ET SI C'ETAIT VRAI

Publié le par boisvert

Comme vous tous, je suppose, il y a eu une première fois où une personne bien intentionnée m'a dit : "ça guérit tout, même les maladies incurables". Et, comme vous tous je suppose, j'ai répondu " Si c'était vrai, ça se saurait". Il me paraissait impensable en effet qu'il existe des façons de s'alimenter qui permettent non seulement de s'alimenter pour être en bonne santé mais aussi de s'alimenter pour se guérir, et se guérir de maladies incurables que les médecins n'arrivent pas à guérir. Comment arriver à comprendre et à accepter une énormité pareille ? Les médecins eux-mêmes souffrent de toutes ces maladies et si eux n'arrivent pas à se guérir comment le commun des mortels y arriverait ? Et de plus, sans aucun médicament.

On nous a toujours dit que pour être en bonne santé, il fallait manger de bons beefsteacks saignants, que le lait était un aliment de sécurité, qu'il fallait manger de bons aliments trés riches comme le foie de veau, et puis voilà que maintenant on apprend que ne rien manger du tout, guérit à peu prés tout, que si vous voulez être en bonne santé il fallait moins manger et à plus forte raison lorsque vous êtes malade. Nos parents nous disaient pourtant "mange sinon tu vas t'affaiblir" et en fait, c'est tout le contraire on s'est affaibli car on a trop mangé, tout est à repenser.

Mais comme la maxime le dit "ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort, qu'ils ont raison".

Voilà, le problème est posé et il s'est posé à chacun de nous un jour, et comment répondre et faire face à une idée pareille. Et là, il y a un facteur déclenchant majeur : si vous êtes dans la situation où plus personne ne vous donne d'espoir, où tout semble perdu, vous vous raccrochez à cette parole d'espoir, "Et si c'était vrai !" Mais nous n'étions ni dans un film, ni dans un livre Aprés tout, on ne perçoit du monde que ce qu'on est préparé à en percevoir. Si nous avons été éduqué à n'observer les choses et le monde que d'une seule façon, il nous est absolument impossible de le concevoir d'une autre manière.

A cette époque j'étais dans une  situation confuse, mon épouse souffrait d'une maladie incurable, (maladie génétique) donc, nous n'avions rien à perdre à nous lancer à corps perdu dans cette nouvelle voie.

"Il faut chercher la connaissance en soi. Ne pas attendre qu'un groupe ou un meneur nous tiennent la main. Personne ne peut vous remplacer sur le chemin de la connaissance. Il faut y aller soi-même, même si cela peut paraître difficile." Krishnamurti.

La première personne qui m'a parlé ne connaissait pas grand chose à tout ce dont il est question dans ce blog ou ce livre, elle ne connaissait qu'une chose, la macrobiotique, qu'elle pratiquait à fond. Elle ne mangeait que macrobiotique, ne parlait que macrobiotique, ne lisait que macrobiotique, une fanatique. Mais c'était un fil tendu, je l'ai saisi, et depuis j'ai tiré, tiré, et derrière, je me suis rendu compte qu'il y avait plein de choses  dont nous n'avions jamais entendu parler, comme vous vous en rendrez compte.

Le premier livre que j'ai eu entre les mains c'était "la philosophie de la médecine d'extrême Orient de Nyoiti SAKURAZAWA, dit OHSAWA. Et tout de suite aprés, j'ai voulu lire la suite qui est "le Zen macrobiotique", toujours du même auteur. Je trépignais à la lecture de ces livres, sûr que j'avais entre les mains de merveilleux secrets dont le commun des mortels ignorait l'existence. Depuis, j'ai rempli ma bibliothèque de bouquins et je me suis gavé de tout ce dont on ne nous avait jamais parlé et j'ai compris que si toutes ces choses étaient encore mystérieuses elles découlaient de beaucoup de logique et n'étaient pas aussi invraisemblables que j'aurais cru au départ. Et personnellement j'étais avide de tout connaitre, comme une éponge, j'assimilais tout.

C'était il y a trés longtemps, vous vous en doutez un peu, mais comment savoir si toutes ces techniques merveilleuses n'étaient pas que du vent, que des vues de l'esprit d'illuminés comme on en voit un peu partout. Et là il n'y a pas d'autres solutions que d'essayer. Tant que vous n'aurez pas fait ce premier pas, vous pourrez dire comme tous les détracteurs des médecines naturelles, ça ne peut pas marcher, c'est du bla-bla-bla, les médecins n'en parlent pas, ne l'accréditent pas, les scientifiques non plus, CA SE SAURAIT, etc... Il y a plein de raisonnements qui peuvent vous donner à penser que ça ne peut pas être vrai. Et tant que vous n'aurez pas essayé, ce ne sera que du vent et de la philosophie ou encore mieux, du charlatanisme.

J'ai appris aussi que tout ne pouvait être guéri, aucune médecine au monde ne pourra vous faire repousser un bras que vous avez perdu à la guerre. De même les maladies génétiques, on n'a encore rien trouvé pour modifier les chromosomes ; ou lorsque le malade attend d'être complètement nécrosé pour intervenir. Et puis tous ceux qui ne le veulent plus ou ne le peuvent pas car ils n'y croient pas.

Le moteur, c'est bien sûr, la maladie elle-même. Si vous n'êtes pas malade et atteint d'une maladie incurable que rien n'arrête, vous n'aurez jamais ni le courage ni la volonté, ni le désir, de vous priver des bonnes choses que notre civilisation nous offre. Comme quoi, l'adage qui veut que les difficultés grandissent et la facilité débilite prend ici toute son importance. A quelque chose, malheur est toujours bon !

Nous étions dans cette configuration, nous étions désespérés, aussi nous avons foncé dans cette voie, nous  nous sommes investis et n'avons vécu que pour cela,. Chaque jour qui passait, nous sentions notre corps se régénérer, nous découvrions de nouvelles sensations, de nouvelles perspectives, et aussi de nouvelles personnes, toutes plus passionnées les unes que les autres. Dans le mouvement macrobiotique, et au travers de divers séminaires, j'avais été étonné du nombre de médecins allopathes qui s'étaient tournés vers cette technique et qui eux-mêmes la propageaient. Ce sont eux qui présentaient les conférences avec beaucoup d'enthousiasme.

Et au fur et à mesure de mon cheminement, je me suis demandé de moins en moins si c'était vrai. Nous rencontrions pleins de malades qui avaient recouvré la santé et qui venaient témoigner devant l'assemblée,  de l'efficacité de la méthode et de leur victoire contre la maladie. Comment ne pas y croire lorsque des centaines de gens venaient crier leur joie d'avoir recouvré la santé alors qu'ils étaient pourtant atteints d'une maladie "incurable". Nous vivions dans le fantastique, l'irréel, c'était incroyable de vivre de tels évènements, de savoir tout cela, alors qu'autour de nous, nous rencontrions des amis, des connaissances, qui souffraient de tous ces maux "incurables" et pourtant si faciles à extirper par la macrobiotique.

J'ai toujours été passionné par la médecine en général mais à partir de là j'ai changé complètement d'orientation pour me tourner vers la vraie médecine celle qui privilégie l'homme au lieu de la maladie. Et c'est ce qui fait toute la différence. L'allopathie cherche à détruire la maladie alors que la vraie médecine veut régénérer le malade et ainsi, non seulement soigner le malade mais le préparer pour éloigner définitivement la maladie. Ce n'est plus le médecin qui soigne mais c'est le malade lui-même qui se prend en charge. Tous les gens qui m'ont connu à l'époque ont dû penser que j'étais un fou ou un farfelu de première car il m'était impossible de ne pas le crier partout. Et je voulais à tous prix que les gens changent leur façon de vivre pour comprendre à quel point c'était facile d'être en bonne santé sans aucun médicament. Je me battais contre des moulins à vent. Grâce à Dieu, on ne m'a pas enfermé, alors que beaucoup ont dû penser que cela aurait été une bonne chose. Je criais dans le désert, et vous ne pouvez pas savoir comme je suis heureux aujourd'hui de parler de toutes ces choses calmement et de constater que plein de gens s'y intéressent. Les temps changent. De plus en plus de gens commencent à penser que s'alimenter c'est aussi prendre soin de son corps, restaurer sa santé et être heureux. C'est vraiment une autre façon de concevoir la médecine.

Alors il faut semer cette vérité, c'est vrai ! Il n'y a pas de doute à avoir, on peut tout changer, il suffit de le vouloir. Et le fait de le propager c'est aimer son prochain. Lorsque je sème des radis dans mon jardin, je récolte des radis, je ne m'attends pas à récolter des tomates. Si donc, je sème de l'amour, je récolterai de l'amour, pas de la haine. Ne regardez pas dans le jardin du voisin, il ne sème peut-être pas les mêmes graines que vous. Alors vous qui avez appréhendées et touchées du doigt ces vérités, qui les avez testées et qui êtes convaincus, faites-en profiter vos voisins et vos amis. Le poête l'a dit, l'amour, plus on le partage et plus il y en a, pourquoi pas la bonne parole.

La conclusion, c'est que  le début  est difficile, on n'y croit pas,  il faut toujours faire le premier pas pour savoir, avec dans la tête cette pensée "et si c'était vrai !" et je sais aujourd'hui que beaucoup d'entre vous le savent : C'EST VRAI !

 

 

 

Publié dans santenature

Commenter cet article

Gaelle 29/05/2011 17:54



Ah, je vois, excusez l'erreur périphérie vs collerette!


Merci pour cette réponse. On rencontre souvent, quand-même, des personnes ayant plusieurs décennies de pratique marcobiotique apparemment ininterrompue. Ils parlent souvent d'un chemin au cours
duquel ils ne se sont "jamais retournés". Je me demande comment ils harmonisent cette technique, qui devrait visiblement être temporaire, avec un long terme, et tous disent se porter comme un
charme mais personnellement je ne peux le vérifier.


Je me demande aussi, finalement, quelle est la meilleure manière de bien s'occuper de soi, car on entend tout et n'importe quoi, et même ce qui paraît tout à fait solide et honnête finit toujours
par entrer en contradiction avec le reste. La confusion finit par régner du fait de trop de savoir.


Il faut aussi savoir régler les problèmes émotionnels, voire psychologiques, et l'alimentation jouera là un rôle particulier, mais pas en profondeur, donc un cocktail de méthodes est peut-être
préférable. A tout expérimenter, on n'arrive pas à grand-chose non plus!


Quand l'instinct a foutu l'camp, comme vous dîtes, difficile de savoir vers quoi se retourner, surtout si le jeûune thérapeutique n'est pas possible, comme dans mon cas pour le moment.



boisvert 29/05/2011 19:14



C'est vrai que j'ai rencontré pas mal de macrobiotes et ils sont tous enthousiastes, mais ça ne les empêche pas d'avoir un teint fatigué pour le moins. D'ailleurs les médecins
macrobiotiques  ne m'avaient pas contredits, ils avaient au contraire approuvé en disant qu'il ne fallait pas trop être strict. Cela reste dans mon esprit comme une excellente monodiète,
mais elle doit rester "monodiète".



Gaelle 29/05/2011 12:10



Bonjour Boisvert,


 


Je n'arrive pas à retrouver l'article (récent) où vous parlez de la collerette des macrobiotes (en iridologie).


Qu'ont-ils fait qui, à la longue, s'inscrit dans leurs yeux et trahit une santé potentiellement déficiente? Sont-ils devenus trop Yang?


 


Merci!



boisvert 29/05/2011 15:14



A la longue la macrobiotique tend à scléroser les petits vaisseaux capillaires et la périphérie de l'iris devient sombre car c'est justement l'emplacement de la circulation capillaire. Et cela se
voit de l'extérieur , leur peau devient un peu jaune et le teint de plus en plus sombre. Mais cela n'intervient qu'au bout de une ou plusieurs années. Dans un premier temps, la macrobiotique est
une excellente monodiète mais pas une excellente alimentation de tous les jours. Et cela est inscrit à la périphérie de l'iris et non sur la collerette.


Bonne journée !



Audrey 03/03/2011 04:34



Oui, c'est drôle comme tout ce qui est simple parait forcément magique. Mais se la compliquer est tellement plus rentable !



boisvert 03/03/2011 06:38


Quand c'est trop simple ça n'est pas crédible. Nos savants, toubibs et scientifiques se sont tellement éloignés des choses simples qu'ils ne savent plus les voir. Vous ajoutez le profit à tout cela
et c'est nous qui sommes devenus des simplets.


Lyjazz 03/03/2011 01:40



Ben oui, c'est vrai.


Comme tout cela est bien dit. Ma conclusion était la même. Je ne parle qu'à ceux qui veulent entendre, avec assurance.


Mais quand même, certains pensent que l'assurance est mauvaise pour eux, elle les blesse, ils me renvoient un "tu es une madame je-sais-tout", même si je suis très humble.


Par contre, mon médecin homéopathe, partenaire de ma santé, comme je revenais la voir pour la toux de mes enfants, et que je lui montrais mon flacon d'huiles essentielles, s'est exclamée "c'est
génial !" avant de me montrer les meilleurs massages selon les méridiens... Voilà une saine consultation !



boisvert 03/03/2011 06:34


Exactement c'est vrai que j'ai toujours pensé que les kinés devraient faire une formation en acupuncture afin d'étudier le tracé des méridiens. Alors si vous avez trouvé un toubib aussi génial
gardez-le précieusement ça court pas les rues. Quant à la meilleure façon de propager les médecines non violentes c'est toujours un problème car il n'y a pire sourd que celui qui ne veux pas
entendre. Bonne journée !


Audrey 02/03/2011 02:43



Merci encore pour cet énième article porteur de tant d'espoir !


Je suis choquée par l'hypocondrie de la plupart de mes pairs, moi y compris, qui n'ont que la peur du cancer et autres à l'esprit ! Je ne conçois plus la maladie comme une injustice, mais comme
une énième preuve que le "progrès" échoue dans pas mal de domaines encore ! Je prends la liberté de partager votre article, même si parmi mes connaissances figurent beaucoup d'incrédules, qui me
surnomment "sorcière" depuis que j'ai inclus nutrition, huiles essentielles et phytothérapie à mon mode de vie :)


 


Au plaisir de vous (re)lire


Audrey



boisvert 02/03/2011 08:42


Votre commentaire m'a fait sourire car à une époque on me traitait également de sorcier. Pensez donc un homme qui lisait les maladies dans les yeux ! A tel point que pour prendre le contrepied mon
pseudo sur certains sites était "sorcier".