CHIMIOTHERAPIE OU RIEN ?

Publié le par boisvert

Ce sont des scientifiques qui l'ont instaurée, et le commun des mortels fait entière confiance. Lorsqu'il est malade il remet sa vie entre les mains de ces messieurs, c'est forcément ce qui se fait de mieux en matière de soins.

Pourtant une curieuse statistique est sortie qui met en lumière une chose stupéfiante. Lorsque les médecins sont atteints par cette terrible maladie qu'est le cancer, 75% d'entre eux refusent la chimiothérapie et les soins mis en place pour les autres patients. Le Centre du Cancer de l’université McGill au Canada a envoyé un questionnaire à 118 médecins spécialisés dans le cancer des poumons afin de déterminer le degré de confiance qu’ils accordaient aux produits que les scientifiques de l’université étaient en train d’évaluer. On leur demandait d’imaginer qu’ils avaient un cancer et de dire quel médicament ils choisiraient parmi six autres en cours d’essais. Il y eut 79 réponses des médecins, parmi lesquelles 64, soit 81 % n’accepteraient pas de participer aux essais de la chimiothérapie à base de Cisplatine qu’ils étaient en train de tester et 58 autres médecins parmi les mêmes 79, soit 73 %, estimaient que les essais en question étaient inacceptables, étant donné l’inefficacité des produits et leur degré élevé de toxicité.

De son côté, le Dr Ulrich Abel, épidémiologiste allemand du Centre du cancer de Heidelberg-Mannheim, a passé en revue tous les documents publiés sur la chimiothérapie par plus de 350 centres médicaux à travers le monde. Après avoir analysé, pendant plusieurs années, des milliers de publications, il a découvert que le taux global de réussite de la chimiothérapie à travers le monde était « lamentable », seulement 3 %, et qu'il n’existe tout simplement aucune preuve scientifique indiquant que la chimiothérapie pouvait « prolonger de façon sensible la vie de patients souffrant des cancers organiques les plus courants ». Il qualifie la chimiothérapie de « terrain vague scientifique » et affirme qu'au moins 80 % de la chimiothérapie administrée à travers le monde est inutile et s'apparente aux « habits neufs de l'empereur », alors que ni le docteur ni le patient ne souhaitent renoncer à la chimiothérapie. Le Dr Abel a conclu : « Nombre de cancérologues tiennent pour acquis que la chimiothérapie prolonge la vie des patients. C'est une opinion fondée sur une illusion qui n'est étayée par aucune des études cliniques ». Cette étude n’a jamais été commentée par les grands médias et a été entièrement enterrée. On comprend pourquoi.

Cette longue liste de publications, toutes négatives et non exhaustives quant aux « bienfaits » de la chimiothérapie, pourraient s’expliquer par les travaux de certains chercheurs de la Harvard Medical School à Boston (USA), qui ont constaté que deux médicaments utilisés en chimiothérapie provoquent le développement de nouvelles tumeurs, et non pas le contraire ! Il s'agit de ces nouveaux médicaments qui bloquent les vaisseaux sanguins qui « nourrissent » la tumeur. Les spécialistes les appellent traitements « anti-angiogénèse ». Ces médicaments, le Glivec et le Sutent (principes actifs, imatinib et sunitinib), ont un effet démontré pour réduire la taille de la tumeur. Cependant, ils détruisent de petites cellules peu étudiées jusqu'à présent, les péricytes, qui maintiennent sous contrôle la croissance de la tumeur. Libérée des péricytes, la tumeur a beaucoup plus de facilité à s'étendre et à « métastaser » dans d'autres organes. Les chercheurs de Harvard considèrent donc maintenant que, bien que la tumeur principale diminue de volume grâce à ces médicaments, le cancer devient aussi beaucoup plus dangereux pour les patients !

Alors nous, les petits, qui n'avons pas accès à toutes les informations reçues par les médecins, nous n'avons plus qu'à gratter à droite et à gauche pour savoir ce qu'il en est réellement. Et ce que nous apprenons est encore plus ahurissant.

Par exemple cette étude faite par des chercheurs de Washington. Ils ont découvert par hasard une vérité mortelle sur la chimiothérapie. La chimiothérapie induit la libération d'une protéine (WNT16B) dans les cellules saines qui aide à encourager la survie et la croissance des cellules cancéreuses. Il en résulte que la chimiothérapie est non seulement inutile, polluante, mais qu'en plus elle est dangereuse et qu'au contraire elle active plutôt la croissance et l'étendue des cellules cancéreuses, les rendant plus difficiles à éliminer une fois que la chimiothérapie a été démarrée.

On parle même d'une vaste escroquerie, car n'oublions pas que c'est la méthode standard de traitement du cancer aujourd'hui et que c'est pourtant un fiasco total.

Ralph Moss est un scientifique non médecin qui étudie le cancer depuis des lustres. Il écrit des articles sur le sujet dans de prestigieux journaux, tels que leLancet, le Journal of the National Cancer Institute, le Journal of the American Medical Association, le New Scientist, et a publié un ouvrage The Cancer Industry[2] : « Finalement, il n’existe aucune preuve que la chimiothérapie prolonge la vie dans la majorité des cas, et c’est un grand mensonge d’affirmer qu’il existe une corrélation entre la diminution d’une tumeur et l’allongement de la vie du patient. » Il avoue qu’il croyait autrefois en la chimiothérapie, mais que l’expérience lui a démontré son erreur : « Le traitement conventionnel du cancer est tellement toxique et inhumain que je le crains davantage que mourir d’un cancer. Nous savons que cette thérapie ne marche pas — si elle marchait vous ne craindriez pas davantage le cancer qu’une pneumonie. […] Cependant, la plupart des traitements alternatifs, quelles que soient les preuves de leur efficacité, sont interdits, ce qui oblige les patients à se diriger vers l’échec car il n’ont pas d’alternative.

Et là, je ne peux m’empêcher de repenser à ce cher docteur André GERNEZ qui criait au loup depuis longtemps, avait parlé de "scandale du siècle", et avait trouvé des éléments qui étaient pour le moins aussi efficaces que les traitements officiels sans en avoir la toxicité, à savoir la mise en acidose du terrain qui permettait aux cellules saines de survivre alors que les cellules cancéreuses ne le pouvaient pas.

Le Docteur Jacques Lacaze, diplômé de cancérologie et ardent défenseur des travaux du Dr Gernez sur le sujet, estime que la seule vraie solution est la prévention. C'est lui qui a présidé la rencontre médecins - naturopathes à laquelle j'ai participé pour la mise en place d'un protocole anticancer selon les principes du dr André Gernez, je lui laisse la parole.« En effet, un cancer a une vie cachée de 8 ans en moyenne. Durant cette longue période, l'embryon de cancer est très vulnérable, un rien peut le faire capoter. TOUS les spécialistes admettent cette réalité, mais très peu d'entre eux préconisent une politique de prévention. Pourtant, elle est facile à mettre en œuvre. Nous savons que la courbe d'incidence du cancer démarre vers 40 ans, donc qu'un futur cancer s'installe vers 32 ans. L'étude SUVIMAX a montré qu'une simple complémentation en vitamines et sels minéraux suffisait à faire baisser cette incidence de cancers d'environ 30 %. Cette étude a duré 8 ans. Aucune conséquence en politique de santé publique n'en a été tirée. Bien entendu, l'industrie pharmaceutique ne veut pas en entendre parler : on ne scie pas la branche sur laquelle on est assis. Le corps médical est sous la coupe des “grands patrons” qui font la pluie et le beau temps et qui sont grassement rémunérés par cette industrie (cherchez sur internet, vous verrez que la plupart de ces grands patrons émargent d'une façon ou d'une autre à un laboratoire). Et la majorité des médecins de base suivent sans broncher ! Et malheur à ceux qui pensent le contraire et qui contestent chimiothérapie ou vaccins ou antibiothérapie. […] Je dois ajouter, car cela correspond à ma pratique et à des études réelles faites par quelques services spécialisés, de nombreux produits qualifiés de complémentaires ou alternatifs sont efficaces, mais interdits et pourchassés par les autorités aux ordres de l'industrie pharmaceutique. »

Pour en savoir plus, sur la prévention des cancers, vous pouvez consulter le site gernez.asso.fr

La conclusion c'est que la chimiothérapie diminue les chances de retrouver la santé. Comme toujours, on lutte contre la maladie et on oublie le malade. Et certains parlent de victoire, ils ont tué le cancer, en oubliant qu'ils ont également tué le malade. La technique est totalement sans valeur, elle est toujours au détriment du patient cancéreux.

La chimiothérapie endommage également l'ADN des cellules saines de façon irréversible, ce qui provoque des lésions à long terme très longtemps après le traitement par chimio. On pourrait utiliser la chimio pour provoquer le cancer, mais non, je vous assure, c'est le traitement du cancer.

Une pensée d'un médecin lucide mort en 2000, un des plus grands spécialistes du cancer aux Etats-Unis, le dr Glenn Warner :

"Nous avons une industrie à plusieurs milliards de dollars qui tue les gens juste pour un gain financier. Leur idée de recherche est de voir si deux doses de ce poison valent mieux que trois doses de ce poison". Cocasse !

La grande erreur c'est de se concentrer comme toujours sur la maladie au lieu de se concentrer sur le malade. On essaie de tuer le cancer, mais le problème c'est que ces produits tuent autant de cellules saines que de cellules cancéreuses, et en particulier les cellules à reproduction rapide, c'est à dire le sang. Le traitement est capable de mettre dans un état déplorable n'importe quelle personne en pleine santé. Cela me rappelle une formule de mon professeur de naturopathie, Mr MARCHESSEAU, que j'avais trouvée excellente, c'est pour cela qu'elle est déjà sortie plusieurs fois dans ce blog : "Comment peut-on faire de la santé avec des médicaments qui rendent malade une personne saine ?".

Mais nos scientifiques ont toujours opéré comme cela, une médecine par les poisons. Au XIXème siècle, on prescrivait un remède à base de mercure appelé Calomel, qui soignait soi-disant toutes les maladies et ainsi les médecins tuaient leurs malades par empoisonnement, avec la bouche en cœur.

Pourtant, au regard de la statistique des 75% de médecins qui refusent la chimiothérapie, ces messieurs SAVENT que la chimiothérapie tue plus qu'elle ne guérit. Alors pourquoi on ne change pas le fusil d'épaule ? Ils ont signé le serment d'Hypocrate ou celui d'hypocrite ?

Et bien parlons-en un peu, vous allez comprendre pourquoi ! Une seule séance de chimiothérapie peut coûter jusqu'à 6000 euros. En faisant un petit calcul rapide, prenant en compte le nombre de cancéreux traité par chimiothérapie, pour les labos c'est environ entre 5 et 6 milliards d'euros qui tombent dans leur escarcelle (et qui sortent de la sécurité sociale, donc de notre poche). Devant ces profits gigantesques, comment voulez-vous que ces messieurs des labos qui s'engraissent à nos dépens, mettent en place des recherches qui iraient contre leurs intérêts. Ils n'ont aucun intérêt à ce que le cancer soit éradiqué. Il y va de leur santé financière, de leur prospérité, et parce que ce sont eux qui financent les recherches, la boucle est bouclée, vous avez tout compris.

J'ai lu quelque part sur internet : Un jour un haut responsable de grands laboratoires pharmaceutiques, dont l'épouse a été guérie "illégalement" d'un cancer de la langue, témoigne que dans leur métier, ils avaient des recommandations pour n'orienter aucune recherche contre le cancer.

Et si on se penche sur les déclarations de certains docteurs, professeurs et scientifiques, on se rend bien compte que cette méthode de soins va dans le mur, et nous avec. On en arrive à cette désastreuse statistique :

Selon les associations médicales, les effets secondaires dangereux des médicaments représenteraient aujourd'hui la 4ème cause de mortalité après l'infarctus, le cancer et l'apoplexie. On ne nous soigne pas, on nous tue.

Mais alors, que faire ?

Et bien cela aussi on nous le cache. Depuis très longtemps, le cancer se guérit, on a passé sous silence le pouvoir de toutes les diététiques qui ont permis à des malades d'extirper leur cancer.

On trouve ici le JEUNE, la Macrobiotique, l'alimentation entièrement crue, les cure de Breuss, la méthode Gerson, la toute simple restriction alimentaire, la mise en acidité du dr Gernez, et tout récemment les alimentations cétogène et paléo. Et de nombreux compléments alimentaires ont également fait leurs preuves : La vitamine B17, de simples noyaux d'abricot, Desmodium, Panaceo (roche volcanique), Ganoderma lucidum, Germanium, jus de noni, (Morinda Citrifolia), citron, Corossol ou Graviola, Curcuma, les produits Beljanski, et j'en oublie très certainement. Mais ces noms barbares ne vous sont pas familiers, bien sur. Certains ont fait l'objet d'articles dans ce blog, vous pouvez vous y reporter.

Je vous rappelle que pour la seule méthode du dr André Gernez, la Vie Claire avait édité une brochure avec pour titre "le cancer est vaincu" à 1 million d'exemplaires, mais vous pensez bien que ne manger qu'un repas par jour pendant 40 jours ce n'est pas trop sérieux, pas suffisamment scientifique, et ça ne profitait à personne. Le génie du dr André Gernez est tombé aux oubliettes, pourtant c'était déjà la restriction alimentaire et le pouvoir de, non seulement guérir le cancer, mais opérer sur le malade un rajeunissement extraordinaire.

On peut faire vivre l'enfer à nos cellules cancéreuses, mais chut, ça n'est pas très sérieux tout cela, surtout ça n'est pas scientifique, cela détruirait notre économie, la bourse s'effondrerait, ça ne rapporte rien à personne, un véritable cataclysme, et si c'était vrai ça se saurait, vous voyez il y a des tonnes d'arguments contre, n'en parlez surtout pas autour de vous, on vous enfermerait dans un centre psychiatrique.

Et pour terminer je vous mets le lien de l'exceptionnelle émission diffusée sur Arte le 6 Mars 2015, qui parle du jeûne et de ses effets, de la cétose provoquée. A noter les cures de jeûne sont remboursées en Allemagne. Ne ratez pas ce moment unique.

http://www.arte.tv/guide/fr/043980-000/le-jeune-une-nouvelle-therapie?gclid=CIKG5bzXlcQCFQbItAodFwoAcg

Commenter cet article

Nadou 27/03/2015 17:28

Coucou Fernand,
Merci pour cet article si révélateur auquel je prends enfin le temps de répondre.
Quand on n'est pas concerné par le "vilain crabe", certains seront tentés de dire que les traitements allopathiques sembleraient en guérir plus d'un..... je précise semblerait, c'est-à-dire l'inconditionnel....
vaste blague en réalité !!!! même s'il y a une plus ou moins longue rémission, le crabe refera surface tôt ou tard parce que justement la médecine aurait empêché ou court circuité le vrai travail de nettoyage de l'organisme. Alors face à lui quand on est concerné, plusieurs scénarios :
- soit le ciel nous tombe sur la tête et on baisse les bras en laissant libre cours à la maladie et en confiant sa vie à la médecine allopathique en commençant à compter les jours......
- soit on se bat contre le "vilain" avec l'aide médicale conventionnelle en tentant d'empêcher une issue fatale.

- soit éventuellement (ce qui est plus rare) on accepte la leçon de vie en laissant l'organisme exprimer quelque chose de profond, en refusant d'abord toute consultation allopathique qui ne vous laissera aucun autre choix que le sien, en réfléchissant à l'adaptation d'un nouveau mode de vie et en évitant surtout de penser que cette maladie pourrait amener la mort !....
Le Médecin intérieur veille et les capacités d'auto-guérison existent.
Bien évidemment de sales moments à passer seront inéluctables - des témoignages sont là pour en attester - et on ne sait absolument pas combien de temps un organisme prendra pour retrouver la santé.... cela peut durer des mois voire des années.
Ce qui sera encore plus difficile dans cette situation, c'est qu'il faudra être confiant malgré tout en mettant le moins de gens ou d'amis au courant de l'histoire car en fonction des symptômes ces personnes dans la confidence ne pourront s'empêcher de vous conseiller de consulter malgré tout, ne serait-ce que pour avoir un diagnostic soi-disant "valable" et des analyses confirmatives....
Mais que croyez-vous??
Est-ce qu'un diagnostic établi va vous soigner voire vous rassurer?
Est-ce que des résultats d'analyses standardisés pour des êtres tous uniques et différents vont avoir une valeur réelle?
NON , c'est du moins mon humble conviction....
L'ère scientifique a tout juste ou tout faux et rien ne pourra être établi de façon certaine.........les vérités d'aujourd'hui seront les erreurs de demain......
Alors c'est à chacun de choisir son camp en sachant qu'il est bien plus facile de s'en remettre à "Dieu Médecine" plutôt que de se prendre en charge lui-même.... oui mais à quel prix ??? celui de sa santé et de sa vie!....
En revanche choisir la solution de se soigner seul en faisant confiance à son Grand Maître intérieur relève du parcours du combattant à une époque où tout est orchestré sur la santé pour alarmer au moindre problème.
Seule une alimentation saine et frugale (en comportant le jeûne et les diètes) sera à même de générer une grande sérénité avec une acceptation de tous les moments difficiles pour permettre de résister au "mal" et à la tentation des commentaires alentours possibles.
Œuvrer soi-même à sa guérison en en étant convaincu quels que soient les manifestations organiques (comme certains moines par exemple ont réussi à faire).

Toutes mes excuses pour mes dires qui risquent de choquer nombreux d'entre vous principalement ceux qui sont passés ou vivent actuellement cette grande leçon de vie.....

Sincèrement vôtre!

Nadou

Dominique 11/03/2015 11:06

Merci Bois vert,
Votre article met en lumière toute l'hypocrisie de la médecine actuelle. Combien dans mon entourage sont morts d'épuisement après la chimiothérapie !! J'ai regardé le lien sur le jeune.. à suivre absolument. Comme je suis contente d'avoir eu la chance de vous lire, car vos conseils sont très précieux. Merci encore pour votre travail. Portez vous bien.

boisvert 11/03/2015 11:33

Bonjour Dominique,
C'est vrai que le lien sur le jeûne est exceptionnel. Quant à la chimio, qui n'a pas eu dans son entourage un malade sous chimio. C'est affreux. Comme mon prof le disait "Comment peut-on faire de la santé avec des médicaments qui tueraient une personne saine ?"
Merci pour vos bons voeux, Bonne santé à vous aussi !

Audrey 08/03/2015 09:28

Bonjour Boisvert ! Quel article intéressant !!! Chapeau ! Merci pour toutes ces infos ! J'aimerais être une petite souris pour voir tout ce qui se trame dans le système médical/scientifique/financier ;-) ça ne doit pas être beau à voir !!!

PS : as-tu déjà entendu parler du gêne KRAS ? Et si oui, as-tu des conseils de soins etc qui le prend en compte ? Merci par avance.

Audrey 09/03/2015 15:16

Merci pour tes réponses, boisvert :)
Très bonne fin de journée.

boisvert 09/03/2015 06:46

Bonjour Audrey,
Ce que tu dis est très probable. On accorde une véritable intelligence à ces cellules mutantes mais cela reste à prouver tout de même. En tous cas elles ont des forces et aussi des faiblesses comme nous avons vu et il est important de jouer là-dessus.

Audrey 08/03/2015 19:49

Ah parce qu'il me semblait du coup, dis-moi si je me trompe, que ce gêne faisait que le cancer s'adaptait aux traitements et proliférait d'autant plus vite. C'est ma maman qui a ça.

PS : j'aime bien ton nouvel avatar. Très bien choisi ;-)

boisvert 08/03/2015 09:46

Bonjour Audrey,
Ce qui se trame dans le système médical c'est la pérennité des laboratoires pharmaceutiques (pas des malades) et leur rentabilité. En dehors de cela, ce sont des problèmes mineurs, qui sont les nôtres et pas les leurs.
Pour les gènes Kras c'est un problème d'efficacité de leurs traitements et ça ne concerne qu'eux. Nous n'avons pas à prendre en compte cela, notre santé est globale où elle n'est pas. Eux, leur médecine est ciblé, elle a besoin d'être très pointue.
Bonne journée !

CARDAMOME 07/03/2015 20:40

Oh mince et j'ai rate l’émission; j'espère qu'ils feront une rediffusion!
Comme je l'ai peut être déjà écrit dans ce blog, j'ai choisi le jeüne comme thérapie secondaire et depuis, j'en fais un chaque année.. La première, c'est autre chose...Il s'appelle Hamer
Les médecins m'ont dit "vous vivrez pendant trois ans... mais mieux" (cancer de l'ovaire) !!!!!! vaste fumisterie. Ils me proposaient chimio et chirurgie invasive très mutilante (5 heures d'opération où il ne me resterait que les yeux pour pleurer. Moi même naturopathe, j'ai tout refusé car je croyais à ma guérison et surtout, je n'ai pas envoyé à mes cellules l'ordre de paniquer ce qui je pense ne les a pas dérangées dans leur travail de guérison.. C'était il y a trois ans et je me porte comme un charme et je sais bien que je ne dois jamais paniquer devant l'annonce d'un diagnostic ou un sale pronostic, comme ils l'ont fait sans vraiment de ménagement. Mais c'est vrai qu'il faut être fort, comme me l'a dit mon médecin à qui j'ai parlé de tout...c'est vrai mais seul un petit nombre de personnes y a accès car il faut être fort pour ne pas céder à toute les pressions (entourage, médecine, medias etc).

Merci d'avoir transcris ici le résultat de ces études

Evelyne 08/03/2015 23:08

Merci Cardamone de m'avoir fait découvrir le Dr Hamer et ses travaux.... je viens de voir un documentaire à son sujet..grâce à vous

boisvert 07/03/2015 21:09

Bonsoir Cardamome,
Et merci pour ce précieux témoignage; Bien sûr qu'il ne faut pas paniquer. Les pronostics de ces messieurs, ne comptent pas. C'est affreux d'ailleurs qu'ils se permettent cela. Leur connaissance sont limitées, la preuve. Il y a toujours quelque chose à faire en commençant par le jeûne, et ensuite toutes les diététiques de guérison. bravo en tous cas et merci encore pour le témoignage. Il faut être fort pour résister et vous l'avez été.

Evelyne 07/03/2015 18:46

Excellent ! C'est ce que je pense depuis longtemps. Le drame dans tout cela, c'est que notre alimentation est dépourvue de vitamines et d'oligo-éléments. Songez qu'en 1950, une pomme contenait 400 mg de vitamine C. Aujourd'hui, elle n'en compte plus que 4 et ce n'est qu'un exemple. Les compléments alimentaires ont de beaux jours devant eux. Ils auront le vent en poupe dans peu de temps... quand l'imposture sera dévoilée car il le faudra bien.
A 54 ans, j'ai décidé de m'engager dans une formation de naturopathe en espérant pouvoir aider mes semblables en hommage à tous ceux que j'ai perdus autour de moi. car je puis affirmer qu'ils sont tous été tués non pas par leur cancer mais par leur traitement. J'ai encore quelqu'un dans mon entourage dont le système artériel et veineux a été complètement "cuit" par la chimiothérapie. Il sait qu'il va mourir d'une rupture de vaisseau.
Un grand merci en tout cas pour vos articles. Votre blog est une merveille !

boisvert 07/03/2015 19:07

Nous avons tous dans notre entourage, perdu des amis ou des parents, comme vous dites tués non pas par le cancer mais très souvent par cette médecine qui est hyper violente. Mais elle génère tellement de revenus pour certains que cela va être difficile de faire machine arrière. Ceux qui ont l'argent ont le pouvoir et ce sont eux qui prennent les décisions et les orientations. Merci pour votre gentil post et bonne chance pour votre formation.