pas, le malade se plie en deux car dans cette position l'appendice est moins compressée et est moins douloureux. A la pression du doigt  curieusement, c'est moins douloureux lorsqu'on enlève le doigt que lorsqu'on appuie sur la zone perturbée. Il y a aussi rigidité de tout l'abdomen.

Non soignée, l'appendicite se propage aux organes avoisinants et peut aboutir à la péritonite et la vie est en danger à ce moment-là. Ce danger est matérialisé par l'appendice qui risque de se rompre et de déverser tous ses éléments infectieux dans la cavité abdominale. Donc, il ne faut pas attendre le dernier moment pour entreprendre des soins naturels ou autre. C'est une maladie bénigne qui peut devenir  trés grave.

SOINS NATURELS :

- Le Jeûne complet est la thérapeutique naturelle suprême. A lui seul le jeûne guérit l'appendicite, même aiguë. Et tous les naturopathes sont d'accord, le jeûne est notre meilleure arme pour lutter contre l'appendicite (Tilden, Passebeck, et beaucoup d'autres,).
 Et à ce sujet,  je voudrais vous faire part de mon expérience en la matière. A l'époque je devais avoir 25 ans, mon dieu que c'est loin déjà !, aprés m'être laissé aller à manger énormément de friandises, je me suis retrouvé moi aussi plié en deux la nuit suivante. Me voilà envoyé d'urgence à l'hôpital. Diagnostic : appendicite aiguë : Et on me prépare pour l'opération. Mais j'étais déjà un peu fou, pas tant qu'aujourd'hui mais presque. J'ai refusé l'opération et alors ces messieurs m'ont fait signer une décharge mentionnant que je refusais l'opération. J'ai demandé à sortir de l'hôpital, toujours plié en deux,  et je me suis  mis aussitot à jeûner, sans manger et sans boire 2 jours. Dès le premier jour les douleurs se sont estompées, le deuxième jour, c'était terminé, je ne ressentais plus rien, propre comme un sou neuf, plus aucune douleur, douleur qui n'est jamais revenue. Et aujourd'hui, quelque  50 ans plus tard mon appendice est toujours là. Comme dans toutes les infections, le jeûne avait accompli des miracles.  Mais j'avoues que c'était dangereux et qu'il fallait être un peu fou, ou trés convaincu, et surtout connaître la puissance thérapeutique du jeûne, pour faire une chose pareille. Donc il vaut mieux prévenir qu'attendre cette dernière extrémité.
- Si vous avez ressenti des douleurs qu vous font penser à une appendicite en gestation, pensez déjà à réformer votre alimentation. Une monodiète peut trés bien arrêter tout processus inflammatoire. Par exemple vous pouvez ne boire que du jus de chou cru toute une journée. Et le reste de la semaine, Une cuillérée à soupe de ce même jus avant les 3 repas.
- En alternance avec ce jus de chou cru, vous pouvez prendre de 20 à 80 gouttes de FICUS CARICA bourgeons macérat glycérine D1 dans un peu d'eau, 10 minutes avant les 3 repas.(gemmothérapie)
- En matière de monodiète vous pouvez effectuer une cure de jus de cerises ou de myrtilles (la myrtille est un anti-infectieux intestinal de premier ordre).
- Pour les aliments, et aprés une petite période de jeûne court, privilégier des racines cuites de bardane, de pissenlit, de salsifis, de navets, de carottes ou de poireaux cuits à l'étouffée.
- Une petite période de macrobiotique sera également trés efficace pour vous nettoyer l'intestin et arrêter ainsi le processus inflammatoire.
 - En teinture mère l'ECHINACEA ANGUSTIFOLIA TM est trés efficace contre tous les problèmes infectieux. Elle stimule le système immunitaire. Contre les infections staphylococciques, les suppurations localisées, l'appendicite et la péritonite. Toutes les 2 ou 3 heures 8 à 10 gouttes dans un peu d'eau.

AROMATHERAPIE :
EUCALYPTUS RADIE
: Cette HE stimule l'immunité, excellente antibactérienne, anti-infectieuse et antiseptique des vois respiratoires et urinaires. Anti-inflammatoire. On l'utilise dans les cystites, leucorrhées, vaginite, appendicite. 2 ou 3 gouttes directement sous la langue ou sur un petit morceau de sucre roux. On peut trés bien aussi l'utiliser en externe sur toute la zone de l'appendice, directement sur la peau. L'HE diffuse trés vite.
NIAOULI : Antibactérienne sélective, fongicide, antimycobactérienne. Toutes infections en particulier respiratoires et gynécologiques. Une HE majeure dans la lutte contre l'infection 2 gouttes 3 fois par jour.
LAVANDE VRAIE : Anti-inflammatoire, remarquable anti douleur, cicatrisante puissante, antiseptique et antibactérienne. Là aussi HE majeure à large spectre d'action. 2 ou 3 gouttes 3 fois par jour, dans à peu prés tous les problèmes infectieux.
PALMAROSA  : Antibactérienne à large spectre d'action, fongicide et antivirale, tonique nerveuse et utérine. 2 gouttes 3 fois par jour.
SARRIETTE : Antibactérienne puissante, antivirale et stimulante immunitaire, antiparasitaire et stimulante générale et nerveuse. 1 goutte 3 fois par jour.
Eficaces également l'Hysope, le romarin, la sauge, la térébenthine et la verveine.

HOMEOPATHIE :
Bien sûr vous l'aurez compris on n'utilisera pas l'homéopathie en cas d'appendicite aiguë. Par contre pour assainir le terrain et l'appendicite chronique, elle a sa place .
BRYONIA ALBA 5CH : C'est le constipé infectieux, l'inflammation des séreuses, 3 granules 1 fois par jour. A coupler si déjà douleurs avec :
COLOCYNTHIS 4CH : l'entérolite aiguë et spasmodique. Il y a déjà des douleurs spasmodiques, violentes coliques intestinales, amélioration plié en deux, penché en avant. Ce sont donc bien les symptômes de l'appendicite. 3 granules, puis 1/4 d'heure aprés :
BELLADONNA 4CH : Les congestions fébriles aigues, brusques et violentes, la face est trés rouge, la peau est chaude. La congestion abdominale aiguë, 3 granules et ensuite :
BIOTHERAPIQUE PYROGENIUM 4CH: Toutes les inflammations locales à tendance suppuratives, les états infectieux graves ou les séquelles d'état infectieux.
    Vous l'avez compris ce traitement en état d'urgence, mais aussi pensez à régénérer le terrain :
ARSENICUM ALBUM  5CH : 3 granules 1 fois par jour. Les troubles gastro-intestinaux, la gastro-entérite, c'est le grand amaigri agité et anxieux. La fièvre est le plus souvent intermittente.
FERRUM PHOSPHORICUM 4CH : Les inflammations aiguës avec abattement, les congestions inflammatoires fébriles, douleurs abdominales, l'abdomen est tendu, sensible et douloureux. 3 granules 3 fois par jour.
KREOSOTUM 5CH : Les inflammations génito-urinaires, la diarrhée, les vomissements. 3 granules 1 fois par jour.
MERCURIUS 5CH : Les inflammations aiguës à tendance suppuratives 3 granules 1 fois par jour.

Pensez aussi aux oligo-éléments CUIVRE-OR-ARGENT véritable antibiotique naturel, et MANGANESE-CUIVRE

Publié dans santenature

Commenter cet article

Laurent 26/02/2017 17:34

Bonjour, j'ai lu votre article ainsi que tous les commentaires et j'aimerai vous soumettre mon cas qui semble persistant. Mais tout d’abord merci à vous pour vos informations et aux personnes ayant partagés leurs expériences

Tout a commencé quelques jours après avoir un peu (bcp) abusé de nourriture (Kebab) S'en est suivi un gonflement du ventre et petit a petit des douleurs légères dans ce qui me semble être la fosse iliaque. Bien sûr cet état a empiré jusqu'à causer des nausées (parfois sévères) me coupant carrément l'appétit et une inflammation dans le bas ventre assez gênante. A l'époque je n'avais pas lu votre article et cette situation a perduré durant 3 à 4 semaines à coup de diètes forcées causée, par les nausées (je sautais 1 ou 2 repas). Cela semblait disparaitre quelques jours, puis cela revenait. J’avais compris être victime d’une appendicite chronique.

J'étais près à aller consulter quand je suis tombé sur votre article. Redoutant l'opération j'ai été réjouis de lire vos recommandations que j'ai mis en application le soir même.
C'est ainsi que j'ai débuté un jeûne hydrique (eau + vitamine C pure en poudre) durant 4 jours. Je prenais aussi 6/8 gouttes (dans une cuillère a café d'huile coco) d'HE d'eucalyptus et de niaouli, Lavande vrai, palmarosa et sarriette. Plus application directement sur le bas ventre. Dès la 1ere journée j'ai été soulagé.

J'ai prolongé ces 4 jours de jeune hydrique pendant 6 autres jours en complétant simplement d'un bol de jus de chou (choucroute) chaud chaque soir assaisonné d'épices (ail, persil, coriandre, cumin, poivre, curry, curcuma, ail des ours, cannelle, huile d'olive). Et en buvant 3 fois par jours 1 verre du jus de chou vert cru avec parfois des verres de jus de myrtilles purs à 100%. Au bout de ces 10 jours je peux vous dire que je n'ai jamais été aussi alerte intellectuellement, bien qu'étant moins endurant physiquement. La faim était absente heureusement. Malgré tout si les nausées avaient disparues depuis le début ainsi que l'inflammation du bas ventre, j'avais parfois dans la journée 1 ou 2 petites sensations de piqure en bas a droite. Durant ces 11 jours, j’ai perdu 5 kilos, mais j’ai mis du temps à me vider les intestins (selles noires au début puis liquides ensuite à cause des jus j’imagine). Je précise que tout au long je n’ai pas pu me départir de mes cafés quotidiens (2/jours).

Le 11e jour, me sentant « guéri » j’ai décidé de reprendre une alimentation solide, mais je ne suis pas sûr d’avoir choisi correctement mon premier repas : Menu Japonais : Soupe, sushi, sashimi (poisson cru et riz). Et le lendemain petit café biscottes et beurre. Repas légers tout de même avec toujours mes verres de jus de chou vert cru avant et après.

Tout semblait correct, lorsque le midi même j’ai senti revenir quelques nausées suivies d’un inconfort en bas à droite du ventre comme au tout début. Je n’en suis pas encore au stade des douleurs, mais j’appréhende beaucoup car les nausées s’installent doucement, au point que j’ai envie de reprendre dès demain une nouvelle période de jeune.

Je ne comprends pas ce que j’ai mal fait. La seule chose omise était l’infusion de bardane, que je vais commencer dès ce soir, en plus du reste.

Dois-je continuer de jeuner ? Changer de traitement ? Je suis un peu perdu je l’avoue.

Merci d’avance pour votre réponse.

Laurent.

Boisvert 23/03/2017 11:52

Bonjour Laurent,
En tous cas vous mettez le paquet et vous êtes motivé. Les 10 jours c'est excellent, les HE sont bien choisies. Mais après un jeûne la réalimentation est aussi importante que le jeûne lui-même. Le resto chinois ce n'était pas du tout indiqué et c'est même dommage après les efforts que vous aviez fourni auparavant.
Jeûnez seulement 3 jours, 2 jours secs sans rien boire et 1 jour hydrique, boire abondamment. Pendant ce jeûne pas de café et des huiles essentielles que par l'extérieur. Rien 'autres. La réalimentation pendant au moins une bonne semaine devra être paléo, c'est à dire sans aucun glucide ou très peu, pas de céréale par exemple. A partir de ce moment-là, vous pouvez aider votre système immunitaire avec des oméga-3 en gélules. Allez bon courage !

Laurent 23/03/2017 09:57

Re-Bonjour, n'ayant pas eu de réponse à mon dernier post, je me permet tout de même d'apporter une petite mise à jour.
Passé les petits désagréments lors de la reprise de l'alimentation après ma période de jeûne, je n'ai plus eu aucun signe d'inflammation ni de douleurs. Tout semble à ce jour (1 mois après l'épisode d'appendicite chronique) être rentré dans l'ordre.
Je précise que j'ai tout de même continué de prendre de l'ECHINACEA ANGUSTIFOLIA TM de manière décroissante, et que je le garde sous le coude en prise 1 à 2 fois par semaine.
Merci à Bois Vert pour cet article, il est très important de partager ce gendre d'information et d'expérience pour le bien de tout ceux qui souhaitent garder une santé saine.
Laurent.

jerje 20/01/2017 14:45

merci pour votre réponse.
j'ai commencé le jeune sec. une fois j commence le jeune hydrique, y en a des boissons précise à consommer ? et dois-je prendre un traitement après le jeune ? (homéo ou phyto ou autre...) merci encore une fois

Boisvert 20/01/2017 14:55

Après le jeûne ce serait bien de faire une cure de probiotiques et d'oméga-3. Pendant le jeûne que de l'eau.

jerje 19/01/2017 16:51

Bonjour, pour 1 ans maintenant j'ai des douleurs au bas des abdos coté droite accompagné de douleu dans la région anal. Ces douleurs se déclenche quand je fais un effort sprotif ou si je suis mal assis. Durant cette annéé là j 'ai fais tous les tests medicaux possibles (fibro, colo, scanner, irm, echo, test de sang urine selles....) et tous les résultat sont négatives mais les douleurs sont tjs là.
Vu que tous mes douleurs ont commencé au bas roit des abdo, j'ai commencer a soupsonner une sorte d'appendicite chronique. Dans mon cas, quelle genre de jeune je dois effectuer ?
Merci bien pour ce blog et vos réponses.

Boisvert 19/01/2017 19:09

Bonsoir,
Dans votre cas c'est le jeûne alterné qu'il faut. 1 jour sec 1 jour hydrique et plus si vous pouvez. Et ensuite, et pendant quelques temps il vous faut supprimer tous les glucides (céréales, sucres et pommes de terre), bon courage !

Af 03/01/2017 17:11

Bonjour, je présente les symptômes type d'une appendicite et je n'ai jamais été opérée. Cela fait maintenant 2 jours que je jeûne. Je me sens très fatiguée, et les douleurs ont diminuées mais sont toujours présentes. Je ne pense pas avoir de fièvre. Pensez vous qu'il faut que je persévère ou que je m'en remette à la médecine traditionnelle? Merci beaucoup pour votre article

Boisvert 03/01/2017 17:48

Bonsoir,
Ce serait dommage d'arrêter. Si vous pouvez continuer seulement un jour et au cas où ça ne suffirait pas continuer avec une monodiète de riz complet, ou de pommes cuites 2 ou 3 jours de plus; Bon courage !

France 08/12/2016 17:38

Merci énormément et bonne guérison !!!