RELAX

Publié le par Fernand Joubert

La vie moderne amène l'organisme à vivre sous un rythme qui n'est pas le sien et donc sous une tension pathologique. Et cette tension pathologique est assez différente de la définition classique de la fatigue.

LA FATIGUE :

Elle résulte d'une accumulation des déchets du fonctionnement de l'organisme qui empêche une bonne nutrition des cellules. Tout ceci à la suite d'un effort musculaire prolongé et pénible, un effort mental épuisant, ou tout simplement d'un travail effectué à un rythme anormal. Conjugué à un sommeil non réparateur ou insuffisant, la fatigue s'installe. Un muscle qui travaille élimine des déchets. Quand les contractions deviennent trop fréquentes, cette élimination ne se fait plus complètement et les déchets s'accumulent. Le repos et la détente sont indispensables pour défatiguer le muscle congestionné. En effet cette fatigue, qui n'est que musculaire ou mentale au départ, tend bientôt à ressembler à cette tension pathologique dont nous parlions plus haut. Et si la fatigue provoque des douleurs, des brûlures d'estomac, des maux de tête, de l'aérophagie, n'oublions pas qu'elle est à l'origine de maux beaucoup plus graves tels l'hypertension ou encore l'infarctus du myocarde.
La fatigue déséquilibre le terrain et le métabolisme, affaiblit la résistance, les déchets s'accumulent et virus et microbes en profitent. Il faut donc traiter la fatigue avant qu'elle n'ait entrainé une maladie. Alors, plutôt que prendre calmants ou toniques quelconques, qui n'auront qu'un effet temporaire, pourquoi ne pas parler tout de suite de la Relaxation ou cure controlée de détente.

LA RELAXATION :

Elle ne se limite pas à une gymnastique corrective mais elle implique une rééducation de soi pour faire face à la fatigue. Il faut d'abord faire une rétrospective de tout ce qui apporte cette fatigue, bruit, atmosphère trépidente du bureau, soucis financiers, crainte pour les enfants, excés de sport, etc... tout ce qui peut amener un élément de tension.
Les yogis, qui ont sérieusement analysé la relaxation savent qu'il faut arriver à l'immobilité naturelle du fauve, la détente parfaite. Tel le chat ou n'importe quel félin qui git immobile, sans un tressaillement et qui, en une fraction de seconde peut mobiliser le maximum de ses forces pour atteindre sa proie. Il faut donc avant tout savoir se détendre au maximum.

METHODES DE RELAXATION :

La position couchée est idéale. Essayez en contractant légèrement tous les muscles d'avoir la sensation du travail de chacun. Et là il y a un muscle dont on ne se soucie jamais et qui est trés important. Nous en avons d'ailleurs déjà parlé, c'est le diaphragme, dans "la respiration abdominale". Vous verrez que si vous arrivez à détendre le diaphragme la respiration abdominale vous deviendra naturelle et trés bénéfique pour la relaxation entre autres. Aprés avoir contracté chaque muscle, concentrer sa pensée sur chacun d'eux afin de le détendre, le but c'est d'être détendu de la tête aux pieds. Commencez par les abdominaux en se relevant légèrement et ensuite se laisser tomber et les détendre. La tête, tourner à gauche puis à droite, relever puis laisser tomber et relacher les muscles du cou. Froncer les sourcils, relacher. Fermer les paupières en insistant sur la pression, relacher. Tourner le regard à droite, à gauche, en haut, en bas. Souriez, laissez les plis du visage se détendre. Contractez les maxillaires, détendre. Ouvrir la bouche en grand, compter jusqu'à 10, déglutir, fermer la bouche. Ensuite, complètement détendu il faut se sentir vide, léger dans un état de non-agir. Il faut rester inerte, ne plus voir, ne plus entendre, ne plus sentir, ne plus parler, rester ainsi le plus longtemps possible. Il faut s'obliger à ne plus penser. Ceci est la cure de relaxation de E.JACOBSON.
Le professeur SHULTZ dans le même ordre d'idée a mis au point une méthode semblable mais se basant sur la prise de conscience de la pesanteur de chaque membre et la relaxation est effective lorsque l'individu arrive à se sentir extrêmement pesant.
Il y a aussi la méthode par effacement, c'est à dire que, comme les précédentes, il faut concentrer sa pensée sur chaque membre successivement et penser que le membre n'existe plus, le pied est effacé puis la jambe, la cuisse, l'autre pied etc... en remontant jusqu'à la tête pour effacer ainsi l'ensemble du corps.

Et une réflexion d'Alexis CARREL (L'homme cet inconnu) pour en terminer "Il n'y a pas d'aventure plus belle que la rénovation de l'homme moderne".

 

Publié dans santenature

Commenter cet article