CANCER DE LA PROSTATE - 3

Publié le par boisvert

METHODES NATURELLES POUR BIEN VIVRE AVEC SON CANCER .

 

Nous avons donc vu dans les 2 premiers chapitres qu'il ne faut surtout pas paniquer, que la plupart des cancers de la prostate sont des "cancers tortues", et qu'en plus il existe des thérapeutiques efficaces mêmes si elles ne sont pas toutes naturelles, il n'y a donc pas matière à paniquer, attendre et voir. Ce qui ne nous empêche pas de mettre tous les atouts de notre côté et les atouts nous les avons en main et nous en parlons depuis longtemps. La différence aujourd'hui c'est qu'un oncologue spécialisé dans le cancer de la Prostate non seulement approuve, mais aussi conseille de les mettre en pratique.

Mark SHOLZ raconte l'histoire d'un homme Thomas MUELLER, un avocat de Los Angeles, qui à 45 ans, a appris qu'il avait un cancer de risque intermédiaire. Thomas avait eu également  un mélanome lorsqu'il avait une vingtaine d'années. Deux cancers à 45 ans, c'en était trop, il comprit qu'un changement sérieux de son mode de vie était nécessaire. Il a donc décidé de se prendre en charge. Heureusement pour lui, son épouse enseignait la macrobiotique  et  il adopta un régime strict tout en faisant de l'exercice. En 3 mois, son poids passa de 71kg à 55kg. Il était devenu plus que mince. Il fit beaucoup de sport, participant même à un marathon. "Aprés une telle épreuve", déclara-t-il, j'étais devenu tellement hypoglycémique,  (notez bien cette remarque, en vous souvenant du rôle de l'insuline dans la génèse du cancer) que j'avais des hallucinations. Durant cette période, son taux de PSA chuta, passant de 4 à 1,5, un signe encourageant indiquant que son cancer était bien maitrisé.

Il avait entièrement supprimé le sucre, les matières grasses, la viande, les produits laitiers, l'huile, qu'il utilisait avec parcimonie et seulement pour la cuisson, la plupart des fruits et tous les produits transformés comme le pain et les pâtes. Il ne se nourrissait que de céréales complètes et de légumineuses, du miso, lentilles et algues.

Je précise que c'est toujours Mark SHOLZ qui parle. : De plus en plus de preuves médicales attestent de l'efficacité d'une bonne alimentation pour contrecarrer un cancer de la prostate. Le Dr Dean Ornish, célèbre pour son régime visant à diminuer les maladies cardio-vasculaires, a désormais entrepris de s'occuper de thérapie alimentaire pour le traitement du cancer de la prostate. En Septembre 2005, il a fait paraître dans le" journal of urology" les résultats d'une étude sur l'efficacité d'un programme axé sur une alimentation et un mode de vie spécifiques. Ce programme consistait en un régime végétalien, (végétariens et sans produits laitiers) supplémenté en antioxydants tels que le LYCOPENE, le SELENIUM et la vitamine E. Il prévoyait également des exercices physiques modérés d'endurance et l'utilisation de techniques de gestion du stress. Il fit une étude sur 93 hommes et lorsqu'il examina le sang des participants, il fut stupéfait par les résultats. Après avoir extrait le sérum du sang des hommes des 2 groupes il mit en culture dans des boîtes de Pétri des cellules cancéreuses vivantes de la prostate avec ce sérum. Lorsque le sérum provenait d'hommes qui n'avaient pas suivi le programme du Dr Ornish, les cellules cancéreuses se développaient 8 fois plus vite que lorsque le sérum provenait d'hommes qui l'avaient suivi.

En songeant à l'incidence de l'insuline dans le cancer de la prostate, le moyen le plus efficace est une approche mise au point pour soigner les diabétiques, en diminuant  leur besoin d'insuline, et appelée régime à index glycémique bas.

On attribue par exemple au glucose un index glycémique de 100, le maximum. Les aliments dont l'index glycémique est supérieur à 70 sont hyperglycémiants. Une pomme de terre cuite au four (84), Une baguette de pain blanc (75). Ceux inférieurs à 55 sont considérés à index glycémique bas. Noix de cajou (22), les lentilles (30), les pommes (38), le riz complet cuit à la vapeur (50), par contre le riz basmati blanc est un produit intermédiaire avec un index glycémique (58).

N'oublions pas le rapport CAMPBELL qui suggère qu'une alimentation végétalienne ou moins de 10% des calories proviendraient de protéïnes animales entrainerait une réduction spectaculaire du risque de cancer en général.

La Macrobiotique repose  sur des aliments à index glycémique bas. Elle comporte peu de protéines d'origine animale. Et en plus si on met en parallèle le principe Yin-Yang, la macrobiotique apporte l'équilibre, à tous points de vue.

Comme les autres cellules du corps, les cellules cancéreuses ne peuvent recevoir en abondance tous les acides aminés essentiels qu'à partir des proteines animales que l'on ingère. En les supprimant, on affame ces cellules cancéreuses. Quant aux acides aminés, on les retrouve dans les végétaux à la condition d'associer céréales et légumineuses.

La viande rouge renferme plus de 50% de lipides et une alimentation trop grasse stimule la production de facteurs de croissance analogues à l'insuline de type 1 (IGF-1) qui, à son tour, accroit le cancer de la prostate.

Le lait lui aussi stimule cette IGF-1 qui est lié à une forme plus agressive du cancer de la prostate. Le lait, nous l'avons vu ne devrait pas concerner les adultes. Dans tout le règne animal, aucun adulte ne prend du lait. Il n'y a que l'homme pour continuer. Le lait contient  de la caséine, une protéine d'origine animale qui renferme tous les acides aminés essentiels dans une proportion idéale ... pour l'évolution rapide d'un cancer.

Le poisson semble être la meilleure source de protéines d'origine animale, surtout les poissons gras, riches en oméga 3.

Sachez aussi qu'il en est de votre organisme, de votre cancer, comme des plantes, plus vous leur donnez des aliments à manger et plus elle  poussent, plus elles grandissent, plus elles prolifèrent. Manger plus de protéines c'est  alimenter copieusement votre corps et souvent c'est votre cancer qui profite le plus. Et si vous prenez conscience de cela, vous allez manger moins, réformer votre alimentation et votre mode de vie et , en ce sens, même un cancer peut être salutaire. C'est le rapport Campbell qui le dit :"Plus on mange de protéine d'origine animale et plus on risque de mourir d'un cancer". Comme nous l'avons souvent dit sur ce blog il est toujours temps de se mettre au "vivere parvo".

Si  votre PSA monte dangereusement, pensez macrobiotique aussitôt et vous constaterez de vous-même.

Le résultat c'est que le régime suivi par Thomas fut incroyablement efficace. Cancer stabilisé, PSA faible et stable également. Mark SHOLZ en conclu que les vrais coupables sont l'insuline et les protéines animales.

Donc vous voilà rassurés, par l'alimentation vous pouvez arrêter votre cancer. Ajoutez-y du sport ou de l'activité physique et vous aurez le cocktail gagnant. Cultivez le calme et la paix intérieure. Si vous avez entendu les mots terribles du médecin qui vous a dit que vous n'en aviez pas pour longtemps, sachez que ces mots n'engagent que lui et sa médecine, pas la votre. Sa malédiction peut très bien augmenter considérablement votre risque de mourir alors soyez forts, vous avez le temps, surtout avec le cancer de la prostate.

Il existe le pouvoir très intéressant d'un placebo, la pensée positive par exemple, mais il existe également les effets néfastes d'un nocebo, qui est l'effet inverse, et cet effet peut tout simplement vous tuer.

Au sujet du temps qu'il vous reste au pire des cas :

Après une intervention chirurgicale, et une récidive de votre cancer, la survie est de : 4 mois pour un cancer du pancréas, 6 mois pour un cancer du rein, 8 mois pour un cancer de l'estomac, 1 an pour un cancer du poumon, 2 ans pour un cancer du côlon, 3 ans pour un cancer du sein et... 13 ans pour un cancer de la prostate. Alors COOLL !!!!

 

Et il n'y a pas que la macrobiotique, beaucoup d'aliments peuvent vous venir en aide comme le jus de grenade. Des essais cliniques sur une cinquantaine d'hommes ont prouvé son efficacité pour faire baisser le taux de PSA. Et on peut le prendre sous forme de comprimés ce qui réduit le sucre absorbé.

Il y a aussi les antioxydants et surtout, nous l'avons vu, la glutathion-transférase qui est pratiquement toujours inactivée dans les cellules tumorales. Pour que le cancer de la prostate se déclare il faut auparavant que cette enzyme soit absente ou inactivée.

Il nous faut penser également au précieux LYCOPENE (l'antioxydant le plus présent dans la prostate). On dit que la consommation de sauce tomate, riche en lycopène, réduit de 35% le risque de développer un cancer de la prostate.

Tout comme le lycopène , le SELENIUM possède de fortes propriétés antioxydantes. On en trouve dans les noix du Brésil, les sardines, le thon, les champignons, la dinde. Un taux sanguin de sélénium élevé est associé à une réduction de 50% de l'incidence de cancer de la prostate.

La Vitamine E est également un puissant antioxydant dont on vante souvent l'effet protecteur contre le cancer de la prostate.

Et on se doit de citer parmi les antioxydants les CRUCIFERES, (brocoli, chou-fleur, choux de Bruxelles, chou vert), que l'on a associé à une réduction de 50% du risque de cancer de la prostate. Leurs composants stimulent la production de glutathion-transférase.

Au contraire, de multiples études ont associées des doses élevées de CALCIUM supérieures à 2000mg par jour, à un risque élevé de cancer de la prostate métastasé.

Toujours d'après le dr Mark SHOLZ il vaut mieux éviter les préparations à base de multivitamines et de sels minéraux, car, parfois, elles peuvent accélérer l'évolution d'un cancer.

En fait la solution c'est affamer le cancer et adhérer au principe de notre OHSAWA, le père de la macrobiotique, VIVERE PARVO (vivre pauvrement.)

Ne pas oublier également l'action du système immunitaire. Les émotions négatives (peur, colère, ressentiment, jalousie, regret,etc...) agissent de manière à désactiver ce système immunitaire. Un stress émotionnel prolongé mène droit à la dépression et la dépression au cancer. Notre système immunitaire se trouve bloqué dans un mode protecteur. Il n'est plus capable d'utiliser sa fonction guérisseuse qui est notre plus puissante défense contre le cancer. Avoir confiance tout le temps ce qui ne veut pas dire laissez tomber le reste. Comme le dit un vieil adage du désert : "Aie confiance en Dieu, mais attache ton chameau à un arbre".

Comme l'a dit Colin Powell, il faut être un guerrier contre le cancer plutôt qu'un simple survivant. C'est Salomon le sage qui disait aussi, "un coeur joyeux est une bonne médecine, mais un esprit brisé assèche les os".

Si vous avez comme moi, plus de 70 ans, vous avez déjà un cancer de la prostate. Le problème c'est de le garder jusqu'à 110 ans, bien au chaud. Il y a de fortes chances que vous ne mourriez pas par sa faute, alors pas de panique.

 

A la lumière de tous ces textes vous pourriez dire que je divague mais ces textes ne sont pas de moi, ou si peu, je le répète, mais d'un oncologue spécialisé dans la lutte contre le cancer de la prostate. 

Et si je peux ajouter mon grain de sel, j'ajouterais qu'il existe également le Jeûne qui est terriblement efficace contre tous les cancers et je vous invite à vous reporter aux nombreux articles de ce blog sur le Jeûne. ET ce que vous avez lu pour traiter le cancer de la  prostate est également valable pour tous les cancers (jeûne et macrobiotique, antioxydants, activité physique)

 

Source : Touche pas à ma prostate de Ralph BLUM et Dr Mark SCHOLZ aux Editions thierry SOUCCAR.

 

 

Publié dans santenature

Commenter cet article

vincent 12/04/2012 11:58


je suis stupéfait du régime de ce monsieur allant à totalement supprimer le sucre jusqu'à en avoir des hallucinations !
il aurait pu, je pense, garder les fruits à IG bas  surtout en faisant autant de sport ! personnellement, contre le cancer, je pense qu' il faut penser au sucre certes mais surtout, à mon
sens, à l'équilibre acido-basique....

boisvert 15/04/2012 17:51



Bonjour,


Je comprends votre étonnement car nous préconisons les fruits à toutes les pages. Mais ce monsieur était en "soins intensifs", parce que la macrobiotique est un soin intensif. Et dans ce cas on
ne pense plus comme tous les jours, il faut oublier, nous sommes  dans une thérapeutique extrêmement efficace et elle l'est en supprimant les fruits. Il faut être Yang pour extirper un
cancer. Et les fruits sont très Yin, même si c'est du bon Yin, (il en faut pour vivre), ce n'est pas le moment. Maintenant je suis d'accord avec vous ce n'est peut-être le moment non plus de
faire un marathon.



dominique 10/04/2012 14:02


Bonjour,


Merci encore pour votre article. Dernièrement sur la chaine arte j'ai eu l'occasion de voir une émission sur le jeune qui était très intéressante. Ce que vous mentionnez dans votre article peut à
mon avis s'appliquer pour tous les cancers, à savoir  jeune et changement alimentaire... et même si je ne suis pas médecin  cela me parait logique puisque le but est d'empêcher la
cellule cancéreuse de se développer, sachant que la celllule cancéreuse se nourrit de sucre.


Ce qui m'agace est de constater que dans certains pays tels la russie ou l'allemagne on encourage les personnes à jeuner et à manger différemment, ils existent des établissements pour aider les
personnes dans cette démarche,  mais en France on évoque à peine ces méthodes.


Heureusement par votre site vous nous informez et c'est formidable de donner ainsi de votre temps pour nous aider.


a bientôt

boisvert 10/04/2012 16:07



Vous avez raison de le signaler car c'est vrai que dans d'autres pays au moins aussi "civilisés" que la France on incite le patient à jeûner et ce ne sont pas des farfelus, mais des médecins,
oncologues ou professeurs, qui en parlent,  mais en France tout se passe sous le manteau et les naturopathes qui en parlent sont encore les parias. Mais ça avance ! Et si je peux y
contribuer j'en suis très heureux.


Bonne journée !