Ce LAIT tant aimé

Publié le par boisvert

5151216315_9f2dfdc99a.jpg

C'est un sujet inépuisable. C'est à dire qu'à lui seul, le lait représente tout le mal de notre société, et toute la réalité du problème. Ceux qui veulent à tous prix défendre le tout scientifique en prenne un coup dans les dents. En effet, le lait a toujours été présenté, aprés de multiples études, comme l'aliment sécurité par excellence, et qu'en est-il réellement ?

On nous a éduqué en nous faisant croire que, sans le lait, nous allions nous casser en mille morceaux. Notre pauvre squelette n'y résisterait pas, sans l'apport de calcium que l'on ne trouve "que dans le lait".

Mais les médecins eux-mêmes y croient, ils semblent prisonniers des recommandations dont on les assomment, d'abord pendant leurs études, ensuite par les visiteurs médicaux, les vendeurs des grands labos, et ensuite l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé, le fin du fin, la crème de la crème, puisque ce sont les plus grands scientifiques qui ont établi des normes pour que nous ayons le must en matière d'alimentation.

Heureusement que dans les classes, il y a toujours des polissons qui n'écoutent pas, des "qui veulent en savoir plus que les autres", comme si on ne leur avait pas enseigné la vérité, bref des brebis galeuses. Et voilà que ceux-là se mettent à crier au loup, plus fort que les "vraies" autorités. On remet en question la valeur des conclusions de nos plus fins scientifiques qui ont fait des analyses, qui se sont penchés pendant des années afin de nous pondre des  règles à observer en matière d'alimentation.

Devant ce tumulte, on a alors commencé à mettre en place des études prospectives et ce pendant 8 ans et qui ont concernées 13017 hommes et femmes, et on en a déduit que les hommes qui consommaient le plus de laitages et de calcium avaient un risque accru de cancer de la prostate et  les femmes de cancer des ovaires. Et  parmi les laitages, ce sont les yaourts qui poseraient le plus de problèmes, même moi j'en suis étonné. Car les yaourts sont favorables à la flore intestinale, c'est vrai, et ils soutiennent l'immunité, c'est aussi en parti vrai.

Malgré cette étude de grande envergure, et particulièrement parlante, le Dr Serge HERCBERG, responsable du Programme National de Nutrition Santé (PNNS) conseille de consommer chaque jour 3 à 4 laitages dans le but de promouvoir la santé osseuse. "En aucun cas on ne peut mettre le lait et les produits laitiers en accusation en terme de risque de cancer. Prétendre le contraire, serait, selon le PNNS, propager des "idées fausses pseudoscientifiques" qu'il est particulièrement important de battre en brêche." Il me semble entendre la troupe des zététiques. Dans le même ordre d'idées les laitages sont l'objet d'une promotion massive de l'industrie agro-alimentaire.

Les yaourts sont présentés comme la panacée pour l'intestin mais on oublie de parler des règles de prudence qui consisterait à prendre des yaourts à petites doses. Les 3 ou 4 yaourts préconisés par jour apportent de grandes quantités de calcium et d'autres scientifiques pensent que cela fait chuter le niveau de vitamine D active dans le corps,  cette vitamine qui est une des armes dont dispose notre organisme pour prévenir l'apparition des cancers. Et le calcium des laitages vient en concurrence avec cette précieuse vitamine D.

Didier Raoult, chercheur français dans la revue scientifique "nature" a mis l'accent sur les fameux yoghourts "activia" et "actimel" de Danone. En effet, les probiotiques que Danone ajoute à ces divers yaourts sont censés "booster" les défenses immunitaires. Il y en a plus de 1 milliard par pot de yaourt. Mais le hic c'est que ces bonnes bactéries vivantes sont les mêmes que celles que l'on utilise dans les élevages industriels comme activateurs de croissance pour faire grossir plus rapidement cochons et poulets. Un porc ainsi gavé gagne 10% de plus sur la balance. Résultat si vous voulez devenir obèse, mangez des actimel et des activia.

Le lait renferme des hormones mâles (androgènes) signale le Pr William Danby et serait impliqué dans le cancer de la prostate et l'hypertrophie de la Prostate.

L'Ecole de Santé publique de Harvard fut la première à attirer l'attention des scientifiques sur le risque possible de cancer associé à une consommation importante de laitages. Même le beurre pourrait exposer à un risque élevé de cancer du poumon selon un rapport du Fonds mondial de recherches sur le cancer de 2007.

Le Professeur Walter WILLET, Directeur de l'Ecole de santé publique de Harvard (Boston) : "Il nous parait irresponsable de faire la promotion des laitages comme on le fait dans de nombreux pays". Ce même professeur précise également qu'il existe d'autres bonnes sources de calcium parmi lesquelles figurent l'eau minérale calcique, les légumes crucifères, les sardines, les amandes. Les laitages ne sont donc pas un passage obligé, mais une option.

Sur le site de "lanutrition.fr", Thierry Souccar a créé avec beaucoup d'humour "SUPERVACHE".

En effet, les vaches sont de plus en plus grosses ce qui a fait dire à une dame dans le Sept-neuf trente , l'émission animée par Nicolas Demorand, "pourquoi les vaches sont-elles si grosses, est-ce qu'elles n'avaleraient pas autre chose que du fourrage ?". La réponse a été donnée par Philippe Meurs, président du syndicat des jeunes agriculteurs. "Les vaches bénéficient des progrés de la génétique". C'est donc une transformation normale que notre "vache qui rit" soit devenu "vache qui rit jaune" et "Supervache"pour d'autres. Et la conclusion de M. Meurs, "c'est donc un progrés".

Mais le Professeur Willet, comme les chercheurs de Harvard se sont fait détectives car ils ont pris en compte les résultats de l'enquête qui disait clairement que les laitages étaient en cause dans la multiplication des cancers de la prostate et des ovaires entre autres méfaits. Ce qui est curieux, car il y a quelques années les vaches, "la vache qui rit encore" je suppose, n'étaient pas au banc des accusés comme aujourd'hui. Alors nos détectives ont réussi à analyser des laits prélevés des années plus tôt et ensuite le lait de "supervache" et le résultat a été sidérant.

 Le lait de "Supervache" contient des quantités infiniment plus élevées d'une protéïne appelée IGF-1. Et ce n'est pas l'Impôt sur les Grosses Fortunes, l'IGF-1 c'est le bras armé de l'hormone de croissance, une substance qui stimule la prolifération de toutes les cellules, les bonnes et les moins bonnes. Or l'IGF-1 des bovins et celui des hommes sont identiques. Des études récentes démontrent qu'on en retrouve une partie dans le sang et surtout lorsqu'il est absorbé avec de la caséïne, qui est la principale protéïne du lait.

Et maintenant une petite anecdote personnelle. Je ne suis pas jeune, et comme beaucoup, j'ai une hérédité qui me prédispose trés facilement à être perclus de rhumatismes. Et bien, je ne prends plus de lait et je n'ai aucune douleur. Si je me laisse aller à manger quelques yaourts (j'adore),  la réponse est rapide, le matin je me lève tout raide de la tête au pied. Il me faut demi-heure avant que la machine se dégrippe et encore avec beaucoup de précautions.

C'est la réponse aux partisans du  tout scientifique.

Voilà la boucle est bouclée, on veut toujours plus gros, plus beaux et c'est ainsi que "Supervache" veut nous faire grossir nous aussi et elle nous donne ce que Thierry Souccar appelle malicieusement "le lait enchanté".

Et je lui laisse la conclusion : "Ce serait irresponsable de ne pas inciter à la modération, sachant qu'une consommation modérée (un à deux laitages par jour) serait sans conséquence néfaste."

Encore que personnellement, je serais encore plus catégorique que lui et j'irais beaucoup plus loin dans les restrictions de lait. En tous cas, si vraiment vous ne pouvez vous en passer, optez plutot pour les laitages à base de lait de brebis ou de chèvre. On n'a encore pas vu de "Superchèvre".

Publié dans santenature

Commenter cet article

Anne 26/11/2015 16:43

Que pensez vous du lait de Jument pour la santé

Boisvert 26/11/2015 19:45

Bonsoir Anne,
C'est le meilleur des laits mais c'est du lait et il n'est pas pour nous, nous n'avons pas les enzymes digestives pour digérer un tel aliment.

Marithe 12/02/2015 15:26

Le lait tel qu'il est traité, conditionné et acheminé n'a souvent plus que le nom de lait en ayant perdu toutes ces propriétés. Les analyses effectuées portent sur ce lai dénaturé qui effectivement n'apportent que des soucis au corps.
Mais ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain, pour ceux qui ont la chance de connaître des producteurs respectueux de leur métier et de leurs animaux produisant et vendant directement aux consommateurs du lait cru avec toutes les garanties, il serait dommage de s'en priver car il n'est pas nocif comme son cousin cité plus haut, bien au contraire, dans une alimentation équilbrée, il apporte les nutriments qui lui sont propres, contribue à l'équilibre alimentaire, gage de bonne santé.
L'étude demande donc d'être nuancée et comme à l'habitude, d'aller à la source pour connaître la qualité des produits que vous mettez dans votre assiette ou votre verre en rencontrant ceux qui les produisent. Tous les agriculteurs sont loin d'être des empoisonneurs alors ouvrez l'oeil et choisisssez et encouragez ceux qui ont à coeur de nourrir la planète sainement.Notre responsabilité de consommateurs se situent là et nos choix d'achats ont beaucoup plus de pouvoir que nous le pensons.

Boisvert 12/02/2015 17:06

Hélas Marithe, il n'y a pas que le conditionnement ou la production d'un lait qui peut être effectivement dénaturé, mais c'est le lait lui-même que la plupart des gens ne peuvent plus digérer et assimiler, pour la simple et bonne raison que cet aliment était celui du veau et il ne nous était pas destiné. Lorsqu'on est jeune on arrive à ne pas être trop incommodé mais en vieillissant on s'en rend vite compte.

Gazelle 18/09/2011 17:10



Merci pour votre réponse!


J'ai oublié une précision qui pourrait peut-être en aider certains: depuis des années que j'expérimentais des problèmes de caries, dents déminéralisées et très sensibles au chaud, froid, sucré,
salé et acides, j'ai tout essayé, sans succès. Une consommation régulière de produits laitiers crus a enrayé, puis solutionné le problème en un temps record, accompagné de plein de légumes verts
crus et de fruits en abondance.


 


IL semblerait que les graisses contenues dans les produits laitiers non altérées soient très bénéfiques pour le squelette et les dents. Auparavant j'avais essayé de ne régler ce problème qu'avec
les légumes verts, et il a stagné, mais pas régressé, avant que je n'ajoute le lait cru et dérivés.



Gazelle 18/09/2011 12:56



Bonjour,


Je me permets d'apporter un peu de mon eau au moulin. Ca fait des années que je suis sévèrement intolérante aux produits laitiers, ils me donnent des rhumatismes, des sinusites, des maux de tête,
bref, un désastre. Je les aime beaucoup, mais je ne peux plsu en manger


Cependant, après avoir terminé la lecture de deux ouvrages qui s'opposent diamétralemenbt (The China Study de Campbell et Nutrition and Physical Degeneration de Weston Price) je me rends compte
que l'on fait peut-être fausse route en faisant la guerre aux laitages. Car nombre de peuplades de par le monde ont une santé impeccable en se nourrissant de produits laitiers et de céréales.
Quelles sont donc les différences? La pasteurisation, et la raffinerie.


 


J'ai testé sur moi-même et je peux vous assurer que je ne rencontre plus aucun problème d'acidose en consommant des produits laitiers NON PASTEURISES et des céréales NON RAFFINEES. En modération,
bien sûr, mais avec mes antécédents, même si j'en mangeais en quantité infime, si c'était poison, je le saurais.


Il faut donc faire la part des choses.


Merci pour ce blog mine d'or!



boisvert 18/09/2011 14:26



Merci pour ce bon témoignage ! En effet c'est de l'eau au moulin. C'est à chacun de tester. Pour les céréales c'est évident qu'il vaut mieux consommer des céréales non raffinées ou trés peu
raffinées. Cela évite beaucoup de problèmes. Merci en tous cas !



boisvert 19/11/2010 16:09



Le site Carevox met en ligne certains de mes articles et à la suite duquel j'ai apprécié un commentaire que je vous met en ligne :


par laugae (IP:xxx.xx3.147.185) le 17 novembre 2010 a 19H47






Entièrement d’accord avec cet article : le lait peut-être néfaste pour la santé et ce dès le plus jeune âge.


Pour notre fille qui à 9 ans, nous avons du évincer le lait de vache (lait en poudre, lait de croissance et lait "normal") dés le plus jeune âge. Dès que l’allètement maternel s’est terminé,
nous avons naturellement acheté du lait en poudre pour préparation de biberon et là, catastrophe ! Notre fille a développé très rapidement de l’eczéma atopique et s’est mise à faire des
rhinites, des bronchilites et même de l’asthme !


Les anti-inflammatoires et la cortisone développant des effets secondaires néfastes pour elle, il a fallu la soigner par de longue scéance de "klapping" dispensée par un kinésithérapeute.


Le pire dans cette histoire c’est que ni notre pédiatre (dont le cabinet était tapissé de publicité pour les différentes marques de lait : guigoz, gallia, blédina et j’en passe) ni notre
medecin allopathe ne nous ont écouté lorsqu’on leur expliquait que les troubles de notre fille avaient commencé dès l’introduction du lait de vache dans son alimentation.


Il a fallu une rencontre providentielle avec un homéopathe pour que nos soupçons soient enfin confirmés ! Nous avons donc du remplacer le lait conventionnel par du lait acheté en pharmacie
(hypoallergénique) puis un peu plus tard par du lait de chèvre (dur dur au début car le goût est très particulier) et du lait de soja (au goût assez fade malheureusement).


Avec quelques scéances chez un magnétiseur pour lui redonnez des forces (notre avait un système immunitaire proche de l’épuisement du fait d’avoir lutter trop longtemps contre les protéines de
lait de vache) conjugué à l’éciction totale du lait de vache pendant 4 ans environ tout est rentré dans l’ordre : plus d’eczéma, plus de bronchiolites à répétition.


Aujourd’hui notre fill à 9 ans et depuis deux ans environ nous l’autorisons à manger quelques fromages et yaourts de brebis et de temps en temps du fromage de vache -1 a 2 fois par semaine
maximum- et tout va bien.


Mais je confirme que le corp médical "conventionnel" est assez réfractaire à la critique du lait de vache et il a vraiment fallu se battre avec eux pour qu’ils reconnaissent enfin que tous les
maux de notre fille provenait du lait de vache. Même un allergologue à bien du admettre l’évidence : sans lait, plus d’eczéma mais ... plus de prescription de cortisone non plus !


Témoignage particulièrement enrichissant !