LONGEVITE

Publié le par boisvert

corniches-du-mejean-061.JPGcorniches-du-mejean-076.JPG

 Les gorges de la Jonte et ses grimpeurs

 

  • Mauvaise nouvelle, nous allons tous mourir. Alors autant  profiter pleinement de cette vie que l'on nous accorde. Je veux dire par là, en pleine forme le plus longtemps possible. L'article est un peu long, mais pour bien vieillir que ne ferait-on pas ?

  • On n'est vieux que si l'on n'a plus rien à faire sur cette terre et auquel cas on a l'air vieux, rassasié de jours, et il ne reste plus alors qu'une issue, la sortie. Je n'ai rien contre les vieux, pour la bonne raison c'est que j'en suis un déjà, et même je les trouve très beaux, les rides, la barbe et les cheveux blancs, c'est noble, presque majestueux. Dommage que le physique ne soit pas aussi majestueux que les apparences.

  • Vous connaissez tous l'adage qui dit qu'il est plus important d'ajouter de la vie aux ans que des années à la vie, et bien c'est tout à fait mon opinion. Et de plus si vous ajoutez de la vie aux années qu'il vous reste, soyez sûrs que vous ajouterez des années à votre vie, l'un entrainant obligatoirement l'autre.

  • Alors que devons-nous faire pour rester en pleine forme le plus longtemps possible ? Nous n'avons rien inventé, puisque Hippocrate le disait déjà, "l'alimentation sera ta première médecine", mais personne ne l'a écouté. Les médecins n'en parlent jamais, d'ailleurs ils n'ont plus le temps de vous écouter et surtout de vous expliquer, même s'ils étaient convaincus. C'est beaucoup plus facile de vous donner un comprimé. D'ailleurs, la nutrition n'était pas enseignée mais j'espère qu'elle le deviendra. Mais comme le dit le dr Lanzmann-Petithory lorsqu'il n'y a rien à soigner les médecins sont désemparés, car à chaque maladie correspond un médicament . Hors la diététique travaille en amont, c'est à dire avant que la maladie ne survienne.

  • Et pourtant entre le bébé que vous étiez et l'adulte que vous êtes devenu, il y a eu quoi ? Ce n'est pas l'air ni l'eau qui vous ont fait changer, il n'y a que ce que vous avez mangé. Vous êtes une transformation de ce que vous avez mangé jusqu'à aujourd'hui. Nous sommes ce que nous mangeons. Et si les statistiques sur l'âge probable de notre mort ne nous enchantent pas (pour moi 75 ans et je les ai cette année, 82 pour vous mesdames), cette terrible échéance ne devrait en fait survenir qu'à l'âge de 120 ans comme nous  dit la bible : "leurs jours s'élèveront à cent vingt ans" GENESE chapitre VI, verset 3. Alors pourquoi n'y arrivons-nous pas ?

  • Le docteur Dominique Lanzmann-Petithory a écrit un livre intitulé "La diététique de la longévité", et il est passionnant. Comme quoi certains médecins s'intéressent à la diététique, car pour elle il n'y a aucun doute nous sommes ce que nous mangeons. Bien sûr nous possédons tous une hérédité qui va influer sur nos réactions, notre tonus, notre vitalité, mais nous avons toujours la possibilité de prendre notre destinée en main et de changer les choses. On peut très bien moduler les données génétiques par le mode de vie. Par notre mode de vie nous influons sur nos émonctoires, notre tonus, notre circulation sanguine, sur notre coeur, sur notre système nerveux, nous pouvons donc changer les choses.

  • Et même à un âge avancé il suffit de ne pas démissionner, garder un projet de vie, des souhaits, des oeuvres à accomplir.

  • Alors si nous voulons être en bonne santé à un âge avancé il est nécessaire de changer les choses et les conditions de vie le plus tôt possible. Mais même si vous n'apprenez ces choses que très tard , il y a toujours quelque chose à faire et à changer pour améliorer cette vie, il suffit de le vouloir.

  • Bien sûr les performances ne seront plus celles que nous avions à 20 ans, mais il y a la compensation, nous sommes plus riche intellectuellement, l'expérience ne s'acquiert qu'avec l'âge.

  • Pour vivre vieux, il est absolument nécessaire de ne pas être obèse, de pratiquer une activité physique régulière, de manger sainement et surtout de manger très peu. La santé, comme le dit le docteur Lanzmann-Petithory, "ce n'est pas seulement l'absence de maladie ou d'infirmité, mais un état de complet bien-être, physique, mental et social.

  • Curieusement le nouveau mode d'alimentation augmenterait la croissance et la vigueur des jeunes mais favoriserait les maladies dégénératives.

  • Votre composition corporelle dépend entièrement de votre alimentation. Votre nourriture est transformée dans votre tube digestif en une trentaine de nutriments destinés à servir de matériaux aux cellules de votre organisme et à fournir avec l'oxygène inspiré, l'énergie nécessaire à son fonctionnement. Mais tout ceci se fait petit à petit, l'aliment a rarement un effet à court terme comme les médicaments. Mais on peut dire comme le dr L-P que les fruits préviennent le cancer, aident à lutter contre les radicaux libres aident l'intellect, et l'huile de colza a un équilibre parfait en acides gras indispensables, elle aide à compenser certains déséquilibres de l'alimentation moderne, aide à prévenir les risques cardio-vasculaires, d'arthrose, d'asthme, de cancer, etc...

  • Des expériences ont été faites sur les animaux : Lorsqu'on réduit les apports alimentaires d'un animal sur une longue période, on obtient un allongement important de sa durée de vie. La relation entre la quantité de nourriture ingérée et l'espérance de vie au sein d'une espèce semble bel et bien exister.

  • Dr L-P : "La réduction très importante de la glycémie et de l'insuline (considérée comme l'hormone du vieillissement) a un effet bénéfique sur la santé. Le stress occasionné par la baisse de l'énergie disponible provoque une augmentation des hormones corticostéroïdes, une optimisation forcée de l'économie de l'organisme en flux tendu. Donc pas question de fabriquer du tissu cancéreux inutile. S'il se forme une cellule cancéreuse, l'organisme l'utilise immédiatement comme substrat, c'est à dire comme carburant, c'est la survie qui est en jeu ; priorité aux éléments vitaux. En résumé, la restriction calorique provoque un bouleversement hormonal dont les conséquences sont positives sur l'économie de l'organisme. Chez l'homme la restriction calorique apparaît comme le seul moyen d'augmenter la longévité.

  •  Avec une restriction calorique de 40%  sur des rats, par rapport à un groupe témoin, on arrive à faire régresser 85% de tumeurs. C'est le phénomène de l' apoptose des cellules cancéreuses. Évidemment il faut intervenir à des stades précoces des tumeurs.

  • Et là, à ce stade, je me dois de citer encore une fois Alvise CORNARO, ce noble Vénitien né en 1467 et mort en 1568, qui, pour avoir été un "bon vivant" vit sa santé se dégrader au point d'être condamné par la médecine à l'âge de 35 ans. Il abandonné la débauche pour vivre et se tourner vers une vie très sobre et austère. Au point qu'il avait décidé de ne manger qu'un kilo de nourriture par jour, boisson comprise. La suite, vous la connaissez, cet homme condamné s'éteignit à l'âge de 101 ans. Par contre il mangeait de tout et là je ne peux que vous rappeler ce que je répète depuis le début de ce blog "mangez de tout, un peu". Parce que lorsque vous mangez très peu il faut être attentif aux équilibres alimentaires.

  • Et tout effort dans la restriction calorique a un effet bénéfique. Notez que les musulmans qui pratiquent le ramadan, (rien le jour et un repas copieux le soir après le coucher de soleil) voient leur taux de Bon cholestérol augmenté de 25 à 30% à la faim de ce simili jeune.,

  • Et qu'y a -t-il de plus restrictif que le JEUNE ? Aussi le dr Lanzmann-Petithory ne l'occulte pas et au contraire en fait l'apologie même si elle a des réticences que les adeptes du jeûne ne comprendront pas. Voici ce qu'elle en dit :

  • "Il est surprenant d'observer à quel point l'organisme s'adapte à l'absence de nourriture à court et moyen terme. Tous les organes modifient en conséquence leur métabolisme, le foie, les reins, les muscles et le tissu adipeux. L'organisme est capable de transformer une partie des graisses (le glycérol) et des protéines en sucres, combustible du cerveau. Au début, il fabrique le sucre à partir des protéines (muscles) qui sont l'élément noble. Très vite, il épargne les muscles et fabrique un nouveau carburant pour le cerveau : les corps cétoniques, à partir des graisses (acides gras). L'évènement hormonal le plus marquant est la  chute précoce du taux d'insuline, qui provoque une épargne du sucre, et l'élévation du glucagon, hormone antagoniste de l'insuline.

  • Les hormones thyroïdiennes qui font brûler la chandelle par les deux bouts, sont abaissées au cours du jeûne, comme dans la restriction calorique et ne remontent pas au taux antérieur à la reprise alimentaire.

  • La restriction calorique induit une augmentation de l'apoptose cellulaire, c'est à dire la mort  cellulaire programmée de cellules anormales comme par exemple les cellules cancéreuses. Tout se passe comme si l'organisme se débarrassait de ses déchets."

  • Voilà ce qu’en dit le Dr L-P, mais on sent sa formation derrière sa mise en pratique du jeûne car elle a une confiance toute relative de la puissance de la nature. Elle mesure et pèse et ajoute à son jeûne des éléments comme le chlorure de magnésium ou le sulfate, des comprimés de multivitamines, des comprimés de potassium, de carbonate de calcium, du thé, des tisanes de citron et un assortiment de plantes et légumes. Les puristes du jeûne ne comprendront pas et moi non plus. Mais ne faisons pas la fine bouche, c’est beau qu’un médecin apporte sa pierre à l’édifice et reconnaisse les vertus du jeûne et de la restriction  calorique.

  • Concernant la nourriture des peuples présentant le plus fort taux de centenaires, le dr Lanzmann-Petithory signale que le sang des crétois présente une particularité extrêmement intéressante : un taux 3 fois plus important d'acide alpha-linolénique. Cette particularité chez eux vient du fait que de nombreuses sources sont présentes dans leur alimentation comme les noix, les légumes secs, les plantes sauvages très riches, les produits laitiers de chèvre, la viande de chèvre, de porc  ou d'animaux sauvage, les oeufs, escargots.

  • Du Dr Lanzmann-Petithory : "Les régimes qui donnent la meilleure longévité ont en commun la consommation importante de légumes verts, de légumes secs, de céréales peu transformées, la consommation modérée de viande avec du poisson régulièrement, la faible consommation de sucre, des acides gras indispensables dans de bonnes proportions."

  • Il faut faire très attention aux calories vides, qu'apportent le sucre blanc par exemple, les céréales appauvries en micronutriments, le pain blanc, les biscuits à la farine blanche.

  • Mais une des clés de la longévité c'est l'acide alpha-linolénique (oméga 3). Des parties importantes du corps sont formées de lipides : le cerveau, la moelle osseuse et les membranes de toutes les cellules. Et ce qui est encore plus important c'est de penser aux acides gras dits essentiels (oméga 3 et Oméga 6) parce que l'organisme ne sait pas les fabriquer. Il est absolument essentiel que le rapport entre les oméga 3 et les oméga 6 soit de 1 pour 5 maximum

  •  1 pour les oméga 3 et 5 pour les oméga 6. Nous en avons déjà parlé parce que ce rapport dans notre alimentation traditionnelle est régulièrement  trop élevé en oméga 6, (jusqu'à 1 pour 20 ou même 30).

  • Le représentant principal de la famille des oméga 3 est précisément l'acide alpha-linolénique. le représentant principal des oméga 6 est l'acide linoléique. Ces 2 familles sont métabolisées par les mêmes enzymes et entrent donc en compétition. Et ce déséquilibre provoque inflammations, la réactivité des plaquettes sanguines (thrombose) et la vasoconstriction, provoquant ainsi maladies cardio-vasculaires, arthrose, maladies allergiques, cancers, etc...

  • Les principales sources d'acide alpha-linolénique sont l'huile de COLZA, les noix, les graines de lin, certains végétaux comme le pourpier. Il est intéressant de consommer les dérivés de l'acide alpha-linolénique qui s'appellent l'EPA et le DHA qu'on trouve principalement dans les poissons gras, qui sont déjà fournisseurs d'acide alpha-linolénique. Ils aident à l'équilibre oméga 3 oméga 6. Ce rapport oméga 3 oméga 6 est tellement important que je vais vous citer quelques aliments courants dont le Dr L-P a cité dans un tableau très complet, et même détaillé en oméga 3 acide alpha linolénique et oméga 3 EPA et DHA. Donc le rapport doit toujours être en-dessous de 5 :

  • Tous les poissons y sont, et de plus riches de tous les oméga 3, les sardines n'ayant pas du tout d'oméga 6, sont donc très favorables pour rééquilibrer un rapport déficitaire. L'huile de foie de morue a un rapport de O,3 mais est surtout riche en EPA et DHA 18,5.

  • Les viandes sont déséquilibrées pour la plupart avec une palme pour la viande de boeuf 10,7 et la viande de porc 15,1.

  • Les germes de blé 8,4.

  • Les graisses et Huiles : Beurre 1,5 ; graisse de canard 12 ; Huile de colza 2 et 11,2 d'acide alpha linolénique pour 22,2 d'oméga 6 un rapport très équilibré. Huile de graine de soja 7,5 ; et surtout l'huile de tournesol 100 et uniquement des oméga 6,donc  particulièrement déséquilibrée.

  • Les légumes secs : haricot 0,5, les lentilles 2,5.

  • Les légumes verts sont pour la plupart en-dessous de 1.

  • Et d'après le dr Lanzmann-Petithory la plupart des maladies sont influencées par ce déséquilibre en acides gras. Une huile ressemble à une autre huile mais pour la santé c'est le jour et la nuit entre l'huile de colza et l'huile de tournesol par exemple. Elle dit également que l'huile de colza est stable à la cuisson et même la plus stable après l'arachide, et la France serait le seul pays au monde à ne l'utiliser que comme assaisonnement. Pourtant je sais qu'elle ne supporte pas trop les températures élevées, beaucoup moins que l'huile d'olive par exemple qui ne se dénature qu'à 180°. J'ai cherché sur internet mais le débat est ouvert avec les pour et les contre. Personnellement je la réserve encore et toujours pour l'assaisonnement au moins je suis sûr qu'elle n'est pas dénaturée et que je profite pleinement de ces précieux oméga 3, acide gras alpha linolénique.

  • En dehors de ces acides gras et toujours dans l'optique de se conserver en bonne santé le plus longtemps possible, il nous faut considérer la lutte anti-radicaux libres et les polyphénols des fruits semblent être la dernière ligne de défense contre eux. Toutes les plantes ont un ensemble d'antioxydants, polyphénols et vitamines dont ils vous font cadeau lorsque vous les consommez. Pour bien assimiler tous ces antioxydants le docteur L-P préconise de consommer en même temps des graisses de bonne qualité avec éventuellement un peu d'alcool sous forme de vin, qui apporte lui aussi des polyphénols. Les champions en polyphénols, myrtilles (452), chocolat noir  (675), et le thé vert, les fruits rouges, les baies...

  • Les facteurs psychologiques favorisant la longévité :

  • Chez l'homme : l'intelligence, l'activité, la fréquence des rapports sexuels, la satisfaction professionnelle, le sentiment d'utilité, la joie de vivre, l'auto-appréciation de sa santé.

  • Pour les femmes : l'intelligence, l'activité (clubs, bénévolat), satisfaction des rapports sexuels, la joie de vivre, l'auto appréciation de sa santé.

  • On dit que nous perdons 100.000 neurones par jour à partir de l'âge adulte ce qui correspondrait à 3 siècles pour les perdre tous, donc pas de souci. Mais la mémoire s'entraîne comme les muscles. De plus l'alimentation a un rapport direct avec la mémoire et vous protège de la maladie d'Alzheimer. Le docteur L-P cite les vitamines B6, B9, B12 et E, nécessaires à un bon fonctionnement du système nerveux. Ces vitamines et en particulier la vitamine B9 (folates, feuilles) font baisser le taux d'un acide aminé : l'homocystéine dont le taux élevé dans le sang semble lié au risque de déclin cognitif. Le docteur L-P cite des statistiques indiquant que les buveurs de vin (raisonnable) avaient entre 4 et 5 fois moins de maladie d'Alzheimer. Et par ailleurs une grosse consommation d'oméga 6 (huile de tournesol par exemple) semble liée au risque accentué de maladie d'Alzheimer.  Inversement, une consommation d'huile de colza et de poissons gras riches en oméga 3,   protège de la démence.

  • A noter que les oméga 6 ne sont pas nocifs et qu'au contraire ils sont importants pour le bon fonctionnement de l'organisme, ils sont les meilleurs, entre autre, pour abaisser le taux de cholestérol sanguin,  mais tout est dans le rapport entre oméga 3 et oméga 6, d'où la nécessité d'équilibrer ces acides gras.

  • Le jeûne a des effets tout à fait remarquables sur les performances cognitives (Dr Lanzmann-Petithory, je cite, car vous pourriez penser que c'est moi qui le dit, je le dis tellement souvent). Elle dit aussi que l'effet de la restriction calorique semble favoriser la plasticité neuronale et la résistance des neurones à l'oxydation. Également ces facteurs neurotrophiques sont aussi initiateurs de nouvelles connexions synaptiques et de neurogénèse, ou croissance de cellules souches neuronales. En effet, on a mis en évidence, y compris chez l'homme, l'existence de cellules souches capables de se transformer en neurones ou en cellules gliales. Contrairement à ce qu'on avait pensé jusqu'alors, on peut reconstituer des neurones et on en génère même continuellement.

  • Et, toujours dans l'optique de vieillissement dans de bonnes conditions de santé il nous faut penser au coeur, le moteur. C'est la première cause de mortalité dans le monde, rien qu'en France 180.000 décés par an. Infarctus, athérosclérose et angine de poitrine. Et on a remarqué encore une fois le rapport entre les oméga 3 et ce genre de maladies. En ajoutant des oméga 3 à la ration des personnes atteintes on arrive à une diminution de la mortalité allant jusqu'à 70%. Donc huile de colza et poissons gras.

  • L'étude de Lyon randomisée en deux groupes de 300 patients cardiaques a fourni des résultats spectaculaires. Le groupe étudié a reçu davantage de céréales complètes, de légumes verts et secs, davantage de poisson, moins de viande (boeuf surtout), remplacé par de la volaille, jamais un jour sans fruit, pas de beurre ou de crème et n'a utilisé que de l'huile de colza et d'olive. La mortalité a chuté de 70% dans ce groupe par rapport au groupe témoin. Les américains voudraient bien commencer une telle étude mais il y a toujours le problème éthique de trouver des participants acceptant de continuer à manger des produits dont on sait maintenant qu'ils ne protègeront pas de la rechute. 

  • Et s'il est établi que l'acide gras alpha-linolénique protège des maladies cardio-vasculaires, le même constat a été fait en ce qui concerne le cancer. Le resvératrol du vin (antioxydant) venant s'ajouter aux bienfaits d'une alimentation anticancer. La protection par le vin a été attribuée au fait qu'il fait monter les HDL (le bon cholestérol). Cette élévation des HDL est indépendant de l'exercice physique, qui provoque également une élévation des HDL.

  • Contre la vieillesse on est obligé de penser aussi à l'ostéoporose qui pourrit la vie de nombreux individus. Et on a constaté que ce sont les populations qui ont le plus fort apport de calcium qui souffrent le plus d'ostéoporose. Ceci prouvant qu'il existe d'autres facteurs impliqué comme la génétique et la diététique. Et là encore les apport harmonieux d'acides gras semblent être impliqués pour favoriser un métabolisme osseux correct.

  • A ce sujet le docteur Lanzmann-Petithory prétend que chez ceux qui sont intolérants au lactose, l'ostéoporose est plus fréquente. Les orientaux qui ne consomment jamais de laitages ne souffrent pourtant pas d'ostéoporose, et encore moins que nous autres occidentaux, donc...

  • En matière d'arthrose, qui ne fait pas mourir mais qui fait souffrir, la vitamine D est essentielle, c'est bien connu, et elle est aussi efficace contre l'ostéoporose, bien sûr. Mais dans l'arthrose il existe un facteur génétique difficile à contrarier, surtout en ce concerne les articulations non porteuses, rhumatisme déformant des doigts par exemple. Et là encore les excès d'oméga 6 sont des facteurs aggravants pour tous ces problèmes. De même qu'on les soupçonnent d'être cancérigènes en trop grande quantité.

  • En général les aliments à index glycémique bas sont les aliments de la diététique de la longévité. Les légumes secs, certains fruits de chez nous. Les aliments à index moyen sont les fruits exotiques, les jus de fruits, les céréales , certains biscuits secs et les aliments à index glycémique élevé sont les farines blanches, pains blancs, corn flakes, pains d'épices, pommes de terre en flocons, sucre raffiné.

  • En ce qui concerne le Diabète, la diététique de la longévité est reine, avec en plus cette notion d'index glycémique. On peut guérir le diabète par un régime adapté et de l'exercice physique. Donc légumes secs, végétaux, céréales peu transformées, produits animaux de bonne qualité, acides gras indispensables en bonne proportion (Colza et olive). Le tout avec une légère restriction calorique pour perdre progressivement du poids. Mais pour perdre du poids pas de "régime amaigrissant", tout simplement nouvelles habitudes alimentaires, définitives.

  • En résumé, il faut écouter CORNARO qui nous disait , il y a 500 ans et à 91ans s'il vous plait, que pour vivre longtemps il faut manger peu. Il avait découvert la restriction calorique. Il mangeait de tout même de la chair animale car lorsqu'on est vieux il ne faut pas oublier l'apport de protéines si on ne veut pas provoquer une fonte musculaire. Souvenez-vous que les maladies ne surviennent pas brusquement, elles sont le fruit de nombreuses erreurs alimentaires et conditions de vie désastreuses.

  • Et il faut bouger, c'est impératif. Le sport de musculation serait plus efficace que le sport d'endurance d'après le docteur L-P ??? ce sont les fibres de type II qui sont les plus touchées par la sarcopénie (fonte musculaire) et ces fibres sont les fibres de la force musculaire. Donc, les vieux, haltères et sandows obligatoires, faudra donc que j'en achète.

  •  

  • En résumé pour devenir centenaires :

  • Bien choisir les huiles (système nerveux, coeur, maladies)

  • Fruits 2 à 3 par jour, légumes crus et cuits à chaque repas (antioxydants, vitamines et minéraux)

  • Céréales complètes ou peu transformées, légumes secs (glucides lents, antivieillissants naturels)

  • Protéines végétale et animales Bio

  • Boire suffisamment

  • Mangez avec modération, restriction calorique.

  • activité physique d'endurance, de force et de souplesse.

  •  

  • Ce sont les conseils du docteur Lanzmann-Petithory et vous voyez que nous ne sommes pas loin de la naturopathie, ça avance.

  •  

  • SOURCE : « La diététique de la longévité » du Docteur Lanzmann-Patithory.  Editions Odile Jacob 

  •  

 

Publié dans santenature

Commenter cet article

Scam Omni Tech 18/09/2014 14:37

Oh my god.. Seriously? Are there people who climb these rocks/mountains for real? It is really a hard thing to believe. I do always want to climb one of those, inspired from Tom cruise movies. But, the job is real tough.

telealarme 13/08/2012 15:33


Un bel article sur le domaine de la santé! Bonne continuation

boisvert 13/08/2012 16:30



Merci !



ramadan sport 25/06/2012 10:22


Merci pour cet article ! Pendant le ramadan, je vous recommande pas non plus de faire des sports d'endurace ! Plutot des sports de force moins énergétique!

boisvert 25/06/2012 10:31



J'ai un ami qui fait le ramadan, qui fait de la course d'endurance comme moi, et qui m'avait fait profiter de son expérience. Bien sûr pendant le ramadan il était un peu plus fatigué mais il
s'était rendu compte que ses performances s'amélioraient et surtout après. Il est évident que pendant, il vaut mieux se ménager et pratiquer le sport ...en douceur.



valuebreak 28/05/2012 19:59


bonsoir Fernand.


merci de votre réponse. Je vais donc reprendre les articles du blog depuis le début pour les approfondir, et si besoin, je posterai un commentaire sur l'article du blog considéré.


je suppose qu'en s'inscrivant, on est prévenu de votre réponse ...


 


sinon, j'aimerai bien lire un article sur les différents pouls, leur prise, leur interprétation ... il y a un début d'info ici ....http://www.acupuncture-aquitaine.org/IMG/pdf/Examen_des_pouls.pdf

boisvert 29/05/2012 09:48



Avec les pouls c'est vrai que l'on a une idée de l'organisme tout entier, un peu comme avec l'iridologie.



valuebreak 24/05/2012 08:36


Bonjour Fernand, bonjour à tous.


je m"appelle Vincent, j'ai 50 ans.


ces dernières semaines, j'ai lu intégralement votre blog, depuis les premiers articles ... Fernand, je veux vous dire un grand MERCI !  c'est une source de découverte, d'émerveillement et de
réflexion exceptionelle ... et la mise en pratique apporte ses bienfaits, une monodiète de 8 jours de riz m'a retiré une tendinite tenace au coude et débloqué les lombaires ... j'ai aussi
redécouvert la joie de boire de l'eau, sous hydraté que j'étais ...


Fernand, je compte reprendre la lecture de vos articles un par un, pour mieux les assimiler .. pourrai je poser des questions pour être sûr de ma compréhension ? préférez vous les questions
postées en commentaire ou en mail privé ? j'en ai également concernant l'irido et l'auriculo, j'ai acheté (et dévoré) les livres de base avec les auteurs recommandés par vous même ...

boisvert 28/05/2012 17:43



Bonjour Vincent,


Et bravo pour avoir tout lu et surtout avoir mis en pratique c'est toujours le plus difficile. Mais lorsqu'on en a besoin on est bien content de savoir comment faire.


Les questions lorsqu'elles ne sont pas trop indiscrètes ou personnelles je préfère les avoir en commentaires de sorte que tout le monde en profite.