MENSONGES DES ANTIDEPRESSEURS

Publié le par boisvert

01.01.2010-026.JPG

Le journal 'LE POINT" du 10 décembre 2009 a publié une grande enquête sur l'efficacité des antidépresseurs, par Jean-Michel Décugis, Christophe Labbé et Olivia Recasens..
""Le 20 mars 1980, un chercheur des laboratoires GSK, N°2 mondial de l'industrie pharmaceutique, alerte sa hiérarchie. Le Paxil, L'antidépresseur vedette de la firme, donné à des rats en gestation a provoqué un nombre anormalement élevé de malformations congénitales.
11 ans plus tard le Paxil, vendu en France sous le nom de Deroxat, est au coeur d'un immense procés aux Etats-Unis. Des mères de famille auxquelles on a prescrit l'antidépresseur et qui ont donné naissance à des enfants souffrant de malformations cardiaques attaquent le labo. (600 plaintes).
Les antidépresseurs, on nous les a vendus comme les "pilules du bonheur" jusqu'à nous faire oublier qu'en les croquant on prenait aussi quelques risques. Les labos ont tellement embelli la mariée qu'elle leur a rapporté l'an dernier une dot de 15 milliards de dollars. Antidépresseurs, anxiolytiques ou neuroleptiques, un français sur trois goûtera au cours de sa vie, aux médicaments psychotropes. Rien que les antidépresseurs représentent 65 millions de boîtes par an en France.
Prenez les 4 antidépresseurs les plus consommés au monde : le prozac, le Deroxat, l'effexor et le Serzone, ne seraient pas plus efficaces qu'un placebo, c'est ce que révèlent 2 chercheurs à l'appui d'études tenues cachées montrant qu'ils n'avaient aucune efficacité. Et pourtant la firme Eli Lilly, au sujet du lancement du Prozac, brandissait pour convaincre les médecins, une étude sur plus de 2000 patients qui montrait une efficacité du Prozac dans plus de 70% des cas. A un petit détail prés qui n'était pas mentionné : la majorité des "cobayes" étaient également sous anxiolytiques.
Les labos ont d'autres astuces pour gonfler les performances de leur produit. Si le médicament a un effet sédatif, il suffit qu'il fasse mieux qu'un placebo pour être estampillé antidépresseur, décrypte la psychiatre Monique Debauche.
La plupart des essais cliniques sont financés par les firmes pharmaceutiques, insiste le docteur Debauche.
Pour lancer le produit les firmes confient à des agences de communication spécialisées le soin de rédiger des articles élogieux qui sont ensuite publiés dans des revues scientifiques sous la signature de "leaders d'opinion", qui sont des chercheurs reconnus dans leur domaine et qui acceptent, moyennant finance, d'apposer leur signature au bas des articles, sans parfois les avoir lus.
Le témoignage du docteur Philippe FOUCRAS, médecin généraliste est criant : Quand j'ai ouvert mon premier cabinet en 1994, les visiteurs médicaux des laboratoires ont fondu sur moi. Un gibier de choix. J'avais 2 patients par jour et je voyais jusqu'à 10 visiteurs médicaux par jour..... Tout est fait pour vous faire oublier que la personne en face de vous n'est qu'un commercial. Il emploie un vocabulaire technique en apparence objectif, qui est fait pour vous impressionner, vous montrer qu'il en sait plus que vous sur les médicaments......Le club de formation continue de la région, réunissait régulièrement les médecins généralistes dans un restaurant chic où un "leader d'opinion", spécialiste de la dépression venait faire une communication sur la maladie, sponsorisée par le laboratire du médicament en question. Depuis le Dr Foucras ne reçoit plus de visiteurs médicaux et s'est par contre abonné à la revue médicale "Prescrire" qui n'est pas sponsorisée par les labos. Il a créé par ailleurs le collectif pour l'indépendance de l'information médicale.

En France la consommation d'antidépresseurs a doublé en moins de 10 ans. 6 millions de Français sont actuellement sous antidépresseurs. Les antidépresseurs ont été détournés de leur usage initial, les dépressions sévères. Ils sont devenus des remèdes pour soigner le mal-être ou l'anxiété, regrette le neurologue Boris Cyrulnik. Les firmes ont réussi à convaincre de nombreux médecins que la tristesse ou l'anxiété faisaient parti des symptômes de la dépression et qu'il fallait les soigner avec des médicaments.
Faut-il pour autant jeter les psychotropes aux orties ? Les psys s'accordent à dire qu'ils sont nécessaires pour soulager les dépressions existentielles, mais qu'ils ne guérissent pas....
En augmentant la population sous psychotropes on fait remonter à la surface les effets secondaires. Les ISRS, présentés comme le nec plus ultra des antidépresseurs peut déclencher des comportements suicidaires, prévient David Healy. Les essais cliniques ont démontré que les patients sous ISRS ont deux fois plus de risques de passer à l'acte. Selon David Healy environ 50% des patients sous ISRS souffrent d'une baisse de la libido parfois accompagné d'une anesthésie génitale. Ces troubles peuvent durer des années aprés l'arrêt du traitement....
Par facilité, on bourre les personnes agées de psychotropes. La camisole chimique, c'est facile et discret. C'est moins de travail et plus de tranquillité pour tout le monde. Ainsi, une étude britannique récente portant sur 1000 personnes âgées sous neuroleptiques a relevé, aprés 3 mois de traitement 10 décés directement liés aux médicaments, ainsi que 18 accidents vasculaires cérébraux, dont la moitié particulièrement invalidants. Le problème des personnes âgées, c'est que chez elles, les organes qui, comme le foie ou les reins, permettent d'éliminer les résidus médicamenteux, fonctionnent au ralenti, souligne le Dr Armelle Desplanques. Moins il y a de personnel et plus la consommation de calmants augmente, constate Christophe Fernandez. Ca coûte moins cher de distribuer des médicaments que d'embaucher du personnel....""

Et la fin de l'étude mentionne qu'il existe d'autres façons de se soigner, plus naturellement et je suis heureux de constater que des médecins en sont arrivés à la conclusion que dans ce domaine, les méthodes naturelles étaient encore les meilleures. Ils en ont conclu que l'antidépresseur agit un peu comme un anti inflammatoire, qui gomme la douleur sans faire forcément disparaître la maladie, c'est une béquille qui permet d'avancer.
En premier Lieu comme méthodes plus naturelles ils citent le sport. Tiens, Tiens ! Il me semble en avoir parlé dans l'article "la dépression". Servan-Schreiber affirme que
"l'exercice physique régulier permet de guérir des épisodes de dépression et permet probablement aussi de les éviter". "Le sport stimule dans le cerveau la sécrétion d'endorphines, des hormones euphorisantes comparables à l'opium. Plus on actionne notre pompe à endorphines, plus elle est prompte à s'enclencher à la moindre satisfaction. Les gens qui pratiquent régulièrement de l'exercice physique arrivent ainsi à retirer plus de plaisir des petites choses de la vie".
On y parle aussi des exercices respiratoires qui aident à mieux gérer le stress ou l'anxiété. Egalement de la lumière qui permet de synthétiser la mélatonine et la vitamine D, dont la carence est une des causes de dépression. Il y a aussi le millepertuis, aussi efficace que les antidépresseurs. Et puis, il y a aussi les aliments bénéfiques comme les graines de lin, les noix, l'huile de colza, les poissons gras, les légumes secs, les céréales complètes, les légumes verts, la banane, le chocolat noir, le vin rouge.

On dirait qu'il y a une prise de conscience, car non seulement il y a cet article où beaucoup de médecins s'expriment mais je me rends compte que la fameuse pandémie n'a pas terrorisé nos semblables, comme prévu. Les boniments ne font plus mouche et le peu d'empressement que les gens ont mis à se faire vacciner montre bien que nous ne sommes plus des moutons et qu'il sera de plus en plus difficile de nous manger la laine sur le dos. Le battage médiatique pour énoncer chaque décés dans le monde n'a pas porté ses fruits. Pour moi c'est un tournant de l'opinion publique, les gens commencent à ouvrir les yeux et se rendent compte qu'ils ne sont que des jouets entre les mains des puissants qui ne pensent qu'à vendre....n'importe quoi . Leurs souhaits, 80 millions de doses de vaccins tout de même, ne se sont pas réalisés. Le piège était fin prêt mais les français n'y sont pas tombés dedans. Même gratuit, personne n'en veut de leur vaccin. Pas plus les infirmières que la plupart des toubibs, il n'y a que la ministre pour se faire vacciner. Mais j'ai déjà entendu une petite voix qui disait : attention la deuxième vague de février va être terrible. Pas de chance, ça va tomber encore sur des pays sous-développés. Il faut bien écouler les stocks !

Publié dans santenature

Commenter cet article

Billy 09/01/2010 21:00


Je ne suis pas d'accord sur ce que vous dites, dépressive durant 2 ans jai souffert le martyr et ai dû arrêter de traaiiller. Je ne voulais pas prendre des antidepresseurs et je croyais que je
souffrais uniquement de fibromyalgie tant j'avais mal partout. Or depuis que je prends du Cymbalta... j'ai donc souffert pendant 2 ans, je peux enfin respirer normalement, dormir normalement, vivre
normalement... bien sûr avant de prendre ces antidépresseurs j'ai suivi tous les conseils de naturopathes, homéopathes. etc... et je souffrais jour et nuit sans pouvoir dormir.... je ne mangeais
plus, je pleurais du matin au soir et du soir au matin......donc ne soyons pas troujours enti méddicaments, parfois cela est nécessaire .... cela mis à part je me nourris bio et je fais
attention  à ma santé.
C


boisvert 10/01/2010 07:44


Tout d'abord je ne dis rien sur cet article, ce sont des médecins traditionnels qui parlent. Je n'ai fait que rapporter un article du journal "LE POINT".
Comme vous avez pu le constater il n'est pas du tout question d'interdire les antidépresseurs. Ils ont leur place dans les dépressions sévères, il n'est pas dit autre chose dans cet article. Il
condamne simplement, mais c'est déjà beaucoup pour moi, l'usage abusif qui en est fait au nom de la rentabilité et du commerce .
Par ailleurs je sais ce qu'est la dépression, j'en ai souffert moi-même et j'en témoigne dans l'article que j'ai écrit, http://santenature.over-blog.com/article-12277083.html  sur ce blog ; si j'ai pu me passer des antidépresseurs je comprends
qu'il y a des degrés dans cette maladie et je ne voudrais pas que vous détourniez le sens de cet article qui prouve bien que nous sommes des jouets entre les mains des puissants laboratoires
pharmaceutiques. Dans les dépressions sévères je sais que ces malades ont besoin d'une aide extérieure et c'est alors que ces médicaments peuvent avoir provisoirement leur place.
Et dans ce blog on n'a jamais interdit les médicaments traditionnels : Les antibiotiques peuvent sauver des vies, Mais vous savez à quel point on en abuse jusqu'à en donner aux animaux
systématiquement. Donc je précise bien que ce sont les abus que nous condamnons. Quelquefois il faut savoir faire quelques concessions afin d'aider le patient à se remettre le pied à l'étrier.
Ce blog n'est pas anti-médicaments comme vous semblez le dire mais POUR les méthodes naturelles, il y a un petit distingo. Heureusement la nature nous aide la plupart du temps à nous passer de ces
médicaments violents qui soignent d'un côté et détériorent tout ce qu'ils touchent dans notre corps. Les exemples de conséquences graves dont les médecins témoignent dans cet article montrent bien
à quel point ils manipulent des bombes à retardement.
Bonne journée !