Une Alimentation Saine

Publié le par boisvert

 

 

UNE ALIMENTATION SAINE

Challenge ? Réalisme ? Nécessité ?

Les 3 ensembles ?

 

Le siècle dernier tout particulièrement a été celui de progrès considérables générant alors une évolution de vie très rapide.

Au début de ce 3ème millénaire l’être humain peut bénéficier de nouvelles techniques et technologies incroyables amenant un mode de vie qui n’a vraiment plus rien à voir avec celui d’autrefois…

Mais le système s’est bien assez emballé !...

L’être humain a complètement occulté son environnement au point de ne plus le respecter avec toutes les conséquences qui en résultent….

Le mode alimentaire est devenu en réalité une « sacro sainte culture » bien ancrée au point de créer des addictions fatales!

Au fil du temps, la « notion de nécessité vitale » s’est transformée en « notion de plaisir » générant une dérive comportementale très insidieusement et savamment orchestrée par de puissants « marionnettistes » avides de profits !

Là encore sont apparues des conséquences désastreuses non seulement au niveau de l’environnement mais également au niveau de la santé !

 L’interdépendance entre l’Homme et la Planète a été complètement bafouée !

La démarche humaine générale actuelle se poursuit de manière inconsciente (pour la plupart des sujets) au détriment de la Nature et de son propre bien-être….

La vigueur immunitaire ancestrale a subi un si grand choc qu’elle s’est littéralement effondrée !

Des pathologies incroyables et de plus en plus mystérieuses sont hélas apparues à la grande satisfaction une fois de plus des avides profiteurs sans scrupules ni bonne conscience dont les  tirelires se remplissent et même débordent !....

Face aux inévitables agressions microbiennes – virales – polluantes….… qui ne sont que des réponses logiques à ses erreurs, l’homme réagit sous le dictât d’une panique réduite au mode d’urgence aboutissant à une « guerre thérapeutique » avec un arsenal dont les effets secondaires (effets iatrogènes) enfoncent encore le clou en étant souvent plus graves que la pathologie originelle……

 « Le microbe n’est rien, c’est le terrain qui est tout » (Antoine Béchamp 1816 – 1908)

Peu individus accréditent cette affirmation pourtant parfaitement fondée !...

Alors que la Nature bien comprise dans toutes ses manifestations peut et doit engendrer une guérison avec un système interne merveilleusement programmé dès la naissance mais que les méthodes actuelles de vie mettent inexorablement « hors service » !

 

Henri-Charles Geoffroy Président-fondateur de « La Vie Claire »  - auteur de nombreux ouvrages dont « L’alimentation saine » avait été gazé à l’ypérite à l’âge de 19 ans au cours de la Guerre de 1914 – 1918.

Néanmoins il réussit à se guérir seul de l’affection « mortelle » qui le condamnait à brève échéance.

Cette guérison spectaculaire fut obtenue uniquement par une réforme alimentaire sans aucun autre traitement ni surtout de médicament !

Il en fut de même pour Luigi Cornaro dont la motivation première se cantonna dans la sobriété alimentaire - son livre « De la sobriété »

Idem pour Gëorgia Knap - son livre « Quand j’étais vieux »

 

Il est alors plus aisé de comprendre les immenses capacités que peut posséder un organisme pour se guérir lui-même.

A une condition néanmoins : celle de en lui fournir les premiers moyens par une alimentation correspondant à ses besoins en cessant de lui « imposer » des aliments qui obligent ses principaux organes à « improviser » des fonctions pour lesquelles ils n’ont pas été conçus mais qui en favorisent le surmenage et l’usure précoce.

La plupart des individus ignorent les règles alimentaires de base pour la simple première raison que des intérêts considérables s’opposent à l’information réelle des dangers accompagnant la majorité des produits consommables.

Aucune préoccupation en ce qui concerne la santé des consommateurs sinon celle de la rentabilité et des profits !

L’alimentation n’étant pas considérée comme la première responsable,  l’être humain est « intoxiqué » à son insu et sans vraiment réagir !

Il se laisse guider par « ses papilles anesthésiées » vers la toujours plus grande variété de mets préparés « à son intention dans le but de lui faciliter le quotidien » (soi-disant).

 

Les repas simples de nos aïeuls sont carrément tombés dans les oubliettes !! 

Pourtant l’intérêt d’une alimentation saine est d’avoir pour unique base des aliments correspondant et satisfaisant précisément les besoins de l’être humain sans créer de carences ni de surcharges.

 

Non seulement l’Homme mange trop mais il mange mal !

En parallèle il s’oxygène mal donc il respire mal (perte de la respiration abdominale) !

 

Les surplus génèrent une fatigue et une inassimilation organique qui occasionnent des carences ! C’est bien là LE COMBLE !

Alors que des peuples entiers meurent de faim, l’homme « moderne » se fabrique une foule de maladies dues au surplus et à l’absence qualitative nutritionnelle !.....Quelle gabegie !

D’autre part, l’alimentation transformée industriellement est une bombe à retardement !

Néanmoins  aborder le problème de l’alimentation pose un grave dilemme….

En premier lieu il imposerait déjà  de comprendre ce qu’est la VIE !

Explication schématisée

Le corps humain est composé de myriades de cellules microscopiques (100 000 milliards de cellules = 1013) aux formes et aux tailles variées précisément organisées en colonies et ayant chacune leur propre existence à assurer.

Comme tout être vivant, les cellules ont besoin d’EAU – d’OXYGENE et de diverses autres substances vivantes et non pas « mortifiées »

Elles se reproduisent selon un mode particulier  en se divisant en 2 (mitose) ce qui fait que dans le milieu cellulaire il n’y a ni vieux – ni jeunes – ni mères – ni filles - les 2 cellules étant issues d’une cellule initiale se composant de la même substance sans cesse renouvelée par les concours inévitables suivants :

-          NUTRITION (oxygène inhalé et eau ingérée y compris)  

-         ASSIMILATION

-         ELIMINATION

 

Les êtres humains sont issus d’une seule cellule résultant de l’association d’un spermatozoïde et d’un ovule et dont le génome contient la totalité des informations pour les fonctions futures pour la vie entière de l’organisme.

Chacun des composants cellulaires collabore à un but unique naturel de la cellule qui se résume à LA CREATION  ET L’ENTRETIEN DE LA VIE  et les protéines de l’ADN sont les éléments clés destinés à cette finalité.

Bien-sûr que le programme génétique inscrit dans l’ADN rend chaque être vivant différent de tous les autres, le nombre et la forme des chromosomes variant en fonction de chaque espèce en générant sa spécificité.

Un autre chapitre pourrait être consacré au mode de fonctionnement cellulaire et à la place de l’être humain dans l’Univers car ce serait trop long à expliquer.

 

Revenons donc au mode alimentaire sain.

 

De nombreux hygiénistes – naturothérapeutes – diététiciens – nutritionnistes…. ont étudié et se penchent encore et toujours sur le « fameux » sujet.

Difficile d’y trouver une conduite exemplaire, les commentaires étant si disparates qu’on y lit tout et son contraire !....

L’homme serait-il donc plutôt omnivore ou plutôt frugivore ??

Les commentaires sont nombreux mais loin d’être unanimes…..

Analyse des faits :

L’homme serait-il végétarien ou frugivore?

De tout temps, l’homme a pu bien vivre en étant végétarien et la liste des célébrités pratiquant ce mode alimentaire est impressionnante (Plutarque – Pythagore – St François d’Assise - Albert Einstein – Alphonse de Lamartine -   Michel de Montaigne - Tolstoï - Voltaire – Charles Darwin – Léonard de Vinci – Martin Luther King – Philippe Starck – Brigitte Bardot – la Reine Sophie d’Espagne – Azouz Begag ex ministre auteur du livre « Un mouton dans la baignoire » etc…)

http://www.contactdirectavecdieu.org/mva/vg-vip/

http://www.vegetarisme.info/spip.php?rubrique37

Par contre Hitler n’en aurait pas vraiment fait partie malgré des affirmations appuyées… Ouf!  Quelque part c’est quand même rassurant !.......

http://bibliodroitsanimaux.voila.net/patterson.html

http://www.vegmundo.com/divers/portraits/hitler-tait-il-vgtarien.html 

Des hygiénistes ou naturothérapeutes comme : Luigi CORNARO - Henri-Charles GEOFFROY  - Raymond DEXTREIT – Nicole KRETCHMANN – Louis KUHNE – Gëorgia KNAP - Romain VIALLARD – Violaine DUPRAT etc …. prônent ce mode alimentaire (qui peut aller parfois jusqu’au végétalisme) en détaillant scientifiquement les raisons physiques et physiologiques de leurs affirmations.

Les exemples et les témoignages sont nombreux et semblent tout à fait probants.

JASMUHEEN vivrait de lumière depuis 1993  sans nourriture matérielle….

Sans aller jusqu’à ces extrêmes difficilement vérifiables et surtout applicables sauf peut-être pour des sujets capables d’une spiritualité particulière (certains moines ou bouddhistes…),

Les modes alimentaires végétariens - végétaliens – les mono diètes  - le jeûne etc…. sur des périodes plus ou moins longues ont accumulé de nombreuses preuves en matière de maintien ou de retour à la santé !

Certes Il y aura toujours des exceptions qui confirment la règle car nul ne détient la science infuse, chaque être étant différent et unique (relire plus haut le paragraphe cellulaire).

 

Néanmoins certains opposants viennent dérouter par des ouvrages parfois extrêmes.

 

L’homme devrait-il être omnivore ?

Dans un de ces livres « La diététique de l’expérience » Robert MASSON naturothérapeute formé à l’iridologie (comme Fernand) cite en exemple une réflexion d’Henri-Charles Geoffroy en introduction en ayant néanmoins à cœur de vouloir démontrer que l’homme serait obligatoirement omnivore et qu’il doit consommer des protéines animales chaque jour aux 2 repas principaux.

Néanmoins pour un lecteur « au mode alimentaire différent » cet ouvrage est rempli de conseils sensés.

Par contre, d’autres ouvrages de ce même auteur contiennent des témoignages surprenants…

C’est le cas pour  « Dérives nutritionnelles et comportement suicidaire » où le lecteur sera « dérangé voire fortement culpabilisé et par là-même attristé » de découvrir des témoignages* ahurissants avec à la fin du livre des photos qui semblent « sorties tout droit des camps de concentration nazis » ou alors celles de sujets « au terme d’une cancérisation fatale ».* Témoignages de gens remerciant l’auteur d’avoir permis de stopper leur descente aux enfers en reprenant un mode omnivore avec des apports protidiques issus d’animaux 2 fois par jour…

Comment des êtres humains (et aussi leur entourage) ont-ils pu garder un mode alimentaire (végétarien ou végétalien ou dissocié ou autre…. ceux si fortement décrié par l’auteur) au point que leur poids passe en dessous de 40 kg voire 35 kg  pour 180 cm de stature ????

Cela tient de la pure déraison ou de l’anorexie complète car dans ce cas on ne peut plus parler de mode alimentaire, il faut en convenir !! Il y a réellement un autre problème sous-jacent….

Les personnalités végétariennes citées ci-avant ne présentent pas ces caractéristiques vitales gravissimes et nombreuses sont celles qui se portent tout à fait bien actuellement et d’autres dont la longévité pour leur époque n’est plus à démontrer (Plutarque – Pythagore – Voltaire …).

Néanmoins il faut en convenir, personne n’aura forcément ni entièrement raison sur quel mode alimentaire que ce soit car il s’agit d’un problème crucial et délicat.

Mais le fait de fournir des preuves tenant de l’irréalisme ne peut pas s’avérer un bon plan pour convaincre un lecteur à adhérer de force à un mode omnivore.

Certes un lecteur appartenant à une autre « classe alimentaire » sera obligé de culpabiliser devant des arguments criés avec autant de certitude et qui ne laissent aucune place à l’alternative (16 chapitres dont le titre commence par « Non » et d’autres par « Erreurs »).

Et cela  pourra fortement l’inciter à changer son mode alimentaire si un quelconque souci de santé l’inquiète au moment de la découverte de cet ouvrage aux pouvoirs pédagogiques si largement influençables.

D’autre part si les auteurs de ces témoignages étaient réellement tombés à ce point dans l’extrême, que seront-ils devenus après avoir repris une alimentation carnée bi quotidienne (néanmoins biologique il faut le préciser)?

De nouveaux ennuis de santé conséquents au nouveau mode alimentaire pourraient avoir remplacé ceux de l’extrême ? (Paradoxalement il y a un chapitre « Escalade irrésistible » page 107 dans ce même livre)

Car tout changement brutal dans quel sens que ce soit (suppression ou ajout de variétés alimentaires) doit se faire progressivement de manière à ne pas créer un choc trop brutal à l’organisme ce qui le fragiliserait.

En tant qu’iridologue, Robert Masson raconte que les yeux des sujets  ne rentrant pas dans le « moule alimentaire » qu’il préconise sont des témoins flagrants de la « malnutrition infligée » avec un ton presque insolent comme beaucoup d’affirmations apportées.

Et même si des conseils de « végétarisme équilibré » sont donnés à la fin de l’ouvrage, on peut deviner ou sentir  entre les lignes une certaine désapprobation de la part de l’auteur…

Néanmoins dans ce livre, tout n’est pas critiquable de façon négative, des conseils étant quelque peu justifiés et raisonnables.

Ce sont plutôt le ton des oppositions et celui des affirmations sans forcément de preuves scientifiques à  l’appui qui laissent une grande place au doute et à une gêne certaine pour toute personne soucieuse d’aider autrui dans une démarche alimentaire.

Comment peut-on conseiller pour ne pas dire imposer le mode alimentaire omnivore pour l’homme alors que de nombreux points physiologiques sont approuvés par des études scientifiques et d’autres témoignages démontrant le contraire ?

Chaque être est différent en assimilant différemment !

Dans cet ouvrage « Dérives nutritionnelles et comportement suicidaire »  il n’est question de surcharge que pour les modes alimentaires décriés mais apparemment pas pour le mode omnivore…

Alors que ce mode créera normalement obligatoirement des déchets et que selon l’organisme qui le pratiquera,  la fragilisation intestinale pourra être tout fait voire certainement d’actualité (pain au blé – viandes et/ou poissons 2 fois par jour et/ou produits laitiers – sucres et même sodas « pour les inconditionnels »….néanmoins biologiques précisons-le encore).

Comment se passera alors la suite des événements ?

Il serait intéressant que ce même auteur puisse publier des témoignages d’ici quelque temps avec les réussites mais aussi les échecs possibles.

D’où serait issue l’agressivité humaine sinon des conséquences de désordres intestinaux ??…..

T.R.I.PE.S. = E.S.P.R.I.T.

Une alimentation saine doit permettre éviter cela.

Alimentation saine = sérénité de vie, première preuve d’une assimilation correcte.

Tout est question de mesure et non pas de démesure…

Rappel de 2 Citations de Fernand :

« Manger de tout un peu »

« On est ce que l’on assimile »

 

Et si certains sujets pour diverses raisons (par éthique - à cause de soucis de santé etc….) adoptent temporairement ou plus longuement des habitudes alimentaires différentes, que l’on ne se permette surtout pas de dire que ce sont des inepties qui vont obligatoirement devenir « Dérives nutritionnelles et comportement suicidaire » !!....

Rien ne permet d’être aussi affirmatif.

 

Toutes mes meilleures pensées à vous chers lecteurs et un grand Merci à Fernand pour la sagesse de son riche enseignement et la merveilleuse passerelle offerte par son blog !

 

Nadou

Naturothérapie - Nutri détoxicologie

 

 

Je dois dire que lors de notre formation de naturopathe on nous a dit que le chimpazé est le plus proche de l'homme et que nous détenons ensemble 98 % de gênes communs. Hors le chimpanzé consomme un peu de produits animaux, très peu, sauf exceptions. Donc il est facile d'en déduire que l'homme doit lui aussi manger de la viande. Ce n'est pas mon point de vue, les sous-produits animaux suffisent amplement. Je n'ai pas lu le livre de Robert Masson mais guérir avec des produits animaux ???? Là je rejoins parfaitement Nadou que je remercie pour cet article.

 

 

Publié dans santenature

Commenter cet article

Chauvaux Anne 03/02/2014 15:54


Merci pour avoir partagé toutes ces idées avec nous!

boisvert 03/02/2014 16:01



C'est Nadou qu'il faut remercier.



Roro 17/06/2013 02:44


Bonsoir Nadou et Boisvert


Je vous remercie tous les deux pour vos conseils Je vais en parler à ma fille dàs demain (décalage horaire) et je vous tiens au courant de la suite des évènements Encore merci

Nadou 16/06/2013 21:42


Bonsoir Fernand et Roro,


Pardon Roro mais je n'ai pas consulté le blog ces derniers jours.


Les laits proposés pour les bébés prématurés sont encore pire que les laits bébé classiques - nous avons été confronté à ce problème pour la venue de notre petit-fils qui était prématuré. Je
souhaite avoir un jour le temps d'écrire à ce sujet pour dénoncer les aberrations du système.


Le problème reste entier du fait que les enfants sont sous la responsabilité de la maternité et que les parents n'ont pas leur mot à dire (Dieu Médecine tout puissant)


il existe bien le lait MODILAC EXPERT RIZ 1er âge mais il ne serait pas à donner avant 3 mois bien que mon petit-fils l'ai eu avant. Ce n'est pas l'idéal mais c'est déjà moins pire!


Une autre alternative serait peut-être le lait de jument en poudre ou frais - il est cher mais je pense que ça vaudrait la peine
que les parents des 2 poupées proposent  cette solution quitte à en payer une partie. Il est possible de le commander frais pasteurisé en boutique biologique mais c'est une bonne solution
pour les bébés prématurés et de nombreux pédiatres sont d'accord à ce sujet.


Il faudrait sans tarder insister fortement auprès de la maternité pour que ce mode d'allaitement soit accepté et testé chez les petites Solène et Saïna!


Bonne chance dans cette démarche qui pourrait s'avérer être la meilleure solution un peu onéreuse mais la santé n'a pas de prix!


Je n'en connais pas d'autres solutions sinon la soupe avec laquelle on été nourris des bébés intolérants autrefois.


Surtout n'oubliez pas d'exposer cette solution avec diplomatie et calme si vous voulez qu'elle soit acceptée et tout ira bien!


Croisons les doigts,


bien amicalement!


Nadou


A très

roro 14/06/2013 03:54


bonsoir Boisvert et Nadou


Je reviens à la charge car mon post est resté depuis  sans réponse de la part de Nadou et je suis certaine qu'elle ne l'a pas vu Ma question concernait le lait de vache  donné aux BB
préma Une des petites régurgite en permanence et avait même du mal à respirer; ils refusent de revenir au lait de femme donné au cours de la première semaine prétextant son coût  Ma
fille a tout essayé mais le lait refuse de couler ; elle s'inquiète des conséquences du lait de vache  sur leur santé  Il y aurait il une alternative au lait de vache ? En ce moment
elles sont sorties de la couveuse et sont placées dans un berceau  sans aucun bbranchement Merci de me répondre afin que je puisse l'aider au mieux

boisvert 16/06/2013 16:44


Je le signale à Nadou !


Nadou 06/06/2013 09:04


Bonjour Fernand,


Ce n'est pas de ma colère dont j'ai parlé mais celle de l'auteur Robert Masson qui semble souvent s'exprimer par ce moyen.


En ce qui concerne les insectes et autres petits animaux vivant dans l'herbe, je pense qu'incontournablement  les ruminants en consomment.


Cependant j'ai interrogé des agriculteurs qui m'ont répondu être sceptiques à ce sujet car les ruminants sont plus "becs fins" que l'on ne pense et ce ne sont sûrement pas des quantités
considérables qui sont ingérées comme le dit Robert Masson. D'ailleurs les chèvres mangent du bout des dents et savent bien éliminer d'elles-mêmes ce qui ne leur convient pas - au même titre
qu'une vache n'ira pas brouter n'importe quoi, paraît-il.


Voilà quelques petites précisions pour conclure comme toi que ce ne sont peut-être pas les arguments parfaits pour inciter des sujets à consommer obligatoirement des protéines animales à 2 repas
par jour.


Et je pense que l'on n'a pas besoin  de crier pour convaincre : si les arguments sont logiques et bien fondés, cela doit passer sans le concours de la colère qui n'est vraiment pas
nécessaire!


Bonne journée à toi et à tous les lecteurs!


Nadou