Des PROTEINES...Mais sous quelle forme ?

Publié le par boisvert


Vous le savez bien parce qu'on vous l'a appris, pour fabriquer du muscle, il faut manger de la viande et des protéïnes animales. L'énergie physique et mentale a besoin d'une certaine quantité de protéïnes. On se sent faible, ....alors vite "manges un bon beefsteack". Et il est vrai que l'on ressent un rapide regain de forme parce que ces protéïnes agissent comme des stimulants mais en fait agissent-ils vraiment comme il semble.
 Les protéïnes animales se transforment rapidement en poisons à l'intérieur du corps. Chacun sait que les substances animales deviennent trés toxiques dès qu'elles s'oxydent à l'air. Et n'en doutez, pas elles le deviennent encore plus à la température du corps.

Les savants essayent de prouver que l'homme est biologiquement relié à la classe des carnivores, tandis que d'autres prouvaient au contraire qu'il descend du singe et qu'il était donc frugivore et trés petit carnivore. Et en fait l'homme n'a pas besoin de beaucoup de protéïnes. Le lait de la femme par exemple n'en contient que 3% et avec ces 3% la nature fabrique un corps nouveau, avec tous les éléments indispensables.
Et en plus l'homme adulte a son corps fini, pourquoi le gaver de protéïnes ? Les siennes ne sont ni détruites, ni usées, ni consommées. C'est une idée absurde de considérer qu'il faut manger des protéïnes pour fabriquer des protéïnes, des muscles et des tissus. Est-ce qu'une vache boit du lait pour produire du lait ? Ne le dites pas au paysan du coin, il vous regarderait bizarrement. Et pourtant quelle quantité de viande elle fabrique, avec seulement de l'herbe comme nourriture. Cette théorie des protéïnes animales nécessaires à la vie a conduit l'homme à n'être plus qu'une putréfaction ambulante. Certains savants comme le professeur Schittenden ont démontré expérimentalement que l'énergie et l'endurance sont accrues par une diminution de la nourriture et surtout des protéïnes. A ce propos, j'aimerais bien connaître la nourriture des coureurs Ethiopiens et kéniens, qui sont maigres à faire peur et qui dominent dans toutes les courses comme le marathon entre autres (42kms). Cela m'étonnerait beaucoup qu'ils consomment énormément de viande car ils ne ressemblent pas au boucher de mon quartier. Et ils sont extrêmement résistants à la fatigue, alors que l'on cherche sur eux, l'emplacement des muscles.

Le professeur Ehret a été confronté sur sa propre personne à un diagnostic des plus pessimiste avec des conséquences fatales. mais comme il n'adhérait pas à cette théorie des protéïnes indispensables, il découvrit et démontra que dans un corps libre de mucus et de poisons, les aliments les plus pauvres en protéïnes, les fruits, produisent le maximum d'énergie et une endurance incroyable. Et il en arrive à la conclusion que lorsque la médecine enseigne que les aliments riches en protéïnes sont nécessaires pour la santé, elle est responsable d'un des phénomènes les plus tragiques de la dégénérescence occidentale. C'est folie d'essayer de guérir les maladies en mangeant davantage, et notamment davantage de protéïnes. Comme le disait Hippocrate, le père de la médecine, "Plus vous nourrirez une personne malade, plus vous lui ferez du mal" et aussi "Vos aliments seront vos remèdes et vos remèdes seront vos aliments".

En matière de maladies, même la médecine officielle reconnait que l'acidité dans le sang est un signe de maladie. Et qu'y a-t-il d'étonnant à cela chez une personne qui remplit son estomac de viande, d'amidon, de pâtisseries, de fruits, qui rendent le bol alimentaire extrêmement acide. Pour faire une expérience, Ehret nous donne une méthode : "Mangez un bon repas et restituez-le 1 heure aprés. Vous verrez une mixture en fermentation acide, qui dégage une odeur terrible rappelant celle des déchets de boucherie, et qui empoisonnera progressivement des cochons lorsqu'on la leur donnera à manger". Ou encore une autre méthode pour comprendre, tout aussi ragoutante. "Lorsque vous préparerez un repas vous imaginez un convive de plus et vous remplirez une gamelle avec tous les ingrédients du repas, aussi bien les liquides que les solides. Vous mélangez bien, mixez même si vous voulez, cuisez au four à la température du corps humain pendant une demi-heure. Couvrez la casserole et laissez-la reposer jusqu'au lendemain matin. Et il nous promet une surprise notable lorque l'on soulèvera le couvercle le lendemain."
Alors comme personnellement je n'ai pas essayé, je vous le laisse faire.

La théorie que nous avons adoptée est simpliste, il faut manger des muscles pour bâtir des muscles, manger des protéïnes pour bâtir des protéïnes, manger de la graisse pour bâtir de la graisse, et dans le cas de la mère qui allaite, boire du lait pour avoir du lait. Nous manquons de fer et on nous donne du fer inorganique en vue de le faire assimiler par le corps. Mais une vache ne construit-elle pas de la chair, des tissus, des os, du poil, de l'énergie et de la châleur avec seulement de l'herbe et de l'eau pour seuls aliments ? On n'a jamais donné du lait à boire à une vache pour augmenter sa production de lait et c'est pourtant comme cela que l'homme agit. Comment imaginer que l'ingestion de viandes à demi décomposées bâtira un sang meilleur, des muscles plus forts. Dès qu'un animal est tué, ses chairs commencent à se décomposer, et passent ensuite par le processus destructeur de la cuisson. Or aucun animal carnivore ne pourrait vivre indéfiniment de viande cuite. De plus, ils mangent tout, la viande fraîche et crue, le sang et les os, et ils ont pour cela un intestin trés court adapté à cette nourriture.
Même la plus petite quantité de protéïnes nécessaire aux animaux et aux hommes peut se former aux dépens du sucre des fruits. Tous les animaux mangeurs de céréales et d'herbe transforment une fraction de ces aliments en glucose et bâtissent ensuite tout le corps avec. Pourquoi en serait-il autrement pour l'homme ?

ET un fait curieux nous renseigne pleinement sur ce phénomène. Le Jeûne. On a constaté que les personnes enveloppées avaient beaucoup de mal à jeûner car elles avaient beaucoup de troubles. Ceux qui connaissent le jeûne et nous en avons beaucoup parlé déjà, savent que la cure passe par une période trés pénible où le corps se libère des poisons qu'il a accumulés jusque là. Et souvent à cause de cela ils ne peuvent pas jeûner trés longtemps. Alors que les ascètes hindoux, les fakirs, qui n'ont jamais accumulé de déchets, jeûnent trés facilement et ils considèrent que le jeûne fait parti de la vie. Aucun trouble ne se manifeste et pourtant au départ ils sont déjà extrêmement maigres et on pourrait logiquement penser qu'ils ne doivent pas jeûner et surtout qu'ils ne peuvent pas jeûner trés longtemps. Et ils le font encore plus facilement que nous. C'est un peu comme les coureurs Ethiopiens, on dirait qu'ils vont tomber dès qu'ils vont se mettre à courir tellement ils sont maigres et ils vous laissent sur place.

Documentation : Santé et guérison par le jeüne par Arnold Ehret aux éditions aryana.

Publié dans santenature

Commenter cet article