Une entracte à la diététique ?

Publié le par boisvert

Les vacances approchent.

Les vacances approchent.

 

http://www.masantenaturelle.com

Un seul repas de malbouffe a un impact négatif immédiat sur votre santé

Une étude menée par des chercheurs du Centre ÉPIC de l'Institut de Cardiologie de Montréal, affilié à l'Université de Montréal, démontre qu'un seul repas de malbouffe, principalement composé de gras saturés, nuit à la santé des artères, contrairement à un repas de type méditerranéen, riche en bon gras comme les acides gras mono et polyinsaturés, qui a un effet neutre voire positif sur les artères. C'est le Dr Anil Nigam, Directeur du programme de recherche clinique au Centre ÉPIC et professeur associé à la Faculté de médecine de l'université, qui a dirigé cette étude et qui a fait connaître ces résultats lors du Congrès canadien sur la santé cardiovasculaire.

Mauvais gras vs. bon gras

L'étude du Dr Nigam visait à comparer les effets d'un repas de type méditerranéen à un repas de malbouffe sur l'endothélium vasculaire : la paroi qui tapisse l'intérieur du cœur et des vaisseaux. En mesurant la fonction endothéliale, il est possible de voir la facilité avec laquelle les artères se dilatent après une occlusion temporaire de 5 minutes, suivant la consommation d'un repas avec des bons ou des mauvais gras. Pour les chercheurs, cette analyse était révélatrice puisque la fonction endothéliale est étroitement liée au risque de développer une maladie coronarienne à long-terme. Les résultats sont probants.

L'étude révèle également que les participants ayant des niveaux sanguins plus élevé de triglycérides semblaient bénéficier davantage du repas santé. Leurs artères répondaient mieux au repas méditerranéen en comparaison de ceux ayant des niveaux de triglycérides plus bas. " Nous croyons qu'une alimentation de type méditerranéen pourrait être particulièrement bénéfique pour les individus qui ont des niveaux de triglycérides élevés, comme des sujets avec un syndrome métabolique, justement parce qu'elle pourrait aider à garder leurs artères en santé", a ajouté le Dr Nigam.

Repas méditerranéen vs. repas de malbouffe

Pour en arriver à ces résultats, 28 hommes non-fumeurs ont consommé deux repas à un intervalle d'une semaine. Avant de commencer, les participants ont subi une échographie de l'artère du pli du coude après un jeûne de 12 heures, et ceci afin d'évaluer la fonction endothéliale de base et permettre ainsi d'établir les effets de chaque repas.

Le premier repas, de type méditerranéen, était composé de saumon, d'amandes et de légumes cuits à l'huile d'olive, dont 51% des calories totales du repas provenaient des matières grasses, principalement des acides gras mono et polyinsaturés.

Le deuxième repas, de type malbouffe, était composé d'un sandwich comprenant une saucisse, un œuf et une tranche de fromage, en plus de trois patates hachées brunes, pour un total de 58% des calories totales provenant des matières grasses, très riche en acides gras saturés et sans aucun acide gras omega-3.

Enfin, deux heures et quatre heures après chaque repas, les participants ont subi une échographie de l'artère du pli du coude afin d'évaluer à nouveau la fonction endothéliale.

Au final, le Dr Nigam et son équipe ont démontré que les hommes ayant mangé un repas de malbouffe ont vu leurs artères se dilater 24 % moins bien qu'à l'état de jeûne. Par contre, à la suite de la consommation d'un repas de type méditerranéen, les artères des participants se sont dilatées normalement et ont maintenu une bonne circulation.

 

Ces résultats démontrent de façon spectaculaire que notre façon de nous alimenter au quotidien a une répercussion immédiate sur notre physiologie et notre état de santé. Il s'agit ici d'une expérience qui a examiné uniquement la flexibilité artérielle, et vous savez à quel point la circulation est importante, ce qui a fait dire au Dr Salmanoff qu'il n'y a aucune maladie s'il n'y a auparavant un trouble circulatoire. Mais on imagine aisément que de nombreux autres facteurs physiologiques de l'organisme, comme le système immunitaire, seront également affectés par la malbouffe.

Cette expérience est extrêmement intéressante parce que nous autres,  gourmands, cherchons des excuses pour nous permettre de temps en temps  une petite entorse à une diététique saine.

Je me souviens lors de mes études de naturopathie, du Biologiste PV MARCHESSEAU, qui parlait de cela et il se permettait lui aussi une petite entr'acte à la diététique, une fois par semaine, il s'offrait un petit repas au restaurant et bien sûr, il essayait de lui trouver une justification pour la santé. Personnellement, je comprends sa démarche, pas de frustration, on est comme tout le monde, mais je ne la justifie pas. C'est de la pure gourmandise et je suis gourmand moi aussi, j'apprécie un repas au restaurant, mais ce n'est jamais bon pour la santé. On peut se dire qu'une fois n'est pas coutume, c'est vrai, mais on ne peut plus dire, "ce n'est pas grave, et ça ne tire pas à conséquence". Maintenant on sait, HELAS !!!

Notre manière de nous alimenter a un impact immédiat sur notre état de santé !

De cela, je peux en témoigner, puisque tout récemment nous avons fait une virée en Corse avec mon épouse. Hotel, restaurants, un plaisir, engendré par des dizaines d'années d'habitudes et de malbouffe. Mais voilà qu'en quelques 8 jours seulement, je me suis rapidement souvenu que j'étais vieux. J'avais des douleurs (de vieux) un peu partout. Je me réveillais avec des raideurs dans le cou, dans le dos, même dans les pieds. Au point de vue digestif, ce n'était guêre mieux. 3 jours après être revenu et avoir repris l'alimentation paléo, me revoilà comme un sou neuf, envolé les douleurs. Les glucides nous font vraiment vieillir plus vite et nous tuent chaque jour un peu plus. Il faut en prendre conscience pour s'en éloigner et les fuir comme la peste. Je ne voudrais pas vous miner vos vacances mais pensez-y, vous qui allez partir en congés, on part léger et content, et on revient bien lourd, à tous points de vue, sauf le portefeuille.

Fernand Joubert

 

Source : http://www.masantenaturelle.com

Tags : paléo, douleurs, glucides, acides gras saturés, malbouffe.

Commenter cet article

Fontaine a eau 30/11/2016 08:37

Buvez buvez c'est la santé

Jimmy 03/10/2016 18:31

Bonjour

Très intéressante

merci

isabelle 22/08/2016 15:07

Merci pour toutes ces informations précieuses et claires.

Bébert 06/07/2016 02:05

Le beurre (70% de gras saturé) est une formidable source d’énergie, il ne fait pas grossir car les acides gras à chaine courte et moyenne ne sont pas stockés dans les tissus adipeux (comme tous les gras animals), par contre le gras que vous accumulez dans votre organisme lui est composés en majorité d’acides gras à longue chaine qui proviennent d’huile d’olive, d'huiles polyinsaturées etc etc et des glucides converti par notre foie en triglycérides.

Boisvert 06/07/2016 04:56

Bonjour Bébert,
Merci pour ces précisions. Hélas rien que le mot saturé fait peur. Matraquage et désinformation, nous sommes conditionnés et ces gras saturés, si précieux pour nos cellules, ont été tellement accusés de tous les maux que 70%, comme l'huile de noix de coco, ouaouhh ! on va mourir tout de suite d'un infarctus.

malejo 02/07/2016 17:10

Bonjour
Donc, si j'ai bien lu, les chercheurs du centre EPIC nous incitent à manger du saumon bourré de mercure et d'éviter les oeufs. Ah bon ? Pourtant le docteur Perlmutter écrit dans son best seller : "je suis obligé de dire du bien des oeufs...." (voir la suite page 283)
Je découvre aussi que les graisses saturées sont à exclure et qu'il faut privilégier les graisses polyinsaturées. Ah bon ? J'ai lu dans votre blog que les graisses saturées ont un effet protecteur contre le cancer alors que les huiles polyinsaturées non hydrogénées augmentent le risque de cancer.
Je viens aussi de lire dans "Vive l'alimentation cétogène" du docteur Alexandra Dalu qu'une étude de 2014, des chercheurs de l'université de Cambridge affirme qu'il n'y aucun lien entre la consommation de graisses saturées et l'augmentation du risque cardiovasculaire.
Alors qui faut il croire ?
Bon après midi

malejo 02/07/2016 19:56

Merci Boisvert pour vos précisions très claires.
Bonne soirée
.

Boisvert 02/07/2016 19:17

Bonjour,
Le gras saturé peut être très mauvais lorsqu'on les prend dans une alimentation très glucidique. Parce qu'à ce moment-là les gras ne sont pas consommés par l'organisme, il ne se nourrit que de glucose (mitochondries). Mais nous qui connaissons le cétogène et le paléo, surtout ne changez rien, consommez les huiles saturées comme le beurre ou l'huile de noix de coco. Et souvent c'est vrai il faut savoir faire la part des choses et trier.
Garder le cap !