FRUITS, LEGUMES BIOLOGIQUES et CANCER

Publié le par boisvert

Les fruits et légumes "bio" protègent mieux du cancer que ceux issus de l'agriculture conventionnelle, de même que les anciennes variétés de fruits encore mieux que les nouvelles, selon 2 chercheurs anglais.
Une journaliste, Marie-Paule Nougaret, écrit sur le site Amessi que deux chercheurs anglais ont découvert une nouvelle classe de substances végétales susceptibles de protéger, et à haute dose de guérir, du cancer. Il les ont appelés salvestrols de salvius, - en latin, ce qui sauve.
Le Professeur Burke cherchait une thérapie non toxique de la maladie, fondée sur les réactions de guérison. En effet, dans le corps humain, des cellules s'engagent tous les jours sur la voie d'une prolifération cancéreuse, mais les systèmes de défense de notre organisme les éliminent rapidement.
Burke a d'abord découvert, en 1997, une enzyme humaine inconnue, le CYP 1B1, qui se trouve systématiquement dans les cellules cancéreuses, et celles-là seulement. Le code génétique de cette enzyme demeure, en effet, inexprimé dans les autres cellules. Nombre de laboratoires l'ont vérifié.
Comme d'autres enzymes de la même catégorie CYP participent, dans les tissus normaux, aux processus de détoxification, Burke s'est donc demandé si le CYP 1B1 des cellules cancéreuses n'appartenait pas à l'arsenal des défenses humaines contre le cancer.
Les toxiques employés actuellement en chimiothérapie tuent les tumeurs, mais ils passent d'abord dans le sang et le système digestif, en déclenchant des effets secondaires douloureux. IL fallait donc trouver une molécule qui deviendrait toxique en présence du CYP 1B1, dans la cellule cancéreuse, sans empoisonner le reste du corps.
Cette recherche montrat que le CYP 1B1 agissait sur des composés végétaux, en les changeant légèrement. Potter a eu l'intuition que cela pouvait expliquer l'action bénéfique d'un régime à dominance végétarienne. On sait en effet, depuis 1992, que l'acide folique (feuilles vertes), et trois antioxydants des fruits et légumes frais (vitamines C et E, provitamine A), protègent les populations, du cancer. On a depuis trouvé diverses molécules végétales aux vertus anti-cancéreuses, dont le célèbre resveratrol des feuilles de la vigne, du raisin et du vin. Le British journal of cancer publiait que le resvératrol devenait un toxique cellulaire bien connu, le piceatannol, déja employé en chimiothérapie.
Les deux chercheurs avaient repéré d'autres produits végétaux susceptibles de devenir, eux aussi, des tueurs de cellules cancéreuses, en présence de CYP 1B1. Ils les ont désignés sous le nom de Salvestrols. Il pourrait y en avoir 50. Ils en ont isolés certains, de fruits, de fleurs ou de racines : fraise, orange, mandarine, raisin, poivron, aubergine, olive, basilic, sauge, thym,  romarin, menthe, artichaut, chardon-marie et pissenlit.
Burke n'a évidemment plus obtenu de financement public pour des recherches qui s'éloignaient trop de l'industrie, c'est à la retraite qu'il fonde en 2004 le laboratoire privé "Nature's défence".
Il vend sur internet des salvestrols hautement concentrés (jusqu'à l'équivalent de 300 kg de fruits), extraits de l'orange de la fraise et du raisin. L'ethnobotaniste Anthony Daniel explique que son équipe a étudié 510 variétés d'oranges pour trouver la plus riche en salvestrols. Il se trouve que les vieilles variétés de fruits en contiennent souvent davantage. Sans doute, ajoute-t-il, parce que les sélectionneurs modernes cherchent à obtenir des fruits sucrés alors que les salvestrols présentent un goût amer.
Précisément pour enlever cette amertume, les sociétés de distribution enlèvent les salvestrols des jus de fruits, par un procédé simple, la clarification, car ces actifs se concentrent fréquemment dans la peau des fruits. C'est pourquoi les vins rouges français qui fermentent sur les baies, renfermeraient plus de resvératrol que celui du nouveau monde, trop vite passé à la centrifugeuse. Enfin, Nature's défence estime que les végétaux issus de l'agriculture biologique contiennent en moyenne 30% de salvestrol en plus.
Cela se comprend aisément explique Burke. La vigne, par exemple, produit le resvératrol, substance de défense en présence de champignons pathogènes comme le mildiou. Mais si on traite la vigne aux fongicides, l'attaque du mildiou n'a pas lieu et la synthèse du resvératrol, non plus. Cela a été démontré scientifiquement sur la vigne américaine muscadine viti rotundifolia. Les défenses des plantes semblent donc reprogrammables pour détruire les cellules cancéreuses chez l'humain.
Tous ces resvératrols se trouveraient favorisés par l'agriculture biologique. Mais un pesticide bien répandu bloquerait, dans les cellules cancéreuses en culture, l'action de l'enzyme CYP 1B1 sur les salvestrols. Il est difficile de ne pas publier des résultats aussi prometteurs, mais en tous cas en ce qui nous concerne, il est bon de savoir qu'en mangeant des fruits et légumes bio nous sommes dans le vrai, et que les fruits de la recherche nous donnent raison.

 Il est un peu triste de constater que l'industrie qui devrait être un moteur pour un avenir meilleur est , au contraire, un frein pour avancer vers un monde plus sain. Tout cela justifié par des sources de profit bien plus intéressantes, car nos agriculteurs bio le savent bien, ils savent faire la part des choses et garder la part du pauve. J'ai toujours entendu dire que cette part était de l'ordre de 10% de perte, réservée aux petits animaux et aux maladies qui s'estomperont rapidement si on ne veut pas constamment produire des fruits plus gros, des légumes énormes et si on ne force pas la terre à produire plus qu'elle ne peut. Les légumes et les arbres fruitiers savent, comme nous, se défendre, si on veut bien ne pas les stimuler.
 C'est comme moi, je suis coureur à pied, en me stimulant, j'arriverais à courir plus vite ou plus longtemps, c'est d'ailleurs ce que font pas mal de coureurs, même amateurs. Mais je cours encore à 71 ans et j'ai fait encore une course ce dimanche, 10kms,  (202ème sur 354 coureurs arrivants), et je suis trés content de pouvoir pratiquer du sport à mon âge, dans de bonnes conditions. Pas de douleurs articulaires, seulement des douleurs musculaires normales. Et lorsque je vois qu'il y a encore 150 coureurs, tous âges confondus, derrière moi, je me dis que nous sommes dans le vrai.
Il  faut savoir ne pas aller plus vite que la musique si on veut l'entendre longtemps. Et c'est valable aussi bien pour les plantes, les arbres, que pour nous.

Publié dans santenature

Commenter cet article

Resolution BIO 16/01/2012 09:27


Un xcellent article. Merci pour les infos.

boisvert 28/02/2009 17:43

Merci Luc pour ton excellent commentaire. Je vois qu'au Québec on est plus prés de la nature qu'en France. Même les médecins s'y penchent, voilà des bons zététiques, des vrais chercheurs. A bientôt.

Luc 28/02/2009 14:51

Merci Boisvert pour cet article très intéressant.À l'instar des chercheurs britanniques, ici au Québec, les docteurs Richard Béliveau et Denis Gingras consacrent leur vie à la recherche pour combattre le cancer par l'alimentation.   Ils ont d'ailleurs publié quelques livres depuis 4 ou 5 années dont "Les aliments contre le cancer"."Dr Richard Béliveau, qui a déjà été qualifié de samouraï du cancer. C'est ce qu'il fait,    Dr Béliveau  se bat contre le cancer avec ses patients, comme oncologue, mais aussi en tant que titulaire de la Chaire en prévention et traitement du cancer de l'Université du Québec à Montréal. Il est aussi directeur du laboratoire de médecine moléculaire de l'Hôpital Sainte-Justine. Quant à Dr Denis Gingras, il est chercheur spécialisé en oncologie à ce même laboratoire.Les aliments contre le cancer, c’est du sérieux. Il y a le chou, l'oignon, le soya, les petits fruits, la tomate, les oméga-3, de même qu'une épice de la cuisine indienne, le curcuma, le vin et – quelle merveilleuse nouvelle! - le chocolat. Chacun d’eux mérite un chapitre, où l'on navigue entre l'histoire culinaire et la structure de leurs composés chimiques.Les docteurs Béliveau et Gingras, depuis quelques années,  sont en train de faire une petite révolution au Québec concernant l'alimentation.  Beaucoup de gens, comme nous, avons pris de bonnes habitudes alimentaire en ajoutant davantage les aliments particulièrement intéressant contre le cancer."Lors de ses conférences, le Dr Béliveau exhorte les gens à manger beaucoup de fruits et légumes et, quoiqu'il sait que les végétaux biologiques soient encore plus efficaces, il dit qu'il vaut mieux manger des fruits et légumes non-bio que de ne pas en manger.http://www.passeportsante.net/fr/P/Bibliotheque/Fiche.aspx?doc=Biblio_6514