INTOLERANCES

Publié le par boisvert

Et si tout être humain était intolérant au gluten et aux produits laitiers d’origine animale ???

 

On pourra dire : «  Encore un article sur le gluten et le lait !! » - « Encore des conseils nutritionnels en matière de santé !! »  - « Pff !  À quoi bon ! »

Il est vrai que de très nombreux articles ont été écrits sur le sujet - des centaines de bouquins avec TOUT et SON CONTRAIRE….

Mais c’est sans connaître Marion KAPLAN !....

Cette bio nutritionniste intarissable (on peut l’écouter en conférence sur Internet) et prolixe (17 livres à son actif) a été la première en France à dire haut et fort les dangers que le gluten et les produits laitiers d’origine animale font planer sur notre santé.

Plus de dix ans après, les régimes sans gluten et sans produits laitiers d’origine animale font « presque » partie des mœurs.

Marion KAPLAN a largement un temps d’avance car son énergie, sa force de conviction et ses arguments sont inébranlables.

On peut ne pas être d’accord avec elle mais, si cette spécialiste a raison, cela éclaire d’un jour nouveau la vision naturelle de la santé et remise au rayon des vérités dépassées quelques vieilles doctrines bien ancrées... 

« Encore une théoricienne » dira-t-on !...

« Pas tout à fait » parce qu'elle indique comment vérifier sa théorie avec un test que chacun peut se faire prescrire ainsi qu’un protocole de soins naturels!

 

Les êtres humains seraient tous malades de leurs intestins :

Ce refrain sonne peut-être mal mais il sonnerait juste…

L’organisme humain est envahi par un nombre croissant d’agents de destruction : bactéries, pesticides, OGM, eaux polluées, toxiques...

En outre son système digestif est assailli ? 

-           de substances protéiques (gluten, caséine...)

-          de sucres de synthèse (lactose, fructose...)

-          d’ingrédients douteux dont l’alimentation industrielle use et abuse

-          de médicaments la plupart du temps

-          de soins médicaux invasifs  etc……

Et la physiologie humaine n’est hélas pas conçue pour la plupart de ces produits. 

L’invention de l’agriculture et de l’élevage est un phénomène récent dans l’histoire de l’humanité. Que pèsent 10 000 ans face à 6 ou 7 millions d’années ?

Pas étonnant que le système digestif humain, encore assez semblable à celui du chasseur-cueilleur, ne se soit pas encore habitué à des apports massifs de gluten, de céréales modifiées et de produits laitiers d’origine animale,  cela depuis une centaine d'années seulement...

Ainsi Marion KAPLAN affirme que les êtres humains de l’époque actuelle seraient presque tous céliaques, la plupart du temps sans le savoir.

L’intolérance au gluten et à la caséine (la deuxième accompagnant la première) se retrouverait dans 70% de la population européenne tandis que 60% seraient intolérants au lactose.

Et le comble de l’histoire ?

La fermentation intestinale serait la première cause de mortalité dans le monde occidental. Ce serait le fruit pourri d’une inflammation bactérienne qui grossit dans les ventres à force de ne pas manger ce pour quoi la nature humaine est  prédisposée...

 

La santé commence dans les intestins…. 

L’intestin d’un individu abrite l’équivalent de 2 kg de bactéries (1014 = 100 000 milliards appartenant au microbiote ou « flore intestinale »).

Et c’est donc  lui qui serait le plus souvent déséquilibré.

Là résiderait la source principale des maladies selon Marion KAPLAN et quelques autres thérapeutes naturels.

L’ancienne élève de Kousmine a toujours été à l’avant-garde du savoir.

Et si elle s’est toujours intéressée au gluten et au lait, ce n’est pas que pour des raisons scientifiques mais parce qu’elle a souffert une grande partie de sa vie et cela dès l’enfance? 

Migraines, dépression, troubles bipolaires, fatigue chronique, constipation...

Cette cinquantenaire épanouie n’a recouvré la santé que récemment.

C’est donc son expérience personnelle qui lui a fait chercher les meilleurs spécialistes et les bonnes solutions. Et cela toujours avec pragmatisme.

Ce qu’elle affirme, elle l’a expérimenté et validé sur elle-même et nous invite à faire de même.

 

Alors pourquoi attendre d’être malade ?

L’intolérance alimentaire a longtemps été ignorée par la médecine officielle, ce ne serait plus le cas ou tout du moins elle serait un peu prise en compte.

Mais on la diagnostique rarement (ou alors bien tardivement) car la réaction de l'organisme n'est pas toujours immédiate.

Forcément, personne ne fera le rapprochement entre :

Ballonnements – colite - flatulences -  fatigue  - insomnies – céphalées – migraines – douleurs musculaires et nerveuses - problèmes cutanés divers etc….

Et un certain aliment ingéré avant-hier - la semaine dernière - il y a 15 jours ou plus et que l’on continue d’ingérer régulièrement sans se douter d’un effet possible de « bombe à retardement »…. 

Qu’il s’agisse du gluten - de la caséine - du lactose - du fructose  etc…. les intolérances peuvent tout aussi bien passer inaperçues, sans aucun signe digestif apparent mais en se manifestant tout autrement.

Sauf qu’un jour survient parfois une maladie plus lourde et qui fait le lien ?

On ne peut pas affirmer jusqu’à quel point Marion KAPLAN a raison.

Rares sont les sujets qui ne souffriraient pas plus ou moins de troubles digestifs et personne ne peut affirmer ne pas avoir été au moins une fois ballonné et incommodé après avoir mangé du pain ou bu du lai, par exemple.

Alors pourquoi attendre d’être malade pour vérifier si l’on est ou non intolérant alimentaire ?

Pourquoi ne pas vérifier tout de suite une incompatibilité physiologique possible avec le gluten et le lactose qui sont à l’origine des deux grandes intolérances dont souffre l’humanité ?

 

Une réalité dans les séries télé mais pas forcément dans les cabinets médicaux

La maladie céliaque a été découverte après la Seconde guerre mondiale, quand on a vu réapparaître - avec la réintroduction du pain et des farines dans l’alimentation - des maladies qui avaient temporairement disparu.

Depuis elle fait d’ailleurs l’objet d’un déni. Néanmoins les anciens médecins la reconnaissaient mieux.

On préfère sans doute entretenir l’ignorance : il y aurait peut-être trop d’intérêts économiques en jeu !.....F 

Sans gluten, que fera-t-on tous les boulangers et les minotiers, tous les ouvriers agroalimentaires… ????

Et sans lait que deviendrait le consortium de diffusion des produits laitiers – les puissants lobbies  (Nestlé – Danone et Cie) – tous les agriculteurs et éleveurs…. ????

Il n’y a donc guère que les médias pour en parler et c’est ainsi que l’on a commenté tout l’été sur l’intérêt des régimes sans gluten après que Jo-Wilfried Tsonga ait révélé lors de Roland-Garros suivre un régime sans gluten...

Selon Marion KAPLAN la France a deux siècles de retard sur les Etats-Unis où la maladie céliaque est communément reconnue et combattue.

Les accros de la série TV « Dr House » connaissent finalement mieux le « Leaky gut syndrom » (syndrome de perméabilité intestinale) que la plupart des médecins. 

Si l’on soupçonne une maladie céliaque - une maladie de Crohn ou toute autre atteinte intestinale sérieuse, le diagnostic apparaît souvent  trop tardivement.

Et si l’on compte sur la « médecine de prévention » établie par des médecins-conseils de la Sécurité Sociale, on déclarera une atteinte céliaque une fois que les intestins seront déjà bien dégradés et l’état de santé avec !!!

Et ce ne sont pas les traitements médicaux octroyés qui arrangeront les choses, bien au contraire : la chimie n’étant en aucun cas prévue par Dame Nature pour le noble organe que représente l’intestin humain !!

Il  ne vient pas ou rarement à l’esprit de quiconque du corps médical conventionnel de faire le lien entre et le gluten et la caséine (voire le lactose) et une maladie de Crohn - une recto-colite - une colopathie fonctionnelle - toute atteinte intestinale ou toute autre pathologie même nerveuse….

En réalité il n’existe pas de meilleur moyen médical de confirmer cette maladie que la recherche systématique d’haplotype HLA.  

L’haplotype HLA est le moyen (coûteux néanmoins) de vérifier une fragilité intestinale sérieuse.

Le système HLA (antigènes des leucocytes humains) a été découvert et mis en place par l’immuno-hématologiste Jean Dausset, ce qui lui a valu le Prix Nobel en 1972.

A l’image des sous-groupes sanguins, cette carte d’identité tissulaire, valable toute la  vie, est formée par dix sous-groupes tissulaires - appelés « locus » - répartis en cinq couples (2A, 2B, 2CW, 2DR et 2DQ).

On appelle cette carte « l’haplotype HLA ».

Voilà un outil fort intéressant que ceux qui ont fait un don de moelle connaissent : c’est par cet examen biologique que l’on assure la compatibilité donneur-receveur.

C’est surtout par cet examen que l’on confirme une suspicion de maladie auto-immune et également une suspicion de maladie céliaque ou d’atteinte intestinale sérieuse.

Seulement voilà, c'est compliqué et cela a un certain coût.

Si l’on est en bon terme avec son médecin, on pourra lui demander de prescrire un « typage HLA groupe I groupe II totaux « suspicion de maladie auto-immune ».

Il  est impératif d’écrire précisément ce texte car ainsi, la Sécurité Sociale ne devrait pas ennuyer le médecin et l’examen sera remboursé : cela ne coûtera que 50 euros (sur 350 euros environ).

En général les médecins renâclent à demander ce typage au prétexte qu'une maladie sans symptôme visible n'est pas une maladie...

Car il faudra aussi qu'il apprenne à interpréter les résultats de l'examen.

Cette carte des facteurs de sensibilité immunitaire (qui peuvent donner des milliards de combinaisons) est non seulement difficile à lire (peu de médecins ont appris à le faire) mais aussi dangereuse à interpréter : certains médecins le savent pour avoir eu à subir les tracasseries de l’Ordre des Médecins et des instances disciplinaires de la Sécurité Sociale à cause de cela.

Il y a bien un laboratoire spécialisé en France qui fait des analyses son nom ne sera pas révélé par crainte de lui attirer des ennuis.

A chacun de commencer à s’impliquer au niveau de sa santé en faisant lui-même ses propres investigations pour trouver le laboratoire? 

Wer will der kann » dit un proverbe allemand ? traduction : « Celui qui le veut, le peut » 

Ainsi on peut être renseigné très vite à l’inverse de Marion Kaplan qui a dû attendre près de 50 ans...

Cependant même sans faire systématiquement l’examen, il est possible de faire du bien à sa santé en changeant ses habitudes alimentaires.

Et là on en aura très vite le cœur net et cela sans analyse!

Bien sûr cela demande de la volonté et des efforts ainsi qu’une certaine imagination culinaire mais c’est faisable.

 

Cuisiner à la mode chinoise par exemple…

Afin de savoir si l’on supporte ou non le gluten et les produits laitiers d’origine animale (rappel : l’intolérance au gluten va de pair avec l’intolérance à la caséine), on commence par s’en priver sur une période de 3 mois minimum.

 

En ce qui concerne le gluten, il faudra supprimer le pain – les pâtes au blé – les pizzas – la levure de bière - la poudre de cacao - les pâtisseries du commerce et de nombreuses préparations industrielles comme par exemple les potages, les sauces, le surimi etc…

 

Même chose pour les produits laitiers d’origine animale (lait – crème – beurre – fromages – yaourts – fromages blancs – faisselles – crèmes desserts et flans etc…) sans oublier ceux contenant du lactose  et des protéines de lait : charcuteries – produits de régime – glaces etc….

Pour sûr qu’il s’agit-là d’un vrai casse-tête alimentaire et d’une révolution de vie !!....

Il est également nécessaire de savoir que 90% des médicaments sont élaborés sur du lactose en excipient et qu’il suffit parfois de simples traces pour relancer les symptômes d’intolérance !!!...

 « La cerise sur le gâteau » : alors que l’on penserait se soigner naturellement, de nombreux  granules homéopathiques sont également élaborés sur du lactose….

 

Pour se donner toutes les chances de réussir, Marion KAPLAN suggère de faire comme si l’on habitait en Chine et que l’on se mette à adopter leur mode culinaire basique car là-bas il n’y a quasiment pas de produits laitiers et pas de pain sauf  pour les touristes !!...........….

Le riz complet étant la nourriture de base des Chinois avec du canard – du poisson et des légumes.

Marion KAPLAN vous dira que l’on peut aussi manger de la volaille bio, poissons, crustacés, fruits et légumes de saison, oléagineux, légumineuses...

Dans l’huile ou le riz il n’y a pas ou très peu de gluten, ce dernier n’étant pas celui du blé en étant mieux assimilable.  

Si l’on souhaite plutôt manger d’autres céréales que le riz, il est alors possible de choisir entre quinoa, sarrasin mais c’est tout.

Surtout ne pas se compliquer la vie... de toute façon actuellement l’être humain consomme trop de céréales alors que les Chinois se contentent du riz en base alimentaire. 

 

Que manger par exemple au petit-déjeuner ?

 

Une banane écrasée à la fourchette – 1 cuillère à café d’huile de noix – des amandes  ou du riz complet + 1 cuillère à café d’huile de coco ou de noix avec des amandes ou de la noix de coco râpée ou  de la poudre d’amandes – de noisettes - de caroube – de souchet – des fruits secs etc…

De nombreuses suggestions sont possibles à tous les repas et mon rôle de nutri-détoxicologue comme celui de Marion Kaplan – bio-nutritionniste - consistera à indiquer à celui qui le souhaite un nouveau mode alimentaire personnalisé que l’on peut aussi appeler comme Marion KAPLAN l’a déjà fait : « Immuno nutrition ».

Une remarque importante : il ne faudra pas suivre ces conseils en victime car ils sont à appliquer de façon responsable sinon ce n’est pas la peine, le sentiment de frustration étant déjà néfaste à la santé.

 

L’intérêt d’une désinfestation intestinale

On a trop souvent tendance à associer les intolérances alimentaires à de simples problèmes digestifs (ballonnements - inconfort …)

La fermentation intestinale est en lien direct avec l’intolérance alimentaire en se traduisant par les mêmes signes d’inconfort mais elle représente « une bombe à retardement » !

La flore intestinale normale est là pour :

-           nourrir les cellules épithéliales

-           défendre l’organisme en activant le système immunitaire dont 80% réside dans l’intestin

-           et participer à l’équilibre du système nerveux entérique comprenant 200 millions de neurones semblables à ceux du système nerveux cérébral d’où la qualification pour cet organe de 2ème cerveau.

 

Il n’est donc pas ridicule mais plutôt logique de penser qu’une alimentation inadaptée « enflamme » le microbiote et que toutes sortes de bactéries normalement minoritaires mais nécessaires en tant que « nettoyeuses » au sein de l’intestin se mettent alors à proliférer et à produire des toxines qui vont perturber voire affoler le système immunitaire en déclenchant des inflammations chroniques ou pire des maladies auto-immunes ? 

En effet, la muqueuse intestinale devient trop perméable, les toxines entraînent le passage de fragments de bactéries et d’aliments dans la circulation sanguine faisant perdre tout repère correct au système de défense de l’organisme qui s’affole et se met systématiquement et de façon permanente en état d’alerte.

C’est ainsi qu’apparaissent au départ des phénomènes réactifs inflammatoires : gingivites – douleurs multiples ou diffuses inexpliquées - fatigue chronique  fibromyalgie – insomnies – troubles de la mémoire –  dépression nerveuse - schizophrénie – autisme etc…. pour ensuite évoluer également vers des atteintes plus graves comme les maladies auto-immunes – le diabète  et même le cancer…. 

 

Des remèdes qui doivent déranger de gros intérêts...

Marion KAPLAN travaille depuis plusieurs années avec un chercheur, le Dr Bruno Donatini, grand spécialiste des champignons médicinaux.

Ces recherches ont abouti à la mise au point de plusieurs remèdes qui étaient, jusqu'ici, commercialisés par la société MYCOCEUTICS.

Mais comme ce laboratoire est sous le coup d’une plainte pour exercice illégal de la pharmacie, il n’est plus possible de les commander…..

Devant ce genre d’intimidation, Marion KAPLAN a bien raison de parler fort sans hésitation ni la crainte des sarcasmes populaires et la foudre des puissants marionnettistes….

 

Même si l’on ne va pas tout soigner en éliminant gluten et lactose et en désinfectant l’intestin, quoique ce soit déjà un premier module thérapeutique à adopter….. si ces quelques conseils pouvaient ouvrir la voie à une certaine confrérie afin d’éviter un parcours long et compliqué dans la spirale infernale médicale allopathique en permettant par exemple de freiner voire de faire régresser une maladie auto-immune ou de briser le cercle vicieux de la fatigue chronique et de la fibromyalgie, alors j’aurai bien fait de citer Marion KAPLAN en exemple. 

 

Texte rédigé et commenté par Nadou Modoux – Nutridétoxicologue - d’après un article de Dominique Vialard – lettre Alternative Santé – octobre 2013. 

 

Personnellement je souscrit à 100% à cet article pour la bonne raison que je ne fais que crier sur ce blog que tout part de l’intestin grêle, la santé comme la maladie et qu’il est plus que probable que le pourcentage d’intolérants au gluten et à la caséine doit être énorme. Donc rien à retoucher. 

Publié dans santenature

Commenter cet article

beauté naturel 09/02/2015 12:21

Thanks for the marvelous posting! I seriously enjoyed reading it, you are a great author.I will make sure to bookmark your blog and will often come back sometime soon. I want to encourage yourself to continue your great posts, have a nice day!

coupes cheveux courts 09/02/2015 12:21

Hiya, I'm really glad I've found this info. Today bloggers publish just about gossips and web and this is actually annoying. A good site with exciting content, this is what I need. Thank you for keeping this web-site, I will be visiting it. Do you do newsletters? Can not find it.

colette 02/12/2013 18:19


Bonjour Fernand,


Etant intolérante au gluten et au lait penses-tu que je peux manger du germe de blé?


 

boisvert 03/12/2013 06:22



Non, il y a certainement moins de gluten mais c'est du blé, et même jeune, même plus dynamique, il vaut mieux éviter.



Satsuki Katsura 13/11/2013 14:39


Bonjour,


Oui, le miso est une source de gluten car les mélanges de grains utilisés pour fabriquer le miso sont comparables à ceux servant à produire la sauce de soja. De même, plus le miso est clair, plus
la part de céréale est importante dans sa composition.


Heureusement, en Europe et en Amérique, nous trouvons facilement du miso à base d'un mélange soja+riz, voire soja+sarrazin dans les boutiques de produits bio.


Ce miso n'est généralement pas certifié sans gluten, donc les personnes très fragiles devront s'en méfier, mais pour le commun des mortels, c'est une bonne alternative...à condition de ne pas
l'accompagner de tempura, évidemment !


Très cordialement


Satsuki

boisvert 14/11/2013 14:32



merci beaucoup pour toutes ces lumières !



Satsuki Katsura 13/11/2013 10:04


Bonjour,


Pour avoir vécu 7 ans en Extrême-Orient et y avoir été encore plus malade à cause du gluten là-bas qu'en Europe, je tiens à apporter deux précisions au sujet de la cuisine chinoise :


1. Dans la cuisine extrême-orientale, la sauce dite "de soja" est omniprésente dans les préparations culinaires et sur la table. Or, cette sauce est issue de la macération d'un mélange de
céréales contenant systématiquement du blé ou de l'orge, donc du gluten. Il est toujours bon de rappeler que la seule sauce de soja dépourvue de gluten est le TAMARI, fait exclusivement à base de
soja...incontournable dans nos magasins bio européens mais quasi-introuvable en Extrême Orient, car les recettes traditionnelles de sauce de soja incluent toujours des céréales à gluten.


Pis ! plus la sauce est claire, plus la proportion de blé nécessaire à sa confection à été élevée. Par exemple, au Japon, il existe une sauce de soja dite "blanche" (shira-shôyu), faite
à partir d'un mélange de soja et d'orge/blé à raison d'une part de soja pour quatre parts d'orge/blé. La sauce a une couleur de bière blonde et est, pour cette
raison, privilégiée pour l'assaisonnement du riz destiné à la confection des sushi, car elle ne ternit pas la blancheur immaculée du riz. Ironie : Même là où on ne s'attendait pas à trouver du
gluten, il y en a, et moins la sauce dite "de soja" est visible, plus elle est riche en gluten !


2. La cuisine chinoise oui, mais n'oublions pas ce que Marco Polo avait déjà observé au 13e siècle : le plat populaire par excellence est le grand bol de nouilles de blé (de type "spaghetti" ou
de type "ravioli") servies dans un bouillon de viande. Croyez-moi, c'est l'enfer absolu pour le système digestif.


En conclusion, je dirais que s'inspirer de la cuisine chinoise est une bonne idée, à condition d'être averti et de préparer soi-même ses plats avec des produits de base soigneusement choisis.


Merci pour la qualité de vos articles, ils sont une mine inépuisable d'informations.


Très cordialement


Satsuki KATSURA

boisvert 13/11/2013 10:51



Bonjour Satsuki Katsura,


Et merci pour ce très enrichissant commentaire. Nous avons toujours tendance à penser que l'Extrême Orient, c'est le bol de riz à tous les repas, donc une alimentation sans gluten. Peut-être
pourrez-vous nous dire si le Miso est sans gluten ou avec car vous ne le citez pas.


Merci encore pour ce précieux commentaire.