HYPOGLYCEMIE

Publié le par boisvert

 

Curieux que l’on puisse souffrir d’hypoglycémie de nos jours où le sucre envahit nos assiettes et les poches de nos enfants. 

A quoi la reconnaît-on ?

D’abord une perte d’énergie subite, de la nervosité, des tremblements, une faim impérieuse, des sueurs, un mal de tête, des palpitations, des étourdissements, perte totale du contrôle quelquefois.

Une glycémie, (taux de sucre dans le sang), inférieure à 3,5 millimoles par litre (mmol/l) et c'est l'hypo. Ou encore au-dessous de O,55grs (taux normal entre 0,70 et  1,10g)

Les malaises disparaissent instantanément dès que le sujet a pris un peu de sucre ou un bonbon, ou un produit sucré en général. 

Je connais bien ces symptômes pour les avoir ressentis lors d’une course à vélo avec des collègues. C’était une longue course de 130kms et nous avions pris du retard de sorte que nous étions encore à plus de 30kms du but et il était déjà 13h. Vous pensez bien que le petit déjeuner (glucidique) était descendu bien bas. C’est la première fois que cela m’arrivait, j’ai connu ce coup de barre que les sportifs appellent la fringale mais qui est en fait une hypoglycémie et j’ai donc ressenti tous ces signes alarmants. Les jambes  coupées, la tête qui tourne, je n’arrivais plus à pédaler. Heureusement, ce jour-là, sur ma route j’ai trouvé une pâtisserie ouverte et je vous prie de croire que je n’ai pas fait le difficile, j’ai pris ce qu’il y avait et j’aurais dévoré la patronne avec. Ce qui m’a permis de finir ma ballade. C’est vraiment le trou complet, plus de tête, plus de jambes, des vertiges, la confusion, le vide.

L’hypoglycémie est un mal très répandu et souvent ignoré. Des symptômes occasionnés par une glycémie irrégulière peuvent entrainer irritabilité, dépression, instabilité émotionnelle, manque de concentration, de vitalité, une certaine agressivité, ou encore des désordres d’ordre sexuels.

Un petit déjeuner trop chargé en sucres de toutes sortes, genre : le traditionnel jus d'orange, pain ou biscottes ou biscuits ou céréales, plus confiture ou miel, plus lait. Tous ces aliments se transforment en sucre et c'est la totale. Enorme décharge d'insuline pour faire face au taux sanguin de sucre qui est monté en flêche (en haut) et ensuite dépression garantie vers 11H30, (en bas), hypoglycémie, perte d'énergie et surtout fringale énorme. C'est le cycle normal de l'insuline. 3 heures après un pic, l'insuline est en bas, entrainant tous ces symptômes. Le plus curieux,  c'est que si vous ne mangez pas du tout le matin (jeûne intermittent), aucun de ces symptômes n'est là, aucune fringale, aucune dépression, aucune hypoglycémie. Donc encore une fois, le "petit déjeuner pas assez nutritif", "le repas le plus important de la journée", foutaise ! Je peux en témoigner, je ne prends jamais de petit déjeuner et je fais du sport le matin.

Pour mieux comprendre la glycémie il faut savoir que c’est le glucose qui fournit l’énergie aux organes, et ce glucose vient de la digestion des sucres contenus dans les aliments. On les appelle couramment les hydrates de carbone, ou encore glucides. On en trouve partout vous le savez je suppose, tous les desserts, les bonbons, les fruits, les céréales (riz, blé, pain, pâtes, etc..) en sont remplis.

C’est le foie qui fournit ce glucose en le synthétisant ou en libérant celui qu’il emmagasine dans les muscles notamment sous forme de glycogène. Les sportifs connaissent bien ce glycogène puisque les muscles en renferment, mais celui-là ne peut servir à rétablir une glycémie trop basse.  De plus, la quantité de glycogène contenue dans les muscles est minime. 

Cette hypoglycémie peut survenir également lors de certaines maladies, ou à la suite de prise de médicaments.

La consommation de glucides lors du repas entraîne une absorption par l’intestin grêle du glucose lequel entraîne une élévation de la glycémie. Cela provoque une sécrétion d’insuline  par le pancréas qui va ramener la glycémie vers la normale. 

Donc, en priorité il faudra se préoccuper de la santé du pancréas, les cellules des îlots de Langerhans répondent mal à l’hyperglycémie qui suit normalement le repas. Si ce n'est pas le pancréas, il faut se pencher sur le contenu glucidique de ce repas.

Le foie peut être lui aussi en cause en ne libérant pas le glucose normalement.

Mais le glucose n'est pas la seule source d'énergie, car il y a la possibilité pour nos cellules de fonctionner avec les graisses. Nos mitochondries savent utiliser les graisses en cas de besoin pour fabriquer l'ATP.

Pour cela, et pour éliminer les risques d'hypoglycémie ce sont encore les régimes cétogène et paléo, qui, en éliminant les glucides, éliminent en même temps les pics d'insuline et donc, par contrecoup, les dépressions de sécrétion d'insuline, qui provoquent l'hypoglycémie. Ces régimes sont un soulagement pour le pancréas.

Ce sont les petits déjeuners à base de glucides qui ont le plus de chance de vous faire connaitre les douceurs d'une hypoglycémie. Le fameux jus d'orange, pour commencer, suivi du bol de céréales ou de pain, miel, confiture, voilà la source d'un trou noir 3 heures plus tard. Ce qui ne se produira jamais lorsque vous ne mangez pas du tout ou consommez un repas non glucidique..

Gérer la sécrétion d'insuline, c'est solutionner l'hypoglycémie. A moins bien sûr, d'une défaillance extrême du pancréas. Cette notion est particulièrement intéressante pour les sportifs qui pensent qu'il faut prendre invariablement du sucre pour pallier la dépense énergétique. Il faut 12 heures pour métaboliser les sucres lents absorbés, et les transformer en glycogène qui sera stocké dans les muscles. Donc, les sucres (lents ou rapides) absorbés le matin de la compétition ne feront que provoquer une réponse insulinique et seront facteur d'hypoglycémie en cours de compétition. Non seulement c'est inutile, mais c'est, au contraire, contre productif. On va à l'encontre de ce que l'on veut éliminer, la fringale et la défaillance.

Par contre, si vous avez mangé des protéines et des graisses (par exemple, omelette) qui sont métabolisées très lentement, vous n'aurez pas provoqué de pic d'insuline, donc pas d'hypoglycémie 3 heures plus tard et l'organisme aura du matériel énergétique pendant plus longtemps avant l'épuisement. Il va utiliser les corps cétoniques et l'énergie sera disponible plus longtemps et plus harmonieusement. Et surtout pas de réponse insulinique, le pancréas est en repos, donc pas d'hypoglycémie.

Votre organisme fonctionnant en cétose saura se servir des graisses stockées, pour vous assurer l'énergie nécessaire en cas de gros besoin (compétition ou travail intense). L'endurance sera améliorée car cette énergie sera diffusée plus lentement, mais plus régulièrement.

 

 

 

Commenter cet article

Laurent 13/05/2015 10:55

Bonjour Fernand,
Normalement, Je ne déjeune jamais le matin (hormis le bol de café au lait sans sucre que je n'arrive pas à arrêter). Le seul moment où je me force à déjeuner c'est quand je fais, tous les ans au mois d'Avril, le marathon de Paris (niveau 03h45 malgré mes 100 kg). Le jour de cette épreuve, les 15 premiers kilomètres sont toujours terrible , je ressens la "digestion" (renvois / problèmes d'estomac / jambes lourdes ...) malgré un petit déjeuner pris environ 03h30 - 04h00 avant l'épreuve (la dernière fois, j'ai mangé une grosse portion de riz cantonnais à 05h00 du matin, les autres années des pâtes blanches). Penses-tu que je pourrais sans risque faire un marathon à jeun, et que manger pendant l'épreuve. Actuellement je bois 25 cl d'eau et mange uniquement 2 sucres blans aux ravitaillements tous les 5 kms.
Merci de ton avis.
Laurent

Boisvert 13/05/2015 11:25

Bonjour Laurent,
Et bravo pour les 3h45 avec 100kg à trainer. Pour métaboliser le glucose et amener du glycogène dans les muscles il faut 12h. Donc si tu veux manger des pâtes ou du riz cantonnais c'est la veille au soir. A ce repas du soir il faudra ajouter des graisses, beurre, crème fraîche, car les graisses sont très lentes à passer et seront un secours d'énergie supplémentaire.
Ce que tu manges le matin ne peut pas servir pour ton énergie donc c'est une surcharge inutile. Ce n'est que pendant la course que tu peux prendre des sucres rapides. Prend du sucre complet au moins cela t'apportera quelques vitamines et minéraux, ou alors les tubes d'énergisants vendus dans le commerce. Le lait le matin te provoque un pic d'insuline c'est très TRES mauvais car ce pic d'insuline est suivi invariablement 3h plus tard par une légère hypoglycémie, ce qui veut dire fringale et fatigue. Pas le top avant la course. Si tu tiens à manger le matin du marathon, c'est un café noir ou alors carrément une omelette, ou une protéine quelconque, (pas de pic d'insuline). Et l'énergie sera plus constante.

vincaminor 12/05/2015 16:58

Simple constat:
Ma soeur et moi, même âge (56 et 57), à peu près même génétique, même passé alimentaire, taille cm moi 168, elle 170, poids, moi entre 48 et 50, elle entre 120 et 130 kg;
Elle se plaint d'hypoglycémie et de candida albicans _ Différences: depuis longtemps (à 19 ans) j'ai pris l'habitude de frugalité avec la macrobiotique, et en cas d'excès ou autre, (Lanza Del Vasto:"Prend le jeûne"), jeûne immédiatement; ma soeur, pleine de qualités humaines que je n'ai pas, se plaint de ne pouvoir renoncer au pain, vin, viande, chocolatines ou autres, jeûne impossible, la rend malade; je n'ai pas de lunettes, elle est obligée d'en avoir pour lire, perte de cheveux, infections et autres avec antibios et cortisone de temps en temps; bref, comment l'aider? Elle habite loin. J'ai peur car presque toute ma famille a disparu par maladie, sauf mon frère aîné, 130 kg aussi, qui en est à son 4ème pontage d'artères. C'est bien joli d'être en forme soi-même, mais vraiment dur de voir des proches, et les non-proches d'ailleurs, s'acheminer vers la dégradation, les médicaments, l'hôpital.
Autre question à l'homme précieux d'expérience que tu es: végétalienne, après avoir presque complètement supprimé les céréales, j'essaye les produits animaux, pas tous les jours,:oeufs, viande crue,(un peu! ça fait quatre fois) mais ça me donne une énergie terrible le lendemain: je me sens comme dopée, je deviens pas commode avec les gens, alors que j'étais hypercool, des réactions très rapides, et du mal à maîtriser ces flux qui sont très forts. Bref en ce moment je suis vite déséquilibrée bien que je me dépense beaucoup. Merci de ton avis.
Excuse moi si le message est trop long un peu hors sujet, et merci d'avance.

Boisvert 12/05/2015 17:43

Bonjour Vincaminor,
C'est un précieux témoignage que le tien. On peut voir ici toute l'importance de l'alimentation. Hélas comme je le dis souvent, il y a peu de maladies que l'on ne puisse guérir,mais il y a beaucoup de malades qu'on ne peut pas guérir. En naturopathie c'est le patient qui devient son propre médecin S'IL LE VEUT. La clé c'est la volonté et certains n'en sont pas capables.
Pour la nouvelle diététique, ce n'est pas besoin de manger de la viande crue et cette portion de protéine ne doit pas dépasser 15 à 20% maximum de la pyramide alimentaire. Cette diététique dynamise mais ne déséquilibre pas. On est bien dans sa tête et il faut aussi 50% de fruits et légumes pour équilibrer le rapport acide-base. Curieux que tu n'ai pas réussi à convaincre ta soeur de faire comme toi, le paléo c'est quand même plus facile que la macrobiotique, même pour les gourmands. J'ai une amie qui, en 5 mois, a perdu 30kgs. Alors courage pour ta soeur !

vievie 11/05/2015 09:14

Bonjour,

Le fait de boire du vin la veille (je ne mange pas le matin, je prends un fruit à 17h00 et je dîne vers 19h00) peut-il entraîner une hypoglycémie ? Lorsque je bois un verre, ça va mais deux verres, je suis mal... (52 Kg toute mouillée).

Merci.

Boisvert 11/05/2015 10:47

Bonjour,
Non, le vin, la veille n'a aucune incidence sur l'hypoglycémie. Mais à 52 kg c'est un seul verre bien sûr. Soyez sage !

vincaminor 10/05/2015 22:21

Pour moi jamais de petit déjeuner, aucune envie et ce malgré les recommandations habituelles.
Si je reste à la maison, activité physique très modérée, du jus de légumes dans la journée et un repas vers 18h; si je travaille à la création du jardin, activité physique soutenue, du jus dans la matinée et quelque chose vers 13h, aujourd'hui 2 bananes et 500g de fraises, sinon je maigris trop.
Les céréales m'endorment, sauf en très petites quantités et mastiquées au moins 50 fois, ce qui fait un repas trop long à mon goût.
A jeun la mémoire et les facultés intellectuelles sont bien meilleures, les céréales endorment, sauf en très petites quantités et mastiquées au moins cinquante fois, ce qui n'est pas pratique car beaucoup trop long quand on a du travail...

Boisvert 10/05/2015 23:08

Ben, c'est un peu comme moi, sport le matin et sans petit déjeuner, l'esprit est clair et les muscles au top.

pascaline 10/05/2015 11:58

Alors, si on mange le matin ,il faut préférer les omelettes aux bécon
comme les Anglais peut-être?

Boisvert 10/05/2015 12:08

Bonjour Pascaline, Le bacon a 2 inconvénients, c'est une viande grasse et il est trop riche en sel. 2 choses que l'on essaye d'éviter dans le régime paléo. Donc oui plutôt omelette.