TEMOIGNAGES de GUERISONS PAR LE JEUNE

Publié le par boisvert

Toujours tirées du site de mes amis canadiens : http://jeune-et-sante.forumcanada.org/
 

 

J'ai jeûné 17 jours après 14 ans de souffrances de l'arthritisme (U. Micalizi)
 
Durant mon premier jour de jeûne les douleurs étaient intenses aux articulations des doigts du pied gauche.  Ces douleurs cessèrent au second jour pour reprendre aux  doigts de l'autre pied.  Au troisième jour, les douleurs quittèrent le pied pour commencer au genou.  Le quatrième jour, elles se déplacèrent à l'autre genou.  C'est ainsi que le corps avait organisé merveilleusement son travail d'élimination.  Chaque jour, il entreprenait de nettoyer une articulation différente.  Pour assurer l'immobilité et donc le repos, le corps ankylosait (j'ai compris pourquoi l'hygiénisme refuse les massages en général et les exercices en cas de douleur) l'articulation durant toute la nuit.  En même temps il lui envoyait beaucoup de sang pour dissoudre les toxines et les cristaux déposés, causant ainsi une forte inflammation et des douleurs inimaginables.  Quand, dans l'espace d'une nuit, le travail d'élimination se terminait dans une articulation,  celle-ci reprenait son allure normale:  l'ankylose locale et l'inflammation disparaissaient.  C'est ainsi que mes doigts, mes épaules et mes genoux avaient subi, chacun à tour de rôle, un nettoyage parfait.  J'ajoute que par moments, je criais de douleur.
 
Mon pouls faisait par moment les 145 par minute et mon coeur battait fort.  Je n'avais nulle  crainte, car ayant étudié sérieusement la question du jeûne, je savais quels symptômes pouvaient survenir.  Mon urine était couleur marron, toute chargée qu'elle était des toxines que les reins éliminaient.  Bref, j'étais en train d'expier les débauches de ma vie passée.
 
Le rétablissement:
 
Vers le 17 ième jour de mon jeûne, les douleurs començaient à disparaître, ma langue saburrale devint rosée et l'urine claire.
 
Je coupai donc le jeûne en suçant quelques citrons acides le premier jour et que j'avais trouvé succulents.
 
Actuellement, ma santé est radieuse, et je suis délivré totalement de l'arthritisme qui m'a martyrisé durant 14 longues années. 
 
                                                          --------------------------------------------------

 
 
Ma tumeur résorbée en 30 jours (Mme Maury)
 
"À ma grande frayeur, je m'aperçu un beau matin de la présence d'une boule dans mon sein droit aussi grosse qu'une noix.  Je perdis la tête, mais dans mon désarroi, je n'ai pas pensé à la médecine, ni à la chirurgie ... Je me suis procuré l'ouvrage du Dr Shelton, l'ayant lu, je me suis décidée à jeûner.
 
Je commençai donc le jêune qui dura 21 jours, alitée, buvant de l'eau à ma soif dans le but de permettre l'autolyse de ma tumeur.
 
Le premier jour s'est passé banalement.  Le second jour ma bouche devint amère.  Je ressentis  une grande soif et des douleurs dans le sein en question ... Les douleurs au sein affecté étaient le signe certain du commencement du travail de résorption et de la désintégration de la tumeur.  Ma langue ensuite devint très blanche.
 
Tous ces symtômes persistèrent et au douzième jour du jeûne, il se forma autour de ma langue une petite bordure rose qui s'élargissait un peu chaque jour.
 
Comme les douleurs dans mon sein persistaient sans violence, que l'amertume de ma bouche ainsi que la blancheur de ma langue ne diminuiaient que lentement,  M. Mosséri m'expliqua que la désintoxication s'était ralentie, les réserves de sels minéraux baissaient sensiblement, le jeûne devenait alors moins rapide.  Ma langue était encore chargée et j'avais envie de manger.
 
Pour hâter la désintoxication et prolonger donc le jeûne, 'prenez 3 feuilles de laitue non lavées, deux fois par jour, midi et soir' ordonna Mosséri.
 
Je pris donc ces feuilles de laitue qui sont très riches en sels minéraux basiques.  Le résultat fut immédiat.  En effet, deux jours plus tard, la douleur dans mon sein augmenta et ma température s'éleva à 37,5 oC.  Ce sont d'excellents signes, me dit Mosséri.
 
La langue se chargeait de moins en moins et au 21 ième jour, elle devint presque entièrement rose.  De toute évidence je compris que mon jeûne arrivait à terme, mais j'avais encore une température de 37,5 oC et une bouche un peu amère au lever.  La tumeur à ce moment n'avait diminué que de moitié ou un peu plus, et j'ai même pensé que j'aurais besoin d'un second jeûne quelque temps après pour en finir avec ce qui restait.
 
Pour des raisons professionnelles, je coupais le jeûne le 22 ième jour avec le quart d'un pamplemousse dont je suçais le jus, 4 fois par jour.  Peu à peu mes forces revinrent et je marchais chaque jour un peu plus, en plus des exercices couchée.  Le 2 ème jour, la dose alimentaire fut doublée, puis triplée.
 
Le 25 ième jour, ma fièvre disparut et les douleurs aussi.  Au 30 ième jour, j'avais oublié la raison de mon jeûne:  la tumeur n'existait plus!  Plus rien du tout.  Elle avait sans doute disparu totalement depuis quelques jours, mais je ne l'ai remarqué qu'au 30 ième jour seulement.  Quel bonheur, quel soulagement!
 
Et ce n'est pas le seul profit que j'aie tiré de ce jeûne.  En effet, ma vue s'est améliorée sensiblement, je ne ressens plus ces maux au dos que j'ai toujours eus, ni les palpitations, ni la nervosité.  Les menstruations que j'ai toujours eues très douloureuses et très pénibles, sont arrivées 3 fois depuis, sans douleur, ni fatigue, ni aucun malaise.  C'est un miracle qui s'est opéré en moi."
 
                                                     ----------------------------------------------------------
À 70 ans, il élimine: asthme, prostatite, impuissance, surdité, sinusite et bronchite en jeûnant 32 jours.
 
"Cet homme me fit un récit  qui  pourrait être répété un million de fois pour les cas d'asthme:  injections d'adrénaline, suppositoires, amanophyline pour soulager les crises d'asthme, mais pas de régime spécial, aucune défense de fumer ni boire ...
 
Le jeûne
 
Il fut mis au lit pour jeûner.  En 24 heures, il fut soulagé et respira aisément par la suite sans éprouver plus jamais de crise.  Cet homme qui nous avoua avoir consulté 30 médecins tout long de ses 10 années d'asthme était maintenant sur le chemin d'un rétablissement  total.
 
Son jeûne ne fut pas sans histoires.  Sa prostate diminua de grosseur et devint enfin normale, ne mettant plus d'obstacle à l'écoulement de l'urine.  Maintenant 9 mois après la fin de son jeûne, il est toujours délivré de ses vieux troubles prostatiques comme de ses crampes à la jambe.  Son écoulement nasal, des sinus et de la trachée diminuèrent peu à peu jusqu'à l'arrêt total de ces affections.  La toux cessa et il dormit nuit après nuit sans difficulté.
 
Au 24 ième jour de son jeûne, il voulut le rompre car il se sentait bien et voulait manger.  Mais les symptômes d'éliminaton n'avaient pas cessé et j'ai pensé qu'il avait besoin de jeûner plus longtemps.  Je le persuadai donc de poursuivre le jeûne.
 
Vers le 32 ième jour du jeûne, il recouvra son ouïe de l'oreille gauche.  Neuf mois après, l'audition par l'oreille gauche demeure parfaite.  Son impuissance aussi était passée.
 
Depuis son admission dans notre maison, cet homme avait cessé tout médicament et ne subit aucun traitement ni chimique ni naturel. 
 
Quand le jeûne fut rompu, il commença plusieurs jours par la suite un peu d'exercice.  Repos, au lit, eau, air et soleil, furent les seules choses dont cet homme fit usage pendant son jeûne ... si son jeûne avait été rompu au 24 ième, comme le malade le désirait, il n'aurait probablement pas recouvré son ouïe." (Shelton)
 

Publié dans santenature

Commenter cet article

Luc 13/10/2016 17:51

Bonjour Fernand,

Le lien proposé vers le site "Le jeûne thérapeutique" n'est plus fonctionnel car il y a plusieurs années que ce site a été transféré ici : http://jeune-et-sante.forumcanada.org/

Au plaisir !

K. 28/02/2013 13:49


Bonjour Fernand, 


Je reviens à la charge avec une quesiton concernant le jeûne qui semble être une thérapeutique des plus puissantes, sinon la plus puissante. 


En effet le rhume dont je vous ai parlé commence à s'estomper, ma gorge ne me fait plus mal, mes oreilles sont toujours bouchées par contre, mais une s'est débouchée quelques minutes ce matin
avant de se reboucher.


Je vois cette maladie comme un petit clin d'oeil de mon corps qui me dit que finalement, j'ai pas mal déconné ces derniers temps avec les excès alimentaire. J'ai négligé la frugalité et j'ai dû
accumuler tout un tas de cochoneries. 


Je voudrais vraiment faire table rase de tout ça pour partir du bon pied avec les connaissances que j'ai accumulé durant ces 3 dernières années.


J'ai bien conscience que mon état ne nécessite pas un jeûne drastique, il m'arrive souvent, de jeûner 24h, et de reprendre avec un repas normal, ça ne m'a jamais provoqué de problèmes jusqu'à
lors et j'ai adopté cette façon de vivre.


Je ne prends jamais de petits déjêuner depuis mon enfance, donc j'ai toujours eu l'habitude de sauter des repas. 


Etant maintenant adulte, je voudrais savoir si au lieu de faire 10 jours de jeûne, qui m'effraie un peu, car je ne fais que 60kg pour mon mètre 75; je pourrais adopter 1 jour de jeûne sec et un
jour de jeûne hydrique par semaine, donc 48h, par semaine. 


J'ai déjà testé 48h, apparemment, je le supporte bien, et la reprise alimentaire ne semble pas avoir besoin d'être "particulière", puisque je mange généralement un repas "normal", et il passe
très bien. 


Il m'aura fallu 2 ans pour comprendre que rien ne remplace la frugalité.


J'ai tenté de faire un seul repas par jour, très très copieux, jusqu'à plus faim, et même au delà de la faim pour la gourmandise. Et ça marche un temps, mais je vois bien qu'au final, on
s'encrasse quand même. Certes, le fait qu'il y ai 20 heures entre chacun de ces festins, permet au corps de bien éliminer, et je n'ai donc pas pris de poids en graisse, mais pourtant, la maladie
est là, il doit donc y avoir un responsable, et je blâme la nourriture évidemment, vu que je ne prends jamais un médicament, et que je fais régulièrement du sport. 


J'avais pensé à tenter le jeûne pendant 10 jours, mais vu les articles qui parlait de l'intestin grèle en rapport avec la santé, je me demandais si c'était une bonne idée ( il me semblait avoir
lu que le jeûne n'était pas forcément le must pour l'intestin grèle ).


Quoi qu'il en soit, je me retourne donc vers vous : Pour repartir sur mes deux pieds avec la frugalité et le respect ultime de mon corps et de mes connaissances, que me conseillez-vous ? 


PS : J'ai de la volonté, j'ai déjà fait une macrobiotique n°7 de 10 jours, un jeûne de 60h etc... donc vous pouvez vraiment me conseillez ce qui selon vous est le must ! Je me sens enfin assez
adulte pour entreprendre tout ce qui est nécessaire. 

boisvert 28/02/2013 14:30


Bonjour, Vous êtes c'est vrai porté de bonne volonté et c'est l'essentiel. Vous parlez de 2 jours de jeûne par semaine, vous êtes vraiment prêt à tout. Mais ce n'est pas nécessaire. 2 jours par
semaine surtout c'est beaucoup, beaucoup trop. Le jeûne il faut le réserver pour les gros pépins, pas pour la vie de tous les jours. Je pense par contre que les efforts il faut les faire tous les
jours en mangeant modérément. Et croyez-moi ce n'est pas le plus facile, mais avec l'habitude cela devient de plus en plus facile. Vous semblez faire de gros repas "pour compenser" ceux que vous
n'avez pas pris. Là non plus ce n'est pas nécessaire. Si vous avez décidé de faire un seul repas par jour pendant un temps, ce repas sera forcément très équilibré mais pas plus copieux. Sinon vous
allez vous créer une fatigue journalière de la fonction hépatique et intestinale. C'est tous les jours que l'on peut se recréer une bonne santé Comme vous l'avez lu, le Jeûne est traumatisant
quelque part, pour la muqueuse intestinale notamment, même si c'est la thérapeutique suprême. C'est aussi pour cela que la réalimentation est essentielle, et les quelques désagréments s'estompent
vite. Aussi je ne milite pas pour des jeûnes périodiques. On peut recouvrer la santé même en mangeant tous les jours, sans aucun jour de jeûne. Le jeûne est à réserver pour les coups durs et alors
il ne faut pas hésiter à les faire longs. La santé est dans l'assiette de tous les jours. Il faut privilégier la sobriété. Un seul gros repas par jour par exemple ou plutôt un seul repas normal par
jour. Les deux autres peuvent être composés de crudités, de fruits ou d'un en-cas sans lait et sans gluten. Je vous donne un exemple : Ce jour à midi, je n'ai mangé qu'une tartine de pain complet
sur lequel j'avais mis de la tapenade sans anchois, accompagnée de choucroute crue assaisonnée d'huile de colza et d'olive. Point. Hier à midi, 5 noix, une pomme crue (Bio, impératif). Un autre
jour c'est une petite salade de crudités avec plusieurs légumes de toutes les couleurs. Le soir repas complet. Là ce n'est pas l'idéal, il vaudrait mieux le réserver à midi, question d'enzymes,
mais c'est ce que je fais. C'est plus convivial le soir alors qu'à midi ce sont souvent des repas sur le pouce, c'est donc pour des raisons de commodités que je fais cela. Mais chacun peut
s'harmoniser sa vie à sa façon avec toujours à l'esprit la sobriété. Allez c'est à vous à faire les efforts !


ortie piquante 13/10/2011 16:51



Un immense merci pour votre réponse.


Je m'y mets et je voustriens a courant de la suite de mon jeube A plus et bon courage pour votre disponibilité.



boisvert 13/10/2011 17:24



Merci !



ortie piquante 13/10/2011 02:36



Bonsoir boisvert


Merci pour votre temps que vous dispensez sans compter à travers votre blog*Figurez vous que j'ai tenté à  2 reprises de débuter un jeune et chaqye fois à la fin du
deuxième jour, je me sens faible et suis contrainte de suspendre mon jeune. Pourtant j'aimerais bien réussir au moins un jeune de trois jours pour guérir mon épaule et mon genou  qui me font
mal à la suite d'une mauvaise chute.Que me conseillez vous? Et pouquoi cette sensation de faiblesse ? Merci de votre réponse



boisvert 13/10/2011 07:34



Bonjour,


C'est vrai que ce sont précisément les premiers jours de jeûne qui occasionnent le plus de malaises. Malaises qui s'estompent par la suite. Ce sont les premiers jours de jeûne qui sont les plus
difficiles à accomplir. Achetez des petits comprimés d'acétest qui détermine votre taux d'acétone dans les urines. Si le test est positif ce qui est souvent le cas dans les premiers jours, alors,
pendant votre jeûne, vous ajoutez une cuiller à café de sucre roux 2 fois par jour. Cela vous aidera à éliminer les graisses et à éliminer également pas mal de désagréments. Et bon courage !



sibille 19/11/2010 17:07



Merci pr votre réponse, cela m encourage vraiment. Je vais m imprégner, comme vs le préconisez,  en lisant plusieurs ouvrages


Je dois être suivi par qui pendant le jeûne ? Est-ce qu un naturopathe suffit et combien de temps faut-il pr que ce soit efficace ? On m a dit qu en général 3 semaines suffisent. Je vais
essayer de trouver votre témoignage personnel, peut-être au début de votre blog car je n ai pas tt lu, je vs connais depuis qqes semaines seulement. A bientôt


 



boisvert 19/11/2010 18:30


Sur mon blog, partie gauche, "table des matières" et "techniques de naturopathie" vous trouverez tous les articles qui concernent le jeûne. Il vaut mieux vous faire suivre par un naturopathe car
pendant le jeûne vous pouvez présenter quelques troubles, surtout au début. Et si vous faites 3 semaines ce serait fantastique, mais déjà 15 jours peuvent suffire. Bon courage !