DOULEUR ET DIETETIQUE

Publié le par boisvert

 

Nous avons vu que l'inflammation était à la base de très nombreuses maladies et qui dit inflammation dit également douleurs qui vont avec. Et la douleur, ce n'est pas facile à faire disparaître. C'est ici que l'allopathie se frise les moustaches car elle est bien pourvue en médicaments de toutes sortes pour éliminer ces petites misères qui nous pourrissent la vie. Hélas pour la médecine allopathique, ce n'est pas la panacée non plus car ces médicaments ne soignent rien, n'éliminent pas la cause et par ailleurs, ils sont tous toxiques. En effet, s'ils ne sont pas toxiques ils ne sont pas efficaces. Mais ces médicaments anti-inflammatoires, comme les salicylés (genre aspirine) et l'ibuprofène (genre Advil), les corticostéroïdes, sont tous agressif pour notre précieuse muqueuse intestinale. Ils masquent momentanément la douleur, mais ça n'a pas l'air de déranger grand monde, ce sont les remèdes officiels, les scientifiques ont agréé ces médicaments, donc, les malheureux qui souffrent sont bien obligés d'en passer par là. La douleur revient forcément, l'inflammation s'installe et ce qui était une simple inflammation devient une maladie chronique, douloureuse, sournoise, handicapante et surtout incurable. C'est ainsi que l'on voit poindre dans nos vies de douces compagnes comme l'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde, la fibromyalgie, le diabète de type 2, la sclérose en plaques, etc... La conclusion c'est que notre pauvre médecine est incapable de nous aider de façon efficace et DURABLE pour toutes ces maladies inflammatoires chroniques.

C'est vrai aussi que, nous les premiers, nous ne supportons pas de souffrir et il faut à tous prix que la douleur cesse instantanément. Nous n'allons pas chercher le pourquoi du comment, il faut que ça cesse. Alors pourquoi pas, puisque des médicaments existent et qu'ils peuvent nous empêcher de souffrir, autant les utiliser. C'est une médecine d'urgence et quelquefois elle est là. Le plus triste serait de ne pas se poser la question ensuite du POURQUOI cette souffrance. Et le plus triste aussi c'est que la plupart d'entre nous, bien aidés par les médecins allopathes, ne se posent aucune question et le « traitement » s'arrête là. L'autruche. Plus de douleur, donc plus de maladie....pour quelques jours.

Mais nous, nous savons que toute inflammation prend sa source au niveau de notre intestin grêle, et comme la douleur est la suite logique de l'inflammation, il est donc logique de s'occuper de cet organe en priorité.

Alors bien sûr on peut se mettre à jeûner et guérir complètement et définitivement. Mais on ne peut jeûner continuellement, il nous faut donc trouver une autre solution. Et il n'y en a qu'une. C'est par l'alimentation que le mal est venu, c'est par l'alimentation que nous allons le chasser.

La muqueuse de notre intestin grêle déploie une surface d'environ 100m2, et elle est constamment agressée, par des aliments inapropriés comme les laitages, les céréales à gluten, les aliments raffinés, comme les farines et les sucres, par la suralimentation, mais aussi par des médicaments avec comme chef de file les antibiotiques qui ravagent littéralement notre flore intestinale, elle qui doit être le garant de notre système immunitaire. Mais il n'y pas qu'eux, tous les anti-inflammatoires sont agressifs pour notre muqueuse, les pesticides, les polluants de toutes sortes sont des ennemis de nos bienveillantes enzymes. Et lorsque ces enzymes n'arrivent plus à réduire les aliments en molécules suffisamment petites, il se produit des phénomènes de putréfaction dans nos intestins et c'est le point de départ de la destruction de la paroi du grêle. Et elle qui devait jouer le rôle de barrière protectrice vis-à-vis des plus grosses molécules devient ainsi inefficace.

Donc il n'y a qu'une conduite à tenir il faut réformer notre alimentation. Le seul fait d'éliminer les céréales à gluten et les laitages suffit. Le Docteur Seignalet a constaté que pratiquement tous ses malades suivis pour des inflammations chroniques douloureuses étaient guéris ou grandement améliorés par sa technique alimentaire. Non seulement ils ne souffraient plus, très rapidement, mais l'élimination de ces aliments inapropriés permettait également de retrouver graduellement des fonctionnalités perdues, lorsque, bien sûr, la maladie n'avait pas définitivement détruit les tissus en question. Mais de cela nos médecins n'en ont jamais entendu parler, et d'ailleurs posez leur la question, et ils vous répondront invariablement qu'il n'y a aucun lien entre la diététique et ce genre de maladies inflammatoires. Et ce n'est pas une vue de l'esprit, je l'ai moi-même entendu récemment. Un exemple parmi tant d'autres, en Finlande gros consommateurs de produits laitiers, on dénombre 36 fois plus de diabète de Type 1 qu'au Japon où l'on consomme très peu de produits laitiers, mais non, ça n'a pas de rapport.

Jacqueline LAGACE, directrice d'un laboratoire de recherche en microbiologie et immunologie était une personne très handicapée, aux genoux, au dos, et surtout aux mains. L'arthrose la bloquait de plus en plus, mais elle n'a pas renoncé après avoir pu constater que l'allopathie était complètement impuissante non seulement à la soulager mais à freiner l'évolution de la maladie. En cherchant sur internet, elle est tombée sur les travaux du dr Seignalet et ce fut pour elle la lumière car, étant donné sa formation, elle a tout de suite compris que cela pouvait être la solution pour elle.

Et elle s'est lancé avec une belle détermination dans le « sans lait et sans gluten ». Elle témoigne dans son livre (1) qu'après seulement 10 jours de régime, ses douleurs aux mains, insupportables jusqu'alors, s'étaient complètement éteintes. A partir du 3ème mois de suivi du régime elle a recommencé à redevenir graduellement capable de plier une à une différentes articulations bloquées de ses doigts. Au bout de une année elle eut des améliorations sensibles des genoux et de la colonne vertébrale qui avaient été affectés par l'arthrose depuis 20 ans. Fini les douleurs en se redressant après une longue station assise ou simplement le matin au réveil. Evidemment on peut dire que ce n'est pas instantané, mais la guérison n'est pas superficielle, elle est profonde, durable, et elle ouvre les yeux sur les causes de ces handicaps et permet ainsi de ne plus y retourner.

L'arthrite en fait englobe une centaine d'affections différentes, dont les plus connues sont la polyarthrite rhumatoïde, l'arthrose, la fibromyalgie, la goutte, le lupus érythémateux, la sclérodermie, la spondylarthrite ankylosante, le syndrome du canal carpien, etc... Toutes ces maladies ont la même origine et peuvent donc être soignées de la même façon. Comme je le répète depuis toujours, soignez votre intestin et vous soignez tout en même temps, ce n'est pas compliqué, mais pour nos scientifiques ce doit l'être. Heureusement, beaucoup d'entre eux commencent à ouvrir les yeux, comme le dr Seignalet a pu le faire et beaucoup d'autres. Hélas, les bons toubibs ce sont ceux qui ont été malades. C'est peut-être pour cela que ce cher docteur Seignalet est parti trop tôt, mais avant, il a su ouvrir une porte que commence à emprunter beaucoup de monde. Curieusement c'est la maladie qui permet aux hommes de se remettre en question et d'avancer dans le bon sens. "Nul ne se connait tant qu'il n'a pas souffert" et comme le disent les orientaux, « plus grand la face et plus grand le dos », ce qui signifie qu'aujourd'hui la misère et le malheur mais demain la lumière et le bonheur. Ou encore « à quelque chose malheur est bon ». C'est la maladie qui façonne les meilleurs médecins et permet les plus grandes avancées.

Ces états d'inflammations chroniques nécessitent 2 conditions, car nous avons tous reçu un capital génétique que nous ne pouvons pas modifier. Nos parents ne nous ont pas transmis que le fruit de leur labeur, ils nous ont également transmis des faiblesses constitutionnelles avec lesquelles nous devrons compter. Ces faiblesses, même si elles sont importantes ne pourront se manifester que lorsque le deuxième facteur sera là lui aussi. Ce cofacteur, ce sont les conditions de vie de chacun d'entre nous et surtout bien sûr, l'alimentation. Nous sommes ce que nous mangeons et la vie se chargera de nous éduquer à ce sujet, pour ce qui veulent bien écouter, là aussi.

Et on nous apprend par exemple que le blé de nos ancêtres ne possédait que 7 paires de chromosomes. Notre blé dur (celui qui permet de fabriquer les pâtes et la semoule) en a aujourd'hui 14 paires, après maintes recombinaisons et transformations. Le blé Kamut en a 14 paires lui aussi mais mieux encore, le blé tendre, qui permet la fabrication du pain, de la farine, de nos petits gâteaux, etc... en a 21 paires. Il faut donc que notre organisme s'adapte à toutes ces mutations mais lui, il est toujours le même. La seule céréale qui a bien résisté c'est le riz qui retrouve toujours sa condition initiale et qui a aujourd'hui encore 12 paires de chromosomes, c'est quand même mieux.

Là encore, nos détracteurs vont dire que c'est l'effet placebo qui est en cause, car celui qui a reçu une très bonne hérédité peut très bien supporter ces céréales mutées et donc vous rétorquer que c'est dans nos têtes de malades que cela se passe. Alors je ne veux pas nier l'effet placebo qui existe bel et bien mais nous ne sommes pas dans ce cas, loin de là.

Tiens, une petite parenthèse au sujet de l'effet placebo, une anecdote très intéressante. Elle me vient de ma plus jeune fille qui est infirmière. Elle me racontait récemment que ses collègues et elle étaient constamment ennuyées par un malade qui était sous morphine et il ne voyait jamais l'heure où on lui faisait prendre sa dose. Et il les harcelait au point que, après s'être concertées, elles ont décidés de tenter une expérience pour savoir si cette tension ne lui venait pas de son mental déficient. Alors elles l'ont préparé mentalement dès le matin en lui disant qu'elles avaient reçu pour lui une nouvelle molécule, bien plus forte que celle qu'il prenait, et qu'ainsi il serait plus calme. Et le soir, on lui a donné cette nouvelle molécule miraculeuse (de l'eau distillée). Lui, persuadé qu'on venait de lui administrer un médicament efficace, a dormi comme un bébé jusqu'au matin, et ceci sans sa dose de morphine. On peut dire que l'effet placebo a fonctionné à 100%.

Mais toutes les études démontrent qu'aucun placebo ne peut atteindre les taux de réussite que le dr Seignalet a obtenu auprès de ses malades et surtout ne peut permettre les guérisons ou rémissions de 91 maladies inflammatoires chroniques. Mais peut-être que certains médecins ne peuvent pas admettre tout simplement que ce soit le patient lui-même qui arrive à guérir une maladie qu'eux, les scientifiques et connaisseurs, sont incapables de guérir. C'est en effet inconcevable et intellectuellement inacceptable. C'est trop simple, trop bon marché et cela remet en cause les énormes intérêts pharmaceutiques et agroalimentaires. Alors mieux vaut avaler des pilules et être pris en charge par un toubib. Un mal-voyant conduit par des aveugles, ça a de la gueule. La médecine allopathique a tellement fait fausse route qu'elle a compartimenté notre organisme. Et il y a le médecin des yeux, l'autre du foie, l'autre des rhumatismes, l'autre de la gorge, ainsi vous êtes sûrs de n'avoir qu'une partie de votre corps qui pourra être guérie. La vision globale ne les effleure même pas.

Par contre essayez la médecine globale, c'est à dire par le biais de l'alimentation et non seulement vous allez oublier cette douleur qui vous tenaillait mais vous allez tout soigner en même temps. Vous allez éviter des maladies comme le cancer, les maladies cardio-vasculaires, la maladie d'Alzheimer, le diabète de type 2, et autres joyeusetés.

Voilà ce que l'on peut dire sur les techniques naturelles de traitement de la douleur. Le soulagement n'est pas instantané, demande de gros efforts alimentaires, réclame également de se prendre en charge totalement, ce que l'on ne nous a pas habitués à faire, mais la récompense est au bout du chemin et ce sera une victoire complète, non seulement sur la maladie mais aussi sur vous, vous en ressortirez grandi et beaucoup plus fort qu'avant. Vous saurez que vous n'êtes plus à la merci de ce genre de maladies et de beaucoup d'autres que vous saurez guérir de la même manière. Et cerise sur le gâteau, vous n'êtes plus à la merci de tous ces rapaces qui ne pensent qu'à s'enrichir au dépens de votre santé.

 

Source :  (1) "Comment j'ai vaincu LA DOULEUR et l'inflammation chronique par l'ALIMENTATION" de Jacqueline LAGACE, Editions Thierry SOUCCAR

 

Publié dans santenature

Commenter cet article

Sophie 06/02/2014 13:42


J'ouvre le site du Dr Seignalet, et je lis "supprimez tous les laits animaux"... j'ai ma réponse :(

boisvert 06/02/2014 13:50



Voilà !



Sophie 06/02/2014 13:03


Pardon de vous solliciter encore une fois... mais j'ai besoin d'un éclairiage pour ma lanterne de débutante : quand on dit de supprimer les laitages, entend-on par là également le lait de brebis,
de chèvre... ? car je constate au gré de mes recherches que de nombreuses personnes qui ont supprimé le lait pour des allergies mangent des yaourts et des fromages au lait de brebis. Quand
on veut réduire une inflammation, du moins quand on en a l'espoir (nevralgie pubienne et douleurs neuropathiques), ces "laitages" sont il vraiment permis dans cette éviction ? Instinctivement
j'aurai dit non, mais vu le nombre de consommateurs croisés, j'ai un doute...

boisvert 06/02/2014 13:49



Hélas, la réponse est non. Tous les bébés sécrètent de la présure pour cailler le lait, les adultes n'ont plus cette enzyme et donc pour eux tous les laits sont indigestes. Comme dans la nature.
Aucun animal sauvage aprsè la période de sevrage ne prend plus de lait.



rosetta 11/01/2014 13:33


Un grand MERCI pour votre réponse rapide


Bonne continuation pour votre travail excellent

Rosetta 11/01/2014 02:45


Bonsoir Boisvert


Je ne savais pas que les légumes avaient aussi des chromosomes comme l'homme


Accepteriez vous de m'éclairer un peu Merci d'avance

boisvert 11/01/2014 06:18



Bonjour Rosetta,


Tout ce qui vit possède des chromosomes, animaux, plantes, arbres, légumes, fruits. C'est ce qui nous permet de dire que les légumes d'aujourd'hui ne sont plus les légumes d'antan, comme dans le
cas du blé.



sibille 09/12/2013 12:57


Merci Boisvert, je suis d accord et j essaie de supprimer gluten et laitages. Les laitages facile mais le gluten à cause des enfants qui viennent manger (nous sommes italiens) est plus difficile
à supprimer, ce serait remettre parfois en cause la convivialité d un repas mais je me rends compte de l obligation d y passer (le blé muté..... je comprends bien que mon corps va en souffrir).
Je dois m y mettre avant la destruction totale de mes glandes, cela avance à gde vitesse et c est ma vie tout simplement qui est en jeu. Merci pour vos infos et conseils précieux

boisvert 09/12/2013 13:57



Je reconnais qu'en matière de pâtes et de pain, la diététique sans gluten n'a pas l'équivalent en matière de goût. Je sais aussi que la convivialité en souffre car je mange sans lait et sans
gluten, autant que je le peux, en tous cas  tous les jours de la semaine. En plus si vous êtes italiens c'est un handicap supplémentaire, là-bas c'est la tradition des bonnes pâtes, mais je
pense hélas que ce serait encore la meilleure solution pour vous. C'est vous le médecin, vous savez que vous pouvez solutionner cette maladie auto-immune, alors....


Bon courage !