C'est le PRINTEMPS

Publié le par boisvert

4157675096_e963f06ca3.jpg
C'est le printemps, la nature se réveille, c'est une explosion de vie, des fleurs s'exposent devant nous, du vert, de la couleur, tout se précipite pour profiter au maximum de ce beau temps qui arrive. Mais nous, comment allons-nous suivre ce rythme ? Est-ce que notre corps pourra s'adapter et profiter lui aussi de ce temps où la nature est si généreuse ?
Vous le  savez, les intersaisons sont toujours difficiles à vivre, notre organisme doit s'adapter, à une nouvelle température, à des journées plus longues, à la châleur parfois insupportable pour ce corps habitué à lutter contre le froid. Notre système circulatoire doit être plus tonique pour garder une même vitesse d'exécution alors que les températures sont complètement différentes au dehors. On le sent dès les premières châleurs, l'organisme a du mal à suivre. On se sent tout de suite las, épuisés, voilà nous avons les premiers symptômes qui nous signifient qu'il est temps d'agir pour bien vivre avec ce nouvel environnement. Pensez, il y a peu je vous mettais en ligne des photos de mon jardin sous 30cm de neige et 10 jours plus tard, c'est le printemps.
Je vais me plaindre, je vais envoyer un mail au chanteur de mes jeunes années, ce Jean Ferrat qui a bercé ma jeunesse et même mes autres années. Je vais lui dire qu'il intercède pour nous auprés  des autorités en place là-haut pour qu'elles agissent en douceur aux intersaisons. On n'arrive plus à suivre. Et à lui, je vais lui dire que je l'aimais beaucoup et que je suis désolé qu'on n'entende plus sa voix chaleureuse sur les ondes. Nous sommes devant l'irréversible, notre impensable avenir à tous. Il est allé rejoindre sa Montagne éternelle, lui qui l'a si bien chantée.
En attendant la réponse il nous faut bien nous prendre en main.

COMMENT AGIR :

- D'abord comme toujours lorsque l'on veut s'adapter à une situation différente, il faut réduire les apports alimentaires car il faut laisser à notre organisme le temps et l'énergie nécessaire pour suivre le nouveau rythme.
Un petit jeûne, un jour ou deux, une courte monodiète, remplacer par exemple le repas du soir par des fruits cuits, ne manger aucune céréale, ni produits animaux, pendant le temps que vous pourrez. manger tout cru pendant quelques jours voilà autant de méthodes qui peuvent suffire.
Et lorsque l'on parle de monodiète c'est le moment de faire les cures de fruits. Les premiers par exemple comme les fraises, les cerises. Voilà une façon agréable de s'adapter rapidement. 3 jours à ne manger que des fraises de votre jardin, ou des cerises que vous allez cueillir sur votre cerisier. Et même si vous ne pouvez tenir qu'un jour c'est un jour de repos, un jour d'adaptation, et votre organisme vous dira merci pour cette journée !
Les jus de légumes ou d'autres fruits peuvent aussi être à l'ordre du jour, c'est cru, c'est léger, ça fait donc du bien.
En Hiver on s'encrasse parce que l'alimentation est forcément plus grasse, il faut bien résister au froid. Attention aux calories. Ils doivent être réduits au maximum car vous n'en avez plus autant besoin.
- Nous avons des organes pour éliminer, les émonctoires, ils sont prévus pour cela, autant les solliciter en cette saison. Nous avons le couple Foie-Vésicule biliaire et intestins, les reins, les poumons, la peau. Et vous avez des éléments pour cela ou des aliments comme l'artichaut, le radis noir pour le foie - VB, la piloselle, l'orthosiphon, le pissenlit, racines de chiendent, queues de cerises,  qui sollicitent les reins, la bardane, la pensée sauvage qui sollicitent le foie et la peau et enfin le jus de bouleau qui sollicite un peu tous nos émonctoires. (article), .
- Et puis, il y a la sève de Bouleau.
C'est le premier arbre que l'on trouve aprés les pays désertiques et froids du pôle Nord. C'est cet arbre qui résiste le mieux au froid, et pendant ces temps de grand froid il concentre sa sève et accumule de précieux éléments, des oligo-éléments à la pelle, des acides aminés, du calcium, du magnésium, le précieux silicium organique, tous ces éléments essentiels pour notre système nerveux, notre sang, nos cellules, notre squelette, nos ligaments, nos cartilages, notre peau. Parmi les acides aminés, on trouve l'acide glutamique, qui est si vivifiant et dynamisant, tiens, justement ce que l'on recherche en cette période charnière. 
Au printemps, c'est une explosion de sève, au point que nos ancêtres buvaient ce nectar à même l'arbre qui dispensait si généreusement ces trésors de santé. C'était même la première nourriture avant les premiers fruits, avant les premiers légumes, les premières herbes. Et nos ancêtres se sont rendus compte que le sang de cet arbre rendait fort, plus tonique, les douleurs disparaissaient, la vie coulait à nouveau à flot, c'était le passage obligé vers ce printemps qui n'arrivait jamais.
Nous n'en sommes pas là, nous ne sommes privés de rien, mais nous aussi pouvons profiter de ces trésors pour notre organisme. C'est un élixir de jouvence, il rend la jeunesse (j'en veux, j'en veux !) et il est particulièrement riche en cellules souches, vous savez, ces cellules qui apportent une nouvelle vie. Cette sève nous apporte du tonus à un moment où nous en avons particulièrement besoin. Notre métabolisme tourne au ralenti, engourdi lui aussi par les rigueurs de l'hiver, et cette potion des Dieux nous apporte toutes ses richesses. Elle nous enlève nos douleurs articulaires ou rhumatismales. Elle nous enrichit en minéraux, en enzymes, en oligo-éléments et on la voit cette richesse. Cet arbre est visible de loin avec sa couleur argent, ce prétentieux qui expose sa fortune aux yeux de tous.
On lui reconnait également des pouvoirs anti-inflammatoires, diurétiques et même analgésiques.
Cette sève reminéralise, draine le foie, les reins, élimine les toxines, soignant ainsi la peau qui rajeunit, l'acné tend à disparaître, comme les divers troubles, les eczémas, les dermatoses, le psoriasis, etc...
Elle agit en faisant baisser le taux de mauvais cholestérol, supprime les oedèmes, peut aider à éliminer la cellulite. En opérant ainsi une dynamisation de l'organisme elle lutte contre la fatigue de printemps, les déprimes, l'inappétence,
Bien sûr, l'idéal est de la prendre fraîche et la plus nature possible. Si vous avez des bouleaux pas loin de chez vous c'est le moment d'aller leur faire un bisou, c'est le printemps.

Publié dans santenature

Commenter cet article