LES LIAISONS DANGEREUSES

Publié le par boisvert

C'est le titre d'un article de la revue "Que Choisir" et j'avoues que j'apprécie le courage d'oser s'attaquer ainsi de front à la toute puissance des labos.
En tête de l'article un dessin humoristique d'un médecin en face de son patient : "Excellent traitement ! Je l'ai étudié entre deux parties de pêche aux Bahamas, aux frais du labo".
En panne d'innovation, l'industrie pharmaceutique met les bouchées doubles en marketing depuis plusieurs années, afin d'imposer sur le marché des médicaments à l'utilité contestable. Avec le concours de médecins qui oublient au passage de déclarer qu'ils ont des liens financiers avec les laboratoires dont ils vantent les produits dans les médias. Déclaration que la loi rend pourtant obligatoire. L'UFC-Que Choisir porte plainte à titre disciplinaire.

L'industrie pharmaceutique a besoin de praticiens leaders d'opinion pour écouler leurs produits. Et ils écoulent quoi ?
- Octobre 2008 : Sanofi-Aventis retire un médicament contre l'obésité, l'Acomplia. Il donnerait des idées suicidaires à certains patients.
- 2007 : Une série d'études met en évidence des risques cardio-vasculaires induits par L'Avandia, un antidiabétique des laboratoires GSK.
- 2004 : Merck retire en catastrophe le Vioxx du marché. L'anti-inflammatoire augmente les risques de crise cardiaque.
- 2001 : Bayer stoppe la vente de l'anticholestérol Staltor, responsable de plus d'une cinquantaine de décés.

Comme on le voit les retraits de médicaments sont fréquents en médecine et, en plus, aucun de ces médicaments ne représentait un progrés flagrant par rapport à des médicaments plus anciens, mais on les a lancé malgré tout comme des superproductions hollywoodiennes. Et pour cela il faut des médecins leaders d'opinion qui exposent les mérites de ces spécialités, congrés, journaux, revues ou plateaux de télévision, tout est bon. "Que choisir" cite Maxime Dougados, rhumatologue à l'hôpital Cochin à Paris qui n'hésite pas à mettre en avant "une suppression totale du risque d'évènements indésirables graves digestifs". Mais Les labos Merck subventionnent le collège français des enseignants en rhumatologie dont Dougados est le président. Il a été rémunéré pour superviser des essais thérapeutiques.
ET c'est ainsi dans tous les domaines, les industriels de la pharmacie choient les médecins en les invitant à des congrés, en leur payant des formations, en soutenant leurs associations, en les dédommageant pour leur participation à des conseils scientifiques et en tant qu'investigateurs pour des essais thérapeutiques. Quant aux cadeaux de fin d'année pour services rendus, j'ai pu personnellement m'en rendre compte, ce sont de belles caisses de bon champagne et pas seulement un bouquet de fleurs. Songez aussi qu'un médecin investigateur touche d'un laboratoire de 1500€ à 2500€ avec une pointe jusqu'à 5000€ en cardiologie ou en réanimation. par patient. Comme un essai en compte souvent plusieurs dizaines, l'investigateur peut gagner  plus de 100.000€. On est trés loin d'une gratification symbolique.
L'article L4113-13 du code de la santé publique impose aux professionnels qui s'expriment publiquement sur un produit de santé de déclarer leurs liens d'intérêt avec les entreprises commercialisant ou fabriquant de tels produits.... La proportion de médecins appliquant le texte ? Au maximum, 0,001%.
Curieusement on trouve dans les laboratoires 2 à 3 fois plus de commerciaux que de chercheurs. On en arrive à la conclusion qu'il est plus important de les vendre que de trouver de précieux médicaments, véritablement efficaces.
Par exemple :  le Clopidrogel (Plavix), un antiagrégant à 56,82€ la boîte, n'est pas meilleur que l'aspirine (moins de 3€). La récente rosiglitazone (Avandia) à 28,25€ n'a pas prouvé qu'elle soignait bien les diabétiques, contrairement à la quinquagénaire Metformine (Glucophage) à 5,12€. En plus elle aurait des effets indésirables graves sur le coeur, ennuyeux pour un progrés thérapeutique. Vous comprenez mieux pourquoi  de bons commerciaux sont plus importants que de bons chercheurs.
Le Fameux THS (traitement hormonal de Substitution) visait à traiter les bouffées de châleur et à prévenir l'ostéoporose. Un super marché que tous les grands laboratoires ont investi. C'était une vraie rente car les utilisateurs le suivaient pendant des années. Hélas des études épidémiologiques ont mis en évidence les risques cancérogènes et vasculaires de ce traitement hormonal pris sur une longue durée. Malgré cela, il a fallu longtemps pour que la popularité de ce traitement décline à cause de la collusion étroite entre les labos et les médecins leaders d'opinion, afin d'entretenir une image positive de ces médicaments. Tel le gynécologue Henri Rosenbaum, qui était le VRP du THS dans la presse féminine, lui qui était rémunéré par Solvay, Lilly, Novo, Servier, Wyeth, Orion, etc... Ce qui a fait dire à Dominique Dupagne, un généraliste sur le site "atoute.org", que "ce bon docteur Rosenbaum a tellement donné dans la communication hormonale contraceptive et substitutive pour le compte de l'industrie que je ne me fais pas de soucis pour ses vieux jours".
De même pour la maladie d'Alzheimer : Le bénéfice clinique apporté aux patients par les médicaments donépézil, galantamine, rivastigmine apparait trés difficile à préciser. Concernant la mémantine (vendue sous le nom d'Ebixa), la HAS considère que la quantité d'effets observés par rapport au placebo est apparue faible à modeste avec à l'arrivée aucun impact sur le comportement des patients. Conclusion : Il faut continuer à les prescrire.
Mais le vent est peut-être en train de tourner aux Etats-Unis, où les laboratoires n'ont jamais eu aussi mauvaise presse, notamment en raison d'une rafale de scandales liés à des conflits d'intérêt.
La publicité pour les médicaments n'est autorisée que dans deux pays, la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis, où elle est d'ailleurs de plus en plus controversée. Mais en fait les labos ne font pas de la Pub "Ils informent", mais comme ils ont une tendance à ne produire que les études favorables à leurs produits, on devine aisément ce qu'ils feront de cette obligation.
Bravo pour cet article de Erwan Seznec pour la revue Que Choisir, il faut du courage. Et que c'est bon de voir qu'il y a des gens courageux pour oser s'attaquer à cette toute puissance des laboratoires qui nous prennent pour des cobayes quand ce n'est pas pour des vaches à lait.

Publié dans santenature

Commenter cet article

boisvert 19/05/2009 22:49

Bonjour Collègue !

ETIENNE 19/05/2009 14:57

Bonjourmerci pour nous faire part de cet article effectivement courageux... L'époque est arrivée des "mises au grand jour" et des grandes révélations...Christophe

Luc 18/05/2009 17:14

Bonjour,Je suis personnellement pris dans l'engrenage médicamenteux depuis bientôt 25 ans suite à une greffe rénale.   En plus, le diabète de type 2 fait partie de ma vie depuis quelques années.À l'automne 2007, je vois à la télé qu'on vient de découvrir que le médicament Avandia (dont il est question dans le présent article) pouvait augmenter de 48% les possibilités de crises cardiaques chez ses utilisateurs.  J'ai donc arrêté immédiatement ce médicament, d'autant plus que j'ai déjà eu une telle crise.Six mois plus tard, je retourne voir mon médecin et lui dit que j'ai arrêté ce médicament qui de toute façon ne semblait donner aucun résultat.   Entre temps, je surveillais davantage mon alimentation et fait également davantage d'exercices.Ce que je trouve déplorable est le fait que mon médecin   était au courant de cette étude démontrant les risques de l'Avandia et que jamais on a communiqué avec moi pour changer ce médicament.Luc

boisvert 18/05/2009 18:22


Merci Luc pour cet excellent commentaire qui vient nous dire que ce ne sont pas que des mots et que derrière tous ces trafics il y a des malades.


le+fou...du.......TAILLE-CRAYON 18/05/2009 09:09

Ce petit article trés sympa nous redonne un brin de soleil Bravo.....Lorent et ses 2900 trésors .................les TAILLE-CRAYON..........