LIBERTE DE SOINS

Publié le par boisvert

Nous autres français ne sommes pas trop gatés par notre gouvernement. La reconnaissance des médecines non conventionnelles ou parallèles ou naturelles, c'est selon, tarde, alors que chez nos voisins elle est en place, règlementée et surtout acceptée et pratiquée. Chez nous, les gens comme moi sont des charlatans, ce que n'ont pas manqué de me rappeler mes "amis" zététiques.

Il y a des frémissements, par exemple l'ordre des médecins a accepté deux orientations médicales pour leurs médecins vers l'homéopathie et l'acupuncture. Pourtant et curieusement, les médecines encore plus naturelles que celles-là (qui ne le sont pas vraiment), ne sont pas  agrées ; exemple la naturopathie qui s'appuie en priorité sur la réforme de l'alimentation.

Pourtant la naturopathie est largement utilisée dans de nombreux pays européens. Il y a une légalisation des praticiens de santé non-médecins. On y trouve de grands pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne, l'Irlande, les pays Scandinaves, la Suisse, la Belgique, mais aussi en dehors de la communauté européenne,  le Canada, les Etats-Unis. et comme souvent en la matière, nous sommes en retard.

 

Au Parlement européen il a été question de libre choix thérapeutique ( député Paul Lannoye) pour tous les citoyens européens et on a encouragé les changements dans les pays où ces questions n'étaient pas débattues ni acceptées. On a notamment signalé des disciplines comme la chiropraxie, l'homéopathie, la médecine anthroposophique, la médecine traditionnelle chinoise, le shiatsu, la naturopathie, l'ostéopathie, la phytothérapie, car toutes ces médecines sont déjà organisées et pratiquées un peu partout.

 

L'Alliance pour la Santé a pour but de permettre un pluralisme thérapeutique intégrant toutes les approches médicales et de pair, une agriculture respectueuse, biologique,  et également une prise de conscience de la nécessité de préserver un environnement sain. En fait une prise en compte globale de la santé. On ne peut pas dissocier la santé de l'environnement.

 

En France, lorsque l'on sort des sentiers trés bien balisés, on est vite catalogué de farfelu et en plus de sectaire. Manger sainement est trés vite associé à un mouvement sectaire. Alors bien sûr lorsque l'on parle de cure de jeûne pour se soigner, vivre en bonne santé ou se guérir, là, c'est le signe certain que vous êtes dans une secte. Un monsieur bien intentionné me l'a d'ailleurs rappelé. Il n'était tellement pas au courant du jeûne qu'il m'avait déjà associé à une certaine personne d'un lointain pays qui avait été punie pour avoir fait pratiquer un jeûne à une patiente qui était décédée. Personnellement je ne connaissais pas cette personne, n'en avais jamais entendu parler, mais pour "l'ami", l'amalgame a été vite fait. Un individu "bien pensant" n'irait pas jusqu'à se priver de nourriture pour se soigner, il faut être fou. Voilà à quoi nous devons échapper, à ces esprits étroits qui ne savent pas, qui ne veulent surtout pas savoir, et qui accusent. Le libre choix du consommateur, et le libre choix thérapeutique, doivent devenir la règle, en France comme ailleurs. Nous sommes les garants de notre santé, propriétaires de notre corps.

 

Les "patients" sont de moins en moins patients et au contraire, de plus en plus intelligents, la passivité n'est plus ce qu'elle était. Les gens veulent savoir avec quoi on les soigne, ils veulent se soigner et non se polluer. On ne peut plus supporter que ce libre choix existe chez nos voisins européens et pas chez nous. Ils veulent savoir comment sont fabriqués nos aliments, ils savent lire les étiquettes, ils ne sont pas idiots. Ils ont aussi compris que, avant de penser à soigner les maladies, il vaut bien mieux soigner le malade, penser en amont et prévoir de renforcer le système immunitaire, de renforcer les défenses naturelles.

 Ce corps nous appartient et il semblerait normal également qu'on nous autorise à le soigner de la façon qui nous parait la meilleure pour lui, sans être obligé d'utiliser des pratiques polluantes que d'autres ont imaginé pour nous. Le libre choix thérapeutique fait parti des droits de l'homme et du citoyen. A plus forte raison nous réclamons de nous alimenter et de nous soigner comme bon nous semble. Ce qui à l'heure actuelle nous est impossible, faute de choix disponibles en France.

Nous réclamons que ces choix d'Etat doivent être faits par des gens indépendants, non assujettis à des groupes d'intérêts. Nous sommes à l'heure actuelle pris en otage par ces pouvoirs médicaux, pharmaceutiques, qui nous imposent une certaine façon de nous soigner et même de vivre. 

 Nous ne pouvons que constater avec l'expérience de ces médicaments responsables de milliers de morts, que leur technique n'est pas meilleure que la notre. Que leur principe est faillible et que dans un pays comme le notre qui se veut le pays des droits de l'homme, il  nous reste  trés peu  de liberté.

Notre principe de base et essentiel a toujours été 'primum non nocere" (d'abord ne pas nuire.) Mais ce doit être un principe sectaire...

Publié dans santenature

Commenter cet article

Nath 16/02/2011 13:08



Bravo ! Cet article reflète tellement bien la réalité !


Je me rends compte de plus en vite que nous vivons dans une société où tout est contrôlé, les gens sont manipulés par les médias , tout ce qui compte c'est le rendement. Certes, les médicamanents
chimiques rapportent plus au lobby pharmaceutiques que les plantes, le malade passant au second plan. D'ailleurs, il est déshumanisé et ressemble plutôt à un tiroir caisse  : C'est bien
triste !



boisvert 16/02/2011 16:26


C'est hélas un trés bon constat !


john 14/02/2011 11:53



Le "pris en otage", bien qu'on la retrouve sous la plume de Jacques Testard (*) est une expression qui, à force de se retrouver galvaudée dans les médias en manque d'expression fortes, perd son
sens. "Ecrasés" ou "étouffés" sembleraient plus appropriés.


* article "Les experts, la science et la loi" (critique assez proche du sujet traité!) sur http://www.monde-diplomatique.fr/2000/09/TESTART/14247



gérard wenker 09/02/2011 09:58



Je fais suivre sur mon Facebook.  Merci Fernand



Jean-Yves CAILLET 09/02/2011 09:00



Chapeau bas pour cet article........que je m' empresse de diffuser 



Jasy 09/02/2011 08:24



Bravo et Merci pour cette publication


Je suis tout à fait d'accord avec ce qui est dit, le jeûne ne m'a apporté que du bien pour ma santé et le médecin je m'en passe


 Comme il est dit dans le texte il y a bien d'autres façons de se soigner qui sont toutes aussi valables. Il y en a même qui peuvent éviter une opération comme l'argile par exemple
auquel bien souvent on ne pense pas.


Encore merci pour vos publications qui sont toujours très intéressantes.


Bonne journée à vous et j'ajouterai bonne santé



boisvert 09/02/2011 08:39


Et merci pour vos bons voeux !