Le RESVERATROL

Publié le par boisvert

rando-pas-de-la-caze-2011-095.JPG

                                            Une rando dans les Pyrénées

 

C'est curieux de faire autant d'honneur au RESVERATROL car il est lié au VIN ROUGE et l'alcoolisme a été longtemps un fléau dans le monde et particulièrement en France.

Mais si l'on se penche un peu sur le vin rouge et sa consommation on se rend compte que des centenaires comme Cornaro ou encore Jeanne Calment étaient des buveurs de vin. Donc, il y a de quoi nous interpeler et c'est ce qu'ont fait de nombreux chercheurs comme ceux  de l'Inserm dirigés par Norbert LATRUFFE (Unité inserm 866 "lipide, nutrition, cancer") à Dijon en collaboration avec des chercheurs américains. Ils ont étudié les propriétés ant-inflammatoires et anticancéreuses du Resvératrol. Dans la revue Carcinogenesis ; ils ont signalé une nouvelle voie. Ce phytophénol alimentaire présent dans le vin rouge module l'expression de micro ARN impliqué dans la réponse inflammatoire et dans la naissance des cancers.

Le Resvératrol est extrait de la peau des raisins rouges, de myrtilles, de canneberges et de grenades. On le retrouve dans le vin rouge. Sa présence est due à une réaction de la vigne contre une infection commune due au champignon Botrytis cinerea. C'est donc une méthode pour la plante de se protéger. On lui a détecté des agents de prévention et de protection contre les maladies inflammatoires et cardio-vasculaires ainsi que contre certains cancers. La plante a développé le resvératrol pour se protéger et c'est ce système de protection qui nous protège nous aussi. Tous les antioxydants issus des plantes fonctionnent ainsi. Ils protègent la plante et nous en profitons nous aussi. Ce serait même ce qui pourrait expliquer  le "french paradox". Nous qui mangeons gras avons moins de maladies cardio-vasculaires que nos voisins ce qui semble-t-il serait lié à notre consommation de vin rouge. Mais vous avez noté, c'est un système de défense de la plante, naturel. Donc si vous-même, vous  pratiquez des traitements, parasitaires ou fongicides, ou les deux, la plante n'aura plus à développer ses systèmes de défense et le résultat c'est que les raisins non bio, seront plus pauvres en resvératrol.

Alors il faut arrêter tout de suite, nous n'allons pas guérir le cancer en buvant du vin rouge, mais on peut lui attribuer la prévention et la protection et c'est déjà pas mal.

Selon plusieurs études les micro ARN et le mir-155 en particulier, en grande quantité dans le sang, est directement impliqué dans la réponse inflammatoire et serait lié à la formation de certains cancers comme les leucémies, les cancers du sein ou du poumon. Le resvératrol joue un rôle de modulateur de ces micro-ARN.

D'autres travaux menés par la même équipe et publiés dans la revue Biochemical Pharmacology sur des cellules tumorales d'origine colorectales humaines suggèrent également l'implication du resvératrol dans la modulation de micro ARN codant pour le TGF bêta, un agent oncogénique bien connu. Si l'effet du resvératrol sur le TGF beta se confirme, on pourrait imaginer le tester en clinique comme adjuvant de traitement anti-cancéreux, mais la route est encore longue.

On a attribué au resvératrol de nombreux avantages pour notre santé. Il est riche en anti-oxydants et il renforce le système immunitaire. Il augmente l'énergie et l'endurance et de nombreux athlètes l'utilisent pour cela. Il agit en amont de maladies graves comme le cancer, du pancréas, de l'estomac, du sein, de la prostate, la leucémie, et il ralentit même l'évolution de la maladie déclarée.

En revitalisant l'organisme et en stimulant le métabolisme, il aide également les personnes en surpoids.

Il diminue le niveau de sucre dans le sang à l'origine de nombreuses maladies. Il procurerait de nombreux avantages similaires à l'exercice, en diminuant notamment les taux d'insuline, ce qui est une des clés pour combattre de nombreuses maladies et pour rester jeune.

C'est un anti-inflammatoire naturel, sans aucun effet négatif au contraire de tous les autres. En ralentissant l'altération des cellules saines on peut lui attribuer une action sûre anti-âge.

Etant donné que c'est un puissant anti-fongique, il est là aussi extrêmement intéressant dans le domaine du vieillissement car vous le savez les champignons (candida albicans) nous pourrissent très souvent la vie.

Il pourrait activer un gêne appelé sirtuin1, qui est également activé lors d'une restriction calorique. Il active une enzyme dénommée SIRT1, impliquée dans la gestion de la glycémie et le métabolisme des lipides. En clair il permettrait de brûler plus de calories. Avouez que ce serait plus intéressant de l'activer en buvant un verre de bon vin rouge que de sauter des repas. 

On peut donc attribuer au resvératrol des vertus dans de nombreuses maladies comme : les inflammations, le système cardio-vasculaire, des propriétés anti-cancer, un potentiel anti-diabète, amélioration de l'endurance, une certaine protection contre la maladie d'Alzheimer, pouvoir antioxydant très net. Il est unique parmi les antioxydants en ce sens qu'il peut traverser la barrière hémato-encéphalique pour aider à protéger le cerveau et le système nerveux. Il protège donc contre les dommages causés par les radicaux libres et a donc un effet anti-vieillissement, il freine la prolifération des cellules cancéreuses et notamment dans le cancer de la prostate.

Des chercheurs de la Harvard Médical School et les laboratoires de recherche Biomol ont démontré que le resvératrol active un "gène de longévité" dans la levure, augmentant ainsi la durée de vie de 80%. Ses effets imitent la restriction calorique qui est, comme vous le savez, la seule voie démontrée pour ajouter des années à la vie.

Une étude autrichienne a montré que le resvératrol bloquait le développement des métastases dans certains types de cancers. D'autres études ont démontré qu'il améliorait les résultats de la chimiothérapie. Il protège également les cellules saines au contraire de la plupart des traitements classiques.

 Il diminue la tension artérielle tout en améliorant l'élasticité des vaisseaux sanguins ce qui représente un formidable bénéfice pour notre circulation et notre système cardio vasculaire. Dans le même sens, il protège et tend à prévenir la maladie d'Alzeimer.

On comprend que c'est un élément qui peut nous aider à mieux vivre et ceux qui pensent à leur santé et leur longévité auront intérêt à ne pas trop l'éloigner de leur table. Je ne vais pas bien sûr vous pousser à boire et à vous jeter sur la bouteille, mais il en est du resvératrol et donc du vin rouge comme de toutes choses. Le sport est une très bonne chose, un peu, il vous fait du bien, et beaucoup, il nuit et ajoute à l'usure de l'organisme. Le vin rouge, c'est pareil, un peu, il est extrêmement bénéfique, et beaucoup, il vous crève le foie et vous emmène tout droit à une déchéance certaine.

Allez Tchin-tchin !

Publié dans santenature

Commenter cet article

BRONZINO Julien 14/01/2013


Bonjour,


Certes, le resvératrol semble être bon pour notre santé mais il me semble qu'il y a plein d'aliments qui le sont aussi pour notre santé sans se présenter sous forme d'alcool... l'ail, la grenade
et plein d'autres fruits présentent des vertus antioxydantes et anticancéreuses sans pour autant se présenter sous forme alcoolisée... Pour ma part, pour des raisons éthiques, familiales et
personnelles, je ne bois plus une goutte d'alcool depuis des années et je privilégie une vie saine et sportive avec la consommation de produits variés et bios... ce qui est plus difficile à tenir
que de lever le coude... dommage non ?

Anicée 16/01/2013


Bonjour Boisvert, 


merci pour les Pyrénées, je vais aussi aller en profiter en avril  autre paradis des randonneurs... et
aussi pour le "bon pt'it coup de rouge", ça m'arrive aussi d'en mettre au programme, pas du tout des "grands crus", mais des crus bio élevés par des gens qui aiment la vigne et veulent
s'affranchir des 58% de pesticides qu'on nous sert sur table (c'est sans doute l'inconvénient principal du vin, aisément contournable maintenant), en Auvergne on y vient et on trouve des petits
vins tout à fait savoureux, à des prix tout à fait raisonnables, et je confirme que l'on ne devient pas alcoolique pour autant  Et encore et toujours, la modération est de mise, pour ça comme pour le reste ! Belle journée à vous.

Nadou 17/01/2013


Bonjour Fernand et à tous les lecteurs,


Désolée de contredire mais revoilà Nadou qui conteste une fois de plus!


L'alcool serait le pire ennemi du foie juste avant ou à la même échelle que de nombreux toxiques.


le resvératrol peut être consommé par le biais du jus de raisin tout simplement c'est d'ailleurs ce que disait Geörgia Knapp dans son livre "Quand j'étais vieux" et à chaque nouvelle tentative
d'introduction même en petite dose il n'a pu constater que des désagréments qui ont demandé un certain temps de correction.


J'adhère à l'éthique de Julien et je ne désespère pas de prouver un jour que tout alcool est néfaste à la santé et qu'un jus de fruit est certainement plus bénéfique avec plus d'éléments
prometteurs non détruits par la fermentation et les sulfites.


de nombreux vins biologiques contiennent incontournablement des sulfites sans parler des autres vins dont les effets de la chimie sont certainement destructeurs du resvératrol....


Voilà, je vais une fois de plus à contre sens mais je me cantonne en observatrice des gens de mon entourage (mon époux en l'occurrence) lorsqu'ils boivent de temps à autre un peu
d'alcool biologique de surcroît et le constat parle de lui-même : prurit qui revient et qui dure plusieurs semaines - haleine changée 1 à 2 jours - urines plus fortes - irritabilité parfois
etc....


Je comprends bien que dans notre société un homme qui ne boit pas d'alcool sera souvent considéré d'abord et "à tort" comme un ancien alcoolique sevré ....et que c'est mal venu de ne pas trinquer
de temps à autre!


il faut beaucoup de ténacité et de conviction à ce sujet pour résister aux remarques désobligeantes et complètement déplacées voire d'une nullité effarante!


Nadou écrira un jour un livre où elle dévoilera tous les méfaits de certaines pratiques jugées bienséantes et soutiendra les personnes qui n'adhèrent pas à ces "coutumes établies et bien ancrées"


Pardon Fernand et Anicée pour ne pas vous soutenir dans le fait de lever le coude de temps à autre!


Bonne journée à tous


bien amicalement,


Nadou 

Martine 01/02/2013


Dans une formation, on nous avait dit de flamber le vin ce qui enleve l'alcool, mais cela enlève peut-être d'autres propriétés. Nous aurions le resveratrol sans les effets de l'alcool.Car c'est
bien certain que nous avons plus de resveratrol dans le vin que dans le jus à cause de la pelure.Qu'en pensez-vous???? Merci pour toute cette information gratuite

jean-paul 04/02/2013


bonjour,


ça tombe bien,car cette question du vin me tracasse depuis un bon moment. J'aimais cette boisson (peut-être un peu exagérémrnt?) mails il  y  quelqus années le rhumatologue
ayant diagnostiqué (d'après des radios) une polyarthrite dans les pieds, je m'étais aperçu que l'inflammation se réveillait sitôt après les repas à chaque fois que j'avais bu du vin (2 verres
maximum)...Donc abstinence totale. sauf quand il m'arrrive de craquer (comment résister en effet à un délicieux bordeaux,  particulièrement avec du fromage et surtout en étant l'invité! et à
chaque fois c'est pareil :fourmllements dans les deux pieds et aggravation de l'inflammation. Et le comble c'est  que je soigne quotidiennement cela par des macerats glycérinés qui
contiennent de l'alcool (ribes nigrum, pinus montana,rubus fructicosus) sans que cela me  dérange! qund j'en parle dans mon entourage, j'en soupçonne certains de me considérer comme un vieil
original(j'ai 76 ans!) qui commence à radoter!alors que moi je suis persuadé  de  n'écouter que ce que mon corps me dicte...