MANGER DE TOUT... UN PEU

Publié le par boisvert

    Mars-2013-chevreuils-095.JPG Réunion de famille. J'ai joué aux indiens pour vous offrir cette photo. Je n'en  avais jamais autant vu en même temps, un 5ème n'a pas pu entrer dans la photo.  Ils étaient venu grignoter les jeunes pousses de blé. 

 

En disant "Mangez de tout...un peu", je sais que je vais m’attirer les foudres de beaucoup, mais je vous le dis depuis tellement longtemps que vous devez savoir qu’en lisant ma prose, vos poils vont se hérisser de temps en temps.

Nous vivons une époque où tout ou presque vous est contre-indiqué, les aliments doivent être bio, les produits gras forcément allégés, il faut éviter les acides gras saturés, faire attention au cholestérol, au lait, au gluten,  au sucre, au sel, aux céréales, etc… De sorte que pour éviter une catastrophe, je ne suis pas sûr que l’on ne va pas plonger dans une autre.

C’est toujours au sujet des acides gras que je voudrais vous parler aujourd’hui. Depuis que nous avons étudié le cerveau et le fonctionnement de la mémoire, nous savons que le corps et en particulier le cerveau « baigne » littéralement dans la graisse. Mais qu’en est-il des autres parties du corps humain ?

Je me suis donc renseigné sur internet et j’ai trouvé :

Composition du tissu adipeux humain :

Acides gras SATURES : 30%

Acides gras MONO-INSATURES : 50%

Acides gras POLY-INSATURES : 20%

Il y a déjà de quoi interpeller car la consommation moyenne d’acides gras est de :

Acides gras SATURES : 48%

Acides gras MONO-INSATURES : 40%

Acides gras POLY-INSATURES : 12%

De ces statistiques on peut en déduire que nous mangeons trop de graisses saturés (18%), pas assez de Mono-insaturés (10%), et pas assez de poly-insaturés (8%).  Etant donné que les graisses saturées sont pro-inflammatoires, ne nous étonnons pas que notre précieuse muqueuse intestinale, la clé de notre santé, soit en perpétuelle inflammation chronique. Nos scientifiques nous donnent un ordre de grandeur pour la consommation de ces graisses saturées, maximum 8% de l’ensemble des acides gras.

Mais de ces statistiques on peut également mettre en parallèle les acides gras saturés de nos tissus adipeux (30%) et la consommation de 8% qui est recommandée. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a quelque chose de bizarre.

La plupart des diététiques recommandent d’éviter au maximum les graisses saturées, donc en plus, nous qui voulons manger correctement nous allons encore diminuer ce pourcentage de 8%. Et c’est le pourquoi de l’article d’aujourd’hui, ne faisons-nous pas une erreur ? Voilà pourquoi depuis longtemps je vous bassine avec mon slogan favori « MANGEZ DE TOUT… UN PEU ».

On nous a monté le cholestérol en épingle, comme si c’était notre ennemi, alors que c’est la plus noble et la plus indispensable de nos molécules, à tel point que le Professeur Philippe EVEN dans le Nouvel Observateur du 14 février 2013 n’hésite pas à témoigner pour sa réhabilitation.

« Le cholestérol joue un rôle essentiel dans l’évolution de la vie sur terre et dans la protection de nos cellules contre l’oxygène qui tend à les brûler. Aujourd’hui, il assure la robustesse des membranes de nos milliers de milliards de cellules. En particulier musculaires, cardiaques et nerveuses. Il permet la stabilité des récepteurs hormonaux, immunologiques et neurologiques. Sans cholestérol, pas de récepteurs, pas de signaux, pas de communication entre les cellules. Il est aussi à la source de la cortisone, l’hormone du stress, de toutes les hormones sexuelles mâles et femelles, de la vitamine D. En outre, c’est la plus difficile à fabriquer des molécules, 36 étapes chimiques successives, de l’orfèvrerie ».

Nous voyons donc que si nous voulons être toniques et forts, car la sexualité c’est la force, nous ne devons pas négliger la petite partie d’acides gras saturés qui nous est nécessaire pour équilibrer nos acides gras corporels.  Et où trouve-t-on ces acides gras ? Dans la viande, rouge et blanche, le foie, les abats, les crèmes, le beurre, les laitages, les poissons, les oeufs, enfin bref, les produits animaux, riches en graisses saturées. Alors il est évident que si nous supprimons tous ces aliments, ce que tout bon diététicien ne manquera pas de vous conseiller,  il ne faut pas s’étonner des périodes de fatigue, de dépression, de baisse de la libido, de baisse de la fertilité, de l’impuissance, etc....

Evidemment et parce qu’elles sont pro-inflammatoires nous en avons peur, à juste titre, mais de là à les interdire...  c’est un pas qu’il ne faut pas franchir. Nous en avons besoin. Nous avons besoin des acides gras essentiels oméga3, oméga 6 et oméga 9, mais aussi des graisses saturées.

Lorsque le cholestérol est en manque, et par ailleurs utilisé à maintenir l’intégrité de nos cellules, nous n’allons plus produire suffisamment d’hormones. C'est de la médecine globale, un seul organe souffre et c'est l'ensemble qui souffre. C’est notre système immunitaire qui va en souffrir,  nos organes sexuels, notre cerveau, qui, nous l’avons vu,  contient quand même 60% de graisse et de cholestérol. C’est donc l’ensemble de l’édifice qui va souffrir. Cela va de tout le système endocrinien, le système nerveux, la circulation, jusqu'à notre musculature et même notre bonne humeur.

 Alors je sais que cet article va en rebuter plusieurs mais je persiste et je signe : Mangez des aliments complets, (surtout pas allégés), des aliments vivants, crus le plus possible, des fruits, des légumes, et ne vous refusez pas un peu de beurre, poisson, coquillages, œufs, viande bio. L’essentiel est toujours dans la modération et c’est toujours le facteur numéro 1 de la santé, donc laissez-moi le placer une fois encore :

MANGEZ DE TOUT…   UN PEU !

Ah ! je me sens mieux !

Publié dans santenature

Commenter cet article

Frankie 26/03/2013 20:33


Mon message était bien pour vous Yamina et je précise que je n'utilise jamais de beurre à part le matin et en couche extrêmement fine (on peut apercevoir le pain).


Je suis d'accord avec Fernand sur le "manger de tout mais 1 peu". J'en profite également pour le remercier : j'apprécie énormément ses articles.

boisvert 26/03/2013 22:56


Merci Frankie !


yamina 26/03/2013 16:15


Bonjour Nadou ! Je vous remercie pour vos précisions. Je trouve que vos remarques sont fines, précises et emplies d'une douceur très apaisante dans ce monde de brutes ! C'est vrai que je suis en
bonne santé et que je n'ai jamais fait mon âge. J'ai toujours entendu cette remarque aussi loin que je me rappelle. Mais est-ce bien moi qui ne fais pas mon âge ou les autres qui font plus que le
leur ? Je ne suis pas d'accord avec vous. Ce n'est pas la vie qui m'a fait ce cadeau. Maintenant que je m'intéresse à l'alimentation, ce que je ne faisais pas étant plus jeune, je me rends compte
à quel point la mienne était saine, sans le savoir ! Je n'ai jamais aimé les aliments forts : salaisons, fromages, tout ce qui est odorant, ni les fruits de mer, les huitres par exemple, j'en ai
presque vomi la première fois, le poisson (je pense que Mosséri a raison de dire qu'il est plus nocif que la viande, il pourrit plus vite), et tous les aliments conditionnés. Bref, j'avais plutôt
une alimentation d'enfant ! Les enfants aiment les choses simples, pas trop épicées ni trop fortes. Pour répondre à Frankie sur le sujet du beurre, je maintiens ce que j'ai dit, mais je précise à
petites doses ! Quand j'ai vu comment les gens tartinent leurs tartines, ça m'a sidérée ! J'avais envie de demander : Vous ne trouvez pas ça écoeurant tout ce beurre ? Je me fiais à mon instinct
: le beurre en grosses quantités est écoeurant, sur la langue ! avant même d'atteindre l'estomac ! Je mange de très petites quantités de beurre, quand j'en ai envie, et cela me fait un
plaisir immense. Car je suis gourmande. Je ne vois pas pourquoi je me refuserais des plaisirs qui sont là à ma portée. Je sens tout de suite quand je dépasse la dose autorisée (par mon corps) :
je n'ai plus de plaisir. Le beurre reste une pâte grasse et sans goût sur ma langue. C'est pourquoi je pense que la bouche est une étape indispensable : la mastication. Le plaisir, et le plaisir
est un facteur à prendre très au sérieux, le plaisir de manger est primordial. Je persiste et signe pour le beurre et la crème crue, du yaourt. Tant de populations en consomment pour leurs
apports et se portent très bien. Mais ils ne voient pas les pubs qui montrent des tartines enduites d'une grosse couche de beurre ! Ils mettent dans leur thé, leurs gâteaux secs, mais ont une
activité physique très intense. Enfin, j'en parlerais plutôt au passé car maintenant, la "civilisation" les a atteints. Pour ce qui est du végétalisme, je trouve que les végétaliens
vieillissent très vite. Je ne sais pas pourquoi. Je persiste à penser que c'est une alimentation carencée. Ils ne font vraiment pas envie. Nadou, que pensez-vous d'un végétalien qui dit qu'il
mourrait s'il mangeait un hamburger ? Je trouve qu'une alimentation qui pourrait vous mener à cette extrêmité est dangereuse ! Même un enfant de quelques mois ne mourrait pas pour un hamburger !
Je ne veux pas risquer ma vie pour une diète qui n'épargne ni infections, ni carences en plusieurs oligoéléments. J'ai été un peu longue, mais je lis beaucoup et suis en recherche sur ce sujet
passionnant et observe aussi. Par exemple, j'ai lu un article sur l'alcalose et l'acidose dans une revue médicale très intéressant qui dit en gros que rien ne prouve que l'acidose proviennent des
aliments quand bien sûr il est avéré que la personne ne souffre ni de déficience rénale, ni respiratoire. Le potassium par exemple, est dit alcalinisant, alors que l'hyperkaliémie se traduit par
une acidose de l'organisme... Bon, je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps... Merci Fernand pour votre blog et toutes ces informations. La frugalité est sans doute le fin mot de l'histoire.

boisvert 26/03/2013 17:38


Et oui Yamina le mot de la fin c'est le plus important la frugalité !


Nadou 26/03/2013 10:42


Oui Fernand mais tu sais bien qu'il n'y a que les fous qui puissent se comprendre entre eux!


Nous évoluons certainement sur une autre fréquence  bien contents que ce soit ainsi, n'est-ce-pas?


Belle journée, toutes mes amitiés!


Nadou

Russo 26/03/2013 10:37


Etant moi même Naturopathe hypnothérapeute je tiens aujourd'hui à vous remercier du fond du coeur de tous vos articles que je cautionnent à 100% puisque votre site à été ma meilleur béquille lors
de mes études.


Merci encore  pour ce magnifique  partage de savoir  .


Une fidèle lectrice. Annick . Zen Annie-tude

boisvert 26/03/2013 15:20


Bonjour Annick, Et bien voilà un post qui me fait extrêmement plaisir. Je sais que mon blog sert beaucoup à de futurs naturopathes mais en voilà un qui est allé au bout et qui est naturopathe.
C'est un grand bonheur pour moi. Bravo Annick et bonne route !


Nadou 26/03/2013 09:04


Bonjour Fernand,


merci pour ta réponse.


quant à la sagesse, je n'aurai pas cette prétention car nul ne détient la science infuse principalement en matière de santé!


J'évoquerais plutôt du réalisme, de l'analyse et des déductions faites par des constantes interrogations.


Sans être ni paranoïaque ni hypocondriaque mais juste à l'écoute des messages de mon corps qui s'applique à me diriger sur un beau chemin de vie en me mettant en garde chaque jour des
désagréments que l'on peut éviter....


Bien souvent, lorsque certains patients me disent "mais comment vais-je parvenir à vivre si je n'ai plus les petits plaisirs gustatifs quotidiens - je vais déprimer - et puis je vais me
désociabiliser! Dans ce cas, mieux vaut aller se coucher et attendre la mort!! "!!


Eh oui, on entend cela entre autres remarques tout aussi surprenantes!


Et là je me dis:


"Quelle chance tu as eue d'être si mal quotidiennement au point que tu ais dû obéir à ton corps - étudier pour comprendre et tenter d'aller mieux  pour ensuite pouvoir aider les autres et
d'avoir aujourd'hui cette passion de toujours vouloir aller plus loin dans les recherches et les tentatives de compréhension  de la "belle machine sophistiquée" que représente tout être
vivant.


Quelle chance aussi d'avoir posé de nombreuses craintes en tous domaines alors que le quotidien de chacun en est animé de façon dramatique!


Et alors je conclus en me posant cette question : ces patients ne souffrent-ils encore pas assez pour admettre ce que je leur propose (alors que ce ne sont encore que des gentilles
corrections alimentaires) ??"


Et je serais tentée de le croire.


Voilà comment j'en suis arrivée au mode alimentaire du végétalisme qui peut-être s'avère carenciel, je n'en sais rien et je me moque de le savoir, puisque cela fait plus d'une année que je n'ai
pas revécu de crise qui me cloue littéralement au point de ne plus pouvoir avancer et qu'en plus de nombreux symptômes ont disparu.... alors je me dis que je ne dois pas être dans une mauvaise
voie et tant que tout va de mieux en mieux pourquoi agir autrement.


Et comme rien n'est définitivement acquis en matière de santé - c'est une réalité que chacun devrait intégrer - j'agirai différemment si mon corps me parle un jour autrement.


J'ai commis une  mauvaise formulation dans ma réponse d'hier : à la question "Qui ne craint pas de faire des carences?" la réponse est Peu de sujets (à la place de beaucoup) - toutes mes
excuses.


Merci à Fernand et à vous tous pour ces merveilleux échanges car on a peu l'occasion de parler de ces choses là dans la vie quotidienne (On me juge la folle venue d'une autre planète et cela
me ravit!)


Belle journée à vous!


Bien amicalement!


Nadou


 


 


 


 

boisvert 26/03/2013 10:26


Pas si folle que ça, mais hélas c'est notre lot à tous. Si tu lisais ce que l'on dit de moi sur d'autres réseaux, ça te rassurerait. Bonne journée !