Notre amie la FIEVRE,

Publié le par boisvert

La maladie bienvenue, les microbes nos amis, maintenant voici la fièvre qui guérité. Vous avez l'habitude, je sais, vous devez être un peu maso, vous aussi.
Mais cette fièvre est à chaque fois présente dans les mauvais moments, dans pratiquement toutes les maladies infectieuses, tellement même qu'on pourrait penser qu'elle est, elle-même, la maladie. Mais là encore gardons-nous bien de prendre les effets pour la cause. Elle est tout le contraire, elle est le remède.
La fièvre est le bras armé de ce remède qu'est la maladie. (J'ai inventé la formule, c'est beau, hein ? je crois que je vais finir poête).
Dès qu'on sent qu'on a de la fièvre, il faut la faire descendre à coups d'aspirine ou de paracétamol et on a, alors, lutté contre ses propres défenses. Parce que ce n'est pas un hasard si elle est montée. Si vous avez une côte à monter à bicyclette, il faut bien que le corps monte en régime. Si c'est en voiture, vous savez bien qu'il faut accélérer et faire tourner votre moteur plus vite. Si donc votre moteur chauffe, si votre coeur bat plus vite, c'est qu'il a plus de travail à accomplir. Votre corps est monté en température pour répondre à la demande de votre système de défense individuel. Et plus la température va monter et plus vite le travail sera fait . Donc chaque fois que vous "coupez" la fièvre vous allonger le temps de maladie, le temps de souffrance, le temps de nettoyage.
N'en doutez pas une seule seconde la fièvre est bénéfique. C'est un de nos moyens de défense. Elle neutralise et désagrège les substances toxiques, accélère l'élimination, rendant ainsi le travail des microbes et virus plus facile, et donc plus court. C'est une arme que nous avons pour nous aider à recouvrer la santé.
C'est vrai aussi qu'elle ne doit pas monter au-delà d'un certain niveau, mais il ne faut pas la faire baisser à tous prix. Elle contribue à ce que l'attaque des microbes et virus soit contenue, canalisée, elle stimule le système immunitaire et aide les lymphocytes à atteindre le lieu de l'infection, en fait, le lieu de la bataille. De plus certains enzymes et autres substances ne sont opérationnels qu'à une certaine température et ils ne sont donc efficaces que lorsque la châleur est suffisante. Le milieu est plus acide, plus chaud, les conditions sont réunies pour lutter efficacement contre l'infection et faciliter l'élimination.
Et d'ailleurs si la fièvre monte c'est trés bon signe, c'est une preuve que votre système immunitaire répond trés favorablement, il est fort. Voyez comment les bébés et les enfants dont le système immunitaire est encore trés fort, font de trés grosses poussées de température. Les 39 et même 40° sont monnaies courantes. Alors que chez les personnes âgées, dont le système immunitaire est épuisé ou affaibli, la température ne monte presque plus jamais. Ils se défendent donc moins bien. Alors si vous avez de la température, soyez heureux, votre système immunitaire fonctionne bien et il vous garde.
Si vous coupez la fièvre avec des médicaments vous arrêtez aussi l'élimination. Vous aurez arrêté peut-être votre maladie aigue, mais votre terrain est toujours aussi sale. Les microbes étaient venus pour faire une opération nettoyage, vous les avez remercié en les tuant ou en contrariant leur travail. Et cette façon de procéder contribuent à créer de plus en plus de maladies chroniques. Car vous n'avez pas voulu payer l'addition aujourd'hui mais votre corps  vous présentera la note plus tard, n'en doutez pas une seule minute. Mais alors, au lieu d'une simple rhino-pharyngite, ce sera une bronchite, une cystite, ou une infection plus généralisée, plus grave, plus difficile à extirper.
"En 1999, une étude portant sur 603 patients atteints d'un mélanome, et 628 en bonne santé, a été faite pour essayer de trouver une relation inverse entre fièvre et tumeur. Et les résultats sont surprenants. Le risque de tumeur est réduit de 40% chez les personnes qui ont eu 3 infections ou plus accompagnées d'une fièvre dépassant les 38,5°."
Et Murielle Toussaint nous signale que la littérature scientifique regorge d'exemples de guérison de tumeurs suite à un épisode fébrile. Même le cancer n'aime pas la température, mais justement les cancéreux ont leur système immunitaire épuisé et ne connaissent plus la température. Et vous connaissez le principe : "les ennemis de mes ennemis sont... mes amis" c'est mathématique. Alors si les mathématiques nous donnent raison ....
Dans les cas de rémission spontanée des leucémies chez les enfants, la fièvre est présente dans 80% des cas et, au cours des rémissions du mélanome, dans 31% des cas.
D'autres études ont en outre mis en évidence le fait que l'organisme exposé pendant 6 heures à une température de 41° se mettait à produire des lymphocytes T trés actifs contre les tumeurs.
Confronté à la châleur, on constate que les cellules tumorales sont fragilisées alors que les cellules saines résistent bien à cette hausse de température. Une température qui passe de 37 à 42 induit littéralement la mort des cellules cancéreuses. Cette constatation a été à la base de la mise au point du traitement hyper-thermique contre les tumeurs, une thérapie qui provoque artificiellement une fièvre."
Dans le même ordre d'idées un bon bain chaud aux huiles essentielles sera tout bénéfice car il aidera ainsi le corps dans son opération chauffe et votre système immunitaire sera soulagé de ce travail qu'il n'arrive plus à faire convenablement.
Donc la fièvre est bénéfique dans la plupart des cas et c'est même une aide précieuse pour préserver votre santé. Mais il  faut tout de même controler car au-delà d'une certaine température, il existe un danger réel. Pour certains, la limite peut se situer à 39 et pour d'autres au contraire à 41 et même plus. Tout dépend de la puissance du système immunitaire. S'il y a une énorme infection, preuve que vous avez laissé accumuler beaucoup de toxines dans votre corps, il faut surveiller afin de ne pas se laisser submerger. Au-delà d'une certaine température il y a tout de même danger de mort. Alors, même si elle est bénéfique, si elle est une aide précieuse, il ne faut pas aller au-delà du raisonnable. Un malade trop affaibli, de forts maux de tête, des spasmes, des douleurs intenses, la fièvre au-dessus de 39, sont autant de signes qui nous imposent à être vigilant et ne pas hésiter à faire descendre cette température si elle met notre vie en danger.
En tous cas, c'est une réponse de votre système immunitaire qui est en action et il a besoin de toutes ses forces pour répondre.
Tout le sang qui sera monopolisé autour des organes digestifs sera au détriment de l'action du système immunitaire. Donc, la meilleure méthode pour aider, c'est encore une fois le jeûne ou en tous cas une alimentation trés frugale, genre monodiète de pommes cuites par exemple ou de fruits cuits, sans sucre.
De même, vous êtes en période d'élimination puisque les microbes sont là, donc évitez de manger cru, ce n'est pas le moment. Avec une alimentation crue vous vous revitalisez et nous ne sommes pas dans cette logique à ce moment-là. Il faut soulager au maximum les organes digestifs et il vaudra mieux privilégier les aliments cuits, fruits ou légumes et pas de graisses animales.
Aprés la monodiète ou le jeûne, on pourra ajouter quelques éléments naturels comme l'extrait de pépins de pamplemousse, la vitamine C, l'échinacée, le chlorure de magnésium, les oligo-éléments cuivre-or-argent, et quelques huiles essentielles comme l'Origan, le ravintsara, le thym, le Tea-tree, l'eucalyptus, le niaouli, ou encore quelques autres, qui peuvent vous apporter un peu de soulagement.
Mais n'oubliez jamais que laisser la température agir c'est laisser à votre corps les moyens d'action pour votre bien. Il sait ce qu'il a à faire. Il ne faut pas que la peur  vous fasse  prendre les effets pour la cause, soyez spectateur de cette puissance en action et appréciez, on travaille pour vous.

Publié dans santenature

Commenter cet article

Cyril 01/03/2010 23:54


j'aime beaucoup votre blog. bonne continuation :-)


boisvert 02/03/2010 06:44


Merci beaucoup !