PLEURESIE

Publié le par boisvert

C'est l'inflammation de la plèvre, cette double enveloppe de nos poumons. La pariétale est collée sur le poumon et l'autre est en contact avec le thorax. Cette inflammation est douloureuse. Ces deux parois glissent l'une sur l'autre au cours de la respiration.. Lors de l'inflammation, il se produit un épanchement liquide.

Il existe plusieurs formes de pleurésies. La pleurésie sèche, , la pleurésie séro-fibrineuse, la pleurésie purulente et la pleurésie hémorragique.

 

THERAPEUTIQUE NATURELLE :

 

Tout d'abord s'il y a inflammation où qu'elle soit, il faut penser que le terrain a besoin d'être nettoyé. Une inflammation ne se produit pas si le terrain est sain et propre. Donc il est impératif d'avoir recours à une alimentation trés restrictive et que le mieux est de commencer par une cure de jeûne plus ou moins longue en fonction de la gravité de la maladie et de l'état du patient. En l'occurence, il s'agit de débarrasser l'organisme de déchets colloïdaux (voir toxémie), et on devra privilégier le jeûne sec, c'est à dire, sans manger, ni boire. Alterner par exemple 2 jours sans manger ni boire  et le 3ème jour, boisson à sa soif (eau plate bien sûr). On pourra également entamer des monodiètes sèches, comme cure de fruits cuits, ou encore macrobiotique qui est une monodiète sèche. Moduler l'importance de l'effort de nettoyage à la gravité de la maladie et à l'état du patient.

- Localement on peut mettre en place des cataplasmes chauds de son (chauffés au four).

- Dans le même ordre d'idée prendre une brique neuve, la frotter avec de l'ail pilé, arroser avec du vinaigre, faire chauffer la brique et l'appliquer sur la partie douloureuse.

- On peut appliquer également des emplâtres de feuilles de chou cru. Le chou de Milan avec ses grosses feuilles vertes convient trés bien. On peut préalablement écraser légèrement les feuilles avec un rouleau à pâtisserie ou une bouteille, tout simplement, et même les faire chauffer un tout petit peu.

- Quelques plantes bénéfiques en infusions : Aunée,  bouillon-blanc, Mauve, Guimauve, Tussilage, Violette, Coquelicot, Bourrache, Bouleau, Genêt à balai, Rose, et Sauge.

- On recommande de manger des oignons crus au maximum.

- Parmi les oligo-éléments on peut utiliser : Arsenic, phosphore, Antimoine, Manganèse-cuivre et Soufre.

- L'hydrothérapie est excellente dans la pleurésie.

Les enveloppements froids sont souvent extraordinaires. On peut les pratiquer avec de l'eau vinaigrée. On conserve ce cataplasme  sur les parties douloureuses de la poitrine environ 1/2 heure.

Un enveloppement froid des pieds est trés bon pour le coeur. A ne pas mettre en place en même temps que l'enveloppement vinaigré. Les bains de bras ou enveloppements des bras seront bénéfiques eux aussi.

On peut aussi mettre en place un cataplasme à la farine de moutarde ou même de fromage blanc qui soulage les douleurs et possède des vertus anti-inflammatoires. On peut le mettre en place pendant 2 heures et le pratiquer plusieurs fois par jour.

- La PRELE est trés bénéfique . Diurétique et reminéralisante, riche en silice, hémostatique et cicatrisante. On peut l'utiliser sous toutes ses formes, tisanes (décoctions trés concentrées) ou même en teinture mère (25 à 30 gouttes 4 fois par jour), et en ajouter dans les différents cataplasmes.

 

AROMATHERAPIE :

 

- EUCALYPTUS RADIE : Stimulante immunitaire, anti-inflammatoire, antibactérienne, encombrement bronchique. A utiliser par voie cutanée diluée à 50%. L'EUCALYPTOL pourra être utilisé de la même façon. L'HE de THYM également.

- NIAOULI : Anti-infectieux,  antiviral, antibactérien, anti-spasmodique. On peut l'utiliser en cataplasme mais aussi si besoin, en interne à raison de 2 gouttes 3 fois par jour.

- RAVINTSARA : On peut l'utiliser en interne et en externe. C'est une HE antivirale, anti-infectieuse, renforce le système immunitaire, antidouleur et antispasmodique. On peut l'utiliser sans danger par la voie interne ou par voie cutanée.

On peut aussi se préparer un onguent avec les principales HE pour se frictionner les parties douloureuses. En mélange : 3 gouttes Ravintsara, 3 gouttes Niaouli, 3 gouttes Cajeput, 3 gouttes Eucalyptus radié dans un petit support d'huile végétale comme 9 gouttes d'huile d'amande douce ou d'olive si vous n'avez pas autre chose.

 

HOMEOPATHIE :

 

Dès le début et avant même l'épanchement et dans le cas des pleurésies dites sèches donner ACONIT 4CH. Le malade est agité, la température est élevée et la peau est sèche.

Dans la deuxième phase de la pleurésie séro-fibreuse, donner APIS MELLIFICA 4 ou 5CH. Le malade est essoufflé, absence de soif, difficulté à respirer, le visage est pâle et sa langue est rouge et gonflée. L'air chaud aggrave son cas tandis que l'air froid le soulage. Apis correspond  aux épanchements pleurétiques qui surviennent brusquement alors qu'Arsenicum convient aux épanchements dont l'évolution est moins rapide. La caractéristique d'APIS c'est "douleur piquante et brûlante".

En cas de foyer pulmonaire  qui correspond à des épanchements pleurétiques abondants prendre ARSENICUM ALBUM 4CH. Le malade sent son pouls s'accélérer au moindre mouvement, il a fréquemment un oedème des paupières inférieures, il est agité et anxieux et semble désespéré. Sa toux est sèche et il a un sentiment d'étouffement. La dyspnée est extrême.

A son plein développement, au stade de frottement de la plèvre, prendre ASCLEPIAS TUBEROSA 4CH. La toux est sèche avec vive douleur au coté gauche, aggravée par le mouvement. La gorge est serrée, le malade est  trés essoufflé, la toux est épuisante, sans expectorations.

BRYONIA 4CH : La pleurésie est sèche et la toux donne mal à la tête, la respiration est accélérée et pénible. Des points de côté qui sont soulagés quand le malade appuie dessus ou se couche dessus. La douleur est aiguë, soif d'eau froide, lèvres et langue sèche.

La phase aiguë, le plein développement concerne CANTHARIS 5CH. C'est la pleurésie séro-fibrineuse. L'épanchement est trés abondant. Le malade a des palpitations et il transpire. l'urine devient trouble, augmente en quantité, quelquefois rouge. L'utilisation de Cantharis provoque une diurèse abondante et de pair la diminution de l'épanchement.

Si la pleurésie est sèche on peut utiliser les médicaments Bryonia, Sénéga, arsenicum Album et sulfur iodatum. 

Si elle est purulente on peut utiliser Biothérapique Pyrogenium 5,  Veratrum viride 5, Naja 4, Hépar Sulfur 5.

ACONIT est toujours indiqué au début de toute inflammation aiguë pulmonaire ou pleurale et son indication cesse dès que le malade transpire.

 

Publié dans santenature

Commenter cet article