ET LE SIDA ?

Publié le par boisvert

07 jan201017h25

Pris sur ce site : http://www.onnouscachetout.com/


Posté par EcliptuX

S'il y a un sujet sur ce site qui vaille vraiment le coup d'être étudié, c'est sans aucun doute celui du SIDA. Depuis plusieurs années, ce thème a été longuement débattu sur notre forum. Des scientifiques, des malades dits «atteints» du SIDA... ont apporté de brillantes contributions qui ont aboutis, grâce aux efforts de Wallypat (un membre du forum) à cette synthèse.

Je viens de prendre connaissance d'une interview du professeur Luc Montagnier (célèbre pour avoir été le directeur du laboratoire qui a découvert en 1983 le VIH), réalisée en 2009.
Elle dure moins de 5 minutes. Ses propos sont littéralement stupéfiants.




Et la suite : "Vérité choquante sur le SIDA"

Depuis quelques jours, ou plutôt depuis l'ouverture de ce blog, je suis la cible d'un énergumène qui m'attaque à propos, entre autres, (car son acharnement est sans limite),  de tout ce qui constitue la base de la  naturopathie, c'est à dire que le système immunitaire prévaut dans la lutte contre les microbes et les virus. Je le dis depuis toujours si les microbes étaient responsables, c'est tout le monde qui serait touché. Les microbes n'ont pas encore appris à trier parmi nous celui qui devait mourir et celui qui devait vivre. Par contre ils savent voir les portes ouvertes, et si cette porte, sur laquelle est écrit système immunitaire, est ouverte, ils se feront un réel plaisir de venir vous débarrasser de vos déchets et de votre toxémie en les métabolisant, ce que votre organisme n'est pas en mesure de faire sans eux. Donc, je considère que ce sont nos amis, ils ont une fonction salutaire pour nous, et sans eux nous ne vivrions pas longtemps. Je sais que c'est une théorie choquante, mais elle est logique. A quoi bon tuer les microbes puisqu'ils sont partout. Vous n'y échapperez pas tôt ou tard. Par contre s'il y a possibilité d'ôter la toxémie par des moyens naturels ou de renforcer votre système immunitaire, là est la solution.
Chacun de nous peut en faire l'expérience. Lorsque vous subirez une "attaque", c'est à dire un rhume par exemple, vous remplacez les repas par des pommes cuites sans sucre, et vous constaterez de visu que les microbes s'en iront sans que vous en ayez tué un seul. Vous avez aidé la nature à accomplir son oeuvre... de bienfaisance.
Ce cher monsieur qui me veut tant de bien prétend que c'est un encouragement à ne pas se préserver du sida. Rien de tout cela n'est dit, c'est déformer et calomnier que dire une chose pareille, mais ce Monsieur n'est pas à cela prés. Et il le dit haut et fort sur son blog. Même moi est-ce que mon système immunitaire est assez résistant pour être protégé, je n'en suis pas sûr. Et dans ce blog, je crois avoir toujours dit qu'il vaut mieux agir en amont plutôt que TROP TARD.

Donc pour répondre à cela je ne peux faire autrement que de citer un scientifique irréprochable, le Professeur Montagnier, qui était le directeur du laboratoire qui a découvert le VIH, Prix Nobel de médecine, et qui je le pense, est suffisamment qualifié pour parler du VIH et de sa propagation. Et je dois dire que j'ai bu du petit lait à écouter son interview.
- Et il nous apprend que certains vivent en permanence avec ce virus et ne sont pas infectés, tiens, tiens,.
- Que le système immunitaire est la clé pour se défendre et pour fermer cette fameuse porte d'entrée, tiens, tiens,.
- Que ce système immunitaire peut être rendu plus efficace par des mesures d'hygiène, par des antioxydants, par l'alimentation, tiens, tiens,...
- Donc on en arrive à la conclusion que les microbes et virus étant partout, seul un système immunitaire en parfait état nous fera vivre en bon voisinage avec ces agents microscopiques.
- Et il va jusqu'à dire que ces méthodes peuvent guérir un sida avéré, même moi, le fou,  je n'oserais pas en dire autant.
Ce témoignage a d'autant plus de valeur qu'il  est fait par l'inventeur du VIH, celui qui a découvert sa présence. En plus il dénigre les vaccins et les traitements coûteux, pour privilégier les méthodes naturelles.
Voilà pourquoi nous ne sommes pas aussi éloignés de la médecine traditionnelle qu'on veut bien le dire, il y a beaucoup de médecins qui commencent à penser que des méthodes simples et peu coûteuses sont encore plus efficaces. Mais elles ne rapportent à personne, sauf au malade ; alors on continue à dire que c'est de la poudre de perlinpinpin, au détriment des malades qui continuent à être pollués, en plus d'être malade.
La différence notable entre les deux, c'est que la médecine traditionnelle est essentiellement basée sur le palliatif, anti-symptomatique. Mais nous n'avons pas à lui jeter la pierre parce que les antibiotiques par exemple ont pu sauver de nombreuses vies et qu'aprés tout, nous avons fait  de même avec les huiles essentielles par exemple, nous avons adopté une thérapeutique anti-symptomatique, (sans pollution, tout de même), on n'aime pas être malade nous non plus. Même si nous savons que la vraie guérison est ailleurs. Le terrain est toujours l'essentiel et c'est lui qu'il faut nettoyer, rendre plus fort, et plus résistant. Et lorsque le Pr Montagnier parle de renforcer le système immunitaire, il ne dit pas autre chose.
Mais bien sûr, j'entends déjà les réflexions, c'est un professeur qui a mal tourné, il est devenu gâteux, c'est lui qui doit se faire soigner, etc.... Car lorsqu'il  n'y a rien à dire sur la méthode, on dévalorise l'individu, jusqu'à ce qu'il n'ait plus aucune crédibilité. Quand on veut nuire, il y a toujours la place.
Excusez-moi d'étaler ces agressions au grand jour, mais quelque fois, ça déborde.

Publié dans santenature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Medigeno 27/06/2017 13:22

Un autre jugement intéressant a eu lieu à Dortmund en Allemagne en janvier 2001. Le tribunal correctionnel condamme le parlement allemand et chacun des parlementaires pour homicide au motif que le parlement a couvert le mensonge mortel des autorités sanitaires au sujet de l'existence du virus VIH et la mise sous traitements toxiques de personnes bien portantes suite à des tests non valides.

Lisez plutôt.

À l'OHCHR-ONUG
Le Haut-Commississaire aux droits de l'homme, Mary Robinson
Centre des Nations Unies pour les droits de l'homme, Bureau des Nations Unies à Genève
8-14 Avenue de la Paix
1211 Genève 10, Suisse
À tous les chefs de gouvernement et tous les chefs d'État
À toutes les ONG
Procédure judiciaire contre le "Deutscher Bundestag", le Parlement de la République fédérale d'Allemagne: en raison de la poursuite intentionnelle d’actes de meurtre et homicide involontaire (§ 220a StGB Allemagne) par le Parlement allemand.
Au cours des six dernières années (on est en 2001) , des preuves ont été recueillies pour les actions suivantes qui ont eu lieu en Allemagne:
L'État utilise intentionnellement des tests non valides pour persuader les personnes en bonne santé de prendre des médicaments mortels à long terme. Les personnes, en bonne santé avant d'être testées, meurent pendant le traitement à long terme. Le Parlement allemand, depuis des années et intentionnellement, garantit que ce crime continue.
Procédure du 15 janvier 2001 devant le tribunal de district de Landing (Dortmund):
Le juge Hackmann a fait état de la déclaration des «Bundesgesundheitsbehörde», les autorités fédérales de santé allemandes, qui affirment que, dans le cadre du sida, il n'y a jamais eu de virus (Dr. Marcus, Robert-Koch-Institute (RKI) à Berlin). Le juge a compris que le Bundestag allemand avait soutenu les autorités fédérales de santé (RKI, Dr. Marcus, 9.3.95) au sujet d'un isolement réussi d'un virus en relation avec le sida au moyen d’une résolution (article 17, Constitution de la République fédérale d'Allemagne, Pet. 5-13-15-2002-010526).
L’accusation était fondée sur les actions du défendeur qui ont fait suite à la déclaration trompeuse faite par le RKI (Dr. Marcus) le 9 mars 1995, selon laquelle il y aurait des photographies du virus HIV isolé dans les publications de Montagnier (1983) et Gallo (1984). Le juge a prouvé le caractère mensonger de cette déclaration en invoquant le témoignage du Dr Marcus lui-même. Le tribunal a infligé aux défendeurs (les parlementaires) une peine d'emprisonnement de 8 mois avec sursis dans le but de contraindre les autorités au respect de la loi.
Le document du Parlement allemand DS 12/8591 confirme que le Bundestag avait déjà connaissance, en 1994, du fait que ni Montagnier (1983) ni Gallo (1984) n'avaient isolé aucun virus lié au sida. Sur cette base, le Bundestag a couvert le mensonge persistant dans la campagne d'information sur le sida (RKI) à partir du 9 mars 1995 sur l'isolement réussi d'un virus dans le cadre du sida. Dans le but de ne pas tolérer ce mensonge et en raison de la non-tolérance des conséquences mortelles de ce mensonge, le procès a eu lieu le 15 janvier 2001.
Il est impossible, dans les conditions de laboratoire, de développer un test d’anticorps valide si le virus n'a pas été isolé auparavant. Chaque profane comprend qu'une preuve individuelle d'une infection par un virus est impossible si l'existence du virus n'a jamais été généralement prouvée. Cette connaissance par les autorités sanitaires allemandes que les tests ne sont pas valides peut être prouvée au moyen des documents des autorités elles-mêmes. Le mensonge concernant la validité des tests fut encouragé par les autorités - contre une meilleure connaissance.
Au moyen de deux autres résolutions, le Bundestag a soutenu le refus par les autorités responsables, en violation de la loi (§63 AMG, Stufenplan II), d’initier des études et observations cliniques en vue de protéger les personnes prenant le médicament de chimiothérapie contre le sida, l’AZT (Animal 5 -13-15-2002-058744 et Pet. 5-13-15-212-023567a).
Les autorités sanitaires et le Bundestag savaient qu'il n'y aura jamais de procédé valide pour tester et prouver une infection par le VIH tant que le VIH n'aura pas été isolé. Et il ne fait aucun doute que l'AZT - ainsi que les médicaments contre le VIH en général - sont mortels eux-mêmes lorsqu'ils sont utilisés comme médicaments à long terme.
Dans le cadre de son fonctionnement, le Bundestag a créé une apparence de légalité au moyen de déclarations délibérément fausses. Le président du Parlement allemand Wolfgang Thierse considère que le Bundesverfassungsgericht (tribunal constitutionnel fédéral) justifie le comportement mensonger de ce type (comme le montre le Bundestag). Une cassette vidéo documentant une entrevue (28 juin 1995) montre que son prédécesseur en poste, le professeur Rita Süssmuth savait, qu'il n'y avait jamais eu de preuve pour l’existence d’un virus en rapport avec le SIDA et qu'il n'y avait aucune preuve pour les allégations d'infection.
Encore en attente dans le Bundestag est la pétition Pet. 2-14-15-212-02608. Il s’agit d’une plainte contre les autorités légales, qui sont restées passives après avoir eu leur attention attirée sur les preuves des actes de meurtre. Le document de plainte comportait tant preuves que le Bundestag aurait dû prendre des mesures dès qu’il en pris connaissance, afin d'empêcher la poursuite de ces actes de meurtre par l'État. Au cours des six derniers mois, chaque membre du Bundestag allemand a été informé, par six fois et par courrier, de ces actes de meurtre commis par l'État.
L'intention du Bundestag allemand de couvrir les meurtres commis par l'État après avoir pris connaissance des faits doit être considérée comme prouvée, surtout en raison du fait que plusieurs pétitions ont été rejetées au moyen de déclarations fausses. Le Bundestag allemand et chaque membre du Bundestag soutiennent intentionnellement les actes d’homicide commis par l'État en trompant délibérément le public. Les personnes en bonne santé sont intentionnellement conduites à prendre des médicaments mortels suite à des tests aux résultats invalides - et ensuite elles meurent.
Le droit pénal du BRD et en particulier le § 220a StGB (génocide) protège les citoyens des actes d’homicide organisés par un État qui trompe délibérément le public. Il protège également les citoyens qui protestent contre les autorités légales et réclament des mesures.
(LG Dortmund, Ns 70 Js 878/99 14 (XVII) K 11/00)
Karl Krafeld et Dr. Stefan Lanka, Dortmund et Stuttgart, le 14.3.2001
Science, médecine et droits de l'homme (Wissenschaft, Medizin und Menschenrechte eV), Allemagne
Albrechtstr. 17, D-44137 Dortmund, 0711 2220601, Lanka@free.de

boisvert 27/06/2017 17:34

Impressionnant et ahurissant ! On a peine à imaginer que des hommes de chair et de sang puissent arriver à des extrémités pareilles au nom du sacro-saint profit. Dans quel monde nous vivons ?

Medigeno 27/06/2017 10:00

Bonjour tout le monde,

J'aimerais trouver quelqu'un qui m'aiderait à écrire en allemand un courrier au greffe du tribunal correctionnel de Gottingen qui a pris ce jugement en 1997. Je veux payer une copie authentique de ce jugement historique.

Medigeno 27/06/2017 09:56

Un jugement historique ( copie authentique ? )

Le 24 février 1997, le Tribunal de Gottingen en Allemagne a acquitté le Docteur Ekkart Gunther accusé de n’avoir pas contrôlé le sang fourni aux hôpitaux par sa société Haemoplas et qui se serait révélé « contaminé par le virus VIH ».
Le médecin allemand était poursuivi depuis pour 14 homicides et 5800 tentatives d’homicide.
Le virologue allemand Stefan Lanka s’est présenté devant le tribunal aux côtés de la défense pour témoigner que le « vih » n’a jamais été isolé et qu’en conséquence il n’existe pas, invitant l’accusation à trouver en Allemagne et dans le reste du monde un seul expert es vih/sida qui produirait, sous serment, la preuve de l’existence du virus VIH.
Cet incident interrompit le procès en août 1996.
Pendant plusieurs mois, l’accusation fut incapable de trouver, que ce soit en Allemagne ou dans le reste du monde, un seul scientifique prêt à comparaître devant le tribunal de Gottingen pour démontrer l’existence du virus VIH.
Le 24 février 1997, le tribunal prononça l’acquittement du Dr Gunther Ekkark de tous les chefs d’accusation au motif que l’existence du virus VIH n’est pas établie.
Ce jugement marquait une étape historique dans le débat sur l’existence du VIH car, pour la première fois depuis une décennie que durait la controverse (occultée par les médias à ce jour), une autorité judiciaire reconnaissait enfin que le soi-disant virus vih n’a jamais été isolé.
Aujourd’hui (2017) plus de trente-cinq ans après la naissance du phénomène VIH/SIDA, l’humanité entière est toujours maintenue dans l’ignorance du fait que ce qui est présenté comme le virus le plus répandu et causant la plus grande épidémie de l’Histoire n’est qu’une vaste fumisterie mise en place par une bande de criminels pour leurs propres intérêts.
Le récent développement fulgurant des technologies de l’information n’a pas, hélas, désenclavé les esprits. Des millions de patients soi-disant infectés par le VIH n’ont pas accès à l’information scientifique honnête. Ils continuent à confier leur vie à un système médical monstrueux qui les tue à petit feu par millions au moyen de « traitements » ARV toxiques. Un génocide médical que l’Histoire finira par juger.

Medigeno 19/06/2017 16:37

Pardon j'ai mal dactylographié ton prénom Fernand.
J'aimerais aussi, si tu le permets, approfondir cette affirmation vérifiable que le sida est la conséquence d'une immunité déprimée par de multiples causes et non une maladie d'origine virale.

boisvert 19/06/2017 18:51

Bonjour Medigeno,
Les commentaires sont faits pour ça. A ton aise !

Medigeno 19/06/2017 16:32

Bonjour Ferand

Merci pour cet article qui dit des choses vraies au sujet de cette folie planétaire qu'on appelle SIDA. Me permettrais- tu de poser quelques questions sur ce sujet aussi sensible qu'une croyance religieuse?