BIEN-ETRE et oméga 3

Publié le par boisvert

On l'entend partout, la vie est dure, on n'arrive plus à suivre  ce rythme fou. Et c'est vrai que le rythme s'est accéléré, mais est-ce que nous-mêmes n'avons pas ralenti au contraire. Est-ce que cette difficulté d'adaptation ne vient pas tout simplement de la difficulté de notre corps à s'adapter aux différentes sollicitations, aux différentes agressions ? Toutes ces agressions qui nous amènent tout un bagage de maladies qui vont de la dépression aux maladies cardio-vasculaires en passant par les maladies de peau, les allergies, les maladies digestives ou  inflammatoires.

Mais alors, que devraient dire les Esquimaux qui ont en plus à lutter contre le froid intense ! Et bien justement parlons-en des Esquimaux; Vous pensez bien que ce n'est pas un  hazard si j'ai cité les Esquimaux, les chercheurs se sont penchés avant moi sur l'extraordinaire résistance de ce peuple qui n'a pas de maladies de peau, pas de troubles inflammatoires, trés peu d'infarctus et  en général, une trés bonne santé.

Evidemment, on a cherché dans leur alimentation et la grande différence avec notre nourriture c'est que eux, par obligation , ils consomment en abondance des poissons des mers froides, des poissons gras, et la relation avec les oméga 3 a été vite faite.

Nous en trouvons bien un peu dans notre alimentation traditionnelle, en particulier dans les huiles comme celles de colza, d'olive, de sésame, mais trop peu pour combler les besoins de notre organisme. Car en effet notre organisme ne sait  fabriquer ni les vitamines, ni les minéraux,  ni les... oméga 3. Je sais qu'on en parle beaucoup et que c'est précisément cela qui les rend douteux ; on nous force si souvent la main et surtout la pensée, qu'on se demande toujours quelle est la part de vérité dans ce que l'on entend. Mais ne vous faites pas de souci, je ne vends pas des oméga 3.

Les produits végétaux fournissent des oméga 3 appelés acide alpha-linolénique (ALA) et les poissons gras fournissent des oméga 3 appelés EPA et DHA. Normalement, les ALA se transforment pour se convertir en EPA et DHA. Hélas, cette transformation ne se fait pas toujours, de sorte qu'il est nécessaire  d'apporter les oméga 3 sous ces 2 formes, végétale et animale.

L'acide alpha-linolénique ALA, végétal, est fourni par l'huile de  colza, d'olive, de sésame, les graines de lin, les noix et l'huile de noix, les oléagineux, l'huile de pourpier (en pharmacie) et certains végétaux qui en sont riches naturellement comme le pourpier, la mâche.

Quant à l'EPA et DHA, on en trouve dans les poissons gras comme le thon, le requin, le maquereau, le saumon, les sardines, la truite, etc.. poissons qui ont la particularité d'avoir une peau et non des écailles. Il faut ajouter que les poissons issus des mers froides sont beaucoup plus riches en oméga 3 que les poissons des mers chaudes. Un thon de notre méditerranée par exemple ne vaut pas un thon péché en Islande ou dans la mer du Nord. De plus, on a remarqué que tous ces poissons étaient des prédateurs,  donc les plus gros mangent les plus petits, (c'est partout pareil), mais que chez eux cela avait un inconvénient, ils accumulent ainsi les métaux lourds que les petits poissons avaient en eux. Si chez les petits, la quantité de métaux lourds était négligeable, chez les gros prédateurs, l'accumulation devient importante et on les déconseille. Donc, si vous voulez vous supplémenter en oméga 3, préférer les petits poissons plutôt que les gros. (sardines, maquereaux, anchois, etc).

l'EPA est un protecteur du coeur, c'est lui qui inhibe les acides gras oméga 6 (qui concurrencent les oméga 3). On lui reconnait aussi des propriétés anti-inflammatoires et anti-allergiques.

Le DHA c'est l'oméga 3 du cerveau et des yeux, c'est la forme la plus aboutie des oméga 3. Il joue un rôle majeur pour les fonctions mentales et les futures mamans devraient en prendre car le DHA passe la barrière du placenta et permet un développement harmonieux du cerveau et des yeux du foetus. Mais il est utile tout au long de notre vie et accompagne les vieux (miam-miam, ça c'est pour moi) afin de leur permettre d'avoir des cellules cérébrales en bon état et des performances intellectuelles correctes. On l'appelle aussi l'acide cervonique tellement il est important pour le cerveau. Il est également utile au système nerveux et s'oppose à la dépression.

Il est toutefois utile de tous les associer car ils sont mieux assimilés et travaillent mieux lorsqu'ils sont ensembles.

En fait, nous manquons presque tous d'oméga 3 car même si l'on en apporte,  ils sont concurrencés par les oméga 6 qui eux se trouvent en abondance dans notre nourriture. Et le résultat est le même, insuffisance.

Les oméga 6 favorisent en effet les mécanismes inflammatoires et cancérigènes, les troubles mentaux, les accidents cardiaques, alors que les oméga 3 s'opposent aux inflammations, au cancer, aux troubles mentaux comme la dépression, à la formation de la plaque d'athérome et aux infarctus.

Il faut donc réduire les autres sources de graisse tels le beurre, la crème, les huiles de tournesol et d'arachide, tous les produits laitiers, les plats tous préparés, gros pourvoyeurs d'oméga 6. C'est certainement plus important d'éloigner ces oméga 6 plutôt que de  se supplémenter en oméga 3.

La pensée des oméga 3 ne doit pas occulter que l'alimentation en général et la façon de vivre sont essentiels pour arriver à un bon équilibre. Ne pas oublier aussi la partie activité physique journalière, car si les oméga 3 permettent de ne pas trop grossir en avançant en âge, le sport aide aussi beaucoup.

Les oméga 3 aident à bien vieillir, ils n'apportent pas de neurones neufs mais ils améliorent le fonctionnement de ceux qu'il vous reste. N'oublions pas que le cerveau est un gros consommateur de graisses, il est d'ailleurs trés riche en graisses, alors apportons-lui de bons gras, des oméga 3. Si vous vieillissez bien dans votre tête vous vieillissez bien de partout, c'est notre chef d'orchestre. Le régime crétois est un modèle pour protéger le coeur et le cerveau.

Pour les sportifs, les oméga 3 assouplissent les globules rouges, les muscles sont ainsi mieux alimentés et permettent  de meilleures performances. Le sang est plus fluide, le débit s'accélère, l'organisme devient plus tonique. Même les capacités respiratoires sont améliorées. Mais le sport pompe justement dans nos réserves d'oméga 3. Et gare à la carence et aux tendinites qui en découlent. Donc les sportifs auront un oeil sur l'apport en oméga 3. Car les protéïnes animales génèrent des substances inflammatoires susceptibles de provoquer des lésions ou simplement des douleurs articulaires et c'est vrai pour la viande, le lait et le fromage. Les végétaux au contraire protègent et lavent les articulations, les pommes par exemple, sont excellentes.

Nous devons éviter en priorité les graisses saturées comme la viande en général, les produits laitiers, beurre, fromage et privilégier les bonnes huiles, les légumes, consommer chaque jour des noix (2 ou 3 suffisent), un peu de vin rouge pour ses antioxydants, pour se protéger de l'infarctus et des troubles circulatoires.

Nous avons vu que les oméga 3 fluidifient le sang donc les personnes qui ont tendance à voir fleurir des bleus devront être prudentes, elles ont déjà le sang trés fluïde.

En résumé que faut-il manger pour se supplémenter naturellement ?

SUPPRIMER au maximum : Charcuteries, les quiches, les feuilletés, les frites, les beignets, les viandes, les poissons panés, les viandes grasses comme le porc, l'huile de tournesol ou d'arachide, les biscuits en général qui rassemblent farines, sucres et graisses saturées, les fromages au lait de vache surtout, les produits laitiers en général, et en dernier les pâtisseries, comme pour les biscuits.

MANGER : Crudités, salades assaisonnées avec huile de colza et d'olive, ajouter des graines de lin moulues. Légumes cuits à la vapeur, céréales complètes éventuellement enrichies en graines de lin, les volailles bio, les poisson gras (saumon, sardine, maquereau, truite, hareng), éventuellement les poissons maigres (ne contiennent pas d'oméga 3, seulement des protéïnes), et les fruits de mer, les fruits secs comme noix, amandes, noisettes, et éventuellement un peu de fromage au lait de brebis ou de chèvre. Tous les fruits frais, bien entendu.

 

Et... pas trop bon appétit pour les fêtes de fin d'année.

Publié dans santenature

Commenter cet article

adeline 31/12/2015 13:42

Je vous remercie de votre réponse.
Je pense en effet ne pas utiliser l'huile de tournesol, garder l'huile de colza pour mes salades, et rajouter des graines de lin moulu pour la vitamine F.
En effet la vitamine F est contenu dans tous les acides gras non saturé, mais ils sont en plus grandes quantité dans certaines huiles végétales.
C'est comme les oméga 3, il y en a dans toutes les huiles végétales mais en quantité très restreintes parfois ce qui ne suffit pas à couvrir nos besoins ...

adeline 31/12/2015 11:18

Bonjour,
je viens de lire un livre de Catherine KOUSMINE " sauvez votre corps", médecin nutritionniste.
Elle dit que la vitamine F est super importante pour toutes nos maladies du quotidien.
Par conséquent elle nous conseille d'utiliser de l'huile de tournesol extraite à froid.
Or cette dernière est riche en oméga 6 ...
C'est embêtant.
Sinon elle conseille lin ou sésame, mais c'est hors de prix ..
Devrais je alors prendre 2 cuillère à soupe d'huile de tournesol par jour ( apport nécessaire pour la vitamine F ), et de l'autre côté manger aussi de l'huile de colza pour contrebalancer le rapport oméga3/oméga 6 ....
Bref c'est compliqué, je suis un peu perdue ...
Des idées ?

Boisvert 31/12/2015 11:49

Bonjour Adeline,
Quoiqu'en dise Mme Kousmine, je pense qu'il faut mettre au rancart l'huile de tournesol, trop déséquilibrée oméga-3/oméga-6 et ce rapport est trop important pour passer outre. On trouve de la vitamine F dans tous les acides gras non saturés.